Primaire : La guerre des évaluations plus violente que jamais 

Par François Jarraud


La publication sur Internet des évaluations de CM2 vient s'ajouter au refus de ces évaluations par plusieurs syndicats et par la FCPE. Une nouvelle attaque vise l'utilisation par l'éducation nationale du fichier des évaluations. Ces nouveaux coups amènent le Se-Unsa à demander le retrait des évaluations.


"Sabotage !" lance le ministre dans un communiqué AFP. Et il menace  "d'engager des poursuites" contre les responsables de ce torpillage des évaluations. Ce qui met en colère Luc Chatel c'est la publication sur Internet des évaluations de CM2 qui ont démarré ce lundi 17 janvier. Un groupe de parents a ouvert ce week-end un site où ils proposent les cahiers d'évaluation de français et de maths. L'accès au site et aux fichiers est bloqué par l'hébergeur mais cette contrainte est très facilement contournable. L'AFP mentionne aussi un site syndical de la Meuse qui a vu exploser son nombre de connexions ! Il propose maintenant un logiciel permettant de neutraliser des items et donc de ne faire passer que les questions vues en classe. En 2009, les cahiers avaient déjà été publiés sur Internet. Les altérations dans le déroulement des épreuves avaient été massives,  amenant le ministère à affecter les résultats d'un coefficient correcteur qui leur retirait tout caractère scientifique. Le crue 2010 avait été meilleur, avec moins d'incidents, et leur reprise peut surprendre le ministre.


Dans un communiqué, le Se-Unsa demande le retrait de ces évaluations. "C’est dans la plus grande confusion que les évaluations viennent de débuter aujourd’hui dans les classes de CM2. Déjà largement contestées par la communauté éducative, elles sont en train de virer au fiasco", estime le syndicat. " La diffusion publique à grande échelle des livrets d’évaluation sur internet vient porter le coup de grâce à un dispositif inadapté, mal pensé et mal organisé". Le Se-Unsa "demande le retrait du dispositif en cours et revendique d’autres évaluations au service des élèves et de leurs enseignants. Il continue ainsi de défendre le principe pertinent « d’évaluations-diagnostiques » placées en début du CE2 et du CM2 et visant des compétences du socle commun". Ainsi en quelques jours les évaluations sont rejetées par trois syndicats, la CGT, Sud et maintenant le Se-Unsa. Le Snuipp, majoritaire, demande " une remise à plat" et l'abandon du dispositif.


Une nouvelle torpille pourrait bien donner le coup de grâce à ces évaluations. Le Collectif national de résistance à Base élèves rappelle qu'une circulaire de 2008 prévoit que les résultats des évaluations nationales de CM2 soient transmis au collège d'accueil , alors que le ministère promet que mes parents "sont les seuls avec les maîtres à connaître les résultats". Pour le CNRBE, la date de passage des évaluations, qui est un point important de contentieux, dépend de l'utilisation des données dans le dispositif Affelnet 6ème en test dans plusieurs départements. Le collectif lit le codage binaire des évaluations comme un moyen de tri des enfants. " Ces évaluations permettent de faire ce tri : les enfants en difficulté et les enfants « excellents ». Les parents et les enseignants, sans même avoir conscience des fichages qui se mettaient en place, ont su en révéler l’absurdité". Ainsi ces évaluations, mal négociées avec la profession et les parents, éveillent tous les fantômes et les fantasmes. Pour Luc Chatel un vrai cauchemar !  Communiqué Se-Unsa

http://www.se-unsa.org/spip.php?article2799

Communiqué CRBE

http://retraitbaseeleves.wordpress.com/2011/01/17/evaluat[...]

Dossier évaluation CM2

http://www.cafepedagogique.net/lesdossiers/Pages/evaluati[...]

Xavier Pons : Evaluations : quelle cohérence ?

http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/larecherche/Pa[...]



Les désobéisseurs appellent au boycott des évaluations de CM2

"Nous refusons de faire passer des tests formatés et réducteurs. Nous privilégierons des évaluations qui nous aident à repérer et comprendre les erreurs et lacunes des élèves." Deux cents enseignants, parmi lesquels Alain Refalo et Bastien Cazals,  ont signé un "appel" qui invite les enseignants du primaire à refuser les évaluations nationales.


L'appel reprend les accusations portées contre ce système d'évaluation. "Nous refusons de collaborer à un système qui a l’apparence d’une rigueur scientifique, mais dont l'objectif annoncé est d'instaurer le pilotage du système par les chiffres. Nous faisons confiance aux outils élaborés par les enseignants eux-mêmes dans l’intérêt des élèves. Nous refusons le principe de mise en concurrence des établissements scolaires sur la base des résultats de ces évaluations. Nous continuerons à préférer le travail en équipe, la coopération et la mutualisation entre les établissements".

L'appel

http://resistancepedagogique.org/site/

Evaluation : Les parents font de la résistance

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2011/[...]


Le Snuipp demande "une remise à plat"

Après la Fcpe, Sud et la CGT qui ont appelé au boycott avec les "désobéisseurs", le Snuipp et l'Icem Freinet prennent position contre les évaluations de CM2 qui commencent cette semaine.


"En l’état, ces évaluations ne fournissent pas d’informations suffisamment précises pour la régulation des apprentissages dans les classes, et n’aident pas à la communication avec les parents. Leur finalité sert avant tout à piloter l’école par les chiffres, au détriment des besoins des élèves", affirme le Snuipp. Le syndicat demande "une remise à plat" et l'abandon du dispositif. Il invite les enseignants à écrire aux parents et à signer un appel "pour des évaluations au service de la réussite des élèves. Le syndicat organisera un colloque sur les évaluations le 7 avril.

Communiqué Snuipp

http://www.snuipp.fr/Le-SNUipp-appelle-a-des



Sur le site du Café
Analyse : Nathalie Mons : "Le Ministère se heurte au refus d'un dispositif dont les objectifs politiques ne sont pas clairs"
Evaluation de CM2 : Les parents font de la résistance
Pour Jean-Jacques Hazan le ministère préfère le conflit
Par fjarraud , le lundi 24 janvier 2011.

Partenaires

Nos annonces