Le mensuel Imprimer  |  Télécharger nous suivre sur Twitter nous suivre sur Facebook

Dossier : Spécial Noël et EPS 

Par Antoine Maurice

En cette période de fête, nous vous proposons un petit tour d’horizon  des différents ouvrages, applications intéressantes dans le cadre de l’enseignement de l’EPS, que ce soit pour le premier ou le deuxième degré, d’un point de vue didactique par le biais des TICE. Ainsi, dans la hotte du père noël, vous pourrez découvrir deux ouvrages et une application.


Application Acrosport pour tablette tactile : Rencontre avec Natalia Roudneff

Est-il nécessaire de présenter ou représenter les figurines 3D de Natalia Roudneff, tant elles sont pour la profession et les élèves de véritables outils au service de l’apprentissage ! Alors, évidemment nous avons voulu en savoir un peu plus sur cette nouvelle application !

Bonjour, peux-tu nous décrire l’application ?
Cette application permet de composer des "pyramides humaines" et de les visualiser avant de les exécuter en conditions réelles :
•70 personnages en 3D dans 400 situations différentes.
•Création de figures variées avec 2 à 6 personnages.
•Possibilité de modifier la taille des personnages ; fonctions de copie et d'inversion.
•Possibilité d'annoter, de tracer des flèches, d'entourer des zones, etc.
•Possibilité de sauvegarder les figures dans l'album photo ("pellicule") de l'iPad. Vous pouvez également récupérer et visualiser les compositions réalisées avec le logiciel ACROSPORT PC/MAC (en utilisant la fonction "Partage de fichiers" dans iTunes).

Comment l’idée est-elle venue, et comment l’application a-t-elle pu voir le jour ?
J’avais depuis longtemps le projet d’améliorer les applications flash pour PC réalisées en 2008. D’une part pour tenir compte des remarques de certains enseignants, notamment pour ajouter de la diversité ethnique au niveau des personnages, et d’autre part  pour inclure de nouvelles poses, car la discipline évolue…

Plus de variété ethnique afin que les élèves puissent mieux s’identifier…

… de nouvelles poses, car la discipline évolue…

Par ailleurs j’avais très envie de rajouter des fonctionnalités à mon application flash: malheureusement,  mon niveau de programmation n’était pas suffisant pour mener à bien ces améliorations.
La rencontre avec A.laurent et B.Domenge-Heritier de « Génération5 » a été déterminante : ils m’ont donné carte blanche dans la conception et ont apporté tout leur savoir-faire dans le développement d’applications multi plateformes. Ils ont déjà réalisé l’appli « match & score , pilotée par F Colombat, et sont spécialisés dans le domaine éducatif. J’ai pu également compter, une fois encore, sur Patrick Messin qui a été mon béta testeur et qui m’a permis de concocter une bibliothèque complète de poses
Une version PC a donc été réalisée, avec la possibilité de créer de belles fiches imprimables au sein même de l’application, sans avoir recours à un logiciel extérieur.

Avec le développement croissant de l’utilisation des tablettes numériques dans les établissements, la sortie d’une version iPad s’est imposée.


Le plus dans cette réalisation est la possibilité aux 2 versions, iPad et Pc, de communiquer, ce qui permet par exemple aux enseignants d’exporter des fichiers qu’ils auront préparés vers les iPad, puis de récupérer les images produites par les élèves  stockées dans la pellicule.

Tu sembles avoir mis la priorité sur la création des pyramides avant la séance, du côté de l’enseignant, mais cette application est-elle utilisable pour les élèves ?
L’appli iPad est tout à fait adaptée à l’usage par les élèves pendant les cours : la visualisation des personnages en 3D leur permet de présenter leur projet de pyramide au professeur. Celui-ci valide ou non la figure, en fonction du niveau des enfants ou de la faisabilité de la construction. La nouvelle  fonction d’annotation qui a été intégrée permet de surligner les aspects importants et d’indiquer par écrit, à côté de la pyramide, d’éventuelles consignes aux élèves. Tout ce travail peut être sauvegardé dans la pellicule de l’iPad, ce qui permet de garder une trace du travail effectué à chaque séance, en temps réel, sans avoir à passer du temps après les cours  pour recréer les figures.
Pour résumer, l’iPad permet de donner plus d’autonomie aux élèves, avec en plus un aspect très ludique, sans pour autant dégrader la quantité de travail. Les élèves ont généralement hâte de tester les figures !
L’iPad permet aussi de prendre des clichés, qui, stockés également dans la pellicule, permettent à l’élève de comparer la réalisation effective avec le modèle en 3D.
L’enseignant peut également préparer des fichiers avec son appli PC, en choisissant un  petit nombre de poses, en fonction du thème de la leçon. Il pourra ensuite les intégrer dans les iPad par synchronisation, afin de faciliter la réalisation de figures pour les petites classes.

Tu parles de deux versions distinctes : l’appli Pc/mac et la version iPad : quelles sont les différences ?
Les2 versions possèdent la même bibliothèque, les mêmes fonctions de déplacement/agrandissement/symétrie, et d’export au format « image » (jpg). On peut également réaliser des fiches avec les 2 versions.
Le logiciel Pc possède en plus des fonctions avancées : il s’adresse aux équipes d’enseignants qui veulent un outil extrêmement performant : il permet en effet de réaliser toutes les pyramides imaginables, grâce à sa fonction « import d’image ». Si une position n’existe pas, on peut importer une nouvelle image sur fond transparent, qui aura été téléchargée sur internet (base d’images) ou que l’on aura réalisée soi-même, et l’intégrer à l’application. Cette nouvelle image se manipulera presque comme les images issues de la bibliothèque.
On peut même exporter ces nouvelles figures vers l’appli iPad, en utilisant la fonction « sauvegarder », voir la vidéo de démo.
Dans la version PC on peut en plus donner une rotation aux figures, et sélectionner plusieurs objets à la fois, ce qui est un peu plus confortable, si on a beaucoup d’images à réaliser. Enfin, l’outil texte permet plus de variété au niveau des polices et de la taille d’écriture

Fonction import de nouvelles images extérieures via l’appli PC

 
Cette application pour l’élève insiste sur la notion de montage et par la même de démontage, n’y a-t-il pas justement à travers le logiciel un véritable outil au service de l’éducation à la sécurité ?
L’appli est très ludique, et il est facile d’attirer l’attention des élèves sur la notion de centre de gravité, sur la notion de répartition du poids sur les porteurs et sur la notion de sécurité en général. Les nouveaux outils de dessin permettent d’entourer les éléments  significatifs, et la fonction de déplacement des figures permet de montrer comment corriger le montage très rapidement, et d’une manière plus compréhensible qu’avec un papier et un crayon ! En plus, on peut agrandir les personnages pour zoomer sur les points importants.

Un mot pour conclure !
Les applications pour tablettes numériques sont promises à un bel avenir : peu coûteuses, ludiques, facilement utilisables en cours par les élèves, elles apportent une plus-value au niveau de l’enseignement de l’EPS. Les cours deviennent plus intéressants et motivants. Grâce à un support visuel, les consignes sont plus vite comprises, ce qui permet un gain de temps pour pratiquer davantage.

Version iPad
 
Démonstration youtube de l’application
 
Démonstration youtube de la version PC/Mac
 
Version établissement
 
Renseignements sur le logiciel PC/MAC
 
Page facebook de l’application
 
Bonus : le pack de smileys utilisés dans l’image ci-dessus, qui peut être intégré dans l’appli Ipad, au format xml, par synchronisation.
 
La rencontre avec Natalia Roudneff dans le mensuel 107

 

Publication : Des Jeux, des Enfants, des Sports : un véritable coup de cœur avant Noël

L’ouvrage « des jeux, des enfants, des sports », édité par Les cahiers du sport populaire-FSGT en partenariat avec le journal de l’animation (également éditeur de la classe), a connu un véritable succès de diffusion dans le monde de l’animation (5000 exemplaires) mais reste à priori méconnu des enseignants. Et pourtant….

De quoi s’agit-il ?
Au total ce sont 120 fiches de jeux éducatifs, pour les enfants dès 6 ans, dans 12 activités physiques (L’athlétisme, la boxe, la danse, l’escalade, le foot, le handball, la lutte, la natation, le rugby, le tennis, ultimate, Water-polo), soit environ 300 pages de contenus. Ce recueil s’adresse aux éducateurs, mais aussi en particulier aux enseignants du premier degré qui y trouveront de quoi alimenter au quotidien leurs cycles et séances. Pour cela, chaque fiche est accompagnée d’illustrations dans lesquelles sont précisés d’emblée le but du jeu et les règles essentielles, des recommandations et des évolutions sont également proposées.

Un élément central : le jeu
A son époque, en 1630, Montaigne écrivait déjà : « le jeu devrait être considéré comme l’activité la plus sérieuse des enfants ». L’axe principal de l’ouvrage est bien ici, et l’ensemble des fiches, à travers différentes formes de pratiques place l’enfant dans la situation de pouvoir jouer en apprenant. C’est selon nous un point fort de l’ouvrage car il permet de nourrir le besoin prioritaire des enfants

Par exemple : les crocodiles en escalade
Les crocodiles en escalade ou comment associer plaisir de s’amuser et contenus d’apprentissage ! Le Jeu demande à l’élève de traverser la rivière sans se faire manger... Pour cela, plusieurs îlots sont représentés par des tapis, et l’élève, pour réussir, doit donc utiliser principalement ses appuis pied  et, de ce fait, résoudre le problème principal du débutant qui grimpe principalement par l’action des bras. Des évolutions sont proposées, par exemple « les piranhas » où, sous forme de défi, un premier élève s’élance avec un foulard dans le dos et le deuxième doit le rattraper avant qu’il atteigne le refuge.

Autre exemple : l’histoire d’une photo en Danse
Encore une fois le jeu est central dans cette situation, et notamment dans le fait de créer une chorégraphie par l’intermédiaire d’une histoire. Ainsi, les élèves, par groupe de 3 à 5 doivent construire l’avant et l’après d’une photo. Grâce à une forme ludique, les élèves pourront apprendre à écrire un scénario, et s’exprimer par le biais de leur corps, associant par la même le rôle de l’interprète (du danseur) et du chorégraphe. Encore une fois, des évolutions sont proposées pour permettre, par exemple, de proposer deux photos différentes, toujours dans le même objectif de création et d’interprétation.

Pour cela différentes formules de compétitions éducatives
L’ouvrage nous propose, à ce titre, une partie intitulée « une autre compétition est possible, plaidoyer pour une compétition formatrice pour tous ». L’ouvrage nous présente, dans un premier temps, un rappel des critiques qu’éducateurs et parents  portent sur les pratiques compétitives. Les auteurs refusent de jeter « le bébé avec l’eau du bain ». Ainsi, ils proposent de refonder une valeur éducative à la compétition. C’est à dire ? Il existe plusieurs types de compétition (implicite, non formelle, instituée, marchande). Les auteurs partent ainsi de cette classification pour distinguer le jeu et l’enjeu, avec une centration, par exemple, sur les critères de réussite de l’action et pas une confrontation à l’autre, mais sur soi. Plus de 20 formules de compétitions sont ainsi proposées, et les difficultés de mise en œuvre sont présentées sous forme de symboles (difficile, assez difficile, facile) mais aussi en nombre de coups de cœur.

L’ouvrage


Dossier EPS n°82 : Les compétences en EPS « des programmes aux contenus d’enseignement pour le secondaire »

Sous la direction de Régine Jeandrot, les éditions Revue EPS nous propose un nouveau dossier au sujet des compétences en EPS. L’ouvrage collectif (Laurence Duchêne, Régis Galek, Laurent Hoppé, Jean-Jacques Jessel, Camille Médoc, François Micheletti, Isabelle Shaefer-Petry, Christine Vagner) tente de répondre à la question : Comment construire des contenus d’enseignement pertinents au regard de l’actuelle cohérence disciplinaire (programmes, référentiels d’examen) et de la continuité instaurée dans le secondaire ?
A partir, de l’analyse des enjeux de formation des 5 compétences propres à l’EPS, les auteurs illustrent leur démarche à travers 5 APSA (demi-fond, course d’orientation, arts du cirque, handball, musculation) : leur filtre de lecture, fondé sur 3 éléments caractéristiques de chaque compétence s’applique tout au long du livre, depuis les compétences attendues jusqu’aux situations d’apprentissage, en passant par les fiches ressources et les référentiels d’évaluation.
Une démarche opérationnelle et concrète, expérimentée par les auteurs dans leur académie. A noter également la publication sous format numérique (pdf).

L’ouvrage

Nous tenons à vous informer également de la publication d’un lexique pour l’action, regroupant plus de 1000 définitions, un outil indispensable dans la perspective d’une préparation aux concours

De plus, un ouvrage intitulé : Devenir champion, construire sa technique, l’abécédaire de la natation vient d’être publié.


Sur le site du Café


Par antoinemaurice , le jeudi 20 décembre 2012.
En direct du forum
A la une
- Bonjour Mr Maurice, J'ai attentivement lu votre article sur la progression proposée pour le cycle 3 en EPS par notre ministère. Je suis d'accord avec vous en ce qui concerne le manque de concertation et les quelques erreurs qui se sont...
Dossier : Le plaisir en EPS
- Publié : dimanche 18 janvier 2009 19:15Objet : Dossier : Le plaisir en EPSBonjour, Je souhaite juste apporter une petite correction qui doit être une faute de frappe, "L'EP n'est pas jouée" de P Liotard date de 1997 et 1987. Merci...
Le Forum "Éducation physique"

Partenaires

Nos annonces