Collège : Echec de la grève, tentation du durcissement 

"Si la ministre persiste, on peut avoir des perturbations du brevet". Interrogée par le Café pédagogique, Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes, laisse flotter la possibilité d'une action durant le brevet pour protester contre la réforme du collège. Mais l'intersyndicale semble désarmée après l'échec du mouvement de grève qui n'a réuni que 12% de grévistes selon le ministère, "un tiers" selon 'intersyndicale. Dans les deux cas c'est beaucoup moins que le 19 mai où le mouvement avait concerné 28% des enseignants selon le ministère et plus de 50% selon l'intersyndicale.

 

Deux fois moins de grévistes

 

C’est N. Vallaud-Belkacem elle-même qui est venue communiquer le taux de grévistes ce 11 juin en fin de matinée. Selon le ministère on ne compterait que 11,90% de grévistes dans les collèges publics. En lycée le taux de grévistes avoisinerait les 1%. Le 19 mai, le ministère annonçait 27,6% de grévistes. Ce taux est contesté par l'intersyndicale Snes, Sud, Fo, Cgt qui revendique un tiers de grévistes.

 

La ministre a répété que « sa porte est ouverte » aux syndicats qui appellent à la grève. " Je redis que j’entends les inquiétudes qui s’expriment » a-t-elle ajouté. « Il y a des interrogations professionnelles qui sont données par les enseignants. Il faut répondre à ces inquiétudes. " Mais la ministre vante une réforme qui permettra « de faire évoluer les pratiques pédagogiques » et de faire réussir tous les élèves. « Le nerf de la guerre c’est la formation des enseignants », a-t-elle ajouté. Elle promet un plan de formation « inédit ».

 

L'intersyndicale tentée par une action contre le brevet

 

Interrogée dans le parcours de la manifestation parisienne, Frédérique Rolet ironisait sur le plan de formation de la ministre. "Pour elle c'est dire que les inspecteurs doivent prêcher la bonne parole aux professeurs. Ce type de formation ne risque pas de rencontrer un enthousiasme extrême". Selon le projet de circulaire, la formation des enseignants devrait durer 4 ou 5 jours et commencer par la formation des cadres (inspecteurs , principaux) avant de descendre vers les enseignants.

 

Pour Frédérique Rolet, "la donne a changé depuis le 19 mai car la publication des textes réglementaires au lendemain de la manifestation les a beaucoup énervé. Cela a été ressenti comme une marque de mépris et un coup de force." Mais le Snes s'attendait à un taux de grévistes inférieur à celui du 19 mai du fait de la répétition des grèves et des conseils de classe. "Mais on a énormément de professeurs qui nous disent de continuer autrement notre action".

 

Que faire ? F. Rolet laisse planer le doute sur une perturbation du brevet, alors que le Snalc, absent dans le mouvement du 11 juin, appelle à la grève sur la période du brevet. "L’intersyndicale se réunira le 17 juin pour décider des suites nécessaires tout au long du mois du juin et dès la rentrée de septembre si la ministre persiste. Elle rappelle qu’elle a déposé des préavis de grève pour tous les jours de juin".

 

Les classes bilangues très présentes dans la manifestation

 

Les cortèges contre la réforme du collège étaient minces. A Paris moins d'un millier de personnes a manifesté vers le ministère. Dans le cortège, Mélinda Sauger, une militante FO, nous a dit que "quelque soit le taux de grévistes, le problème reste entier et la réforme n'est pas acceptée". Pour elle la réforme augmenterait les inégalités et conduirait à la territorialisation de l'éducation. Une partie du cortège regroupait des professeurs d'allemand. Julie Bodnar, professeure d'allemand au collège de Breuil le Vert (60) craint les effets directs d ela réforme. "On enlève les classes bilangues pour financer la réforme de la Lv2", nous a-t-elle dit. "Dans mon collège, je passerai de 18 heures en classes bilangues à 7h30 de cours". Elle défile "pour défendre l'allemand" et souligne la perte de niveau des élèves avec la suppression des classes bilangues et de l'allemand.

 

Dans la matinée, l'Assemblée nationale avait repoussé la proposition de résolution déposée par l'UMP en faveur des classes bilangues. La ministre annonçait la publication des cartes académiques des langues en décembre 2015. " La réforme du collège a vocation à faire passer le nombre d’élèves de cinquième apprenant deux langues vivantes – donc bilangues – à 100 %. La réforme du collège, c’est donc le bilanguisme pour tous les élèves", affirmait la ministre. La réforme "  consolide les bilangues de continuité... puisqu’au lieu d’offrir une possibilité, elle garantit à tous les enfants qui auront appris en primaire une autre langue vivante que l’anglais – notamment l’allemand – de commencer l’anglais, qui paraît toujours essentiel aux parents, dès la classe de sixième".

 

François Jarraud

 

Communiqué Snes

Communiqué intersyndicale

A l'Assemblée

 

 

Par fjarraud , le vendredi 12 juin 2015.

Commentaires

  • fjovi, le 12/06/2015 à 08:25
    On en reste à cette seule contestation des classes bilangues. Au lieu de se réjouir de l'extension de ce dispositif à tous les élèves dès la 5eme, les enseignants se plaignent du fait qu'ils n'auront plus seulement des élèves triés et choisis souvent pour leurs bons résultats, et connus depuis l'école primaire. C'était un moyen pour eux d'avoir des classes studieuses et pour certains (comme dans cet article apparemment) de pouvoir faire toutes leurs heures devant un tel public...

    La déception est grande pour eux de devoir faire cours à tous... Bel esprit !

    Cela me paraît être pour ces collègues une bonne occasion de se remettre en question sur le "pourquoi font ils ce métier ?" ... 

    Sans oublier aussi, que vouloir constamment tirer la couverture à soi est évidemment incompatible avec la mise en place des EPI ...
    Alors collègues de LV, saurez vous travailler avec tout le monde (collègues et élèves) ?

    Je ne peux pas être solidaire de collègues qui pendant des années ont profité d'heures au détriment d'autres projets alors que pendant ce temps les collègues de sciences et techno se réorganisent en silence ou presque... Depuis 2008 et les pertes de groupes réduits, Technologie et Sciences n'ont jamais remis en cause les heures d'options élitistes et consommatrices d'heures... Il est temps !!!
    • jackd, le 12/06/2015 à 10:31
      Merci de dire cette vérité Fjovi.

      Je fais observer qu'avec la bivalence point ne serait besoin de partager des postes sur deux ou trois établissements. Là encore, il faut avoir un discours clair.
    • maria1958, le 12/06/2015 à 09:19
      Réaction à bien courte vue, caractéristique de l'ambiance de concurrence entre disciplines pour le partage des miettes, que la réforme NVB va exacerber en collège (comme la réforme Chatel l'a déjà fait en lycée..).

      Que les profs se bouffent entre eux pour savoir qui ira compléter son service à cheval sur 2 ou 3 bahuts, et allez après ça faire vivre le travail d'équipe - interdisciplinaire ou pas ! 

      Soyez rassuré, les profs de sciences et de techno vont eux aussi en prendre plein la figure si cette réforme se met en place, c'est d'ailleurs pour ça qu'ils signent la pétition http://unautrecollege2016.net côte à côte avec leurs collègues de langues ou d'autres disciplines.
      On est bien d'accord sur un point: les enjeux ne se réduisent pas, loin de là, à la question des seules bilangues...


      • PierreL, le 12/06/2015 à 16:02
        ... donc, pour ne pas "se bouffer" il faudrait s'aligner sur ceux qui crient le plus fort. Il n'y a pas moyen, entre profs, de se dire des désaccords?

        Collégiens, j'ai eu le privilège d'avoir des PEGC comme profs, donc bivalents... mais formés.
        De sacré bons profs!

        L'enjeux est le suivant:
        collège = petit lycée ou collège = école du socle. ?
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces