L'Expresso du 24 mai 2017

Le fait du jour

Qu'est ce qui fait la singularité de l'enseignement professionnel aujourd'hui ? Alors que les lycées professionnels connaissent une véritable révolution, Aziz Jellab, inspecteur général mais aussi chercheur à l'université Lille 3, tente de faire un tableau contrasté d'une filière mal aimée. Particularité de ce nouveau livre : la proximité du terrain. Le sociologue Aziz Jellab se fait aussi pédagogue.

 

(...)
Le système

C'est l'école Rep + Albert Camus de Creil (60) que Jean Michel Blanquer, le nouveau ministre de l'éducation nationale, a choisi pour présenter le dédoublement annoncé des classes de CP de l'éducation prioritaire. Le 23 mai, lors de cette première visite, il a surtout parlé de lui et d'Emmanuel Macron. Sur les dédoublements et la façon dont ils seront mis en place, Jean-Michel Blanquer a peu de précisions à donner. Le sort des maitres surnuméraires reste peu clair.  Un seul point semble décidé : il y aura finalement 2 300 classes dédoublées  à la rentrée.

 

(..)
Le système

"Il est plus que jamais nécessaire de fixer un cadre de régulation adapté qui protège de façon effective les données personnelles des élèves et de enseignants", déclare la CNIL le 23 mai. Elle répond ainsi à la décision du ministère d'ouvrir largement les annuaires des établissements et les données élèves aux grand s groupes du GAFAM (Gooogle, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft).


(..)
La classe

Il y a-t-il un avantage à utiliser une tablette pour construire le carnet de suivi exigé en maternelle ? Professeure des écoles à Paris, Véronique Favre pèse le pour et le contre au bénéfice de sa petite section. C'est aussi une façon de définir ce qu'est une bonne évaluation des progrès d'un enfant, une évaluation qui n'oublie ni les parents ni les collègues.

 

(...)
L'élève

Comment filmer l’artiste au travail ? Quel récit inventer, capable de donner vie au contexte historique et à l’univers mental présidant au geste du sculpteur Rodin ? En travaillant sans relâche répond le plus simplement du monde le « Rodin » de Jacques Doillon. Née dans l’insatisfaction d’un projet documentaire, poussée irrésistiblement par la métamorphose du sujet en fiction à part entière, la démarche du cinéaste aboutit à la figuration du processus de création, dans une forme originale, en osmose physique avec la matière vivante de la sculpture. Dépouillé des clichés et autres oripeaux spectaculaires, le réalisateur chorégraphie la description d’un combat au jour le jour, celui d’un artisan acharné à la recherche d’une vérité esthétique qui toujours se dérobe. Grâce à la puissance suggestive du jeu de son interprète, Vincent Lindon, Jacques Doillon donne vie sous nos yeux à un Rodin charnel et sensuel, travailleur modeste, amoureux de la vie, artiste visionnaire, dans une proximité sensible et une familiarité bouleversante.

 

(...)

L'actualité politique s'impose dans ce Café mensuel 176 avec l'alternance et l'arrivée rue de Grenelle de JM Blanquer. Ce sont à la fois les programmes et les hommes de l'équipe qui arrive et les dernières décisions de l'équipe sortante qui sont analysés.

 

Mais le Café mensuel emmène bien vite en classe. D'abord pour de la veille pédagogique dans les différentes disciplines, au primaire comme dans le secondaire. Le mensuel évoque aussi la différenciation à l'école et propose un gros dossier numérique.

 

Autre dossier : celui de l'architecture scolaire et à travers lui du bien être à l'école. Une réflexion qui mène droit au rôle des parents entre acteurs et gêneurs.

 

Le sommaire

 

Le système

Alors qu'Emmanuel Macron a promis de laisser les municipalités choisir leurs rythmes scolaires, la ville de Marseille a fait savoir le 23 mai que dès la publication du décret elle opterait pour la semaine de 4 jours. Marseille avait attendu le plus longtemps possible pour mettre en oeuvre les nouveaux rythmes, le maire, JC Gaudin, pestant contre les dépenses générées par cette réforme. Stratégie gagnante :finalement il avait obtenu une aide spéciale de l'Etat alors même que la ville est connue pour le délabrement et l'état d'abandon de ses écoles.

 

(...)
Le système

"Peut-on être trop cultivé" en S, en ES, "le droit est-il seulement ce qui limite ma liberté", en L  , "le droit de propriété doit-il être limité ". Voilà quelques uns des sujets de philosophie tombés au bac général en Amérique du Nord. L'épreuve de langue vivante LV1 est aussi connue. En anglais, les candidats ont travaillé sur deux textes de Dave Eggers et Kristin Farley. En allemand première langue, c'est le Zeppelin qui fournit le thème. Drole de sujet ! Les sujets d'italien et d'espagnol sont là aussi.

(..)
Le système

Lors d'une séance d'EPS en Segpa, à Saint Pierre (La réunion), un professeur d'EPS a été violemment agressé par plusieurs élèves rapporte Clicanoo. Les élèves auraient filmé la scène.

 

Dans Clicanoo.re

 

Le système

Peut-on être enseignante du public et candidate du mouvement catholique intégriste Civitas ? La question est posée dans La Voix du Nord par une élève de terminale. Elle estime que "l'engagement d'une enseignante pour un parti extrémiste est contraire aux valeurs de l'Education nationale".

 

Dans la Voix du Nord

 

Le système

Voilà une mesure qui devrait plaire en France, particulièrement rue de Grenelle.. Le président Trump propose dans son nouveau budget de l'éducation une mesure qui s'apparente à celle des internats d'excellence imaginés sous Sarkozy et supprimés en 2012. Un milliard de dollars seront dépensés pour inciter les enfants pauvres à quitter leur école pour aller dans une école d'un quartier plus favorisé. Cette mesure "d'extraction" individuelle d'élèves "méritants" rappelle celle  des internats d'excellence où des élèves étaient invités aussi à partir loin de leur quartier. Concrètement cela se traduit par un transfert de moyens des écoles pauvres vers les plus riches.

 

(...)
La classe

On savait que les élèves de lycée professionnel forment un public spécifique. Ce que montre l'étude réalisée par Prisca Kergoat, Valérie Capdevielle-Mougnibas, Amélie Courtinat-Camps, Julie Jarty et Benjamin Saccomanno, tous de l'université Toulouse Jean Jaurès, c'est que ce public est fracturé, notamment en fonction de l'expérience de la ségrégation qu'il connait. Les auteurs ont étudié près d'un millier de lycéens professionnels des filières batiment et services à la personne à la fois à travers un riche questionnaire et des entretiens Ils ont aussi travaillé sur un questionnaire et des entretiens avec des enseignants.

 

(..)
L'élève

" Ce cours donne un aperçu global de l’adolescence structuré autour des principaux changements pubertaires - biologiques, dont la maturation cérébrale, cognitifs, moraux, psychiques et sociaux – dans le but de repérer les spécificités psychologiques d’un adolescent (chaque histoire est en effet singulière et individuelle), parmi les invariants pubertaires de la période adolescente (étape développementale). Le développement est dynamique et non linéaire, les questions scolaires, sociales, familiales et personnelles interfèrent les unes sur les autres ou interagissent entre elles, exigeant sans cesse un (ré)ajustement des relations entre les individus, qui plus est, dans un contexte sociétal où l’image devient envahissante, ou l’apparence et la performance imposent bien souvent leur loi, ce qui donne à l’identité numérique une place et un enjeu de société que l’on ne peut éluder dans la compréhension de la jeunesse d’aujourd’hui (culture adolescente)." Proposé par l'université Grenoble Alpes, ce mooc dure 6 semaines de début juillet à début aout.

 

Le mooc

 

L'élève

Apprendre à lire c'est bien. Mais se faire lire une histoire c'est bon ! En tous cas l'un va avec l'autre et c'ets ce à quoi prépare ce joli petit livre destiné aux enfants de 3 ou 4 ans. Réalisé par Didier Lévy et Kotimi, "Tu me lis cette histoire" initie les petits au livre et au plaisir de la lecture. Didier Lévy et Kotimi, l'illustratrice, évoquent ce qui se noue autour du livre. Ils en passent véritablement les codes...

 

Didier Lévy et Kotimi, Tu me lis cette histoire, Rue du monde éditeur, ISBN 978-2-35504-464-9, 15.5 €.

 

Les disciplines

Après un court séjour de deux jours dans le Val de Loire avec une classe de CM2 de l’école Maurice Thorez de Wavrechain sous Denain (Nord), ce n’est pas un "moment champagne" que je veux partager avec vous, mais plusieurs. Je vous présente, en quelque sorte, une « Caisse de Champagne ». Je vous propose, à travers mon regard, d’ouvrir quelques bouteilles pour des situations qui m’ont, soit ému, soit rempli de fierté.

 

(...)
Les disciplines

Les 39èmes Journées ApRased 40 se tiendront à Dax du 21 au 23 juin. Les enseignats ont opté pour traiter "de l'ennui aux ennuis".  JF Dupeyron,philosophe, viendra défendre l'ennui comme facteur structurel de l'école. Martine Menès, psychologue, vantera le délice de l'ennui. JP Durif-Varembont abordera la question de l'ennui pathologique.

 

Le programme

 

Les disciplines

L'Ageem publie une brochure sur la laïcité à l'école maternelle. "Il s'agit davantage d efaire vivre la laïcité que d'inculquer des notions encore trop abstraites", explique l'Ageem. "Nous pouvons amener à travers des situations les enfants à appréhender comprendre els valeurs qui permettent le vivre ensemble". La brochure donne des exemples précis d'ateliers philo  en maternelle.

 

La brochure

 

La vidéo


 L'Edito

Si le nouveau président a déclaré faire de l'éducation une "priorité du quinquennat" c'est aussi que c'est un des trois sujets sur lesquels sont électorat l'attendent (les deux autres sont l'Europe et l'emploi). Le nouveau président a mis la barre haut. Il veut à la fois réformer l'éducation prioritaire, revoir l'orientation vers le supérieur, diffuser de l'autonomie au collège et dans les écoles. D'autres dossiers l'attendent : ouvrir des perspectives pour les enseignants, lutter contre les sorties sans qualification, évaluer les résultats. Or chacun de ces dossiers est piégé comme nous allons essayer de le montrer...

 

Réformer l'éducation prioritaire sans désespérer les enseignants

 

 La mesure étendard de son programme éducatif pourrait bien devenir un boulet. E Macron a annoncé vouloir réduire à 12 élèves par classe les effectifs des CP et CE1 de l'éducation prioritaire (Rep et Rep+). Cette mesure, basée sur la thèse de Piketty et Valdenaire, devrait permettre de mieux prendre en charge les fondamentaux sur les 2 premières années cruciales de l'école. E ce sens c'est une vraie avancée pour l'Ecole.

 

La mesure préconisée par E Macron va concerner tous les CP de Rep+ et la plus grande partie des CP de Rep dès la rentrée 2017. Pour cela il compte affecter les 5161 maitres surnuméraires en CP. Pour la rentrée 2018, 7 000 postes supplémentaires seront affectés à cette mesure , 5000 par création de postes (et ce seront les seuls postes créés sous le quinquennat) et 2000 par redéploiement de moyens. Ce total de 12 000 postes semble réaliste compte tenu du nombre de classes concernées.

(...)

 La semaine

 Vos ressources


Le système éducatif
La classe

Partenaires

Nos annonces