Adresse Email :
Mot de Passe :
Mot de passe oublié? Pas encore inscrit?
 
Vandongen11 > Catégories
Le rôle des femmes dans la fête des panathénées

Le rôle des femmes dans la fête des panathénées 

Pourquoi les femmes sont-elles excues de le vie politiques?
  Un olivier avait fait soudaine apparition tandis qu’en un autre endroit jaillissait de l’eau, prodiges qui étonnèrent le roi. Il envoya consulter Apollon qui répondit que l’olivier signifiait Athéna et l’eau Poséidon et qu’il dépendait des citoyens de décider laquelle des deux divinités donnerait son nom à la cité.
 Le roi convoqua l’ensemble des citoyens des deux sexes. Les hommes votèrent Poséidon, les femmes votèrent Athéna, et comme il se trouvait une voix de plus du côté des femmes, Athéna fut victorieuse.
 Poséidon en colère ravagea le pays athénien. Pour apaiser sa fureur, les athéniens imposèrent aux femmes trois peines : elles n’auraient plus le droit de vote, aucun enfant ne porterait le nom de sa mère et on ne les appellerait pas athénienne.

Ce mythe explique l'exclusion des femmes et leur lien particulier avec Athéna. 

 La fête des panathénées était une fête religieuse dédiée a Athéna. Elle se déroulait chaque année, mais tous quatre ans se déroulaient les grandes panathénées. On organisait alors une procession, qui regroupait tout les habitants de la cité. Elle partait de la porte de Dipylon, traversait l’Agora et montait à l’Acropole. Là, on remettait à la déesse Athéna le péplos. Ensuite, on procédait sur l’autel de la déesse à deux sacrifices sanglants.
Quelles est le rôle des femmes dans les panathénées? Image:Egastinai frieze Louvre MR825.jpgTous les quatre ans, à Athènes, lors de la fête des panathénées, une procession permettait de remettre à la déesse Athéna un voile, le péplos, brodé par des jeunes filles. Les femmes avaient un rôle très important lors de la fête des panathénées. Avant les grandes panathénées, le peuple Athénien choisissait les ergastines, les ouvrières, les jeune fille et jeune femme des grandes familles Athéniennes qui tisseraient le péplos.
 Les ergastines portent les offrandes : des vase a libation, et les coupes, puis elles les remettent aux ordonnateurs.

Née de la tête d'un dieu
<< Je n' ai pas eu de mère pour me donner la vie >> on c'est bien que ce n'est pas possible d'être née d'un père seul, enfin de nos jours, si, mais on ne va pas rentré dans les détails. Dans le cas d'Athéna c'est un peu particulier, puisque c'est une déesse et sa naissance est donc considéré comme un mythe. On ne peu pas dire qu'Athena soit une déesse très chanceuse, tout d'abord sa mère est dévorée par son père jaloux d'apprendre que sa file allait aller venir au monde et qu'elle prendrait place sur le trône, ensuite le mythe raconte qu'Athena aurait j aillit de la tête de son père au bord du lac Triton, qu'en soufrant de terrible maux de tête: Zeus demande au dieu forgeron de lui ouvrir la tête par un coup de hache pour le liberer de se mal (imaginer un peu la tête de son père !)
le mythe ne nous dit pas si les dieux et les déesses on était tromatiser par cette naissance mais Athena ne semble pas l'être car elle réussie très vite a rejoindre les dieu de l'Olympe et tout comme sont père elle tiens l'égide et peux lancer la foudre.
C'est comme déesse de la sagesse et de la bataille, repressenter par la chouhette et l'olivier (est elle peut être née a coté d un olivier où il y avait une chouhette ?...)
elle s'impose et en vient à symboliser la civilisation grecque jusqu'à nos jours. 
 
          
La déesse protectrice d'Athènes
LA DIVINITE PRINCIPALE D'ATHENES EST DE SEXE FEMININ
 
Elle a donné naissance, son culte et son nom à Athènes : Cette déesse c'est Athéna. Au Vème siècle, elle prend une part importante dans la religion civique. Dans une cité où les femmes sont exclues, le personnage le plus important est une déesse. 
 
Le mythe de la naissance d'Athènes raconte qu'un jour Héphaistos s'éprit d'Athéna qui avait fait le voeu de rester vierge, mais Héphaistos voulut la prendre de force alors qu'elle n'était pas consentante. Alors il la pousuivit et l'attrapa par la toge mais Athéna la déchira. Or Héphaistos avait laissé tomber un peu de sa semence sur le bout de tissu déchiré et le morceau de toge tomba du ciel à l'emplacement géographique d'Athènes aujourd'hui. La semence divine et le tissu donnèrent la vie au premier athénien.
 
Ce mythe donna aux citoyens le sentiment d'appartenir à la cité ce qui a crée la cohésion entre les athéniens, d'autre part, un autre mythe nous montre le rôle de protectrice d'Athènes attribué à Athéna.
 
En effet, la légende veut qu'un jour Poséidon et Athéna se soient disputés la cité d'Athènes, afin de savoir qui allait la prendre sous sa protection et le nom duquel d'entre eux lui serait attribué. Il fut finalement décidé que chacun d'eux lui ferait un cadeau et que le vainqueur serait celui dont le cadeau aurait été jugé comme le plus important par les autres dieux. Poséidon toucha donc avec son trident le rocher de l'Acropole et de l'eau en jaillit immédiatement. A son tour Athéna frappa du pied sur le sol et et un olivier (le premier au monde), arbre béni et symbole de paix depuis les temps archaïques, y poussa.
Dés lors, ayant été jugée vainqueur par les dieux, la cité d'Athènes porta son nom et fut placée sous sa protection. C'est la victoire de la femme sur l'homme
(source : mythologie grecque)
 
Ainsi, Athéna a pris une gande importance dans le sentiment de citoyenneté des athéniens, d'ailleurs, on lui consacre une fête où les femmes aussi ont leur importance : Les Panathénées
APHRODITE l'amour à l'etat pur...

Aphrodite est la déesse grecque de la germination, de l'amour, des plaisirs et de la beauté. Elle a pour équivalent Venus dans la mythologie romaine. On peut distinguer deux conceptions différentes d'Aphrodite : celle du plaisir de la chair, plus « terrienne » en quelque sorte, et celle de l'amour spirituel, pure et chaste dans sa beauté.

Aphrodite intervient dans de nombreux mythes, le plus importants de tous ces mythes est la naissance.

Il y a deux légendes sur ce mythes l'un ( celui d'homère )  dit que serait la fille de Zeus et de Dioné. Son mari est Héphaïstos. Alors que dans un autre mythe qui est le plus populaire, Dans celui-ci elle nait de la mère fécondée par le sexe d'Ouranos. Ce qui la rapproche des athéniens c'est qu'elle est née sur la terre : « tout autour, une blanche écume sortait du membre divin. De cette écume une fille se forma ».

Un autre exemple de mythe auxquels Aphrodite fait illusion:

 

LE JUGEMENT DE PÂRIS:

 

  Quand Pelée roi vagabond, épouse Thétis, dieux et déesses organisèrent une fête pour célébrer ce mariage. Eris, déesse de la Discorde, jeta une pomme d'or et s'écria: "a la plus belle". Aussitôt Héra, Aphrodite et Athéna revendiquèrent le fruits, le conflits fut inévitable. Pâris doit choisir l'une d'entre elles et son choix ne rendra pas jalouses celles qui n'ont pas été choisie, Héra, Athéna ne parvinrent pas à le convaincre mais quand Aphrodite se justifia pour obtenir cette pomme et quand elle lui promit une belle héritière qui fût la fille de Zeus, Hélene, la plus belle fille vivante sur terre, cependant elle était mariée a Ménelas, tout en ajoutant adroitement qu'il n'aura aucun mal à la conquérir, avec le pouvoir magique qu'elle lui propose, si elle obtient le prix. La suite engrangea la plus grande guerre de tous les temps, la guerre de Troie.

Pandore, la première femme a l'origine du malheur des hommes
Zeus qui ne supportait pas le fait que les hommes vivent dans les mêmes conditions que les dieux (ne faisant aucun effort pour se procurer la nourriture d'eux-mêmes, ne ressentant pas de fatigue...), fit appel à Prométhée pour remettre les hommes à leur place. Mais Prométhée, mi-humain, mi-dieu, était du côté des hommes et décida de les soutenir.
 
Lors d'un banquet, Prométhée apporte un grand boeuf qu'il divise en deux, une part représentant la futur condition des dieux, l'autre la future condition des hommes. Ces deux parts sont en vérité deux traquenards, deux mensonges, en effet il a tenté de piéger Zeus. Ce dernier bien sûr, choisi la part la plus appétissante tout en sachant, puissant comme il est que c'est la mauvaise. Les hommes héritèrent donc de la meilleure part qui en apparence était la moins appétissante et de ce fait continuèrent à vivre comme les divinités.
 
Ceci vous vous en doutez ne plu pas du tout à Zeus qui décida de priver les hommes de feu. Mais une fois encore Prométhée s'opposa à lui et apporta secrètement du feu aux hommes.
 
Zeus, plus fou de rage que jamais, prépara une vengeance destinée à punir la race humaine sur laquelle les hommes ne pourraient plus jamais revenir et contraint de vivre avec pour l'éternité. En effet aidé de la plupart des divinités il créa Pandora, la première femme...
 
Elle fut conçue par Héphaïstos à partir de l'argile, Aphrodite lui donna la beauté, Athéna lui insuffla la vie et l'habilla; jusqu'à là que des qualités, mais Hermès lui apprit le mensonge et la fourberie.
 
La première femme, représentant tout ce que les hommes désirent, du moins, physiquement.
 
Pandora, dont le nom signifie "tous les dons" fut offerte au frère de Prométhée, le déraisonable Epiméthée, qui en fit sa femme. Seulement avant de l'envoyer sur terre, Zeus, ce petit malin, lui avait remis une boite qui contenait tous les mots de l'humanité avec la consigne de ne jamais l'ouvrir. Comme on peut s'en douter aussitôt arrivée ici bas Pandora, trop curieuse de résister désobéit et l'ouvrit. Elle eut tôt fait de causer le malheur des hommes.
 
Effectivement à peine ouverte toutes les peines, les maladies, les querelles et les malheurs surgirent sur la terre et se répandirent sur les êtres humains. Pandora referma la boite mais cela était trop tard, seul l'Espérance, qui se trouvait au fond de la boite ne s'échappa pas, ne laissant pas une once d'optimisme et d'espoir sur notre malheureuse planète. 
 
Pandora, qui cause tout le malheur des hommes.
 
Ainsi les hommes qui avaient la vie simple et heureuse, durent s'épuiser à la tâche de tous ces maux afin d'assurer leur existence, et ceci est, hélas, toujours le cas!
 
Source :
Pour le texte :
"Pandora, la première femme"
de Jean-Pierre Vernant, édition Bayard.
Pour les images :
- http://www.atoute.org/n/forum/customavatars/avatar15_7.gif
  Les femmes dans la vie religieuse à Athènes       ( Les prêtresse)
 
Définition prêtresse: Prêtresse est le féminin de prêtre, une prêtresse célèbre le culte d'une divinité.
 
 statue de femme prêtresse - 23686      C'est une fonction de grande importance, comparable aux magistratures.Cette fonction est assurée par les femmes dans des conditions similaire à celles des hommes : à Athènes la prêtresse d'Athéna Nikè est désignée pour un an et perçoit un salaire (misthos) de 50 drachmes, et elle bénéficie de distinctions honorifiques. La situation privée de la prêtresse (âge, état civil, etc.) est passée sous silence, alors que cela faisait souvent partie des conditions d'accès aux prêtrises. Cetain textes tel que le "Décret, Halicarnasse, IIIe s. av. J.-C" nous conduisent à faire de cette prêtresse une femme d'âge mûr, peut-être une veuve, possédant de l'expérience, un sens accru des responsabilités et une certaine autonomie financière.
  Dans l'antiquité les prêtresses avaient de principales activités:
 - Elle présidait les sacrifices privés et publics en accomplissait les rituels d'accompagnement du sacrifice (prières, libations...) mais ce n'est pas elle qui met à mort l'animal sacrifié.  Une fois par mois, à chaque nouvelle lune, elle devait organiser un sacrifice en faveur de la cité.
- Elle présidait le grand sacrifice annuel de la cité en l'honneur d'Artémis Pergaia. La préparation de la cérémonie incombait aux épouses des prytanes, les magistrats suprêmes de la cité, qui recevaient 30 drachmes à cet effet. Lors de ce sacrifice, la prêtresse recevait des marques publiques d’honneur égales à celles accordées aux épouses des prytanes.
- Elle devait faire aménager le temple de la déesse et le tronc pour les offrandes. La prêtresse avait aussi la responsabilité du trésor sacré et s'assurait que les fidèles s'acquittent des prestations fixées pour les sacrifices privés.
- Elle garantissait l'établissement de relations harmonieuses entre la cité et sa divinité protectrice. Elle était engagée officiellement par la cité pour remplir cette fonction et recevait en échange une rétribution lui permettant d'accomplir les sacrifices officiels et de se vêtir de façon adéquate.
- elle garantissait l'établissement de relations harmonieuses entre la cité et sa divinité protectrice. Elle était engagée officiellement par la cité pour remplir cette fonction et recevait en échange une rétribution lui permettant d'accomplir les sacrifices officiels et de se vêtir de façon adéquate. 
  Certain critères sexuel étaient attendus des prêtresses: la virginité était plutôt exigée, les jeunes femmes ou  fillettes impubères occupant des postes temporaires, ou bien exerçant une prêtrise de courte durée. La chasteté ou le célibat pouvaient en revanche aller de pair avec l'exercice d'une prêtrise à vie, mais on attribuait alors plus volontiers ces postes à des femmes ménopausées, ayant dépassé la quarantaine, âge qui correspondait pour les Grecs à la fin de l'activité sexuelle féminine. Les femmes mariées, mères, ayant moins de 40 ans, pouvaient occuper une prêtrise annuelle n'exigeant pas de caractéristiques sexuelles précises.
 
Sources:"Décret, Halicarnasse, IIIe s. av. J.-C"
 
  
 
 
 
 
Héra, une déesse extrêmement jalouse
Fille de Cronos et de Rhéa, Héra fut élevée par l'océan et Thétis. Comme ses frères et soeurs, elle fut avalée par son père (exepté Zeus), de peur que l'un d'eux prennent sa place. Jalouse,rancunière et vindicative, elle est connue pour les nombreuses querelles qui l'opposèrent à son divin mari et frère: Zeus, à cause de ses continuelles infidélités. Mais de cette union, naquirent quatre enfants: Héphaïstos, dieu forgeron, Harès, dieu de la fureur guerrière et de la guerre, Hébé, déesse de la jeunesse, Ilithye, déesse de la maternité des accouchements. Héra fut élue protectrice de la ville d'Argos, face à Poséidon, par les dieux-fleuves Astérion, Inachos et Céphise. Poséidon se vengea en asséchant les cours d'eau et en inondant les régions puis se calma.
 
 
Les victimes de sa fureur furent les enfants que Zeus eut avec des mortels comme Dionysos et Héraclès.
En accord avec Poséidon et Athéna, elle conçut le projet d'enchainer son époux pour l'empêcher de descendre sur Terre pour rejoindre ses amours.
Les colères de Zeus l'ont conduit à suspendre sa femme à un pic de l'Olympe après avoir attaché chacun de ses poignets à une enclume.
 
Parmi toutes les divinités de l'Olympe, Héra est la seule déesse mariée, et elle est traitée avec beaucoup de respect. Elle est alors pour les Grecs comme la déesse du mariage légitime et de toutes les femmes en général.
Celle-ci porte les attributs joyaux traditionnels: le sceptre et le diadème ainsi que le voile sur sa tête qui est le symbole du mariage.
 
 
Héra
 
 
 
 
et le livre: "Guide Mythologique" de G.Hacquard)
La Déesse La plus irrésistible des 12 Olympiens
 
Aphrodite

Sous vos yeux émérveillés , la magnifique déesse de l'amour, de la Beauté et du désir. Cette statue date de la fin du 1er siècle avant J-C.  Elle a été restaurée par François Girardon à la demande de Louis XIV.  La tête, les bras et le tracé des plis de la sculpture datent du XVIIe siècle.   
 
 
Dans la mythologie grecque, Aphrodite est la Déesse de l'amour, de la beauté et du plaisir. Les organes génitaux de son père Ouranos ,tranchés pas Cronos, auraient donné leur semence à l'ecume . Aphrodite naquit du sang qui en découla. La mer l'emporta ensuite jusqu'à Cythère et Chypre. Effectivement, dans un ouvrage  , Hésiode affirma: " De cette écume une fille se forma (...) ; et c'est la que prit terre la belle et vénérée  Déesse  qui faisait autour d'elle, sous ses pieds legers , croitre le gazon et que les dieux aussi bien que les hommes  apellent Aphrodite" .

Tandis que chacun des dieux voulaient la prendre comme épouse une fois dans l'Olympe,
Zeus choisit le plus laid d'entre eux, Héphaïstos, Dieu du feu, des forges et des volcans. Celui-ci lui confectionna d'ailleurs la fameuse ceinture d'Aphrodite, artefact permettant à son possesseur de se rendre irrésistible. Cela décupla donc l'attirance des autres à l'égard de la Déesse, déjà submergée de demandes grâce à sa beauté naturelle.

Aphrodite aima et sera aimée par de très nombreux dieux et mortels, dont
Arès. Pour l'anecdote, quand Héphaïstos fut mis au courant de l'adultère de sa bien aimée avec ce dernier, il confectionna un filet magique ayant pour but de piéger les deux amants lors de leurs ébats amoureux. Rendus ridicules, Aphrodite maudit Hélios et sa descendance d'avoir révélé l'information.

Aphrodite sera également à l'origine de la Guerre de Troie, lorsque, lors d'un banquet, Eris jetta une pomme dorée flanquée de l'inscription « A la plus belle ». Bien évidemment,
Héra, Athéna et Aphrodite pensa être celle à qui l'inscription s'adresse. Comme Zeus refusait de les départager, les 3 déesses s'adresseront à Pâris qui désigna Aphrodite. En récompense, le Prince demande d'avoir Hélène de Troie. Cette dernière, finissant par être enlevée, entraîne le début de la Guerre de Troie.
 
Aphrodite influenca  les femmes greques à Athenes . En effet , cette déesse provoque un veritable cataclysme, en offrant l'amour de la plus belle femme de la cité à un mortel : La guerre de Troie .
Ce mythe nous apprend que , Les atheniens ce mefièrent beaucoup plus des pulsions dangeureuses que peuvent provoquer l'amour . On peut donc dire que Aphrodite a fortement influencée la vie des Atheniens au V ème siecle .
 
ALexandre et Quentin
 
 
 
 
Sources : Encyclopédie myhologique ,La religion grecque de Louise Bruit Zadman et Pauline Schmitt Pantel
Hestia, l'exemple des femmes Grecques
Dans la mythologie grecque, Hestia était la déesse du Foyer et du Feu              
 
Fille de Cronos et de Rhéa, Hestia appartient à la génération des douze grandes divinités de l'Olympe.
Elle était la soeur de Zeus, d'Héra, d'Hadès et de Poséidon.Quand Zeus, son frère, s'empara du pouvoir suprême, elle obtint la faveur de conserver éternellement sa virginité tout comme Athéna et Artémis, afin d'échapper aux assiduités amoureuses d'Apollon et Poséidon. Elle refusa aussi de se marier. Elle ne sortit jamais de l'Olympe et ne participa à aucun combat entre les Dieux et les hommes. Zeus, reconnaissant, lui accorda la première victime de chaque sacrifice public parce qu'elle avait su protéger la paix de l'Olympe.
 
Ses attributs principaux sont la corne d'abondance et le feu sacré. Elle incarne le foyer domestique de la flamme sacrée qui brûle sans cesse dans les demeures et dans les temples, et qui les purifie. Héstia est vénérée comme la protectrice des familles, des villes et des colonies. Hestia était respectée car elle était la plus douce et la plus vertueuse des déesses mais parce qu'elle avait aussi inventé l'art de construire les maison. Son feu était tellement sacré que si par malheur il s'éteignait soit par un accident,  soit par un deuil, il était aussitôt rallumé grâce à une roue à feu.
 
Les Grecs commençaient et finissaient tous leurs sacrifices par honorer Hestia, et l'invoquaient la première, avant tous les autres Dieux. Elle avait aussi des autels dans plusieurs temples consacrés à d'autres Dieux comme à Delphes, Athènes, Ténédos, Argos, Milet et à Ephèse.
Son culte consistait principalement à entretenir le feu qui lui était consacré et à prendre garde qu'il ne s'éteigne jamais.
 
Hestia représentait les femmes grecques qui devaient entretenir la paix dans leur foyer. Elles devaient maintenir l'ordre dans leur famille. Ces femmes prenaient exemple sur Hestia dans tout ce qu'elles entreprenaient. Elles ne devaient pas s'adonner à la passion avec leur conjoint. Elles représentaient la stabilité chez l'homme en s'occupant du foyer. Chez les Grecs, on se méfiait du plaisir charnel qui, pour eux,  pouvait devenir dangereux. 
 
 
la déesse Hestia dessiné par Giustiniani
La déesse Hestia, déssiné par Giustiniani, à Londres en 1894.
 
Il n'y a pas de sources écrites.
 
les femmes d'athènes: EXCLUES MAIS POURTANT TELEMENT INDISPENSABLES
Les femmes exclues de la cité .

Le filage de la laine
Vème siècle avant J.C.
 
 
Les femmes d'Athènes:
EXCLUES MAIS POURTANT TELLEMENT INDISPENSABLES
 
 
Dans cet article, nous allons observer la vie des femmes à athènes aux Vème siècle avant J-C: Leurs obligations, les comportements à adopter et le manque de considération dont elles sont l'objet. 
 
Il est connu qu'au Vème siècle avant J-C, à Athènes, les femmes  n'avaient pas de droits politiques, un mythe prouverait leur exclusion:" Lors d'un vote pour élire le dieu protecteur de la cité, les hommes votèrent pour Poséidon, tandis que les femmes votèrent pour Athéna qui remporta cette désignation. Les hommes, humiliés de se voir imposer une femme comme patronne, décidèrent alors de retirer le droit de vote aux femmes ".
Les femmes n'étaient pas considérées comme des citoyennes mais comme filles, femmes, soeurs ou mères de citoyens.
D'après les hommes, la femme idéale était une recluse. En effet les femmes sortaient peu, seulement pour les obligations religieuses ou maternelles, leur rôle se limitant à enfanter de futurs citoyens. 
Certains hommes demandaient à d'autres hommes d'avoir des relations sexuelles avec leurs femmes afin de peut-être obtenir une meilleur descendance.
 
Les femmes ayant de riches époux restaient chez elles et se montraient peu, alors que les femmes de paysans travaillaient aux champs ce qui les rendait égales aux domestiques.
D'autres part, les femmes veuves devaient travailler si elles n'étaient pas léguées à un ami ou parent par le défunt.
 
La religion était le seule moyen pour elles de s'intégrer à la vie politique en particulier dans la cérémonie des Panathénées où elles tissaient le Péplum. Seulement certaines femmes y avaient leur place, comme par exemple la prêtresse d'Athéna, Athéna Niké, qui était malgré son statut de femme athénienne, une des personnes les plus payées d'Athènes et l'une des plus reconue.
    
Un débat houleux entre historiens cherche à connaître la réelle place des femmes dans la cité athénienne: pour certains, les femmes n'avaient peut-être pas de droits politiques mais possédaient une liberté de ton et d'allure.
Alors que pour d'autres, elles restaient recluse sur le modèle oriental.
 
Aristophane, auteur de comédies grecques parodiait, dans ses oeuvres [exemple: L'assemblée des femmes], la cité athénienne en remplaçant les hommes par des femmes.
Il disait en effet :"Boire, faire l'amour, tromper leurs maris; voilà les préoccupations des femmes." 
 
Les athéniennes [si nous pouvons réellement les nommer ainsi ] ne jouissaient pas des mêmes droits que les hommes, qu'ils soient politiques, sociaux ou sexuels.
 
 
 
Sources:
- L'Histoire N°245
- Encyclopédia universalis
 
 
1 - 10 Suivant