OCDE : L'urgence de valoriser les enseignants français 

Seulement 5% des enseignants français se sentent valorisés. Être professeur en France est-ce une aventure singulière ? Que pensent-ils de leur métier ? Comment l'exercent-ils ? L'enquête internationale sur l'enseignement et l'apprentissage (TALIS) interroge directement le coeur des systèmes éducatifs des pays membres de l'OCDE. Pour la première fois, la France y participe. Portant sur le vécu, les pratiques et la formation des enseignants elle met en lumière les particularités du système éducatif français. Avec une évidence : les enseignants français ne se sentent pas valorisés. Pourquoi ? Quel rapport cela entretient-il avec leurs pratiques pédagogiques ? Il est temps de sortir les professeurs français de leur isolement.


Plus de 100 000 enseignants dans 34 pays et territoires membres ou partenaires de l'Ocde ont été interrogés par l'Ocde sur leurs convictions, leurs attitudes, leur sentiment d'efficacité et de satisfaction. En France l'échantillon concerne plus de 3 000 professeurs de collège de 200 établissements différents ainsi que leurs chefs d'établissement. Talis s'impose comme la plus grande enquête internationale sur les enseignants. La précédente enquête Talis avait eu lieu en 2009. Mais la France n'y avait pas participé. L'enquête 2013 révèle pour la première fois de fortes singularités françaises.


Les enseignants français aiment-ils leur métier ?


Plusieurs sondages publiés récemment par le Se-Unsa et le Sgen ont montré une profonde lassitude et même un désamour ainsi qu'un rejet ferme de la hiérarchie et de l'institution scolaire. Ainsi l'étude du Se Unsa portant sur 15 000 enseignants montre que 84% des enseignants sont satisfaits du travail qu'ils accomplissent et 62% s'y épanouissent. Le métier reste un "beau métier". Mais la pression sociale pèse sur les professeurs : 84% considèrent que l'opinion publique ne comprend pas leur travail et la moitié se sentent incompris par leur entourage. Les réformes et la hiérarchie apparaissent les deux points noirs des enseignants. 54% estiment que le métier évolue trop rapidement et 67% sont en désaccord avec cette évolution. C'est particulièrement net dans le premier degré avec 70% de désaccord contre 58% dans le second degré. Trois enseignants sur quatre (73%) pensent que leur hiérarchie ne comprend pas leurs contraintes professionnelles et 56% qu'elle ne les écoute pas. Là aussi la situation est pire dans le premier degré : 83% des enseignants y ont peur des inspections (54% dans le second degré) et 79% se sentent incompris (58% dans le second degré). Les règles qui organisent le métier sont nettement refusées : deux enseignants sur trois sont en désaccord avec les règles d'avancement et de mutation.




Que dit Talis ?
Selon l'enquête de l'Ocde, 86% français des enseignants sont satisfaits de leur métier. 58% pensent que les avantages en compensent les inconvénients (77% en moyenne dans l'Ocde). Par contre la France se singularise sur l'image du métier dans la société : seulement 5% des professeurs estiment que leur métier est valorisé dans la société. C'est le taux le plus faible de très loin (moyenne 31%) des pays de l'Ocde. L'enseignant français considère faire un métier en déclin qui se déprécie.


Des demandes de formation non prises en compte


Travaillant environ 38 heures hebdomadaires, l'enseignant français se singularise dans l'exercice du métier. Il consacre plus de temps que la moyenne à rétablir l'ordre dans sa classe. 16% du temps de classe y passe en moyenne contre 13% dans l'Ocde. L'enseignant français est moins pris par les relations avec les parents ou les taches administratives. Mais il consacre plus de temps aux préparations et surtout à la correction des copies.


C'est que le métier d'enseignant français est aussi bien particulier. Le professeur français est celui qui s'estime le moins bien formé sur le plan pédagogique. Seulement 6 enseignants sur 10 se jugent suffisamment préparés sur ce terrain-là, alors qu'ils sont 9 sur 10 dans les autres pays. Il a de fortes attentes de formation particulièrement sur l'utilisation des TIC en classe, les conseils et l'orientation des élèves, les pédagogies personnalisées. Sur ces points les demandes françaises sont deux fois plus importantes que la moyenne Ocde. Et restent lettre morte : les enseignants français participent moins à des formations que leurs collègues et jugent leurs formations peu utiles.


Des pratiques pédagogiques spécifiques



Talis interroge les pratiques pédagogiques des enseignants. Plus que d'autres, les professeurs français présentent aux élèves un résumé de ce qui vient d'avoir été vu. Beaucoup moins que les autres ils utilisent les TIC en classe (25% contre 40%). Beaucoup moins que les autres, ils donnent des travaux différenciés aux élèves ou font travailler les élèves en petits groupes. Ces singularités renvoient directement aux résultats du système éducatif. Les deux derniers points par exemple ont à voir avec les fortes inégalités de réussite à l'Ecole.


Un isolement plus pesant qu'ailleurs


Les enseignants français sont aussi les moins accompagnés au cours de leur carrière. Ils bénéficient autant que les autres d'un tutorat durant leur première année d'exercice. Mais celui-ci disparait après alors qu'il continue dans la majorité des pays de l'Ocde. Cela a à voir avec l'évaluation. Les enseignants de l'Ocde sont appuyés et évalués par des acteurs différents de la communauté, généralement présents dans l'établissement. L'enseignant français est seul. L'aide et l'évaluation qu'il peut attendre viennent toujours de l'extérieur de l'établissement.



Plus que les autres, le professeur français ne s'engage jamais dans des conférences d'équipe. Plus que les autres, il ne collabore pas avec d'autres enseignants. Il observe beaucoup moins souvent que les autres un collègue travailler en classe. Il fait beaucoup plus rarement cours avec un autre enseignant.


Un rapport avec l'institution dégradé



On a vu dans les enquêtes syndicales que les enseignants français rompaient avec leur hiérarchie. Talis ne pose pas de question directe sur ce point mais confirme indirectement cette situation. Ainsi, les enseignants français sont ceux qui croient le moins que leur évaluation récompense les meilleurs. Ils sont aussi ceux qui pensent le plus que leur évaluation n'a qu'une utilité administrative.


Pourquoi valoriser les enseignants français ?


Somme toute, les enseignants français connaissent les défauts de leur formation, savent pertinemment ce qu'il faudrait faire mais observent que leur institution ne leur est d'aucune aide. "Les enseignants français ne sont pas responsables des inégalités sociales de réussite scolaire, qui sont particulièrement grandes en France. Ils ne sont pas responsables de l'échec scolaire", nous a dit Eric Charbonnier de la direction de l'éducation de l'Ocde. "C'est le système éducatif qui les génère. Les pays qui ont une bonne valorisation du métier d'enseignant sont ceux qui ont de bonnes performances dans Pisa. Il faut lier les deux".


Pour lui il est nécessaire de réformer la formation initiale et continue des enseignants et d'arriver à attirer vers le métier. "Il faut ouvrir des perspectives aux enseignants". Plus qu'ailleurs la revalorisation des enseignants, la mise en place de relations confiantes avec l'institution sont nécessaires en France. Pour Eric Charbonnier, le débat qui est lancé sur l'évaluation en France est une erreur. "Cela ne va pas valoriser les enseignants. Ça remet en question leur autorité" et ça évite la réflexion sur les modes d'évaluation..


François Jarraud


Talis 2013

http://www.oecd.org/edu/school/talis-2013-results.htm

Talis 2009

http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lesysteme/Pages/2009[...]

Sondage Se Unsa

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/05/22052[...]


Par fjarraud , le mercredi 25 juin 2014.

Commentaires

  • Michel MATEAU, le 27/06/2014 à 17:38

    "Beaucoup moins que les autres ils utilisent les TIC en classe (25% contre 40%). Beaucoup moins que les autres, ils donnent des travaux différenciés aux élèves ou font travailler les élèves en petits groupes" ..etc..
    C'est un problème de valorisation ?

  • Franck059, le 25/06/2014 à 18:05
    Sans vouloir faire preuve d'un pessimisme exagéré, je pense qu'il est trop tard.
    Un point de non retour est franchi depuis longtemps à mon avis.
    L'autorité du professeur continue d'être bafouée chaque jour dans de nombreux établissements et leur faiblesse de salaire ne fait qu'entériner le mépris dont ils font l'objet au moins depuis Allègre.
    La France préfère payer grassement ses hauts fonctionnaires, députés et sénateurs ainsi que ses cadres supérieurs de l'EN et tirer à boulets rouges sur la base que constituent les enseignants.
    De même pour les parents qui constatent quel leurs enfants ne maîtrisent plus les bases et qui préfèrent en vouloir aux enseignants qu'ils VOIENT plutôt qu'à ceux qui tiennent les ficelles d'un système devenu pernicieux qu'ils NE VOIENT PAS.
    Soyons réalistes : aucune amélioration en vue, au contraire, sur toute les ondes hier encore on rappelait que l'état devait faire des économies et l'on ne se privait pas pour citer prioritairement l'éducation nationale. En outre, il est vrai que le débat actuel sur l'évaluation (qui n'est EN RIEN une priorité) va encore venir jeter le discrédit sur la profession.
  • Viviane Micaud, le 25/06/2014 à 11:39
    Absolument d'accord qu'il urgent de revaloriser l'image des enseignants français dans la société. 

    Par contre, je ne suis pas d'accord avec la conclusion. La rénovation de l'évaluation en France est une nécessité. Actuellement, dans de  nombreuses situations un élève qui veut progresser, ne sait pas sur quoi il doit travailler. S'il fait des efforts, il n'y a aucun changement dans les résultats,  d'où le découragement.

    Cependant tout dépend de la manière dont le ministère s'y prendra. Il faudrait qu'il soit capable de donner des consignes pour l'évaluation qui n'entravent pas la liberté pédagogique de l'enseignant. Il faudrait qu'il arrive à ce que les extrémistes des deux bords n'entravent pas le débat.
    - ceux qui nient que l'évaluation telle qu'elle est pratiquée, bien souvent n'encourage pas les enfants les plus éloignés des apprentissages à progresser. Or, l'incapacité du système de donner le soutien nécessaire à ces enfants-là est le problème de fond de l'éducation nationale.
    - ceux qui accusent de "violence" les enseignants qui utilisent la note pour faire progresser les élèves. Alors, que franchement, le principe de la note n'est pas une violence. Par ailleurs, on ne fait pas avancer le débat en dénigrant les enseignants qui font, dans la quasi-totalité des cas, le mieux possibles dans les contraintes qu'ils ont.
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Baisse du niveau physique, une fatalité pour l’EPS ?
- « Proposer une EPS ne laissant aucun élève au bord du chemin » invite à prendre en compte ce qui se fait en direction des élèves en situation de handicap. La revue Contrepied, du Centre EPS et société, y a consacré des comptes rendus de pratique et...
Baisse du niveau physique, une fatalité pour l’EPS ?
- Comme bien souvent quand il s'agit d'EPS  ou de sport scolaire on a tendance à considérer que tout commence au collège. Je crois qu'on oublie  et qu'on néglige un peu trop l'EPS et le sport scolaire du premier degré. Les...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces