Edward Hopper à Paris 

L' exposition du Grand Palais consacrée à l'artiste américain Edward Hopper est une grande première en France ! Elle réunit ses oeuvres de jeunesse, ses gravures, ses aquarelles, son travail d'illustrateur commercial et nombre de ses chefs d'oeuvre : " Soir Bleu", "Lighthouse hill", "Hotel Room", "Ground Swell", "Gas", "Nighthawks", "Morning Sun" et bien d'autres... Peintre des temps modernes, Edward Hopper représente les paysages américains, la campagne et ses maisons isolées, l'ambiance des petites villes. Il peint aussi la société de son époque en pleine mutation, des personnages mélancoliques. Mais c'est la lumière qui le fascine le plus et qu'il rêve de peindre pour elle-même. Un large éventail de visites, d'ateliers, de conférences, de films, de jeux sont prévus pour plonger petits et grands dans l'univers d'Edward Hopper.

 

Conçue chronologiquement, l'exposition se compose de deux grandes parties. La première, consacrée aux années de formation (de 1900 à 1924), rapproche les oeuvres de Hopper de celles de ses contemporains, et de celles découvertes à Paris qui ont pu l'inspirer. La seconde partie de l'exposition est vouée à l'art de la maturité, des premières peintures emblématiques de son style personnel, "House by the Railroad"(1925) à ses oeuvres ultimes, "Two comedians" (1966).

 

Sa passion pour la France

 

Peintre figuratif,  formé à New-York, il se passionne pour les oeuvres de Manet, Degas... Son intérêt pour la culture française et l'impressionnisme le pousse, entre 1906 et 1910, à effectuer plusieurs séjours à Paris. Fasciné par l'ambiance et l'univers de la capitale, Edward Hopper  peint de nombreuses toiles, autour du Louvre et de la Seine. De retour à New-York en 1910, il est hanté par le souvenir de Paris dont il continue à s'inspirer jusqu'au tournant de 1924, où il abandonne cette nostalgie et devient le peintre de l'Amérique. L'exposition reconstruit en une longue suite de tableaux, entrecoupée de petits salons d'aquarelles et de gravures, le cheminement de cet américain parti à la recherche de l'art et de lui-même. Des écrans géants retransmettent son travail d'illustrateur commercial , qu'il fut contraint d'adopter, entre 1906 et 1914,faute de vendre ses tableaux. Une salle entière est consacrée à son oeuvre gravée, une autre à ses aquarelles de Gloucester. Ces dernières lui valurent enfin une reconnaissance et lui apportèrent un succès commercial lui permettant de se consacrer exclusivement  à la peinture.

 

Le peintre de la solitude et de la lumière

 

Les visiteurs vont enfin découvrir les oeuvres emblématiques de l'artiste. Son auto-portrait ouvre cette seconde partie où l'accrochage des tableaux  est de plus en plus aéré. Un parcours chronologique permet de mesurer la continuité de son inspiration, le travail d'approfondissement de ses sujets de prédilection: les architectures qu'il dote d'une identité quasi " psychologique" ("House by the Railroad"), les personnages anonymes, solitaires, énigmatiques, abîmés dans leurs pensées ("Hotel room", "Morning Sun"), le monde du spectacle ("Two comedians"), les images de la ville moderne ("Gas") sans oublier "Nighthawks"   que le "Art Institut " de Chicago a accepté exceptionnellement de prêter pour notre plus grand bonheur.

 

Edward Hopper est le peintre d'une époque, celle de la naissance d'un mythe américain. Mais ses peintures donnent lieu aux interprétations les plus contraires. Son influence sur le cinéma est colossale. Ses toiles ont été sources d'inspiration pour les cinéastes: architecture, cadrages, situations. Ses décors semblent en attente d'un évènement. Alfred Hitchcock s'en est inspiré pour imaginer quelques uns de ses films, "Psychose", "Fenêtre sur cour" entre autre. Mais pour l'artiste, la lumière constitue le sujet essentiel de son oeuvre, le fil conducteur de son art. "Ce que j'ai vraiment cherché à peindre, c'est la lumière du soleil sur la façade d'une maison..." expliquait-il. Il rêvait de peindre la lumière en elle-même, une lumière qui ne serait attachée à aucun support. "Morning Sun", "People in the Sun" nous éblouissent! "Sun in am empty room", peut être le plus beau, décor sans figure humaine où triomphe la seule lumière, clôt magistralement cette rétrospective exceptionnelle.

 

De nombreuses animations

 

Des visites guidées d'1h30 permettent de découvrir avec un conférencier, le parcours de l'artiste et l'histoire des oeuvres. L'application Hopper pour iPad " Edward Hopper d'une fenêtre à l'autre" fait découvrir la vie du peintre, ses sources d'inspiration, et ses influences. A travers neuf tableaux, chacun correspondant à une thématique particulière, Didier Ottinger, commissaire de l'exposition, propose une plongée immersive et innovante, afin de découvrir les préoccupations de l'artiste, ses influences artistiques et littéraires. Extraits de textes d'écrivains fondateurs, et vidéos de films célèbres sont également présents.

 

La visite-atelier "Dessins en nocturne" pour adulte, amateur ou professionnel, propose, lors de nocturne, de dessiner à son gré des oeuvres commentées du peintre. Des conférences-rencontres gratuites, sur la vie et l'oeuvre d'Edward Hopper sont programmées le mercredi soir à l'auditorium. Le film de l'exposition " La toile blanche d'Edward Hopper" est diffusé tous les jours à l'auditorium. Des rencontres- cinéma permettent de débattre avec des professionnels de l'influence d'Hopper encore aujourd'hui sur le 5ème art. Le cycle "Hopper et le cinéma" propose une sélection de 7 films en résonance avec l'imaginaire pictural et mental de l'artiste.

 

Pour le jeune public

 

Un parcours enfants est prévu afin de leur permettre de visiter l'exposition d'une façon ludique, tout en leur expliquant une vingtaine d'oeuvres majeures. Une visite-atelier "De ma fenêtre" est organisée pour les 8-11 ans, les mercredis et samedis à 14h30. Après la visite de l'exposition,un atelier de pratique artistique suggère aux enfants d'imaginer un scénario dans les décors familiers du peintre. Pendants les vacances scolaires, des séances supplémentaires sont programmées. Un jeu en ligne, "ma BD Hopper", est proposé aux jeunes. Les enfants disposent d'un ensemble d'outils et d'une sélection d'oeuvres de l'exposition pour créer leur bande dessinée. Inventer une histoire, l'enrichir de dialogues, la mettre en couleur, leur imagination est mise à contribution, tout en s'appropriant des oeuvres de l'artiste.

 

Pour le public scolaire

 

Un dossier pédagogique d'une trentaine de pages est mis à disposition des enseignants. Il présente l'artiste,son parcours, ses oeuvres  et l'exposition qui lui est consacrée. Il propose des pistes de travail en classe pour amorcer ou prolonger l'étude de cet artiste. La Réunion des musées nationaux propose au public scolaire, du primaire au lycée, des visites guidées et des visites-ateliers pédagogiques. Lors des visites guidées "Studio", un conférencier présente l'exposition et commente pendant une heure un choix d'oeuvres, dans le studio de projection. Les visites-ateliers " De ma fenêtre" sont réservées aux élèves  du CE2 à la 5ème et comprennent 1h d'exposition et 1h de création en ateliers autour du thème de la lumière. Les visites-ateliers "Comme un storyboard" proposent aux jeunes de la 4ème à la Terminale, après la visite de l'exposition, d'imaginer un scénario dans des décors d'Edward Hopper.

 

Béatrice Flammang

 

Liens :

L'exposition

L'application Hopper pour iPad

Les activités culturelles gratuites

La brochure des animations

Le site pour le jeune public

Le jeu " ma BD Hopper"

Le site pour les enseignants

Le dossier pédagogique

 

 

Par fjarraud , le vendredi 12 octobre 2012.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Brissiaud : La lecture et l'evidence based education
- De Rémi Brissiaud à Franck RamusLa conférence de Brian Butterworth est disponible (lien dans l'article) et l'on dispose même d'une traduction simultanée en français. Le sens général de son discours est sans aucune ambiguïté : il s'agit de...
7ème Forum des enseignants innovants : Dernier jours !
- L'innovation pédagogique est soutenu par l'éducation nationale!! quel blague, je suis enseignant de maths et je veux simplement ne plus faire de transmissif, de pivilégié le socio-constructivisme (et tous ce qui va avec),et bien en 1 an...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces