Adresse Email :
Mot de Passe :
Mot de passe oublié? Pas encore inscrit?
 
Vandongen11 > Catégories
    L’Erythrée et le Soudan : pays liberticides.

 

La liberté d’expression ainsi que les libertés en général sont de plus en plus restreinte.

 

En effet, dans ces deux pays, il y a énormément de censures : de nombreux journaux ferment et des journalistes sont emprisonnés ou décapités. La presse indépendante est interdite, le seul journal autorisé par le gouvernement est le journal gouvernemental lui-même.

 

L’excuse favorite du gouvernement étant que les personnes arrêtées « mettent en danger l’unité et les intérêts du pays ». L’excuse concernant les journalistes est d’autant plus absurde, ils ne doivent pas «  publier quelque article que ce soit qui pourrait heurter la moralité publique ».

 

Personne ne peut critiquer le gouvernement en place sous peine de finir en prison ou bien de se retrouver six pieds sous terre.

 

Les gouvernement tiennent les civils par la terreur et la menace. Ils donnent des informations erronées à la population. Le régime gouvernemental de ces pays dresse le peuple contre de présumées conspirations et imminentes interventions étrangères dans leur pays. Les différentes guerres de ces pays provoquent la mort de nombreux civils et de plus mauvaises conditions de vie que celles qu’ils avaient avant ces guerres.
 

Reporters françaises

Marion77, Redblade, stes211

 

Article censuré en corée du nord !!
 Les membres du Traité de non-prolifération des armes nucléaires ont empêché la Corée du nord de fabriquer leur propres armes nucléaire. Vous vous doutez bien que cet avis ne sera pas pris en compte par les coréens, qui veulent à tous pris être en possession d'armes extremement dangereuses.

Les signataires du TNP (traité de non-prolifération) , affirme M. Rademaker, veulent absolument que le gouvernement coréen abandonne leurs ambitions nucléaires et qu'ils respectent le traité du TNP.

Du point de vue des armes nucléaires, l'Iran en fait de même et donc ils menacent la paix de leur régions et du monde.

Un deuxième point important fais débat, le risque que ces pays fournissent des armes à des pays où des organisation terroriste est troublant et problématique!

La probabilité qu'un réseau se forme entre la Corée du Nord et les pays terroriste grandie chaque jour, nous devons agir pour empêcher cela. Nous devons rester unis pour que la Corée du Nord renouent avec le principe de la conformité au TNP et donc arrête ses ambitions d'armes de destructions massives.

La Corée du nord doit se placer du côter des pays qui ne veulent pas d'une guerre et au contraire veulent une pais stable et durable car. De plus, si la coopération avec les terroristes existe il y a des vies humaines en danger.

Il faut que tous les pays qui ont le sens des responsabilités renforcent leurs mesures de contrôle en vue de prévenir la prolifération, notamment en sécurisant et en surveillant leurs ports et leurs frontières de quo que ce soit de suspect.

Des tensions internationales générées par le premier essai nucléaire nord-coréen ont montrées jusqu'où pouvait aller la Corée!

Cette soif d'armes de destruction massives doit tout de suite s'arrêter du côter de la Corée du Nord, ce qui " soulagerait " plusieurs autre pays.

 

Bibliographie : 

http://usinfo.state.gov, BCDI , rapport annuel 2005 du journalisme sans frontière c'est un article (RSF) Un autre article de Philippe Pons. Article de la presse quotidiene nationale. Ces trois articles ont été trouvé dans le logiciel Le monde.

 

ALEXANDRE.S KEVIN VINCENT

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pouvoir, Manipulations et Ultimatums

POUVOIR, MANIPULATIONS ET ULTIMATUMS

 

Il semblerait que même si depuis 1990 le gouvernement et la politique russe aient changé les méthodes restent les mêmes qu’a l’époque de l’URSS, Notre pays qui après tant d’années de crise essaye tant bien que mal de se relever est entravé par les tendances liberticides de notre président Vladimir Poutine qui pour les valeurs morales et le patriotisme sacrifie la liberté d’expression.Un véritable rapport de force s’est installé entre l’autorité et les médias, c’est la guerre pour le contrôle des chaînes de télévision : depuis l’ultimatum d’Alexandre Volochine, la chaîne ORT n’a eu d’autre choix que de se plier au Kremlin sous peine de voir incarcérer son patron tout comme le fut Vladimir Goussinski de Media-Most. Le gouvernement possédant ainsi deux des trois grandes chaînes de télévision principales peut exercer sa propagande avec la toute-puissance médiatique. Bien entendu pour avoir le contrôle de la chaîne ORT, Vladimir Poutine n’a pas hésité à écraser certains éléments génants comme Berezovski, Loukjov ou encore Primakov mais nous savons très bien étant donné les débuts de Poutine au KGB que celui-ci essaye de maintenir l’illusion de l’idéal soviétique (idéal s’étant brisé avec le mur de Berlin soit dit en passant) et que selon lui le pays doit être mené avec la force d’une poigne de fer.

 

" Sans des médias réellement libres, la démocratie russe ne peut survivre ". Voilà ce que Vladimir Poutine, en bon démagogue avait annoncé lors de ses élections, nous pouvons nous apercevoir que son attitude vis a vis des médias nous montre toute l’étendue de sa mauvaise foi et j’ai moi-même conscience que je risque gros même en écrivant sous pseudonyme dans un journal clandestin : emprisonnement, séquestration, sans parler des mystérieuses disparitions dont sont chargés les services secrets russes.

Le Laos, un pays où il n'y a pas de liberté de presse
Bonjour,
 
Nous vous écrivons cet article pour vous faire parvenir ces mauvaises nouvelles. Il faut absolument réagir contre ce que nous allons vous dévoilés:
 
Deux de nos confrères ainsi qu'un interprète ont été condamnés à quinze ans de prison au Laos pour un simple reportage.
La plus grande confusion a régné sur la procédure mise en oeuvre contre les ressortissants étrangers.
Nous demandons donc des sanctions contre ce régime dépendant de l'aide internationale.
 
Le reportage c'est effectué dans une zone de guérilla où le régime communiste laotien a fait montre d'une extrême sévérité. La disproportion de ces condamnations montre clairement qu'il s'agit d'une affaire politique!
 
Ils ont reprochés à nos confrères d'être entrés au Laos avec des visas touristiques et d'avoir accompagné un groupe de "bandits" qui avaient tué la veille un milicien d'un village lors d'un affrontement avec les forces laotiennes.
 
Leur condamnation est un avertissement pour tous journalistes étrangers qui chercheraient à exercer leur métier dans les zones du Laos où il est interdit de travailler avec un visa professionnel.
 
Nos confrès avaient même été accusés de "complicité de meurtre" mais cette accusation avait été abandonnée.
Finallement, ils ont été condamnés pour "production, posséssion et usage illégal" d'armes et pour "obstruction à l'exercice du pouvoir".
 
C'est pour cela, que nous demandons justice pour cette condamnation injuste!
 
 
                                                Jessica Souryavongsa
Elodie Cerquinha
Alexandre Ferreira
Des Reporters sans Frontières.
ET UN CAS DE PLUS
 
 
Encore un journaliste congolais emprisonné pour avoir dénoncé une nouvelle corruption.  
 
  
  Cela va faire bientôt plus d'un mois que Kazadi Mukendi, journaliste à l'hebdomadaire Lubilanji Expansion, est détenu en prison. Monsieur Mukendi, rappelons le, n'a commis aucun délit si ce n'est d'avoir dénoncé une affaire de corruption importante. Le procureur chargé de l'affaire, qui depuis le début de l'affaire demande sa libération n'a toujours pas obtenu gain de cause. Quand sera t-il libéré nous ne pouvons le prédire, mais le fait est qu'en ce moment ce genre d'affaires sont fréquentes.
    
 
En effet nous devons rappeler le cas du couple de journalistes Ngyke et Mapka qui comme Kazadi Mukendi avaient dénoncé une affaire de corruption. De plus grande ampleur il faut croire puisque tous deux ont été retrouvés morts à leur domicile. Après leurs assassinats, pour la première fois une enquête à été ouverte mais les trois militaires que l'on a déclaré coupables avaient tous des mobils plus incohérents les uns que les autres. Avaient-ils reçu l'ordre de tuer les deux journalistes ? Cela est plus que probable.
Dernièrement on peut aussi citer le cas de Bapuwa Mwanba connu pour être un éditorialiste en opposition avec le gouvernement, qui par le plus grand des hasards, a été retrouvé tué lui aussi par des militaires avides d'argent facile.
     
 
La libération tardive de Kazadi Mukendi nous rappelle que les journalistes de notre pays ne peuvent pas encore s'exprimer librement. Emprisonnement sans raison, assassinat ou encore corruption, tous les moyens sont bons pour certains hauts dirigeants politiques et militaires pour s'accorder le luxe de la censure et de la propagande. On ne peut ignorer que les violences perdurent après la guerre civile et l'instauration de notre Troisième République mais il ne faut pas non plus ignorer que certains des hauts dirigeants politiques et militaires de l'Etat ne sont pas tous encore "propres". 
 
 
                                                                                                   J. Mbacke
 
                                                              LE QUOTIDIEN DE KINSHASA
                                                                                               le 18/11/07
 
 
Sources:
www.rsf.fr, Reporters sans frontières
www.fidh.org, Fédération Internationale des Ligues des droits
de l'Homme 
www.amnesty.org, Amnesty International 
www.fr.wikipedia.org, Encyclopédie Wikipédia
Le Petit Robert des Noms Propres
L'Atlas du Monde diplomatique, hors série du périodique Manière de voir, janvier 2003
 
 
Amandine, Perdola et Camille