Autres blogs
Il n'y a aucun élément dans la liste.
Après 2 mois de détente et de loisirs, la rentrée des classes est souvent une période assez délicate, aussi bien pour les enfants que pour les parents.

 Calendrier

Il n'y a actuellement aucun événement à venir.
Comment protéger son enfant contre le cyber harcèlement ?

Le développement des technologies a permis un nouveau type de harcèlement tout aussi dangereux que le harcèlement traditionnel: le cyber-harcèlement. Les plus touchés étant bien évidemment les plus jeunes, il est important de mettre en place des actions efficaces pour leur permettre de surfer tranquillement.

Utiliser un VPN

25% des enfants de 12 ans sont inscrits sur au moins un réseau social, faisant d’eux des cibles idéales. Le problème du cyber-harcèlement est qu’il peut se transformer en quelque chose de plus dangereux si la personne arrive à avoir à certaines données, comme la localisation. L’utilisation d’un VPN permet donc de contourner ce problème en empêchant les personnes qui communiquent avec votre enfant de récupérer l’IP réel de l’ordinateur utilisé.

Mettre des limites

En tant que parent, il est normal de vouloir confier en ses enfants, mais comme ce ne sont que des enfants il faut mettre des limites bien claires. Deux de ses limites qui sont importantes de mettre en place sont la gestion du temps d’utilisation d’internet afin de ne pas laisser vos enfants passer trop de temps en ligne, et le contrôle parental contre l’exposition au contenues explicites ou dangereuses.

Rester ouvert à la communication

Vous pouvez mettre en place toutes les ressources nécessaires pour protéger votre enfant, il y aura toujours un risque. Il est donc important d’être toujours disponible et de lui faire savoir régulièrement, afin de lui permettre de parler avec vous s’il se passe quelque chose. N’hésitez pas à demander votre enfant où il met ses propres limites et pourquoi, pour éviter une utilisation en cachette.

Un enfant n’a pas conscience de tous les dangers d’internet. Prenez donc le temps de discuter avec lui de tout ce qui peut se passer, des comportements qu’il doit vous signaler etc…afin qu’il soit préparé à surfer. Tout comme vous lui enseigneriez à faire du vélo, Internet et son environnement doivent être expliqué dans le détail.

Surveiller les changements de comportement

Un cyber-harcèlement, tout comme du harcèlement traditionnel, provoque un changement de comportement de la victime. Faites attention aux petits détails comme l’isolation, le refus de participer à des activités qu’il aimait faire, le manque d’appétit quotidien…Ce sont autant de facteurs qui peuvent vous indiquer que votre enfant est victime de cyber-harcèlement.

Réagissez calmement et sereinement

Si votre enfant vous parle d’un problème qu’il a rencontré en ligne, il est important que vous réagissiez calmement, afin qu’il ne puisse pas mal interpréter votre réaction. Il pourrait en effet croire qu’il a fait quelque chose de mal et que cela est en partie sa faute. Expliquez-lui la situation calmement et rassurez-le en lui disant qu’il a pris la bonne décision en vous en parlant.

Prenez en compte tous les appareils

On pense généralement à l’ordinateur lorsque l’on souhaite contrôler les risques qu’encourt un enfant sur Internet, mais il faut maintenant prendre en compte que les téléphones sont de véritables petits ordinateurs. Ils permettent en effet de chatter via les réseaux sociaux, de recevoir des images, de prendre des photos ou des vidéos puis de les envoyer... Pensez donc à surveiller tous les appareils que peut utiliser votre enfant comme les smartphones ou les tablettes.

Dans l’infographique offert par VPN Overview vous trouverez encore d’autres moyens pour protéger vos enfants pour profiter d’une utilisation d’internet responsable.

Les 5 meilleurs souvenirs pour un album photo réussi

C’est bien connu: il suffit d’écouter une chanson à la radio ou de sentir un parfum particulier pour replonger aussitôt dans une autre époque, pour se souvenir de moments merveilleux et importants et prendre conscience du temps qui passe. Se replonger dans ses souvenirs peut être quelque chose de merveilleux, surtout quand la mémoire reçoit un peu d’aide d’un album photo ! Les gens et les événements vont et viennent constamment. Si vous en êtes conscient, prenez des précautions et gardez en mémoire les moments spéciaux pour tous les âges. Comment ? Par exemple, en créant votre propre album photo ! Bien sûr, c'est à vous de décider quels moments y trouveront leur place. Voici toutefois quelques suggestions d’événements de votre vie à immortaliser.

La première rentrée scolaire - l'entrée dans la vie réglementée

Les choses sérieuses commencent avec la scolarité. Un réveil régulier et précoce, une routine quotidienne fixe, comprendre pour la première fois l’importance du week-end, apprendre des choses importantes pour la vie et le futur travail - tous ces jalons dans la vie d'un enfant devraient figurer dans un album photo, que vous pouvez vous-même créer en ligne.

De la fin des études à l'université, longs voyages ou premiers emplois

Chacun est amené à suivre son propre chemin. Que ce soit un premier emploi, une petite pause à l'étranger pour se retrouver ou l'université – la période qui suit l'école est également une étape importante. Des décisions sont prises ici qui peuvent influencer l'ensemble de la vie future. De plus, c'est généralement une période de croissance, de rébellion contre l'ancienne génération et de découverte de soi. Cette période s’accompagne souvent de voyages, et donc d’autant d’occasions de prendre des photos marquantes.

Remise de diplômes, première promotion ou victoire sportive

Il ne fait aucun doute que la réussite académique, personnelle et professionnelle ne doit pas manquer de figurer dans un album photo. Bien sûr, c'est à vous de décider quel succès est vraiment important pour vous - la première place de votre équipe de football ? L’obtention du bac ou d’un autre diplôme ? L'ouverture des premiers bureaux de votre entreprise ? A vous de décider !

L'amour: la rencontre, les fiançailles, le mariage

Dans la vie, le vrai amour est aussi important que les vrais amis. Et comme dans la vie, vous décidez de ce que vous voulez garder et de ce que vous ne voulez pas retenir. Soyez cependant conscient que vous pourriez regretter plus tard de ne pas avoir collé la photo de mariage car la robe ne convenait pas parfaitement ! Ce qui fait une belle photo, c’est souvent davantage la beauté des souvenirs que vous lui associez qu’une simple esthétique formelle.

Famille: La première photo de votre bébé

Les photos de famille doivent bien sûr figurer dans tout bon album photo ! Et rien n’est plus mignon qu’un bébé, surtout quand c’est le sien ! C’est peut-être le moment de commencer votre propre album photo et de capturer tous les moments de la vie de votre enfant ! Mais n'oubliez pas d'inclure quelques photos des grands-parents, de vous-même et de la génération plus âgée. Tout ne dure pas éternellement et en garder un souvenir visuel est d'autant plus important. Comme ce n’est pas toujours évident de bien photographier vos chouchous, voici quelques astuces des pros.

Si vous créez un album photo, laissez libre cours à votre créativité. Chaque vie est unique et c’est précisément cela que l'album photo incarnera plus tard !

4 conseils pour aider votre enfant désorganisé à s'organiser

Votre enfant n’est pas le roi de l’organisation ? Il est souvent en retard, vit dans le désordre et oublie régulièrement des choses ? Comme un adulte, il peut tout à fait apprendre à s’organiser. Il suffit de trouver les bonnes méthodes et d’être patient. Voici 4 conseils qui devraient aider votre enfant désorganisé à s'organiser:

1. Du temps libre

Tout d’abord, si votre enfant est peu organisé, cela peut être dû à une surcharge de choses à gérer. Sachez que le cerveau d’un enfant n’a pas la maturité d’un adulte. Il n’est donc pas capable de gérer autant de choses ou de traiter autant d’informations. Si vous voulez aider votre enfant à mieux s’organiser, commencez par lui laisser le temps nécessaire pour le faire.

Prévoyez du temps dans la journée pour qu’il puisse préparer ses vêtements du lendemain, mettre de l’ordre dans ses affaires, faire son cartable, etc. Dans l’idéal, prévoyez du temps les veilles d’école pour tout préparer pour le lendemain. Et le matin, évitez la course effrénée qui nuit à l’organisation. Gardez aussi du temps (précieux) pour son repos.

2. Une routine à suivre

Ensuite, une routine est parfaite pour être plus organisé. Si votre enfant a l’habitude de faire les choses dans un certain ordre, à tel moment de la journée, ses actions deviendront un automatisme. De cette façon, il ne sera plus aussi désorganisé.

Ici encore, la routine est très utile le matin et le soir, deux moments intenses de la journée. Pour rendre l’exercice plus ludique, vous pouvez représenter chaque action sur une horloge et l’afficher au mur. Par exemple: 7h réveil, petit-déjeuner jusqu’à 7h20, habillage et brossage de dents jusqu’à 7h40, 7h50 départ pour l’école, 8h15 début des cours. Visualiser les actions aidera votre enfant à se projeter et à s’organiser plus naturellement.

3. Un panneau en liège sur le mur

En complément de la routine illustrée sur une horloge, une autre idée est de fixer un mémo au mur, sous forme de panneau de liège. Ajoutez aussi un calendrier mensuel et hebdomadaire, qui donnera une meilleure vue d’ensemble.

Votre enfant et vous pourrez y inscrire les horaires des entraînements sportifs, écrire les rendez-vous médicaux, coller des pense-bêtes, punaiser des flyers ou encore vous laisser de gentils messages sur des post-it !

4. Des étiquettes pour l’école

Souvent, les enfants mal organisés ont tendance à égarer leurs affaires. Ce n’est pas très gênant à la maison, mais ça l’est beaucoup plus en collectivité. Crèche, école, club sportif, etc. si votre garnement oublie ses affaires, il risque de ne jamais les retrouver.

Une solution est d’y coller une étiquette pour l’école. Grâce à elle, si quelqu’un trouve une des affaires égarées, il saura tout de suite à qui elle appartient et pourra la restituer à votre enfant. Si ce dernier ne sait pas lire, pensez aussi à ajouter un petit motif sur l’étiquette personnalisée, en plus de son nom.

Conclusion

Veillez à accompagner votre enfant pendant la mise en œuvre de ces conseils. Implémentez chaque actions ensemble, de façon ludique et amusante. Le résultat n’en sera que meilleur !

4 erreurs courantes en anglais commises par des français

Un aspect clé de l’apprentissage d’une langue consiste à étudier les erreurs commises et à les corriger en les comprenant. Bien que chacun ait ses propres difficultés, certaines sont communes à tous les français apprenant l’anglais. Nous vous en avons sélectionné quelques-unes pour vous aider dans votre apprentissage:

1. Les faux-amis

Anglais apprenant le français ou français étudiant l’anglais, tous souffrent de ce problème ! Les faux-amis sont des mots similaires dans les deux langues, mais qui ont en fait un sens bien différent:

Attended/assisted:

  • She assisted to the presentation. (incorrect)
  • She attended the presentation. (correct)

En anglais, le verbe « to assist » signifie « aider », tandis que « assister » se traduit par « to attend ».

Sympathetic:

Les français utilisent souvent le mot « sympathetic » pour dire « gentil » ou « sympathique ». Mais le terme anglais indique en fait que vous comprenez ce que quelqu’un ressent:

  • When I told me boss about my family problems, he was very sympathetic and told me to take a few days off.

2. Usage incorrect des infinitifs

L’infinitif en anglais est un piège courant pour les français. Voilà deux erreurs classiques que même les plus aguerris en anglais commettent de temps à autre:

Infinitif au lieu du gérondif

Quand un verbe doit remplacer un nom, la langue française utilise l’infinitif (par exemple J’ai envie d’aller à la plage »). Mais en anglais ce type de construction emploie un gérondif (la forme en –ing):

  • They are interested in to learn about French cinema. (incorrect)
  • They are interested in learning about French cinema. (correct)

Infinitifs employés après des modaux

C’est sans doute l’une des erreurs les plus caractéristiques que commettent les français lorsqu’ils parlent en anglais: les verbes modaux (can, may, shall, will, must) sont suivis d’un infinitif, sans « to » :

  • I must to finish this project by the end of the month. (incorrect)
  • I must finish this project by the end of the month. (correct)

3. Pluriels non nécessaires

Le français contient beaucoup de noms qui s’emploient au pluriel pour désigner un collectif plutôt qu’un pluriel grammatical (par exemple « informations », « cheveux », …). Mais en anglais, vous devrez vous habituer à employer un singulier à la place !

  • Can you give me some informations about the program ? (incorrect)
  • Can you give me some information about the program ? (correct)

4. Prononciation

Personne ne s’attend à une prononciation parfaite, mais parfois une mauvaise prononciation peut vous rendre difficilement compréhensible. Par exemple, les français sont connus pour avoir un problème avec le « H » : ils prononcent « appy » au lieu de « happy, « ole » au lieu de « hole », etc. La seule manière de se débarrasser de ce problème est de beaucoup pratiquer avec des anglais. Pour cela, le mieux est de passer une semaine avec une famille dont l’anglais est langue maternelle.

Cette liste ne se veut nullement exhaustive, mais nous espérons qu’elle vous aidera à identifier les difficultés à travailler, que vous soyez seul ou entouré d’amis anglais ou de professeurs. Le seul autre conseil que nous puissions vous donner est: « pratiquez, pratiquez, pratiquez ! ».

4 conseils aux parents pour la rentrée des classes

Après 2 mois de détente et de loisirs, la rentrée des classes est souvent une période assez délicate, aussi bien pour les enfants que pour les parents. Nouveau rythme, retour des contraintes, éventuelles appréhensions, organisation minutée, etc. Pour que la fin des grandes vacances se déroule le mieux possible, suivez donc nos 4 conseils aux parents pour la rentrée des classes !

1. Reprenez un rythme scolaire

Pendant les grandes vacances, les bambins ont un rythme assez décousu. Ils se couchent tard pour profiter des soirées d’été, ils font la grasse matinée, ils mangent à des heures irrégulières… Bref, ils adoptent le rythme des adultes en vacances !

Seulement, en période scolaire, il n’est plus possible d’avoir cette cadence décalée et irrégulière. À l’approche de la rentrée des classes, il faut donc reprendre un rythme plus adapté. Cela signifie d’abord de se coucher assez tôt (adaptez l’heure selon l’âge de votre enfant) et de se lever également plus tôt (à l’heure où il devra se lever pour aller à l’école). En complément, reprenez aussi des habitudes alimentaires plus adéquates, en mangeant à heures fixes : petit-déjeuner, déjeuner, goûter et dîner.

Ce retour au rythme scolaire rendra la transition plus douce et plus supportable pour les enfants et les parents.

2. Préparez les affaires pour l’école

Ensuite, toutes les affaires de votre enfant doivent être prêtes pour le jour J. Et puisque des milliers de parents sont concernés par les achats pour la rentrée, il faut vous y prendre suffisamment tôt pour obtenir toutes les affaires nécessaires !

En pratique, pensez:

  • Aux fournitures scolaires: sac à dos, agenda, stylos, cahiers, livres et autre matériel; votre enfant doit avoir le nécessaire à disposition pour bien démarrer son année scolaire.
  • Aux démarches administratives: cantine, abonnement de bus, périscolaire, etc. Certaines démarches s’effectuent avant les grandes vacances et d’autres à la rentrée. Organisez-vous pour ne pas être pris au dépourvu.
  • Aux vêtements: la rentrée est souvent l’occasion de renouveler la garde-robe pour l’école. Veillez aussi à coller des nominettes sur les vêtements et les chaussures, pour éviter qu’ils soient échangés avec des camarades.

3. Rassurez votre enfant

Afin que la reprise soit plus douce, aidez votre enfant à l’appréhender de manière positive. Quitter le plaisir des grandes vacances pour retourner sur les bancs de l’école est souvent un moment difficile. Vous devez alors préparer votre bambin mentalement et le rassurer.

Insistez donc sur les éléments positifs: retrouvailles avec les copains, reprise de son activité extrascolaire préférée, découverte de nouvelles matières intéressantes, rencontre avec de nouveaux amis, etc. Et si votre enfant va dans une nouvelle école, vous pouvez y faire un tour quelques jours avant la rentrée. Même si l’établissement est fermé et qu’il n’en voit que l’extérieur, cette initiative le rassurera et l’aidera à se projeter.

Enfin, si votre petit est particulièrement stressé, expliquez-lui que vous comprenez ses craintes, que vous aviez les mêmes à son âge et que vous serez présent pour lui en cas de difficultés. Évidemment, ne lui montrez pas vos propres appréhensions !

4. Vérifiez la santé de votre bambin

Par ailleurs, avant de retourner à l’école, assurez-vous que votre bambin soit en bonne santé. Chaque jour, il sera à nouveau en contact avec des dizaines d’autres enfants, mieux vaut donc éviter les contaminations ! Vérifiez donc que tous ses vaccins sont bien à jour.

Si vous avez le moindre doute, effectuez aussi un bilan visuel ou auditif. Des problèmes d’ouïe ou de vue sont très néfastes pour les résultats scolaires et causent parfois des troubles de l’attention et de la concentration. En les détectant et en les traitant suffisamment tôt, vous mettez toutes les chances du côté de votre enfant.

Conclusion

Grâce à ces conseils, votre petit et vous serez parés pour la rentrée des classes ! Pour finir, demandez à votre enfant s’il préfère que vous l’accompagniez ou non dans son école le jour J. Cette dernière étape aidera à ce que la rentrée se passe au mieux.

Bienvenue dans votre Communauté !
Pour démarrer et créer votre communauté, vous allez
  • créer des catégories pour vos articles
  • ouvrir un album de photos
  • partager des documents
  • partager un calendrier

Une fois que tout est prêt, demandez à vos futurs membres de s'inscrire en allant dans la Recherche de communautés, puis en s'inscrivant.
Il vous suffit de leur donner les bons droits dans Gérer mes communautés.