En débat : la nouvelle orthographe 

Par Adeline Buisson



Réforme, révolution ou régression ?

Elle est d’actualité depuis la publication du Rapport du Conseil supérieur de la langue française sur les rectifications de l’orthographe au JO le 6 décembre 1990 mais elle commence tout juste à prendre de l’ampleur – sans doute grâce à la publication du livre Zéro faute de François de Closets, grands défenseur de la réforme. Ce dernier a déclaré au quotidien L’Alsace le 4 septembre 2009: «Finis les complexes. À mon âge, je me sens enfin libre vis-à-vis de l'orthographe. Il faut savoir qu'il reste deux tabous en France : la masturbation et les fautes d'orthographe. Avouer que l'on fait des fautes d'orthographe est difficile, presque impossible, dans une société qui a sacralisé cette discipline.»

 De quoi s’agit-il ? De la nouvelle orthographe, de l’orthographe recommandée, des rectifications orthographiques. Les termes varient, le fond demeure inchangé. Le Ministère de l’Education nationale a officiellement reconnu cette réforme le 12 avril 2007, qui est devenue depuis le 19 juin 2008 la référence. En d’autres termes, depuis juin 2008, il s’agit de l’orthographe de référence pour les corrections de copie. Et pourtant, le ministre Luc Chatel ne s’est pas déclaré favorable à cette réforme le 07 septembre en répondant au Figaro :

«Je ne suis pas favorable à une réforme de l'orthographe, a-t-il déclaré au «Figaro». Cela fait partie de notre culture commune, nous avons d'ailleurs fait le choix dans le cadre de la réforme du primaire et du socle commun de miser sur la maîtrise de la langue française, et dans ce cadre sur l'orthographe, je crois qu'il y a d'autres priorités.»

L’an dernier, la publication du Petit Robert 2009 avait fait couler beaucoup d’encre avec les quelques 6000 nouvelles graphies répertoriées. 6000 mots ont eu droit à une double entrée, tel « pizzéria » ou « braséro ». Le lexicologue du Robert, notre vénéré Alain Rey, avait alors tenu un discours modéré et modérateur à propos de ces modifications, avançant que les modifications ayant pu paraître excessives n’avaient pas été retenues.



Débat d’idées

D’un côté, les adeptes de François de Closets qui soutiennent que les personnes non dotées d’une bonne mémoire visuelle accèdent plus difficilement aux arcanes de la langue. De l’autre, les partisans d’Alain Bentolila (in Le verbe contre la barbarie, Apprendre à nos enfants à vivre ensemble) pour qui « l’orthographe grammatical est la clarté de la pensée ». Simplifier l’orthographe, oui mais dans une limite très restreinte, et pourvu qu’elle n’attaque pas la grammaire.



Pourquoi une telle réforme ?

L’idée serait de faire évoluer l’orthographe en même temps que la société. Les jeunes ne savent plus écrire, ils simplifient l’orthographe et se l’approprient à leur manière. En d’autres termes, ils s’affranchissent de règles séculaires qu’ils ne maîtrisent pas et ne comprennent pas. L’étymologie est ignorée, le mécanisme même d’évolution de la langue est jeté aux oubliettes au profit d’une orthographe enfantine. Ils retranscrivent des sons, non du sens. Faut-il pour autant laisser fléchir notre langue ou retendre les programmes scolaires (dans la lignée de la dernière mouture des programmes de français au collège en août 2008) ?



Société numérique, ennemie du bien écrire ?

La rumeur est sur toutes les lèvres, et Umberto Eco lui-même invité sur France5 de la Grande Librairie en parlait avec brio mi octobre. La jeune génération est-elle victime des nouveaux médias ? Texto, MSN, chat sur des forums… autant de boîte de dialogue rapides voire instantanées qui justifient le recours au langage texto. Une révolution ? Non, pas si l’on pense à nos années étudiantes et à nos copies vierges griffonnées  d’abréviations pour parvenir à prendre en note tout ce que professaient nos maîtres (pardon, maitres) de conférence. Si le langage texto a été créé pour réduire les factures téléphoniques des parents d’ados, il n’en fait pas moins son apparition dans certaines copies d’élèves (même de Terminale littéraire, croyez-en mon expérience).



Les nouvelles règles, en bref

Les numéraux composés peuvent désormais tous s’écrire avec un trait d’union : vingt-et-un

Dans les noms composés, le second élément prend la marque du pluriel seulement et toujours lorsque le mot est au pluriel : ex. des compte-gouttes

L’accent circonflexe disparaît (pardon, disparait) sur les i et u, : ex. un maitre

Les verbes en -eler ou -eter se conjuguent sur le modèle de peler ou de acheter sauf appeler, jeter et leurs composés

Les mots empruntés francisent leur pluriel : une miss, des miss

Les verbes en -eler ou -eter se conjuguent sur le modèle de peler ou de acheter



La diffusion de la réforme

Un logo a même vu le jour, qui se décline en manuel/texte/ouvrage/produit/fascicule/prospectus… conforme à la nouvelle orthographe. Pour les classeurs de nos élèves, en voilà un aperçu :

Les éditeurs de logiciel fournissent désormais des correcteurs orthographiques mis à jour. C’est l’occasion pour eux d’améliorer un outil dont la pertinence pédagogique restait à démontrer.



S’informer en lisant La nouvelle orthographe en pratique

Il utilise une approche pédagogique destinée particulièrement aux enseignants, aux étudiants et aux parents. La seconde partie de l'ouvrage se présente sous forme de tableaux d'accès rapide regroupant en différentes catégories les mots touchés par la nouvelle orthographe. Un chapitre y fait le point sur la question de l'étymologie. Un ouvrage intéressant et bien présenté.



Bibliographie

Connaitre et maitriser la nouvelle orthographe. Guide pratique Chantal Contant et Romain Muller, éditions De Champlain, nouvelle édition, 2009

Les rectifications de l'orthographe du français. La nouvelle orthographe accessible (Chantal Contant et Romain Muller, éditions ERPI et De Boeck, 2009)

La nouvelle orthographe en pratique (Dominique Dupriez, éditions De Boeck Duculot, 2009

Michel Masson, dans L'orthographe : guide pratique de la réforme (éditions du Seuil, collection Points Actuels, 1991



Sur la toile

Le site officiel de la nouvelle orthographe :
http://www.orthographe-recommandee.info/

Un mini-guide d’information à télécharger

Liste complète des mots renouvelés :

http://www.renouvo.org/liste.php

Un point sur la nouvelle orthographe à destination des enseignants : http://www.renouvo.org/liste.php

La 9e édition du dictionnaire de l’Académie française, de A à Plébéien, propose l’orthographe rectifiée :

http://atilf.atilf.fr/academie9.htm

Interview de Luc Chatel au Figaro le 07 septembre 2009 :

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/09/0[...]

Interview de François de Closets par le quotidien l’Alsace :

http://www.lalsace.fr/fr/france-monde/article/1938[...]

Télécharger la mise à jour gratuite du correcteur Office :

http://office.microsoft.com/fr-fr/help/HA011882161036.aspx

Télécharger le nouveau correcteur de la suite OpenOffice :

http://office.microsoft.com/fr-fr/help/HA011882161036.aspx



Sur le site du Café
Par fsolliec , le lundi 16 novembre 2009.
En direct du forum
En débat : la nouvelle orthographe
- Bonjour,   Tout d’abord, une constatation : il n’y a aucun grammairien à l’Académie française actuellement ; il n’est donc pas surprenant que nos académiciens changent des règles de grammaire sans s’en rendre compte. Ainsi  la règle concernant le...
Le Forum "Français"

Partenaires

Nos annonces