L'actualité de la semaine (du 5 au 12 juin 2020) 

Le Prof Bashing

A qui profite le prof bashing ?

"Comment des milliers de profs n'ont pas assuré leur propre cours pendant le confinement". France 2 a pris sa part dans ce qui devient une vraie campagne médiatique contre les enseignants. Bien elle arrive au moment où le gouvernement  va "alléger" le protocole sanitaire pour faire taire les enseignants. Mais elle clôt aussi d'une certaine façon l'épisode exceptionnelle qu'a connu l'école, jetée sans aucune préparation dans l'enseignement à distance. Pendant deux mois, l'Ecole a été lancée dans l'enseignement à distance dans une impréparation totale. Elle va en sortir éclatée, émiettée comme jamais. C'est cette épisode que vient clore la campagne contre les enseignants. Ils vont porter le chapeau.

Lisez l'article...     

 

Qui veut la peau des enseignants français ?

Qui n'a pas encore tapé sur les professeurs ? Alors que de nombreux parents sont impatients de remettre leurs enfants à l'école, ils constatent que celle-ci ne le sprend pas ou seulement une partie de la semaine. Cela alimente un "prof bashing" qui atteint de nouveaux sommets en ce sommet. Il est alimenté par certains médias. Mais pourquoi font-ils cela ?

Lisez l'article...     

 

 

Loi Rilhac

L'avenir de l'école primaire décidé cet été

Finalement c'est le 22 juin que la proposition de loi Rilhac sur les directeurs d'école sera étudiée par l'Assemblée nationale. Pour un texte déposé le 12 mai, c'est une accélération record. Soutenue par tout le groupe LREM, la proposition de loi bénéficie aussi de l'appui du ministre de l'Education nationale, par ailleurs engagé dans une concertation sociale sur le métier de directeur. Si le texte contient quelques avancées matérielles pour des directeurs d'école qui en ont bien besoin, s'il abandonne l'idée de confier les écoles aux principaux de collèges ou de créer un corps de directeurs d'école, la proposition de loi veut créer des emplois fonctionnels de directeurs d'école. C'est une autre façon d'installer une hiérarchie dans les écoles.

Lisez l'article...     

 

Directeurs d'école : Un rapport du Sénat très proche de la loi Rilhac...

Une semaine avant l'examen par l'Assemblée nationale de la proposition de loi Rilhac, la commission de l'éducation du Sénat publie un rapport, rédigé par Françoise Laborde et Max Brisson, qui plaide lui aussi pour la transformation de la fonction de directeur d'école en emploi fonctionnel. Très précis, le rapport est attentif aux réalités du terrain et même à certaines attentes des directeurs. Il aboutit pourtant à la même conclusion que la loi Rilhac : installer une autorité hiérarchique dans les écoles là où règne la petite république du conseil d'école. Une évolution qui a été rejetée par les professeurs des écoles lors d'une récente consultation ministérielle. Mais, comme dit F. Laborde,  "il faut faire évoluer l'école de Jules Ferry".

Lisez l'article...     

 

Directeurs d'école : Emploi fonctionnel : Qu'en disent les syndicats ?

Un emploi fonctionnel , tel qu'il est promis par la proposition de loi Rilhac et le rapport du Sénat, répond-il aux attentes des directeurs d'école ? Améliore t-il l'école ? Remet-il en question la place de l'IEN ? Patrick Roumagnac, secrétaire général du syndicat des inspecteurs SIEN Unsa, Paul Devin, secrétaire général du SNPI Fsu et Francette Popineau, co secrétaire générale du Snuip Fsu partagent leurs avis.

Lisez l'article...     

 

Directions d'école : Les syndicats entre approbation et rejet de la loi Rilhac

La majorité des syndicats émettent de nettes réserves sur l'emploi fonctionnel qui serait attribué aux directeurs d'école par la proposition de loi Rilhac. Seul le Sgen Cfdt approuve la mesure.

Lisez l'article...     

 

 

Vacances apprenantes

Vacances apprenantes : 700 000 jeunes invités au rattrapage scolaire

"La jeunesse est la priorité pour notre pays. En avant toute pour la jeunesse !" Présentant le 6 juin les "vacances apprenantes", JM Blanquer, appuyé par Julien Denormandie, ministre de la Ville, et Gabriel Attal, fait preuve d'enthousiasme et peut-être d'optimisme. Son ministère et celui de la Ville investissent 200 millions dans des dispositifs qui vont proposer des accueils ou des séjours à 700 000 jeunes, prioritairement des quartiers défavorisés. Tous ces accueils de vacances seront fortement scolarisés. L'Education nationale étend son empire, à coup de subventions, sur l'éducation populaire. Et le ministre compte sur les enseignants et les chefs d'établissement pour faire la promotion auprès des parents.

Lisez l'article...     

 

Vacances apprenantes : Quatre questions à Jean-Michel Bocquet

JM Blanquer a t-il réinventé le 19ème siècle ? Directeur du MRJC, Jean-Michel Bocquet dirige une fédération d'éducation populaire concernée au premier plan par "vacances apprenantes", le dispositif lancé par JM Blanquer. Sa fédération a la particularité d'être gérée par des jeunes qui apprennent en même temps qu'ils gèrent et organisent les séjours. Ce travail sur l'émancipation des jeunes conduit JM Bocquet à être très critique sur Vacances apprenantes. Pour lui ce projet est ségrégatif socialement, intenable et en rupture avec la tradition des mouvements d'éducation populaire. Il ramène les colonies à la fin du 19ème siècle. Il accuse aussi le ministère de faire main basse dur l'éducation populaire avec Vacances apprenantes.

Lisez l'article...     

 

Les colonies de vacances du rêve unitaire à la ségrégation sociale

" Service socio-éducatif qui s’ancre dans l’espace parapolitique de la protection sociale, et non dans les structures plus durables de l’État providence, la colonie d’aujourd’hui est victime des coupes budgétaires juste au moment où elle doit faire face à des frais de fonctionnement qui ne cessent d’augmenter. Si son ancrage dans la sphère associative assure à la colonie l’énergie et le zèle des jeunes militants de l’éducation populaire, il est aussi un facteur de faiblesse économique qui rend l’institution extrêmement fragile. Quand 3 millions de jeunes ne peuvent pas partir en vacances, n’est-il pas urgent de trouver un moyen de renouer avec la mission fondatrice des colos ?"  En marge des débats sur le service national universel, le site Jean Jaurès a publié en 2018 une intéressante analyse historique des colonies de vacances depuis la naissance du mouvement à aujourd'hui signée par Laura Lee Downs.

Lisez l'article...     

 

 

Reprise

Quel coût de la crise sanitaire pour l'Education nationale ?

Quel impact aura la crise sanitaire sur le budget d el'éducation nationale ? Il est encore trop tôt pour le déterminer mais un rapport de Laurent Saint Martin, publié le 11 juin, et le projet de loi de finances 2020 permettent de le situer entre 200 millions et 300 millions.

Lisez l'article...     

 

La circulaire de réouverture invite à concentrer les savoirs

Pas de répit. La réouverture des écoles doit conduire à l'école concentrée voulue par JM Blanquer centrée sur les maths et le français. C'est ce que recommande la circulaire de réouverture des écoles publiée au BO du 4 juin, 2 jours après la réouverture...

Lisez l'article...     

 

Blanquer : Vers un allègement du protocole... et de l'Ecole

L'Ecole de demain ? Elle pourrait être doublement allégée : coté protocole et coté cours par la généralisation du 2S2C. "L'assouplissement du protocole, j'espère qu'il pourra arriver bientôt". En visite dans une école de Vincennes (94) le 4 juin, JM Blanquer a souhaité un allègement du protocole sanitaire sans en fixer la date. Une mesure que le conseil scientifique Covid-19 envisage aussi dans un nouvel avis rendu public le 4 juin. Le ministre de l'Education nationale pousse aussi à la généralisation du dispositif 2S2C qui devrait devenir "structurel".

Lisez l'article...     

 

L'organisation des examens au BO

Quelques jours après la publication des décrets et arrêtés relatifs aux examens, quatre notes de service organisent le brevet, le bac et les diplômes professionnels. Les calendriers des épreuves de rattrapage sont publiés.

Lisez l'article...     

 

Nasr Lakhsassi : Apprentissage : Un effet d'aubaine au détriment des lycéens professionnels

Professeur en lycée professionel et co secrétaire académique du Snuep Fsu, Nasr Lakhsassi analyse les effets des récentes mesures prises par le gouvernement pour sauver l'apprentissage. Pour lui , " En considérant l’apprentissage comme un moyen de lutte contre le chômage des jeunes, Muriel Pénicaud se trompe".

Lisez l'article...     

 

Le soutien à l'apprentissage met en danger l'enseignement professionnel

L'annonce du plan de relance de l'apprentissage fait réagir les syndicats de l'enseignement professionnel. 40 000 à 60 000 licenciements d'apprentis sont prévus. La réforme Pénicaud du financement de l'apprentissage met aussi en danger les CFA. Le gouvernement annonce un milliard pour le soutien aux contrats d'apprentissage. Les entreprises toucheraient 5000€ de plus par apprenti rendant l'apprenti totalement gratuit. Pour le Snuep Fsu, le gouvernement crée un effet d'aubaine. " Les entreprises préfèreront embaucher des apprenti·es « gratuit·es » à la place de jeunes déjà formé·es qui vont devoir attendre pour entrer sur le marché du travail". Pour le Snuep, " l’éducation nationale doit se donner les moyens d’accueillir l’ensemble de ces jeunes dans les 3 voies du lycée. Il doit investir dans la formation professionnelle initiale sous statut scolaire qui permet aux jeunes l’accès à la formation et la qualification sans devoir signer un contrat de travail". Pour la Cgt, " Cette crise montre que le statut le plus protecteur pour la formation des jeunes reste bien celui d’élève dans le cadre d’une scolarisation obligatoire de 3 à 18 ans. Plutôt qu’un énième plan de relance de l’apprentissage, la CGT Éduc’action revendique un plan d’urgence pour la voie professionnelle".

Lisez l'article...     

 

Le Se-Unsa invite le ministre à anticiper la rentrée

"La rentrée scolaire qui s’annonce ne sera pas une rentrée comme les autres. Elle ne peut pas non plus être source d’anxiété pour les élèves et les personnels après la crise que nous avons vécue". Alors que le ministre court après le temps depuis des mois, le syndicat lui demande de préparer la rentrée en concertation. "Cette préparation de rentrée doit donc se faire avant le début des vacances scolaires et prendre appui sur l’expérience des derniers mois, pour permettre aux personnels d’anticiper et aux collectivités de réaliser les aménagements nécessaires le cas échéant". Le Se Unsa demande "des protocoles sanitaires adaptés à plusieurs niveaux de circulation du virus et à l’âge des enfants et des jeunes ; des adaptations des infrastructures scolaires pour pouvoir y répondre : sanitaires et points d’eau en plus, aménagements des classes" ou encore "l’adaptation des contenus d’enseignement, pour tenir compte de la rupture de scolarisation de ces derniers mois, en particulier pour les classes à examens". JM Blanquer a annoncé à l'Assemblée nationale qu'il se concerterait avec les organisations syndicales pour l'organisation de la rentrée.

Lisez l'article...     

 

Martinique, Guadeloupe : Les préfets ordonnent la réouverture des écoles

"Rien ne s'oppose à l'accueil des élèves de maternelle et élémentaire". Le préfet de Martinique et le recteur ont adressé un courrier aux maires leur enjoignant de rouvrir les écoles. La plupart des communes ont fermé les écoles jusqu'en septembre. Même démarche en Guadeloupe avec une mise en demeure.

Lisez l'article...     

 

Le collège coopératif d'Aubervilliers supprimé

" Les élèves auront connu le temps d'accueil avant les cours avec des ateliers très divers, un temps aussi pour parler, pour faire des médiations ou justifier une absence ; les élèves auront connu les cours de 90 minutes, qui suppriment l'intercours, allègent le cartable, limitent le nombre de matières par jour et rendent possible certaines activités pédagogiques ; les élèves auront connu la pause méridienne de 2 heures qui tient compte de leur rythme ; les élèves auront connu les TI : groupes de multi-niveaux, trois fois par semaine, pour faire ses devoirs, partager ses apprentissages de la journée, réfléchir à ses méthodes de travail, élaborer des projets personnels ou collectifs ; les élèves auront découvert, grâce aux cours en co-intervention (deux enseignants de disciplines différentes) et aux semaines InterDisciplinaires, que le savoir est structuré par discipline mais qu'il n'y est pas enfermé ; 240 élèves seront partis en séjour-nature-coopératif s'initier à la voile et à la vie coopérative où l'on est responsable du repas, de soi et des autres ; les élèves auront connu les Conseils des Elèves une fois par semaine où l'on apprend à poser ses problèmes, à chercher ensemble des solutions, à rêver ses projets et à les rendre concrets ; les élèves auront entrevu ce qu'auraient pu être "les maisons", structures intermédiaires de prise de décision collective à l'échelle de l'établissement ; les élèves auront appris à travailler ensemble et non les uns contre les autres".

Lisez l'article...     

 

Les tribunaux confirment le droit au redoublement en terminale

Redoublants de terminale ne baissez pas les bras ! La Lettre juridique du ministère de l'éducation nationale rappelle que la justice administrative condamne les établissements qui ne respectent pas intégralement le droit au redoublement créé par N Vallaud Belkacem en 2015. Le contexte particulier de 2020 ne devrait pas faire exception.

Lisez l'article...     

 

 

Privé

Xavier Darcos à la tête d'une fondation pour le privé hors contrat

Ancien ministre de l'éducation nationale, Xavier Darcos prend la tête de la Fondation Kairos au sein de l'Institut de France. Cette fondation, crée par Anne Coffinier, "vise à soutenir les projets éducatifs innovants, et notamment les établissements scolaires libres, qui ont à cœur de transmettre la connaissance et la culture classique". L'accent est mis sur la tradition. Il s'agit d'assurer un "soutien financier des structures scolaires et périscolaires innovantes, en particulier d’écoles libres innovantes" et un "plaidoyer en faveur de mesures favorisant le développement d’offres éducatives innovantes". Mais toujours une innovation respectueuese de la tradition. "La Fondation Kairos souhaite remettre la transmission vivante de la civilisation française au coeur de l’approche éducative. C’est pourquoi la jeune fondation est abritée par l’Institut de France", explique la Fondation. Elle organisera "un premier colloque qui portera sur la transmission ambitieuse de la culture classique à l’école, comme antidote essentiel au communautarisme". Partie de la Fondation pour l'Ecole, la structure de référence des établissements scolaires hors contrat, en septembre 2019, suite à un conflit avec Espérances Banlieues, Anne Coffinier avait annoncé la création d'une nouvelle fondation. C'est chose faite au sein d'une institution publique avec la bénédiction d'un ancien ministre de l'éducation nationale.

Lisez l'article...     

 

Wallis : L'enseignement primaire confié à l'enseignement catholique

C'est une particularité de Wallis et Futuna. Dans cette collectivité d'outre-mer française, formée de trois royaumes coutumiers polynésiens, l'enseignement primaire est confié à l'enseignement catholique. Cela concerne 18 écoles. Le 4 juin, le préfet et le directeur diocésain ont signé la convention concédant l'enseignement primaire au diocèse pour 5 ans. Un cas original pour la république laïque. Selon Napole Polutele, président d ela commission éducation de l'Assemblée territoriale, la convention n'est pas légale et l'assemblée  a demandé des explications au ministère de l'éducation nationale sans avoir de réponse. 160 millions seront versés annuellement pas l'Etat. Les enseignants restent de droit privé.

Lisez l'article...     

 

 

Numérique

Bruno Devauchelle : Préparer la rentrée avec ou sans le numérique ?

Comment passer à l'hybridation de l'enseignement qui se dessine pour septembre ? Faut-il équiper tous les élèves d'un ordinateur ? Que sait-on de l'efficacité d'une telle mesure ? Quel en serait le cout écologique ? Un tel équipement suffirait-il pour maintenir la mission d'enseignement ?

Lisez l'article...     

 

Bruno Devauchelle : Comme s'il suffisait de former les enseignants !!!

Faudra-t-il développer de nouvelles formations aux moyens numériques pour l'enseignement ? Qui faudra-t-il former et à quoi ? Le désormais célèbre questionnement de l'avant/après semble être porteur d'une réflexion sur le numérique qui n'aurait pas fonctionné réellement de manière satisfaisante au cours de ces mois de confinement. Les articles et reportages se multiplient sur les dysfonctionnements multiples de ce temps imprévu et peut-être même des procès en perspective. Le dénigrement des enseignants passe aussi par le numérique d'où l'appel d'un enseignant à la formation à distance, et plus largement la remarque faite par nombre d'enseignants : nous n'avons pas été suffisamment prêts à engager ces nouvelles pratiques, il a fallu nous adapter. Et pour certains, cela a été la cause d'une mise en échec, voire d'absences le plus souvent synonymes d'angoisses, de perte du sentiment d'auto-efficacité. L'ensemble de ces critiques ainsi que les observations que nous avons pu faire posent la question de l'estime de soi dans la profession. La formation des enseignants est-elle la voie pour améliorer les choses ? Il nous semble qu'il faut élargir le regard sur la formation et engager là aussi une véritable réinvention de ce qu'elle peut être dans l'enseignement mais plus largement dans l'éducation. Car face au numérique former les enseignants n'aurait pas suffi, il aurait aussi fallu, il faudra former les autres acteurs de l'éducation.

Lisez l'article...     

 

 

 

 

Par fjarraud , le vendredi 12 juin 2020.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces