Le mensuel Imprimer  |  Télécharger nous suivre sur Twitter nous suivre sur Facebook

Vie scolaire 

Modification des conseils de discipline
A son époque, cette modification avait été présentée par Luc Ferry comme un gage de sa volonté de rétablir l'autorité professorale. Le J.O. du 15 mai publie un décret modifiant la composition des conseils de discipline. Le conseil comprend maintenant 14 membres, 4 cadres éducatifs, 5 représentants du personnel dont 4 profs, 3 représentants des parents (en collège, deux en lycée) et 2 des élèves en collège, 3 en lycée. Cette mesure, qui double la représentation des enseignants, avait été critiquée par la FCPE : " le Ministre prétend lutter contre la violence : en réalité, il met en place lui-même les conditions de la violence, donnant en exemple aux jeunes un mode de résolution des conflits fondé sur le règlement de comptes dont ils seront les premières victimes. Face à l'arbitraire, les familles et les jeunes n'auront d'autre solution que de faire appel à la justice pour faire respecter leur droit".
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnT exteDeJorf?numjo=MENE0400764D
http://www.fcpe.asso.fr/article.aspx?id= 306

L'Ecole a du mal à accueillir les handicapés
"Quelle est la crédibilité d'un système éducatif qui exclut tout en se disant contre l'exclusion ? Il n'est plus tolérable que l'accueil des enfants "handicapés" en milieu ordinaire reste l'affaire de l'opiniâtreté des parents et de la bonne volonté de quelques enseignants. Or, rien n'autorise a priori à priver un enfant de fréquenter l'école, avec les aides requises. Aucun établissement scolaire ne peut s'exonérer de sa mission d'accueil. Education et rejet ne peuvent aller de pair : la première, inscrite dans une logique de vie, cherche à révéler et à déployer ; l'autre, qui rabaisse et détruit, se rapproche d'une logique de mort". Charles Gardou, (Sciences de l'éducation, Lyon) dénonce dans une tribune du Monde le retard de la France à accepter les élèves handicapés. Il souligne le manque de formation des enseignants .Une déclaration contredite par le ministre qui, dans un discours prononcé devant le Conseil national de la vie lycéenne, rappelle les efforts du gouvernement : 90.000 jeunes handicapés intégrés dans des établissements scolaires mais promet de nouvelles mesures. " un texte sur le handicap, actuellement en discussion au Parlement, contiendra un certain nombre de mesures relatives à la scolarisation des jeunes handicapés : l'amélioration de l'accompagnement de l'élève ou encore une meilleure association des familles à l'orientation de l'enfant en sont quelques dispositions..."
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@ 2-3232,36-364865,0.html
http://www.education.gouv.fr/actu/elemen t.php?itemID=20045141452

Le Sénat veut défendre la mixité
La mixité est-elle menacée ? Dans un rapport publié aujourd'hui par le Sénat, la délégation du sénat aux droits de la femme recommande d'inscrire la notion de mixité dans le code de l'éducation par souci de vigilance. Elle souhaite aussi qu'on fournisse « aux enseignants, dans l'exercice quotidien de leur métier, les outils pédagogiques nécessaires à une meilleure approche de la psychologie des adolescents et de la diversité, selon les sexes, des rapports à la culture et au savoir ». Un module spécial pourrait être ajouté durant la formation initiale de façon à « lutter contre les stéréotypes sexués et à modifier certains comportements culturels, différenciés selon le genre des élèves ».
http://www.senat.fr/rap/r03-263/r03-263. html

L'éducation à la santé n'arrive pas à entrer au collège
"La mission a pu constater l'abondance, depuis 5 ans, de circulaires centrées sur des objectifs convergents voire similaires. En contrepartie, la traduction de ces objectifs en actions concrètes et durables reste l'exception". Le rapport réalisé par les inspections générales de l'éducation nationale et des affaires sociales est sévère. Il constate que les actions en faveur de l'éducation à la santé dans les collèges sont "souvent de facto absentes". Par exemple, le dispositif des "rencontres éducatives sur la santé", en théorie compté pour 30 à 40 heures en collège reste lettre morte :"la mission n'a jamais pu constater que ce dispositif fonctionnait". Face à ce constat, le rapport demande que les établissements soient d'abord cohérents en améliorant l'hygiène dans leurs locaux. Il demande que soit défini un cadre horaire minimum d'éducation à la santé pour chaque élève.
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/b rp/notices/044000190.shtml

Le ministre signe une convention sur la violence
« L'école doit demeurer un endroit protégé de toute forme d'expression de la violence... Pour moi l'équation n'a pas d'inconnue : c'est la violence zéro à l'école !
Conscients de cette exigence, les chefs d'établissement, les enseignants et l'ensemble de la communauté éducative font un travail extraordinaire pour créer les conditions de ce respect et de cette tolérance. Mais ils ne sauraient rester esseulés face à l'importance et à la difficulté de la tâche. Face à la violence, c'est une responsabilité partagée qu'il faut susciter et structurer. »
François Fillon a signé aujourd'hui au rectorat de Paris une convention qui accélérera le signalement à la justice des élèves violents.
http://www.education.gouv.fr/actu/elemen t.php?itemID=20044281029

Violence : Selon des experts, mieux vaut prévenir
Le groupe Claris, qui réunit des chercheurs et des acteurs sociaux, publie un dossier sur la prévention de la délinquance juvénile. L'association entend montrer les carences des dispositifs actuels et participer au débat sur les politiques de prévention.
http://www.groupeclaris.com/

Violence : la FCPE craint des dérives
24 heures après la signature de la convention entre le Rectorat et le Parquet de Paris, la FCPE de Paris "apprécie la mise en place d'un dispositif destiné à prévenir l'évolution péjorative du comportement de certains jeunes". Mais l'association de parents d'élèves déplore que la convention ne distingue pas entre les infractions et "redoute de probables dérives".
http://www.fcpe75.org

Partenaires

Nos annonces