En EPS aussi, des malentendus ? 

EPS

Nathalie Da Silva : "la tête et les jambes"

La tête et les jambes... En EPS, suffit-il d'agir avec son corps, comme le disent les programmes de l'école maternelle ? A quoi sert la tête pour apprendre, même pour apprendre  des attitudes corporelles?
« Une animation EPS sans pratique physique des participants... c'est un défi que je me lance ! » s'engage Nathalie Da Silva, conseillère pédagogique EPS à Paris et animatrice de l'atelier « La tête et les jambes ». Elle raconte une situation vécue par deux classes de CP dans la forêt de Fontainebleau : une randonnée à pied avec sable, pente et rochers. L'objectif de la sortie était de marcher sur un temps long pour travailler l'endurance et marcher en file indienne sur un sentier escarpé. Pas de difficulté particulière envisagée, une sortie bien anticipée en classe avec les élèves, préparée minutieusement par les enseignants quant à l'organisation et la sécurité. Et pourtant...
Une fois dans ce milieu nouveau, les élèves ont commencé à grimper sur les rochers sans se rendre compte du risque qu'ils prenaient. De nombreux élèves se sont trouvé en réelles difficultés pour monter et descendre sur l'étroit chemin. Ils se cramponnaient   aux enseignants et n'ont pas lâché leurs mains jusqu'à l'arrivée, même quand le chemin s'était élargi. A leur grande surprise, les enseignants constatent l'échec de leur mise en situation. Ils étaient loin d'avoir anticipé les difficultés réelles de la situation "réelle".
L'animatrice demande au groupe de réfléchir aux questions que cela pose.

Et pourtant...
Tous les élèves bénéficient d'activités physiques pendant trois années d'école maternelle, pendant lesquelles ils effectuent des parcours, des ateliers, des circuits. Dans toutes ces occasions, ils travaillent la prise de risque, la marche sur plan incliné, ils s'entrainent. Mais il semble que cela ne suffise pas pour que, dans la situation réelle, les enfants soient capables de faire valoir leur compétence.

Les participantes de l'atelier s'interrogent :
- « C'est vrai qu'en EPS, je n'explicite pas ce qu'on va apprendre aujourd'hui, comme je le fais dans d'autres disciplines.
- Je pense que je ne suis pas tout à fait au clair avec les concepts derrière les mots « marcher », « sauter », même « lancer »... Ce sont des mots tellement courants
- Moi, je multiplie les situations motrices, un peu comme on plonge les enfants dans un « bain » de langage ou un « bain » de livres. Je me rends compte que çà ne suffit pas ! »
L'animatrice apporte ses précisions théoriques sur l'activité motrice : « Prenons "sauter", par exemple, l'objectif d'apprentissage sera différent si on se situe dans une perspective gymnique ou athlétique. Dans la première, on va chercher à tendre vers des actions motrices acrobatiques, on travaillera le saut en profondeur, la réception du saut, la place des membres dans la partie aérienne du saut, on travaillera  les attitudes renversées, tête en avant, ou en bas. Dans le second cas, on travaillera le saut en hauteur et la performance recherchée de « sauter haut ». »

A quelles conditions l'action en EPS permet-elle les apprentissages de tous, leur réussite et donc leur développement ? C'était le sous-titre de l'atelier. Pour Nathalie Sa Silva, quand l'enseignant sait ce qu'il fait et où il veut aller, ce qu'il attend des élèves, ce qu'il met en place pour y arriver (quelles normes, quelles contraintes). En classe, il s'assure que les enfants sachent ce qu'ils font et sur l'activité (pendant, après), il fait des mises en mots ou en images. C'est là que la « tête » entre en jeu. Faire, manipuler, agir avec son corps ne suffisent pas. Dire et penser sont les conditions pour que les apprentissages soient réussis.

La réflexion collective continue, alimentée par les interactions entre les membres du groupe que Nathalie Da Silva entretient et formalise sur une grande affiche. "Que s'est-il passé dans cette randonnée pédestre qu'on pourrait généraliser sur la  compréhension des difficultés d'apprentissages des élèves ?"
En EPS, les difficultés sont d'autant plus visibles que cela peut avoir des conséquences graves sur la situation engagée.  Ici, l'adulte a accompagné fortement l'élève jusqu'au bout en ne lui lâchant pas la main. Mais en mathématiques ou en français, avec des activités mentales qui ne sont pas visibles, on ne s'aperçoit pas aussi facilement des difficultés de l'élève. L'aurait-on accompagné ? Dans ce cas-là, l'élève ne risque pas de tomber ou de se faire mal...  Ne l'aurait-on pas « laissé au bord du chemin » pour « avancer » dans le cours ?

Parfois, dans les écoles, on voit des activités motrices engagées par ce que l'école a réussi à s'acheter du gros matériel. Alors, fait-on « du gros matériel » ou fait-on de la gymnastique ? Qu'est-ce que çà change ? L'installation du matériel induit la mise en mouvement de l'élève. Il ne reste plus qu'à régler les questions d'organisation. « Est-ce qu'on fait de la gym ? », interpelle l'animatrice. 
C'est toute la différence entre tâche et activité , telle que définie par Colette Catteau dans l'ouvrage collectif du GFEN paru aux rencontres de l'an dernier « Pratiques de réussite pour que la maternelle fasse école » (Chronique sociale)

Pour approfondir, l'animatrice termine avec un texte d'Élisabeth Bautier qui théorise ces pratiques et propose son analyse de sociologue. On retrouve les propos l'atelier de cet après-midi, on fait des liens entre recherche, formation et action sur le terrain.

Et pour clore l'activité, une touche d'humour avec la lecture d'une poésie de Prévert qui dit à peu près ceci : « Dans ma maison qui n'est pas ma maison... tu viendras. Dans cette maison, je ne faisais rien de sérieux, je jouais avec mes pieds. Bête comme ses pieds ou bête comme l'homme... ».  De l'absurdité des choses, et où les pieds sont plus intelligents qu'on ne pense !

Sur le site du Café
Sur le Web
Par MBrun , le lundi 30 janvier 2012.

Partenaires

Nos annonces