L'Expresso du 24 novembre 2017

Le fait du jour

"Il y a un parti pris du ministre en faveur des neurosciences. On sait qu'elles sont importantes mais on n'a pas affaire à des cerveaux de laboratoire mais à des enfants vivants". A l'issue d'un colloque sur la difficulté d'enseigner, le 23 novembre, Francette Popineau, secrétaire générale du Snuipp, annonce le lancement d'un appel à diffuser toute la recherche dans la formation continue des enseignants. Une cinquantaine de chercheurs soutiennent l'appel, par exemple E. Gentaz, B. Cyrulnik, M. Duru Bellat. R. Goigoux ou P. Meirieu.

 

(...)
La classe

"Le plus important c'est le sentiment de valorisation". Professeur de SES au lycée Froment d'Aubenas (07), Fabien Meynier anime depuis 10 ans le Prix lycéen de sciences économiques et sociales.  Une initiative soutenue par des professeurs de SES qui fait travailler ensemble une centaine de lycées dans ce projet indépendant qui s'obstine à marier sciences économiques et sciences sociales.

 

(...)
La classe

Le monde scolaire est aujourd'hui amené à faire face à l'impact des téléphones portables et des smartphones. Présents dans les cartables ou les poches d'un nombre de plus en plus grand d'élèves, mais aussi de la plupart de leurs enseignants, les échanges et les billets se multiplient sur internet et les réseaux sociaux pour inviter soit à la bienveillance, soit à l'opposition radicale. Bref les smartphones ne laissent pas indifférents. Si les lois peuvent tenter de limiter les usages, l'observation des pratiques quotidiennes et ordinaires invite à se questionner sur la manière et le cadre pour les situer dans l'espace scolaire. Nombre d'établissements ont déjà introduit des éléments soit dans le règlement intérieur, soit dans les diverses chartes de l'établissement. Cette évolution, que nous avions prévue il y a plusieurs années est en cours. Mais les propos des uns et des autres, acteurs politiques, décideurs blogueurs, marchands etc. troublent l'analyse, sans compter la nécessité de repérer le cadre juridique pertinent qui se met en œuvre (RGPD, entre autres par exemple).

 

(..)
Le système

Selon un sondage organisé par le Se Unsa, un collège sur trois n'aurait pas lis en place le dispositif Devoirs faits, censés être appliqué à la rentrée de la Toussaint. Le Se Unsa parle de "mise en oeuvre précipitée qui e réussirait pas à  impliquer les différents acteurs de la communauté éducative. L'enquête  montre que seulement un collège sur cinq a reçu les moyens nécessaires à Devoirs faits.

 

(..)
Le système

Dans un avis rendu public le 23 novembre, le Conseil d'Etat analyse le projet de loi sur l'orientation dans le supérieur. Il souligne la précipitation avec laquelle la réforme est lancée." appelle particulièrement l’attention du Gouvernement sur le calendrier extrêmement tendu et contraint dans lequel doit être mise en œuvre une réforme qui concernera plus de 600 000 nouveaux arrivants dès la rentrée universitaire 2018 et dont l’essentiel (processus amont d’information et d’orientation, nouvelle plateforme numérique de préinscription, conformité aux exigences de la législation sur l’informatique et les libertés, conditions du dialogue entre lycées, étudiants, universités et rectorats, notamment) reste à construire".

 

(...)
Le système

 Au fur et à mesure que la commission Mathiot, en charge de la réforme du lycée, reçoit les associations professionnelles, elle dessine le projet du nouveau bac et par ricochet celle la réforme du lycée. Si la classe de seconde doit rester une classe d'orientation, la spécialisation des élèves apparaitrait dès la 1ère. Selon l'APPEP (professeurs de philosophie), le nouveau bac comprendra 2 épreuves universelles passée spar tous les élèves de terminale générale et technologique en juin et deux épreuves de spécialité passées plus tôt.  S'ajouterait l'épreuve anticipée de français. Selon l'Appep, la philosophie serait une des deux épreuves universelles. La deuxième épreuve universelle serait un grand oral pluridisciplinaire.

 

(...)
Le système

"Rien ne bouge. On ne change rien ! Le mouvement des enseignants sera celui des académies de Caen et Rouen à la rentrée prochaine... Aucune fusion de services n’est à l’ordre du jour". Dans Paris Normandie, Denis Rolland, le nouveau recteur de Caen gérant aussi l'académie de Rouen par dérogation, tient un discours rassurant. Mais il annonce aussi que cette expérimentation est suivie et pourra être généralisée rapidement. " Les services de l’État se regroupent à l’échelle de la région sauf dans l’Éducation nationale. Nous expérimentons donc dans un périmètre de cinq départements, un périmètre gérable, sans être loin des territoires... Nous allons adapter ce qui doit l’être. Et si cela doit arriver, cela le sera par le ministre. Attendez mars..."

 

Dans Paris Normandie

 

Le système

C'est une inspectrice générale de philosophie que Jean-Michel Blanquer a choisi pour présider le Conseil supérieur des programmes après la démission de Michel Lussault. Spécialiste de la mystique musulmane, S Ayada va de facto décider de l'avenir d'un conseil qui semble peu acquis aux thèses ministérielles. S Ayada est aussi membre de la mission Mathiot.

 

 

Le système

Enseignants du premier degré, les 1500 référents handicap suivent les projets de scolarisation des écoliers handicapés. Doivent ils bénéficier de la même revalorisation que les autres enseignants du premier degré qui ont vu l'ISAE, une prime annuelle, relevée ? Finalement le ministère laisse les recteurs décider si leur prime sera de 950 ou de 2500 €. Dans une lettre au premier ministre datée du 23 novembre, l'intersyndicale Snuipp, Se Unsa et Sgen Cfdt, c'est "inacceptable".

 

La lettre

 

 

Le système

" Toute décision de recrutement doit être précédée d’une enquête administrative destinée à vérifier si la personne concernée représente une menace grave à la sécurité publique ou la sûreté de l’État". Une proposition de loi déposée par I Valentin,député Les Républicains, veut soumettre la nomination des enseignants , et eux seuls, à une enquête de police.

 

La proposition

 

Le système

 Les maitres délégués sont l'équivalent dans l'enseignement privé sous contrat des contractuels dans le public. Sauf qu'ils sont beaucoup plus nombreux (18% des enseignants) et que leur rémunération est inférieure. " Leur charge de travail est très, trop même, importante, voire inhumaine. Les maîtres délégués doivent faire preuve d’une flexibilité à toute épreuve. Les disciplines et les niveaux d’enseignement peuvent être communiqués la veille de la rentrée scolaire. Ils doivent pouvoir être aptes en peu de temps à enseigner dans les trois cycles de primaire et, pour le second degré, en collège, et/ou en lycée, et/ou en post bac, préparer des cours, des AP. Cela, sans compter des autres missions que les maîtres délégués sont obligés d’accepter : être professeur principal, organiser des voyages, etc.", souligne la Fep Cfdt dans un "Livre noir" envoyé au ministre. Le syndicat demande un plan de résorption de l'emploi précaire.

 

Le Livre noir

 

La classe

Le nouveau management axé sur la performance coute cher aux enseignants. C'estce qui ressort d'un congrès d'un syndicat d'enseignants québécois, la FAE, selon l'Huffington Post. "Les travaux de la sociologue Marie-France Maranda et du professeur Simon Viviers font état de la culture du «trop» et du «manque», soit trop d'élèves dans les classes, trop d'élèves présentant des difficultés diverses et trop d'exigences individualisées alors que parallèlement, les enseignants manquent de ressources, manquent de reconnaissance et manquent de soutien politique", écrit l'Huffington Post. " La philosophie de gestion tourne autour d'un discours positif visant à mousser l'enthousiasme et la résilience face à l'adversité, et qui interprète les situations de surcharge comme un problème personnel de l'enseignant incapable de gérer son temps de travail et son désenchantement comme étant un manque de vocation pour l'enseignement." Le congrès  a mis en évidence le coût final pour le système éducatif : les enseignants craquent, tombent malade et il faut les remplacer.

 

L'article

L'échec du New Public Management

 

L'élève

Les professeurs peuvent visiter gratuitement, quand ils le souhaitent la nouvelle exposition consacrée à Marie Curie à l’occasion du 150ème anniversaire de sa naissance. Instruments scientifiques, documents d’époque et effets personnels racontent l’histoire impressionnante de  cette figure de la science, titulaire de deux prix Nobel et  première femme à être entrée au Panthéon pour son travail. Les jeunes, écoliers, collégiens et lycéens, sont très attendus : des visites guidées et des parcours dans le Panthéon, leur sont proposés. Les visites scolaires autonomes sont gratuites.  La découverte de Marie Curie peut se poursuivre aussi par une visite au Musée Curie.

 

(..)
Les disciplines

 Comment les professeurs d'EPS s'acquittent-ils de l'éducation à a citoyenneté ? Sabrina Dumont, une chercheuse belge, a enquêté auprès des professeurs d'EPS de Belgique francophone. Elle interroge la représentation que les professeurs se font de l'éducation à la citoyenneté et les pratiques utilisées en cours. Selon elle, " les professeurs suggèrent que l’éducation à la citoyenneté doit être d’abord mise en place au sein de la famille. Or, ils pensent que les parents accordent de moins en moins de temps à l’éducation de leur enfant. Ainsi, par dépit, ils occupent ce rôle d’éducateur à la citoyenneté. Néanmoins, chacun n’attribue pas la même intensité à ce rôle. En effet, deux enseignants sur les dix interrogés sont conscients que l’éducation à la citoyenneté à sa place au cours, mais prônent d’abord le développement du physique et de la motricité comme objectif principal du cours d’éducation physique... Nous décelons également une différence de pratique entre les professeurs du degré secondaire inférieur et du degré secondaire supérieur. Les professeurs qui donnent cours dans le degré inférieur sont beaucoup plus explicites et insistants sur l’éducation à la citoyenneté". Dans les deux types d'établissement visités les enseignants lient l'éducation à la citoyenneté à celle du vivre ensemble.

 

L'étude

 

Les disciplines

" Pour être au plus près des modalités d’évaluation des compétences du socle commun, mes collègues et moi même avons élaboré des grilles de critères basées sur des échelles descriptives pour chacune des compétences et capacités travaillées et évaluées, reposant sur les 4 niveaux de maîtrise". Ce sont ce sgrilles que Laurence Pierre propose. Elles permettent aux élèves de comprendre ce qui est attendu d'eux dans une composition.

 

Sur le site de Poitiers

 

Les disciplines

L'édition 2017 du Portrait social de la France de l'Insee vient de paraitre. Le volume apporte un éclairage important sur les ménages, la population, le travail et la qualité de vie. Plusieurs dossiers enrichissent le nuémro : les spécificités des unions libres, la polarisation de l'emploi salarié depuis les années 1980, la réforme des prestations sociales.

 

Télécharger le volume

 

 

La vidéo


 L'Edito

Il n'aura fallu que quelques semaines à Jean-Michel Blanquer pour tourner la page du quinquennat précédent. Bon connaisseur de l'institution scolaire, habile, le ministre a utilisé réussi à détruire 5 années de refondation presque sans y toucher. Il lui aura suffi de lâcher la puissante force des pesanteurs internes du système. L'année 2017-2018 sera plus difficile car il devra utiliser d'autres forces pour construire. "Depuis mon arrivée, j'ai engagé ce processus afin de préserver ce qui est bon et d'améliorer ce qui ne fonctionne pas. L'ensemble de mes actions se résume en la volonté de bâtir l'école de la confiance". Cet été, dans le JDD du 23 juillet, Jean-Michel Blanquer semble hésiter entre amélioration et construction. C'est pourtant bien une nouvelle école qu'il a commencé à mettre en place en faisant table rase des réformes précédentes. La première année scolaire du nouveau ministre devrait voir le lancement des nouveaux projets pour l'Ecole. Primaire, collège, lycée, tous les niveaux de l'Education nationale seront concernés. Pragmatique ou idéologique, la réforme sera surtout pilotée par la nouvelle rigueur budgétaire qui se profile et qui pourrait limiter les ambitions du ministre.

 

Une politique dans l'impasse au primaire ?

 

"Notre priorité c'est le primaire", ne cesse de répéter JM Blanquer. Il se fixe même comme objectif "100% de réussite des élèves" en CP, c'est à dire 100% de réussite dans le "lire, écrire, compter et respecter autrui". Pour cela , le ministre compte sur un nouveau dispositif : le dédoublement des classes de CP en éducation prioritaire, soit en rep+ dès cette rentrée et son extension aux classes de CP et CE1 de Rep + et Rep (l'autre composante de l'éducation prioritaire) à la rentrée 2018. Au total ce sont 2 500 postes dès cette rentrée qui doivent y être consacrés et encore 9 500 à la rentrée 2018.


(...)

 La semaine

 Vos ressources


Le système éducatif
La classe

Partenaires

Nos annonces