Rémi Brissiaud : En maths une réforme hors de portée  

Pour Rémi Brissiaud la réforme du programme de maths de CE et CE1 envisagée par JM Blanquer nous ramènerait au programme de 1945. Surtout elle aggraverait les difficultés des élèves. Dans un pays où le niveau en maths à l'école primaire est préoccupant, revenir sur les programmes de 2016 serait une mauvaise chose.

 

L'année d'apprentissage de la multiplication et de la division a souvent changé dans le passé. Il faut remonter à quelle date pour voir la division en Ce1 ?

 

Jean-Michel Blanquer envisage les 4 opérations en Cp ou ce1 ce qui laisse penser qu'il envisage d'inscrire la multiplication au Cp et la division en Ce1. En fait ce qu'il demande nous ferait remonter au programme de 1945 qui mettait toutes les opérations en CP. Du moins en théorie, car en réalité j'ai démontré, notamment dans u article du Café qui reprend tout l'historique, que les enseignants à l'époque n'enseignaient pas la division en CP.

 

En 1970 il y a eu une réforme qui supprimé multiplication et division du Cp et Ce1. La division était enseignée en Ce2. En 2002 la division se retrouve en cm2 et certains plaident pour la 6ème. En 2006 je me bats dans le Café pédagogique pour que la division soit enseignée en ce2. Et j'ai gain de cause avec les programmes de 2008 pour les nombres à un chiffre. En 2016 les nouveaux programmes enseignent la division au ce2 pour les nombres à un chiffre et deux chiffres simples comme 10, 25 ou 50.

 

Blanquer demande déjà en 2014 les 4 opérations au CP. Pourquoi ?

 

Aujourd'hui personne n'agite ce débat là. On a eu des discussions vives en commission pour préparer le programme de 2016 mais pas là dessus. J'imagine qu'il prend toujours conseil auprès des rétronovateurs , tout un courant qui demande le retour aux programmes de 1945. Ils ignorent qu'en fait ce programme n'a jamais été appliqué par les instituteurs comme j'ai pu le démontrer. Ils enseignaient la division en ce2. Il n'y a pas de paradis pédagogique perdu, écrivais-je en 2006 dans le Café... 

 

Enseigner la division au ce1 c'est un problème ?

 

J'ai pu montrer qu'au ce1 un problème simple comme "j'ai 30 gateaux; je les partage entre 3 personnes équitablement. Combien cela fait-il de gateaux par personne ?" n'est résolu que par 47% des élèves. Pour résoudre ce type de problème il faut maitriser la numération décimale. Or ce n'est pas encore le cas de tous les enfants au ce1. Il faut avoir acquis la commutativité de la multiplication. Pour le problème "combien il y a t-il de gateaux dans 10 paquets de 3" on a seulement 17% de réussite en ce1.

 

Enseigner la multiplication dès le Cp serait une mauvaise idée aussi. L'année de CP est déjà très chargée. En France on fait compter les élèves jusqu'à 100 alors qu'en Finlande par exemple on s'arrête aux 20 premiers nombres.

 

Ces programmes très chargés on les a aussi avec les enfants les plus jeunes. Au Royaume Uni par exemple on n'admet en Cp que les enfants ayant 6 ans révolus au 1er octobre. Nous on a un problème avec les enfants nés entre octobre et décembre. Julien Grenet a pu démontrer qu'à 11 ans un tiers d'entre eux a redoublé contre 18% pour ceux qui sont nés en janvier. Leur ajouter la multiplication au programme relève de la violence psychologique. Il sont un sac à dos déjà bien chargé. On va le lester davantage ?

 

La division est hors de portée des Ce1 ?

 

Cette mesure est d'autant plus mal venue qu'on aune évaluation en Cp qui incite les maitres à enseigner le comptage numérotage et qui revient sur la pédagogie du nombre en maternelle. Oui c'est hors de portée si on enseigne vraiment la division. Il faut travailler le sens des opérations avant de travailler les opérations.

 

JM Blanquer prend le risque de décourager les professeurs qui viennent juste de découvrir les nouveaux programmes de 2016. Au bout d'u an seulement on leur annonce un changement profond. Ce n'est raisonnable à aucun point de vue.

 

Propos recueillis par F Jarraud

 

Il n'y a pas de paradis pédagogique perdu

Les déclarations de Jean-Michel Blanquer

 

 

 

 

 

 

 

Par fjarraud , le jeudi 14 septembre 2017.

Commentaires

  • cavalli, le 14/09/2017 à 11:02
    Le ministre n'est pas là pour être "raisonnable" mais réparer les dégâts monstrueux qui ont été faits avant depuis trop longtemps maintenant ; la politique de la poussière sous le tapis ,c'est fini , la récré ,c'est fini ,les pédagos ,aussi
    • AdamAAA, le 18/09/2017 à 21:52
      cavalli est un troll son propos est sans intérêt.

      Merci de ne pas répondre à ses provocations qui n'engagent que lui et ne reflètent pas l'avis de l'ensemble du corps enseignant.
    • thais8026, le 14/09/2017 à 15:12
      Personnellement, je suis pour que tout le calcul numérique soit assimilé en sortant du primaire. Mais pour le coup les 4 opérations en CE1 ce n'est pas possible.
      Il faut que les élèves travaillent le nombre, ils doivent passer d'un raisonnement sur les quantités à un raisonnement sur le nombre lui-même après écriture.
      Pour cela il doit maîtriser les bases de nombres et le système de numération positionnelle.
      Non cela ne se fait pas un an car il faut pas oublier que les années de maternelle ne sont pas dans la scolarité obligatoire et donc ne peuvent pas compter dessus dans une avancé quelconque de la maîtrise du nombre ou de la lecture.
      On va demander un niveau d'abstraction très important aux élèves et il y a un âge pour tout et d'ailleurs pour cela que les maths modernes ont été un échec.
      L'apprentissage des mathématiques n'est pas linéaire, il y a des sauts d'abstraction dont il faut tenir compte dans les programmes
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces