Le mensuel Imprimer  |  Télécharger nous suivre sur Twitter nous suivre sur Facebook

- LES TICE ONT-ELLES UN PASSÉ ?Les ministres de l'Education s'expriment à Hourtin 

C'est par une magistrale leçon de philosophie que notre nouveau ministre Luc Ferry s'est prononcé pour la première fois sur les TICE le 28 août dernier à l'occasion de la 23e Université d'été de la communication à Hourtin. En philosophe, il a dressé les grandes lignes de l'évolution des sciences du XVIIe siècle à nos jours en évoquant Voltaire, Diderot et Heidegger pour montrer que, si à l'époque des Lumières la science et la technique apparaissaient comme la solution pour maîtriser une nature par essence mauvaise, la situation est inversée aujourd'hui où l'idée de nature est valorisée, et où "les risques viennent davantage de la science et de la technique que de la nature". Le progrès des TIC aujourd'hui "nous rend-il plus libres et plus heureux ?", là est la question. Si les grands philosophes sont invoqués pour l'histoire des sciences, les références évoquées pour ce qui est de la situation contemporaine sont moins réjouissantes : ce sont en effet Frankenstein et l'apprenti sorcier qui auront permis d'illustrer l'image que le ministre se fait des TIC dans la société d'aujourd'hui, un monde où "la créature échappe à son créateur pour dévaster la terre". Xavier Darcos, ministre délégué à l'enseignement scolaire, s'est montré plus sobre et s'est contenté d'évoquer Borgès pour conclure son discours, comparant l'utopie de La Bibliothèque de Babel au dédale d'Internet pour finir ainsi : "à accéder à tout, il y a le risque de n'accéder à rien".

On l'aura compris, notre nouveau ministre, qui se dit "ardent partisan de ces nouvelles technologies avec un certain nombre de réserves", est un partisan méfiant. Toutefois, les discours des deux ministres ont permis d'avoir un aperçu de ce que les années à venir réservent aux TICE, et si Luc Ferry en a exposé une connaissance toute livresque, Xavier Darcos s'est montré plus concret en présentant son "plan stratégique numérique pour l'enseignement", dans une presque parfaite continuité, en fait, avec les projets déjà en marche et sans effet d'annonce.

Un partisan méfiant, connaissant peu les pratiques du terrain, mais un partisan "ouvert", c'est ainsi qu'est apparu Luc Ferry dans son discours. S'il émet d'importantes réserves, le ministre affirme malgré tout la nécessité de continuer la politique d'équipement de tous les établissements scolaires en vue d'une égalité d'accès aux nouvelles technologies pour tous. Mais il affirme aussi : "Il faut nous dire véritablement à quoi cela va servir et puis il faut nous proposer des outils qui soient vraiment enthousiasmants". Et pour les mauvais esprits qui verraient quelque contradiction dans la volonté d'équiper à l'aveugle tous les établissements sans savoir à quoi cela va servir, il précise : "Quoi qu'on pense des TICE, au nom de l'égalité des chances, il faut lutter contre la fracture numérique. C'est le devoir d'équité de l'Éducation Nationale". Il a par ailleurs largement insisté sur le fait que le ministère travaille sur le sujet de l'intégration des TICE "avec beaucoup d'ouverture d'esprit".

L'heure est en fait aux grands bilans pour le nouveau ministère, qui semble encore occupé à cerner et prendre en main le système et les projets en cours et qui découvre, un peu gêné, que le mammouth a des TIC. Ce bilan, Xavier Darcos prévoit de le faire par le biais d'une lettre aux recteurs : "J'adresserai dans les jours qui viennent aux recteurs d'académies un courrier pour savoir ce qu'il se passe dans les académies, et pour qu'ils me fassent des propositions." Luc Ferry de son côté fait son bilan en établissant une synthèse des rumeurs et autres grommellements en provenance des milieux intellectuels : "La situation aujourd'hui n'est pas si mauvaise qu'on le dit habituellement... Arrêtons de dire que l'Éducation nationale traîne les pieds, ce n'est pas le cas... La mondialisation de la technique l'a rendue suspecte aux intellectuels : vos TIC sont très performants mais quel sens ont-ils par rapport à l'ancienne idée de progrès ?" Il fustige au passage quelques idées rebattues ; à ceux qui, comme Michel Serres, louent la possibilité pour les enfants d'accéder en ligne aux plus grandes bibliothèques, il répond : "Quand on me dit par exemple : "c'est formidable, on peut donner accès à un enfant de dix ans à tous les abstracts ou les résumés de livres de la Library of Congress où il y a quinze millions de volumes", mais quand on ne lit pas cinq livres par an, à quoi cela lui sert-il d'avoir accès à quinze millions ?". Dédaignant la souplesse et la pluridimensionnalité de l'hypertexte sur lequel est fondée la navigation aussi bien dans les cédéroms que dans les sites internet, il assène : "L'hypertexte semble a priori favoriser une culture du zapping". Il n'épargne pas non plus les expérimentations extrêmes lancées par le gouvernement précédent ; ainsi du cartable électronique : "Le seul progrès, c'est que ça pèse moins lourd... et encore ! "

C'est plutôt sa méconnaissance de ce qui se fait sur le terrain en matière de TICE, finalement, qui transparaît le plus dans le discours du ministre : Internet et les informations qu'il offre sont réduits à "de l'image", selon l'opposition écran / écrit qu'il reprend d'une interview à propos de la télévision récemment donnée dans un grand quotidien ; les ressources utilisées par les enseignants semblent nécessairement matérialisées par des cédéroms (et de pester contre la "cédéromisation" des manuels qui fait éclater le savoir en étoile), mais surtout : "Les disciplines ne sont pas à égalité entre elles dans cet usage des nouvelles technologies. Il est clair par exemple que la géographie bénéficie bien davantage d'un cédérom bien fait que l'histoire". Comprenez que les TICE peuvent servir "en biologie, en physique, en mathématiques, en musique" mais que leur utilité n'a rien d'évident "pour les disciplines littéraires". C'est étonnant, quand on pense que les premiers logiciels et les plus répandus sont des traitements de textes, et que ce sont précisément les langues vivantes qui tirent le plus grand bénéfice d'internet par le biais de la correspondance électronique qui permet aux élèves de différents pays de communiquer entre eux.

Ce qui est frappant ici, c'est non seulement l'ignorance de ce qui se pratique sur le terrain, mais aussi de ce qui est officiellement proposé sur les sites académiques et les centres de ressources du réseau SCEREN-CNDP, qui dépendent directement du ministère. Affirmer : "il faut nous dire à quoi cela va servir" ou "il faut nous proposer des outils qui soient vraiment enthousiasmants" ou encore que les TICE n'ont pas d'intérêt pour les disciplines littéraires, c'est méconnaître que depuis dix ans les structures académiques TICE développent des sites pour chaque discipline qui font remonter les pratiques du terrain, mènent des expériences, mettent en valeur les activités exploitant les TICE, présentent des logiciels et autres ressources. Tout cela semble nul et non avenu dans le discours du ministre qui préconise pour sa part "des expérimentations sur ce thème", comme s'il arrivait en terrain vierge et que jamais rien n'avait été fait auparavant. Ainsi pouvait-on entrer dans la salle de conférence en se demandant si les TICE avaient encore un avenir, et en sortir un peu renversé en se demandant finalement si elles avaient jamais eu un passé.

L'avenir des TICE, Xavier Darcos nous en donne une idée dans son discours. Il affirme que "Les TIC sont un outil de réussite scolaire" et qu' "il faut que notre pédagogie évolue". Il a annoncé la continuation des grandes actions en cours et particulièrement ENE (l'Espace Numérique d'Éducation), annoncé un an plus tôt au même endroit et dans les mêmes circonstances par Jack Lang alors ministre de l'Éducation Nationale, programme, rappelons-le, destiné à mettre à disposition des enseignants des contenus numériques de qualité (archives, extraits audiovisuels etc.). Le ministre délégué à l'enseignement a salué les dispositifs académiques et a promis que "le ministère fera son devoir pour les soutenir au mieux dans leurs initiatives". Il a également abordé le problème de la formation des enseignants et a annoncé à ce sujet la mise en place d'un groupe de travail piloté par les directeurs d'IUFM, dont l'objectif est de dresser un bilan de la formation initiale en matière de TIC et de définir des lignes directrices pour leur meilleure intégration dans la formation des enseignants.

Pas d'effet d'annonce spectaculaire donc, pas de nette avancée ni de franc recul, l'équipe ministérielle rentre doucement dans ses fonctions et on ne pourra pas dire que l'avenir des TICE n'est plus ce qu'il était. Ce qui est nouveau peut-être c'est qu'aujourd'hui, même si un ministre de l'Éducation Nationale n'est pas convaincu par les nouvelles technologies, il ne peut pas non plus s'en déclarer l'ennemi ni s'opposer à leur évolution. Il faut sans doute se méfier des propos trop enthousiastes de certains partisans inconditionnels des TICE et tenir compte aussi des expériences malheureuses qui ont pu être mises en oeuvre. Certains propos passionnés peuvent être nuancés au profit d'une plus grande objectivité et d'une approche plus pragmatique: certes, les TICE ne sont pas une panacée, mais elles sont un outil d'enrichissement culturel, d'autonomisation et d'accès au monde moderne pour tous les élèves et d'élargissement de la palette des méthodes pédagogiques pour les cas particuliers, qu'il s'agisse d'approfondissement ou de remédiation. C'est à nous tous maintenant, enseignants, de faire valoir à notre ministre leur intérêt pédagogique. Sans doute n'arriverons-nous pas à le convaincre tout-à-fait, et après tout peut-être vaut-il mieux un ministre pas convaincu mais "ouvert" qu'un ministre convaincu mais assénant à coups d'oukazes ses idées très arrêtées, comme il s'en trouva un il n'y a pas si longtemps... Nous n'avons pas la prétention de vous éblouir, Monsieur le ministre ; mais surtout, restez "ouvert" !



Partenaires

Nos annonces