Elections professionnelles : Des résultats historiques 

Par François Jarraud

 

Les résultats des premières élections professionnelles électroniques sont marquées par une chute brutale du taux de participation. Peu de mouvement si ce n'est la disparition du Snalc et de ses alliés de l'instance ministérielle et un léger tassement de la Fsu qui entraîne pour celle-ci la perte de la majorité absolue au CTM.

 

La tension était très palpable jeudi 20 octobre vers 19h rue Régnault, dans les locaux de la Direction des relations humaines du ministère quand les premiers taux de participation sont tombés. Dans l'ambiance assez hostile affichée par la Direction, Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, essayait d'obtenir des explications du ministère sur "la situation désastreuse", "le bilan épouvantable" des premiers résultats : ceux des taux de participation. Deux syndicats , Sud et l'UDAS, ont refusé de desceller l'urne électronique. La FSU a hésité mais n'a pas remis en question l'élection. Le dépouillement a pu avoir lieu.

 

Le taux de participation aux élections professionnelles s'établit à 38,54% pour le CTM et 42,98 aux CAP. Il est en net recul par rapport à celui de 2008 : 61,3% en moyenne. C'est certainement le résultat le plus important. L'Education nationale avait la particularité d'avoir un fort taux de participation. Elle ne l'a plus.

 

La répartition des voix et des sièges au CTM. Avec 141 914 voix sur 349 339, la FSU recule légèrement passant de 43 à 41% des suffrages exprimés. Elle n'a plus que 7 sièges sur 15 au CTM, alors qu'elle avait 6 sièges sur 10 à la CAPN du premier degré et  11 sur 19 à la CAPN du second degré. Le Snalc et ses alliés "républicains" sont l'autre perdant de ces élections. Ils sont passés de 7 à 5% des voix et n'ont pas de siège à la CTM. FO et la CGT gagnent 1% de voix passant de 9 à 10% et de 5 à 6%. Chacun a un siège. Mais ce sont les syndicats réformistes qui progressent. Le Sgen passe de 9 à 10% des voix (1 siège) et l'Unsa de 19 à 21% avec 4 sièges.

 

Interrogée par le Café vers 19h le 20 octobre, Bernadette Groison dénonçait "le vol des bulletins de vote" causé par le vote électronique. On est passé de 618 000 à 369 000 électeurs ce qui pèsera également dans les rapports entre ministères. Elle accusait les problèmes informatiques liés au vote, difficultés de fonctionnement, encombrement de la plateforme, bugs. Près de 250 000 électeurs n'auraient pas retiré leur identifiant. Enfon le vote a duré 1 semaine au lieu de 3. La Fsu a prévenu le ministère de ces difficultés. Pour la FSU, le ministère " assume l’entière responsabilité de la chute impressionnante des taux de participation... La démocratie sociale est fragilisée et c’est sans doute cela que le ministre souhaitait, sans bien sûr pouvoir le dire, en cohérence avec la mise en œuvre de choix budgétaires, de décisions et de réformes qui sont rejetés très majoritairement par les personnels". Interrogée par le Café, B Groison estimait que cette situation "ça arrange le ministre.. Je vois comment le gouvernement pourrait utiliser cette baisse du taux de participation".

 

Les résultats des CAP nationales : Globalement c'est la stabilité qui l'emporte. Il y a très peu de changement.

 

Chez les professeurs des écoles, le Snuipp reste le premier syndicat avec 48% des voix (+1%). Il détient la majorité des sièges. L'Unsa recueille un quart des voix (3 siègles).Le dernier siège va à FO.

 

Chez les certifiés, le Snes garde la majorité (51% des voix, 11 sièges sur 19). Le Sgen, le Snals et l'Unsa ont chacun 9% des voix et 2 sièges. La seule modification est une légère montée de FO.

 

Chez les agrégés, le Snes est aussi majoritaire (51% des voix , en hausse) et 7 sièges sur 10. Les autres sièges vont au Snalc (18% en hausse et 2) et au Sgen (11 et 1).

 

Les PLP restent très éclatés entre 3 principales organisations : le Snetaa avec 28% des voix recule un peu mais garde 3 sièges sur 10, le Snuep FSU progresse et a 2 sièges, la CGT détient 3 sièges (25% des voix).

 

Le Snep Fsu accroit encore son influence chez les professeurs d'eps : 84% des voix et tous les sièges.

 

Chez les CPE, le Snes avec 44% des voix a la moitié des 8 sièges. L'Unsa a 2 sièges et 20% des voix (en hausse), la CFDT et FO (en recul) ont 1 siège.

 

Les personnels de direction ont largement voté (81% de taux de participation) et font confiance à 68% au Snpden Unsa (8 des 11 sièges). Le restant va à ID (2 sièges) et au Sgen (1 siège).

 

Cez les inspecteurs, l'UNSA reste majoritaire chez les IEN (SIEN 68% des voix 4 sièges sur 5) et les IPR (SNIA 61% et 4 sur 5).  Le SIA détiuent 1 siège et 21% des voix chez les IPR. Le SNPI FSU 1 siège et 23% des voix chez les IEN.

 

Les résultats des élections

https://www.portail.elections.education.gouv.fr/elections2011/generePdf

Les résultats officiels de 2008

http://media.education.gouv.fr/file/12_decembre/06/9/[...]



Sur le site du Café

Le bastion syndical de l'éducation nationale est ébranlé
Les syndicats confrontés au défi du vote électronique : L'avis du sociologue André Robert
L'avenir de l'Ecole entre projets politiques et poids de la FSU
27 septembre : Un mouvement d'une ampleur inattendue
Par fjarraud , le vendredi 21 octobre 2011.

Partenaires

Nos annonces