10 février 2003 - Inauguration de l'Université virtuelle en pays de la Loire 

Reportage : Marc Lohez


Inauguration électronique pour une université virtuelle : Trois hommes penchés sur un pupitre blanc guident la paire de ciseaux qui va couper le ruban à l'écran de l'Hôtel de Région. A peine Jean Michel Harousseau, Luc Ferry et François Fillon ont-ils accomplis leur tâche qu'ils veulent déjà débaptiser l'Université Virtuelle en Pays de Loire : inaugurée elle est désormais bien réelle !

Si François Fillon, ministre des affaires sociales, est venu couper le ruban, c'est en tant qu'ancien président de région et donc instigateur de cette université qui s'inscrit dans un ensemble de mesures pour promouvoir les NTIC dans la région ligérienne : le réseau à très haut débit Mégalis a été lancé en coopération avec la région Bretagne ; parmi les initiatives dans le secteur éducatif, une expérience d'accompagnement scolaire gratuit par Internet a été menée auprès de 5000 élèves.

UVPL

Inauguration de l'U.V.P.L.

L'Université virtuelle au service des besoins régionaux de formation


L'UVPL n'est pas une 4ème université ligérienne, numérique et régionale. Il s'agit tout d'abord d'un portail de mutualisation des ressources pédagogiques et des formations en ligne fournies par les trois universités de la région (Maine, Angers, Nantes) et l'IUFM de l'Académie. De même, lorsqu'un étudiant s'inscrit pour une formation à distance, il est d'abord un étudiant ou un stagiaire de l'une des quatre institutions qui participent à l'UVPL.

Pourtant, il s'agit bien d'offrir des formations correspondant aux besoins économiques et sociaux de la région : ainsi la licence professionnelle " Médiateur de Patrimoine ".

Le virtuel au secours du "présentiel" ?


L'un des objectifs est de diminuer le taux d'échec en premier cycle par le suivi que permettrait l'université virtuelle. Le service fourni comprend en effet des cours, des TD, des tests et un tutorat en ligne. L'étudiant accède à un espace privé par login et mot de passe. Chaque unité de sa formation fait l'objet d'un tableau de bord d'où l'étudiant peut consulter les cours (avec des liens hypertexte vers d'autres sections ou des définitions), les TD et les outils d'évaluation. Les tests vont des QCM aux questions de synthèses en passant par des séries de petites questions. L'ensemble est développé avec la plate-forme d'enseignement à distance WebCT. Certaines ressources utilisées sont lourdes, et pour éviter de défavoriser les étudiants n'ayant pas accès au haut débit, un CD-ROM contenant images vidéo et autres fichiers encombrants leur est remis.

Des retombées pédagogiques importantes sont attendues du face-à-face de l'apprenant et de l'écran : cette formation a distance va dans le sens du développement de l'autonomie selon Marguerite Altet (IUFM des Pays de la Loire) : l'étudiant va davantage se concentrer sur son apprentissage. Pour François Resche (Président de l'Univ. de Nantes), l'outil informatique permet la répétition (des tests notamment).

François Fillon rappelle de sa jeunesse estudiantine son absence dans les amphi bondés compensée par le recopiage sur les notes des camarades féminines (" les filles écrivent mieux "). Mais face à ce qui pourrait sembler un appel à remplacer la douce main des étudiantes par la froide efficacité du cours numérisé, présidents d'université et ministre de l' Education rappellent que le virtuel ne pourrait remplacer le présentiel. Pour Luc Ferry, il s'agit surtout d'une bonne remédiation, une " deuxième couche " surtout pour ceux qui sont frappés par l'échec en premier cycle.

L'autre objectif est de faire réfléchir les professeurs sur leurs cours : "le virtuel doit faire changer le présentiel" a -t-on plusieurs fois entendu lors de l'inauguration ; pour François Resche , c'est une incitation au travail pour l'étudiant mais aussi pour l'enseignant, car il est plus difficile de faire un cours d'E.A.D. Marguerite Altet renchérit : la préparation du cours nécessite un travail préalable en didactique sur le cours lui même en s'appuyant sur les difficultés constatées par les étudiants.

UVPL

Découverte des cours en ligne

Géopolitique de la F.O.A.D.


Pour François Fillon, instigateur du projet lorsqu'il présidait la région, ce type d'expérience constitue l'une des pistes pour que la France puisse échapper au déclin: la mondialisation est un fait, les délocalisations des activités de productions sont inévitables: il faut trouver autre chose: l'exportation de notre savoir faire pédagogique en est une (vers l'Afrique, le Vietnam et la Russie proposée par L. Ferry), ce qui rend indispensable la maîtrise de l'EAD, domaine dans lequel certaines nations nous ont devancé (Canada Royaume-Uni avec l'Open University) . Mais cette maîtrise de l'Enseignement à Distance est également justifié par la nécessité du renforcement des outils de formation pour tous ceux qui devront immanquablement changer de métier.

Ce projet montre surtout la nouvelle donne du monde de l'éducation en France : la période des grands projets d'équipements à l'échelle nationale est terminée, le ministère va désormais jouer un rôle de formation et de soutien aux initiatives régionales qui visent à mettre en commun les moyens et les ressources : " c'est une bonne chose que les universités et les régions travaillent ensemble sans la tutelle de l'Etat " a affirmé Luc Ferry.

Mais quelles que soient les logiques qui président à la création de cette université virtuelle, ses 2700 étudiants sont les pionniers d'une expérience indispensable à la maîtrise en France des nouvelles technologies comme outil pédagogique.


Marc Lohez

Le portail de l'Université virtuelle :
http://www.uvpl.org

Sur le site du Café
Par fgiroud , le jeudi 15 mai 2003.

Partenaires

Nos annonces