Les parents et l'Ecole 

Par François Jarraud

 

Que pensent les parents de l'Ecole ? Les sondages ne sont pas unanimes. Cartables trop lourds, allocation de rentrée, frais de scolarité…

 

Que pensent les parents de l'Ecole ?

 

elev2.jpgL'observatoire des parents d'élèves, publié annuellement par la Peep, apporte souvent des informations intéressantes sur les souhaits des parents. Cette année il est plutôt le miroir des peurs. En effet, globalement les parents sont satisfaits de leur école. Mais ils partagent aussi les peurs les plus médiatisées.

 

Des exemples ? 89% des parents ont mis leur enfant dans l'école la plus proche et 78% n'envisagent pas d'en changer. Mais 72% sont favorables au libre choix de l'école. En ce qui concerne les risques, au niveau de l'établissement, les parents craignent surtout l'absence des enseignants (ce que la Peep traduit en "absentéisme" !). Mais au niveau global, la préoccupation des parents serait la pédophilie….

 

Plus inquiétant, d'après ce sondage Peep (auprès de 800 parents), 40% des parents demanderaient une orientation professionnelle avant la 3ème et 40% en fin de 3ème. Un voeu d'autant plus surprenant que dans les classes on assiste au contraire à des stratégies qui visent à repousser le plus tardivement possible l'orientation ("je le mets en filière général pour qu'il choisisse plus tard") et que les effets négatifs de l'orientation précoce ont été démontrés.

 

Une étude européenne nous permet d'en savoir davantage. 78% des Français sont satisfaits de leur école locale. C'est beaucoup et surtout c'est plus que nos voisins européens qui n'apprécient leur école qu'à 71%. C'est ce que révèlent les statistiques européennes de l'étude European Social Reality.

 

Nos compatriotes se distinguent également par d'autres traits. Ils ont une vision plus positive de l'immigration. Ils sont aussi plus satisfaits de leur système de santé. Ils accordent une importance bine plus grande au travail : 92% disent que c'est important dans leur vie (84% des européens), 54% inscrivent "travailler dur" en tête de leurs valeurs (contre 45%). Malgré tout 76% pensent que la vie sera plus difficile pour leurs enfants que pour eux. Pas si optimistes que cela les Français…

Le sondage Peep

http://www.peep.asso.fr/art-92-derniere-enqueteoctobre-2007.html

European Social Reality (en pdf)

http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/ebs/ebs_273_fiche_fr.pdf

 

 

La Fcpe demande une loi imposant l'allègement des cartables des collégiens

"La circulaire de 1995 fixe la limite à 10% du poids de l'enfant . On dépasse souvent 20%". Jean-Jacques Hazan, secrétaire-général de la Fcpe demande une loi pour remplacer cette circulaire inappliquée. Elle fixerait le poids maximum des cartables à hauteur de 10% du poids de l'enfant.

 

Mais si la circulaire de 1995 n'est pas respectée ce n'est pas par hasard. Alors comment faire baiser le poids des cartables lui a demandé le Café ?

 

"Il faut simplement prévoir un double jeu de manuel dans les collèges" a déclaré J.J. Hazan au Café. "C'est une dépense. Mais certains départements l'ont fait comme le Vaucluse ou le Puy-de-Dôme. Il faut aussi un mobilier plus ergonomique. C'est un investissement que ferait l'Etat au bénéfice de la santé de sa jeunesse."

 

Avoir un jeu de manuels en double, cela implique que les enseignants choisissent le même manuel. Cela remet en question la liberté pédagogique.

 

"Il s'agit de respecter l'intégrité physiologique des enfants. C'est une priorité qui doit être exprimée dans une loi. Les enseignants pourraient également apprendre aux enfants à mieux utiliser leur cahier, à partager un même classeur entre plusieurs disciplines. . Ils pourraient se coordonner pour les fournitures, demander moins souvent de grands cahiers. Une réunion technique avec le ministre est programmée cette semaine et devrait faire avancer ce dossier."

Le dossier de la Fcpe

http://www.fcpe.asso.fr/ewb_pages/d/dossier_fcpe1960.php

 

 

Allocation de rentrée : la FCPE demande une modulation par filière

La Fcpe, principale association de parents d'élèves, se dit satisfaite de l'engagement du gouvernement de moduler l'allocation de rentrée scolaire en fonction de l'âge des enfants. Mais elle demande que soit également pris en compte la filière. En effet certaines filières professionnelles imposent des dépenses importantes.

Communiqué

http://www.fcpe.asso.fr/ewb_pages/a/actualite-fcpe-1998.php?P[...]

 

 

La Peep enterre le collège unique

Dans un communiqué, la Peep, seconde association de parents d'élèves, "dénonce le collège unique comme générateur d’inégalités scolaires et territoriales". Au collège unique, elle préfère "instaurer un collège pour tous" ce qui laisse songeur, d'autant que la Peep estime que "l'autonomie des établissements est essentielle". L'intérêt de cette déclaration, qui a eu lieu au Conseil supérieur de l'éducation, c'est qu'elle est une réponse à l'appel lancé par 17 organisations du secteur éducatif (parents de la Fcpe, syndicats, mouvements éducatifs, lycéens, étudiants). La Peep s'isole avec quelques organisations conservatrices comme le Snalc.

 

La Peep  a demandé au ministre de revenir sur la question du samedi dans le primaire et sur la nécessité d'un véritable 3ème trimestre dans le secondaire.

Communiqué

http://www.peep.asso.fr/art-76-communique-du-20-septembre-2007.html

Communiqué

http://www.peep.asso.fr/art-659-intervention-de-la-peep-au-consei[...]

Sur l'appel  des 17

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2007/09/21092007Accueil.aspx

 

 

L'Etat prend en charge la scolarité à l'étranger

Selon l'AFP, l'Etat prendra en charge les frais de scolarité versés par les familles pour les enfants français scolarisés, en classe de terminale uniquement, dans un établissement français à l'étranger. Il ne remboursera pas les frais dépensés par les entreprises.

Dépêche AFP

http://www.vousnousils.fr/page.php?P=data/autour_de_nous/l_actualite_du_jour[...]

 

 

Un enfant sur quatre s'est vu proposer un jeu dangereux

Jeu dit du foulard, jeu du pendu, jeu du bouc émissaire, jeu de la canette, jeu de Beyrouth, jeu du petit pont massacreur, jeu de la tomate etc. , les jeux dangereux ont une centaine de noms. Selon un sondage réalisé pour l'association SOS Benjamin, 26% des 7-17 ans s'est vu proposer un des jeux dangereux, 12% y ont participé. Le lieu de jeu le plus fréquent est la cour de récréation de l'école, devant la rue. Quatre jeunes sur cinq savent que ces jeux sont dangereux.

 

On se rappelle qu'au printemps dernier, le ministère avait officiellement attiré l'attention des enseignants sur ces jeux dangereux.

Association Sos Benjamin

http://www.sosbenjamin.org

Brochure ministérielle sur ces jeux

http://eduscol.education.fr/D0203/jeux_dangereux.pdf

Sur le site du Café
Par fjarraud , le lundi 15 octobre 2007.

Partenaires

Nos annonces