Le mensuel Imprimer  |  Télécharger nous suivre sur Twitter nous suivre sur Facebook

Le système éducatif 

Le ministère dévoile son plan d'action pour les TICE
S'exprimant à Foix, le directeur des technologies au ministère, Benoît Sillard, a présenté les priorités de son ministères. En premier lieu il prévoit la mise en place dans les établissement d'agents chargés de la maintenance et d'une personne référente pédagogique rémunérée. La formation des enseignants serait améliorée avec la généralisation du C2i en IUFM et la définition d'un C2i de niveau 2. Le ministère continuera à soutenir la production de contenus scolaires et s'attachera à connaître et évaluer les pratiques pédagogiques.
http://www.educnet.education.fr/actua/ht ml/arts/G20040203.htm

Rencontre des ministres de l'éducation de l'OCDE
Les 18 et 19 mars, les ministres de l'éducation de l'OCDE se rencontreront à Dublin. Au programme : redistribuer les informations sur les performances des établissements aux enseignants, améliorer la professionnalisation des enseignants, utiliser l'école pour créer du lien social.
http://www.oecd.org/document/21/0,2340,f r_21571361_27379727_28278229_1_1_1_1,00.h tml

Un guide républicain pour l'éducation
Depuis longtemps le ministère annonçait son intention d'éditer un "guide républicain", rappelant les valeurs de la laïcité et de la vie en commun afin d'aider les enseignants face à la montée des communautarismes. Ce guide devrait être présenté le 10 mars.

Baisse des effectifs élèves dans le second degré
Avec 16.400 élèves en moins (-0.3%), l'enseignement secondaire français renoue avec une baisse amorcée en 2002. La principale raison, selon cette étude ministérielle, est l'érosion démographique : c'est au collège que la chute a lieu (-26.000) alors que le second cycle est stable et que l'enseignement professionnel progresse (+ 8.400). Cependant quelques filières se distinguent par une croissance plus forte : c'est le cas des troisièmes technologiques et préparatoires à la voie professionnelle, des formations professionnelles "raccourcies" : CAP, BEP et bac pro en un an. Enfin cette étude détruit une légende : il n'y a pas eu de raz-de-marée vers l'enseignement privé à la rentrée 2003 mais une vaguelette : 2000 élèves supplémentaires.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/d pd/ni0405.pdf
http://www.adobe.fr/products/acrobat/rea dstep2.html

La PEEP demande des réformes concrètes à la commission Thélot
Reçue par la Commission Thélot, sur l'avenir de l'école, le 3 mars, la P.E.E.P. est intervenue sur plusieurs points du débat. S'agissant des savoirs à acquérir à l'école primaire, l'association de parents d'élèves souhaite ajouter, à coté du "lire écrire compter", "l'apprentissage d'une langue étrangère et celui des nouvelles technologies". La PEEP se soucie également de la diffusion de la culture scientifique et de l'éducation artistique. Au collège, elle verrait bien éclater la notion de classe, les élèves pouvant à leur rythme acquérir des unités de valeur pour valider leur cycle. Elle soutient également la diffusion des IDD. Mais la PEEP n'hésite pas à poser des "questions qui fâchent" : "Pourquoi ne pas revoir le service des enseignants ? Pourquoi est-ce l'une des seules catégories à qui l'on ne demande pas de résultats ?.. Quand l'école sera-t-elle enfin faite pour les enfants ? "
http://www.peep.asso.fr/Flash03/audition 040303.pdf

X. Darcos réagit à la pétition sur "la guerre à l'intelligence"
"Sur les sujets vitaux, notre ambition est de donner la parole au plus grand nombre et de faire du débat public le lieu où se construit la conscience démocratique en même temps que s'élaborent les politiques de demain. Que l'on songe à la formidable discussion que nous avons engagée autour de la laïcité, mobilisant tour à tour, pendant de nombreuses semaines, experts et hommes politiques, journalistes, associations, avant d'aboutir au Parlement. Que l'on songe surtout au grand débat sur l'avenir de l'école". Xavier Darcos défend l'action gouvernementale dans les colonnes de Libération et dénonce implicitement dans la pétition sur "la guerre à l'intelligence" une démarche élitiste. "Bien loin d'ailleurs de l'idée que l'intelligence, donc l'éducation, soit exclusivement au service de l'économie, on peut imaginer à l'inverse que certaines entreprises soient au service d'une politique publique de l'intelligence. C'est l'offensive que j'ai souhaité mener dans le secteur des technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement. Nous sommes notamment à l'origine d'une initiative sans précédent sur le plan international : l'Espace numérique des savoirs... Il n'y a pas ici de soumission au marché, puisque c'est le politique qui décide : il définit lui-même les orientations et passe les commandes. Il est à l'initiative de la constitution de nouveaux bouquets numériques de services éducatifs répondant aux besoins des enseignants. Sans cette démarche volontariste, le déversement sans partage des contenus numériques anglo-saxons dans nos écoles était assuré". Puisse le ministre associer aussi les associations d'enseignants, comme le Café, à ce combat pour l'intelligence collective....
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=183343

Maintien de la décision de délocalisation du CNDP
"Je ne suis pas inquiet mais il va falloir prendre le temps, y aller progressivement, étudier les situations cas par cas et reclasser tout le monde". Le nouveau directeur du CNDP, a annoncé à l'AFP la délocalisation d'une centaine d'emplois à la rentrée 2004 et la fin du transfert du CNDP à Chasseneuil du Poitou en 2005. L'intersyndicale du CNDP reste fermement mobilisée contre le projet. Une pétition est lancée.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040229122653.cy03g8g3.html

L'intersyndicale du CNDP propose de construire un contre-projet
"Nous proposons de bâtir.. une approche de projet pour un nouveau développement (du CNDP) dans le cadre d'un regroupement francilien des activités du CNDP". Opposée à la délocalisation dans le Poitou, l'intersyndicale du CNDP a créé un "comité de suivi du transfert forcé" composé des représentants syndicaux et d'élus de l'opposition. Elle dénonce "une OPA agressive contre le service public".
http://www.nodeloc.net

Les écoles Diwan rue de Grenelle
Les écoles bretonnes Diwan traversent une grave crise financière. Elles ont été reçues par Luc Ferry pour étuder les conditions d'une éventuelle entrée dans le service public d'éducation.
http://actu.voila.fr/Depeche/depeche_emp loi_040212180703.hff5egk4.html

Petite histoire des vacances
Dans un entretien accordé à Libération, B. Toulemonde raconte la création du calendrier des vacances. Coincé entre industrie touristique, sécurité routière, désirs des enseignants, compagnies aériennes et les parents, le ministère a bien du mal à arbitrer et à organiser les vacances.
http://www.liberation.fr/page.php?Articl e=177054

Partenaires

Nos annonces