Adresse Email :
Mot de Passe :
Mot de passe oublié? Pas encore inscrit?
 
Catégories
Il n'y a aucun élément dans la liste.
Profs d'histoire geographie en colere > Messages > Pétition académique diffusée aux profs de lycée dans l'académie de Besançon
Pétition académique diffusée aux profs de lycée dans l'académie de Besançon
L'objectif de cette pétition, qui peut être déclinée dans toutes les académies de France, est d'inviter nos inspecteurs à nous rencontrer rapidement afin d'exprimer publiquement et collectivement l'impossibilité de réaliser correctement le programme de Première générale, et de réclamer un allègement (devant l'urgence de l'examen) puis une refonte plus profonde des programmes.
Nous partons :
- du niveau académique, mais souhaitons être rapidement entendus sur le plan national afin que cette situation, inconfortable pour les élèves comme pour nous, trouve des solutions rapides ;
- de la classe de première, mais les autres programmes, en collège comme en lycée, méritent également une vraie concertation sur leur cohérence et leurs objectifs.
 

 

Attention, Histoire-Géographie en danger !

 

Nous, enseignants d’histoire géographie en lycée de l’académie de Besançon, partageons l’inquiétude de très nombreux collègues dans toute la France, et tenons à vous faire part des observations suivantes :

 

· Nous constatons l’impossibilité de mener à bien les nouveaux programmes de 1ère générale, ce qui confirme ce que nous pressentions dès l’année dernière sans avoir été entendus, puis cet été en préparant nos cours.

 

· Les horaires impartis sont nettement insuffisants pour un programme dont l’horaire officiel prévoit la réalisation en 114 à 124 heures, alors que nous disposons au maximum de 132 heures d’histoire géographie devant les élèves :

-         quel temps pour les évaluations et les corrections ?  

-         la définition tardive (et toujours assez floue) des épreuves du baccalauréat en série S impose des ajustements méthodologiques importants qui nécessitent du temps ;

-         la disparition des dédoublements dans nos disciplines de la seconde à la terminale pénalise directement la mise en œuvre de démarches adaptées à la diversité de nos élèves. 

 

· A bien des titres ce programme est contestable, sur le fond comme sur la forme ; parmi les points qui le rendent strictement infaisable à ce niveau, nous pouvons souligner les suivants :    

-          la difficulté à évoquer des thématiques problématisées face à des élèves dont l’âge et le bagage culturel ne permettent pas le plus souvent d’adopter le recul critique nécessaire ;         

-          la liste des croquis et schémas possibles souffre de nombreuses carences : manque de précision, multiples échelles à envisager, pour un nombre bien trop important de réalisations ;  

-          la multiplicité des questions à traiter (48 au total pour environ 120 heures) conduit à une dispersion intellectuelle ingérable pour la majorité d’entre eux et empêche radicalement de prendre plaisir à étudier nos matières…

 

Pour ces raisons entre autres, ce programme nous semble malveillant et pédagogiquement dangereux. Soucieux de la réussite de nos élèves et face aux attaques menées contre nos disciplines, il nous semble utile et nécessaire de vous rencontrer collectivement lors d’un stage académique que nous vous demandons d’organiser rapidement, afin d’envisager la révision profonde et l’allègement des programmes de première générale. Nous vous demandons aussi de faire remonter à l’Inspection générale et au ministère de l’Education nationale notre refus de porter une responsabilité qui n’est pas la nôtre et notre demande de la poursuite de notre enseignement, dès l'an prochain, sur les deux années du cycle terminal pour toutes les séries.

 

Ces critiques portent aujourd’hui sur le programme de première du fait de la nécessité de le terminer afin d’assurer la réussite des élèves au baccalauréat, mais notre contestation porte sur l’ensemble des programmes d’Histoire-Géographie de la sixième à la future terminale. Le mépris dans lequel est tenu l’ensemble des professionnels de terrain étant inacceptable.

 

Nom et prénom

Adresse

Lieu d’exercice

Signature

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Collectif des enseignants pour la défense de l’histoire-géographie

Commentaires

Aucun commentaire sur ce message.