Recrutement : Les curieux comptes du ministère 

Si l'on en croit un communiqué du 4 juin, le ministère se félicite que " les premiers résultats d’admissibilité aux concours d’enseignants confirment l’amélioration du recrutement". Une affirmation que malheureusement les faits ne démontrent que grâce à une sélection originale des données.

 

Des chiffres en nette amélioration selon le ministère...

 

Si l'on en croit le ministère, dans le premier degré " les chiffres sont en nette amélioration par rapport aux années précédentes et devraient permettre de pourvoir l’ensemble des postes ouverts". En effet, toujours selon le ministère, " cette année, 18 592 candidats sont admissibles aux concours du premier degré pour 11 728 postes ouverts, soit un taux de 1,59 admissibles par poste. En 2013  ce taux était de 1,46 admissibles par poste ouvert".

 

Dans le second degré, c'est  pareil, " les résultats d’admissibilité... confirment également l’amélioration du recrutement, y compris dans les disciplines qui connaissent des difficultés depuis plusieurs années". Par exemple, " en mathématiques, le nombre d’admissibles est en augmentation, comme pouvait le laisser présager la forte augmentation du nombre d'inscrits au concours (en hausse de 33% par rapport à 2013). 1803 candidats sont admissibles au CAPES pour 1440 postes ouverts (soit 230 de plus qu'en 2013). Le taux d'admissibles par poste est donc en augmentation : 1,25 admissibles par poste contre 1,08 en 2013".  Et c'est la même chose en lettres et anglais.

 

Mais au prix d'un tour de passe passe

 

Evidemment vous n'êtes pas sans avoir remarqué une bizarrerie : la référence au concours 2013 et non 2014. Le ministère explique que " 2014 est difficilement comparable dans la mesure où deux concours avaient été organisés". Il y a quand même eu un concours ordinaire en 2014 sur les mêmes bases que les autres années. On peut donc se demander si la référence à 2013, première année des concours après la relance de l'embauche d'enseignants ne s'explique aps pour d'autres raisons.

 

Parce que si je regarde  les chiffres des candidats aux concours du premier degré en 2014, je trouve 24 179 admissibles, presque le double de 2015 avec un taux d'admissibles par poste de 3.05.

 

Si je regarde les maths, en 2014 il y avait 1899 admissibles en 2014 au capes externe pour 1243 postes. Cela fait 1.52 admissible par poste ce qui est meilleur que les 1.23 de 2014. Et on obtient des valeurs identiques pour les autres disciplines. La réalité c'est bien une degradation nette du recrutement en 2015. Le ministère pensait que la relance des postes entrainerait au bout de 2 ou 3 ans l'augmentation des candidats. En fait le sursaut est déjà retombé.

 

Pourquoi ?

 

On se demande à quoi sert cet escamotage maladroit des données 2014. Ce qui est certain c'est qu'en ne communiquant pas sur l'ampleur de la crise du recrutement, le ministère se coupe toute possibilité d'obtenir les moyens capables de redresser cette situation. Or il faudra bien dans 2 ans expliquer pourquoi l'objectif des 60 000 postes n'a pas été atteint...

 

François Jarraud

 

Communiqué

Recrutement ; le smaths, l'anglais et les lettres dans le rouge

 

Par fjarraud , le vendredi 05 juin 2015.

Commentaires

  • maria1958, le 05/06/2015 à 08:45
    Et dès lors que "en ne communiquant pas sur l'ampleur de la crise du recrutement, le ministère se coupe toute possibilité d'obtenir les moyens capables de redresser cette situation", ce renoncement va - aussi - entretenir durablement la pénurie de profs, donc interdire de régler les difficultés du remplacement.

    Et comment mener sans profs une réforme exigeante du collège - avec travail en petits groupes, développement de l'allemand, latin grec pour qui veut, etc etc ?

    Ce déni obstiné de la crise profonde du recrutement évite certes de se poser la question des mesures à prendre.... Mais il décrédibilise tout ce que dit et fait le ministère.....

    300 000 nouveaux profs à attirer, former et recruter d'ici 2022, cf étude officielle DARES (déjà citée par le 1er ministre Jean Marc Ayrault devant les recteurs en août 2013.... donc c'est pas un scoop.....).
    Mais la bonne méthode c'est "mettons la tête dans le sable, l'austérité et Bercy d'abord et advienne que pourra" ? Il est où, l'intérêt des élèves là-dedans ?
    • amalric, le 05/06/2015 à 15:29
      Je m'attends dans la prochaine décennie à me prendre des heures imposées en plus sans aucune rémunération. En basculant le statut sur 21 heures, le ministère gagne l'équivalent de combien de postes ?

       Travailler plus pour la gloire...

        Au secours...
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces