Le mensuel Imprimer  |  Télécharger nous suivre sur Twitter nous suivre sur Facebook

- Le bac 2005 

Le dossier Bac Brevet 2005
Ce dossier du Café pédagogique propose pour chaque discipline une sélection de ressources gratuites : cours, fiches méthodologiques, exercices pour s'auto-évaluer de façon à se préparer aux examens.
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/bb2005/

Où trouver sujets et corrigés ?
Au fur et à mesure du déroulement des épreuves, France Examen publie les sujets et les corrigés. Le bac a commencé en avance dans les lycées français à l'étranger et on peut découvrir les sujets de Pondichéry, du Liban et d'Amérique du Nord.
http://f13.www.france-examen.com/
http://www.rochambeau.org/informations/examens/bac/bac2005/bac2005.html
http://www.clw.edu.lb/cdi/Baccinq/baccinq.htm
http://www2.ac-toulouse.fr/lyc-francais-pondichery/

Que faire avant les épreuves ?
Il faut d'abord veiller à être en forme pour l'examen ce qui suppose de s'alimenter correctement et de dormir. Le cerveau a besoin de se nourrir. Il engrange la nuit les données perçues dans la journée. Sans sommeil, pas de mémorisation. A quelques jours des nouvelles épreuves, on trouvera dans le dossier Bac Brevet du Café des exercices interactifs pour s'autoévaluer, se rassurer et éventuellement découvrir ses failles. Le même dossier indique où trouver des cours pour les combler.
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/bb2005/

Un vieux cancre ?
"Vieux cancre sauvé au rattrapage" l'image est irrévérencieuse pour un monument national. Emmanuel Davidenkoff, dans Libération, l'ose et apporte des arguments. "Le bac ne donne aucun droit particulier" : l'inscription en STS ou en prépa se fait sur dossier et échappe totalement à l'examen, ce qui représente quand même 200.000 élèves."Son coût est exorbitant". Certes. "Il paralyse le système" puisque le mois de juin est désorganisé dans les lycées. "Il est injuste" pour E. Davidenkoff qui évoque des "tripatouillages de notes" . Ils expliqueraient les écarts entre académies et jurys. Bien d'autres raisons plus évidentes peuvent justifier ces écarts et l'harmonisation ne veut pas dire abus, au contraire.

Alors inutile le bac ? Sans doute pas quand on voit le stress qu'il génère chez les candidats. Le rater signifie pour des milliers de jeunes chaque année au mieux une année de perdue, au pire un chemin différent dans la vie. Il ne faudrait pas oublier qu'un tiers des jeunes quittent encore l'Ecole sans l'avoir. L'injustice commence peut-être après dans le taux d'échec important d'une partie des bacheliers dans les études supérieures. La moitié des bacheliers STT échouent à obtenir le Deug en 3 ans. C'est le cas de quatre bacheliers professionnels sur cinq. Des inégalités aussi fortes s'observent pour l'abandon d'études après le bac.
http://www.liberation.fr/page.php?Article=302668

Que deviennent les bacheliers ?
Juste après le bac, 88% des bacheliers poursuivent leurs études. Un an plus tard, 93% de ceux-ci continuent leurs études. Mais tous ne rencontrent pas les mêmes difficultés selon une étude ministérielle. Si 3% seulement des étudiants en STS se réorientent au bout d'un an, c'est le cas de la moitié des élèves des prépas littéraires ou de 16% des étudiants en université. Comment expliquer ces décalages ? Le type de bac joue fortement : ainsi en université 83% des bacheliers généraux ne changent pas d'orientation à la fin de la première année, contre la moitié des bacheliers technologiques ou professionnels.

Comment l'expliquent-ils ? Plus d'un étudiant en université a du mal à s'organiser dans son travail et un sur trois manque d'intérêt pour les matières étudiées. Ces facteurs d'échec viennent bien avant les difficultés matérielles. On mesure là l'importance de dispositifs comme les TPE qui justement apprenaient à s'organiser (ça va être beaucoup plus difficile sur une seule année !) et à dégager du sens dans les disciplines. Mais l'encadrement est aussi en cause. Ainsi seulement un étudiant en université sur cinq trouve du soutien pédagogique dans l'établissement.
ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/dpd/ni/ni2005/ni0519.pdf

Que devient-on sans le bac ?
Sans le bac, il reste des solutions ! Outre le redoublement et la préparation à distance, il est possible de préparer un bac professionnel, de choisir l'alternance, ou d'entrer en fac sans bac.
http://www.education.gouv.fr/sec/baccalaureat/sans.htm
http://www.education.gouv.fr/orient/listcio.htm

Brevet et Bac : Les sujets du Moyen-Orient et de l'Afrique
"Le contrôle de la société dans l'état nazi", "Les transformations de la société française pendant les Trente Glorieuses", un texte de Maxence Fermine : les sujets 2005 du brevet sont déjà là ! Du moins ceux du Moyen-Orient (sauf Liban) et d'une partie de l'Afrique. Le lycée G. Pompidou de Sharjah (Emirats Arabes Unis) met également en ligne les sujets des bacs généraux.
http://www.lgp.ae/lgp/examens/examens.htm
http://www.cafepedagogique.net/dossiers/bb2005/

SVT : L'épreuve de L au bûcher !
"Les candidats ont été, en quelque sorte, jetés dans un bain de mensonges... Voilà qui en dit long sur la machinerie anti-éducative placée en amont du bac et sur ses effets. Et qui révèle la sinistre mission du corps enseignant en certaines matières... L'affaire n'est pas futile. Elle est grave car elle touche des millions d'adolescents qui ont subi un double viol, celui de leurs consciences d'abord, celui de leurs intelligences ensuite". Ces propos visent l'épreuve de SVT du bac L où un sujet traitait de l'IVG, ce qui est vivement reproché par deux associations catholiques.
http://www.liberation.fr/page.php?Article=304715

Les conservatismes s'attaquent au bac
" Demander aux candidats de restituer une argumentation à partir d'éléments approximatifs et polémiques sur cette question les plaçait inconsidérément et inutilement devant un cas de conscience. En ce sens, ce sujet ne respecte ni les candidats ni les exigences d'une formation intellectuelle authentique". Selon Le Figaro, après plusieurs associations catholiques, la Direction diocésaine de l'enseignement catholique de Paris critique le sujet de SVT de L. Ils sont rejoints dans la critique par l'association Sauver les lettres qui s'insurge contre un texte faisant partie de l'épreuve de français de la série STT. Il s'agit de la célèbre chanson de Pierre Perret "Lilly" qui pour Agnès Joste a un gros défaut : "il est précisé qu'il a obtenu le prix de la Licra, ce qui amène une sorte de «bien-pensance» sur le sujet". Un texte raciste aurait à coup sur évité ces critiques.

Pour Viviane Youx, présidente de l'Association française des professeurs de français, filiale française de la Fédération internationale des professeurs de français (FIPF), ce "on ne peut nier qu'en France certains étrangers sont victimes de racisme. C'est une réalité. Le fait que des jeunes réfléchissent à ce sujet ne me paraît pas inconcevable".
http://www.lefigaro.fr/france/20050622.FIG0169.html
http://www.lefigaro.fr/france/20050622.FIG0170.html

Partenaires

Nos annonces