Le mensuel Imprimer  |  Télécharger nous suivre sur Twitter nous suivre sur Facebook

- Collège 

Un jeune sur six en échec en fin de collège
La proportion rappelle celle de l'école primaire. Selon une enquête ministérielle, 15% des jeunes ne maîtrisent pratiquement aucune des compétences attendues en fin de collège. Ils ne savent ni prélever des informations dans des documents, ni les organiser, ni les exploiter. A l'opposé, un quart des élèves ont une maîtrise parfaite.
Compétences des élèves en fin de collège (pdf)
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/dpd/noteeval/eva0409.pdf

L'alternance au collège
EduScol met en ligne un dossier destiné aux enseignants des classes de collège qui fonctionnent en alternance entre le collège et une formation hors collège, souvent professionnelle selon les instructions de 2003 et 2004. Le ministère préconise une pédagogie individualisée qui vise à reconstruire le rapport de confiance avec l'école. Des instructions sont également fournies dans chaque discipline. Ainsi, en histoire-géographie par exemple, elle invite chaque enseignant à "faire ses propres choix de contenus et de méthodes" : "l'ampleur des questions inscrites dans les trois programmes d'histoire, de géographie et d'éducation civique de la classe de 4ème conduit à opérer des choix pertinents dans els contenus à enseigner". Au risque de préjuger de l'orientation en fin de collège.
Le dossier
http://eduscol.education.fr/D0188/default.htm

Le collège ne va pas si mal
Dans Libération, Emmanuel Davidenkoff apporte les conclusion d'une tourné dans les collèges : "Alors quoi ? Des élèves remuants, partout, mais de la discipline, partout. Un niveau qui, selon les enseignants, laisse à désirer, mais des enseignants qui n'ont pas baissé les bras et recourent aux méthodes qu'ils jugent pertinentes, y compris quand elles sont traditionnelles. S'il est vrai, comme Fillon le pense, que «l'école paie aujourd'hui la facture de vingt-cinq années d'irrésolution de notre société face à la dissolution des repères moraux et civiques», cela fait plusieurs années que les enseignants et les équipes éducatives ont commencé à «rembourser» ladite facture. Laisser entendre, fût-ce implicitement, qu'ils auraient renoncé ne relève pas du débat, légitime, sur la pertinence de telle ou telle méthode. Il s'agit d'une torsion de la réalité que vivent chaque jour des millions d'élèves et d'enseignants, et qui n'aide pas à poser la question qui fâche : pourquoi, quelles que soient les méthodes, l'école a tant de mal à répondre aux défis que pose la modernité". Libération prolonge l'article par un entretien avec Roland Goigoux (IUFM d'Auvergne) sur ces thèses conservatrices, reprises du livre de M. Le Bris. Pour l'universitaire, " Ce livre est un tissu d'erreurs et d'approximations. Et quand il avance des arguments pertinents, ils sont noyés dans la caricature".
Article de Libération
http://www.liberation.fr/page.php?Article=245463
Article de Libération
http://www.liberation.fr/page.php?Article=245464


Partenaires

Nos annonces