L'Art, le Petit Enfant, et nous.. 


gonthierJoëlle Gonthier, bien connue des  lecteurs du Café,  qui a plusieurs fois évoqué dans ses colonnes la tenue de La grande lessive, est plasticienne, enseignante en collège et Docteur en Esthétique, rien de moins... Mais surtout bien plus.

Le fond et la formeElle nous offre aujourd'hui un véritable conte pédagogique. Avec elle nous aurons l'illustration de ce que c'est qu'une pensée qui chemine, d'un raisonnement qui se construit pieds à pieds. Elle réussit le tour de force de nous faire déambuler, jouer avec les mots et les objets, pour élaborer du concept, tisser des liens, construire du sens, du signifiant entre les choses.
Rendre compte de son « show » est impossible,il faudrait la filmer et éventuellement extraire quelques passages choisis, et encore, comment sélectionner?. Il faut la voir, il faut vivre ce moment, c'est une expérience collective : dans la salle, l'attention est maximale, la connivence installée dès les premiers instants.
Il s'agit de la plus belle démonstration, subtile, lucide, intelligente, précise et humoristique, toute en saveurs donc, présentant le caractère inadapté des nouveaux programmes en arts visuels.

Tentons l'impossible, une mise en appétitAprès vous avoir alléché, et en attendant la publication des Actes de ces entretiens où Joëlle Gonthier transmettra le fil rouge de son exposé, nous vous livrons ici ce qui ne peut être que pâle substitut. Il manque l'incarnation, mais notre but est de vous faire préférer l'original : si vous en avez l'occasion courez la voir !
gonthierSur la tribune une multitude d'objets, qui ont l'air minutieusement choisis, a-t-on vidé le coffre à jouets du petit dernier, s'agit-il d'une collection particulière ? Mystère...Ça commence en posant , tel un tableau de maître, un cadre puisqu'il faut tout de même bien savoir de quoi on parle, ce qu'on est venu faire là. Le ton est neutre, la voix est claire, l'oratrice pour être précise s'appuie sur une feuille et nous rappelle le texte original du BO :

« L’école maternelle propose une première sensibilisation artistique (...)Le dessin et les compositions plastiques (fabrication d’objet) sont les moyens d’expression privilégiés »
Changement de ton, on laisse tomber la feuille, les gestes se font plus amples, le spectacle commence. On parle d'Art enfin, les rires fusent... ah bon parce qu'il y a de quoi rire ? Mais enfin essayons de rester sérieux, voyons...
Les nouveaux programmes indiquent qu'il apprendre à l'enfant à voir et sentir... Certes...
Sur une table devant le public, 4 objets « fonctionnels » à ce qu'il nous semble au premier abord...on se demande bien où on veut en venir, va-t-on nous apprendre qu'il y a de l'Art là-dedans?
biberonsPrenons un bébé blotti contre le sein nourricier de sa mère, il a chaud, il est bien, la fusion et la satisfaction totale. Clin d'œil à la salle, les choses sont bien faites, il y en a justement un parmi nous.
Quelques semaines plus tard, il faudra bien tout de même commencer à couper le cordon, donnons-lui un biberon, soigneusement inventé pour lui, pour le nourrir. La forme est choisie, c'est chaud, c'est rond, la tétine rappelle le sein. La technique offre une merveille d'avatar. Le petit plus de la modernité : sur le biberon, des dessins : éléphants et autres petits lapins courent dans un joyeux décor. Quelle est leur fonction? Eveiller l'enfant pardi, et par là-même essayer de le distraire et lui faire oublier que sa mère n'est pas là. A sa place, les éléphants.
En passant, on se demande bien pourquoi....
Soyons précis, l'enfant voit éventuellement les éléphants, il ne les reconnaît pas; il y viendra petit à petit par une élaboration mentale qui s'éloigne du simple « voir » pour tendre vers le « regarder ».
Le bébé grandit, il lui faut conquérir une certaine autonomie, ses parents y sont attachés, apparaît la tasse avec le bec verseur « qui ne coule pas », l'objet allie des atouts qui permettent aux préoccupations du jeune enfant (boire) et celles des parents (rendre l'enfant autonome sans causer trop de dégâts) de se rejoindre.
Dernier objet présenté : une canette de Coca-cola, le must du pratique et fonctionnel.
Voici la trajectoire effectuée en quelques mois : d'un acte intime on chemine en glissant imperceptiblement vers la société de consommation.

On avance, on avance, c'est une évidence, il faut qu'on avanceBon ok, on rigole, très drôle cette démonstration, un rien de remise en cause sur nos pratiques quotidiennes, mais bon « Où est l'Art ? », on a là un peu parlé du jeune enfant, on a pu se reconnaître en tant que parent, mais l'Art ?....Où veut-elle en venir ?
L'Art est ailleurs, c'est « mon petit truc en plus », sa place est organisée : au Musée, dans les galeries, et ma foi, ce n'est pas nous qui le pratiquons. Comment le localiser précisément ?
Est-il dans la panoplie d'objets déballée sur la tribune ?
On a appris, avec notre éducation, les savoirs reçus, à identifier ce qu'est une œuvre d'Art, il ne s'agit pas juste de la voir pour la reconnaître, le sensible et la vue ne suffisent pas. Nous avons construit du sens, mis les choses en relation pour savoir que la Joconde c'est de l'Art...
Hum hum on avance, l'Art ce n'est pas ce qu'on perçoit au premier coup d'œil, l'Art ça se construit en faisant des ponts, des connexions, des relations, c'est le fruit d'un apprentissage en somme...
Exemple ! Perturbant l'exemple, nous qui croyions avancer une seconde plus tôt...
gantPour notre petit enfant, auquel nous devons apporter des soins autres que nourriciers, par exemple d'hygiène, prenons un gant de toilette !
Comme avec le biberon, il ne s'agit pas seulement de laver notre bout de chou mais également de l'éveiller toujours plus, alors prenons un gant de toilette en éponge-grenouille.
Ceci est une grenouille... C'est le message que reçoit notre tout petit quand on lui tend le gant pour lui frotter le museau. C'est aussi ce qu'il reçoit quand on le dote du parapluie-grenouille, des bottes de pluie « grenouille », du jouet de bain « grenouille » (qui fait « pouic-pouic » quand on le presse), avec tout ça on construit des repères ?
gantPourquoi l'adulte (qui lui sait ce qu'est une grenouille) agit-il ainsi, déguisant son pioupiou de la panoplie grenouille à chaque journée de pluie... Lui est capable de refaire le chemin : pluie... eau... grenouille. Et puis « c'est tellement mignon! » On saisit : la démarche nous piège encore, et c'est la société de consommation qui nous gouverne et fait de nous ce qu'elle veut.

Pour autant cette démarche n'est pourtant pas très éloignée de celle de l'artiste.
L'adulte a ici trouvé une autre manière de reformuler le monde, de se l'approprier.
Les artistes font de même, redéfinissant sans arrêt les moyens de leur Art, à eux d'inventer encore et toujours leur langage. Ce qui en fait la différence avec les artisans qui reproduisent une technique, la différence également avec notre canette de coca produite à la chaîne et répétée des milliards de fois.
L'Artiste invente sans arrêt, là où il est, avec les moyens qu'il a, c'est sa manière d'exister dans ce monde.

A quoi reconnait-on l'Art ?
Ce n'est pas simple, mais pas non plus compliqué. Où se situe-t-on, soi, par rapport à l'Art ? Souvent on s'exclue du circuit de l'Art (sauf si on est artiste auto-proclamé), si on a raté à l'école la rencontre avec l'Art, on pense que c'est définitif, irréversible...mais surtout on se dit qu'il ne faut pas reproduire cet échec avec sa progéniture.
gantNous sommes-nous arrêtés de parler au motif que nous ne sommes pas tous des Victor Hugo ?... On nous a appris à déléguer aux spécialistes les questions relatives à l'Art, mais autorisons-nous à le pratiquer !

Toutes ces grenouilles, ces objets-grenouilles exposés sous nos yeux, ne ressemblent pas à une vraie, mais il nous faut poser des repères fermes : avec toutes ces représentations de grenouilles on demande à l'enfant de voir une grenouille alors qu'il verra formes, couleurs, et qu'il sentira des textures...
Si on en reste aux émotions, au vu, au senti, on n'apprend pas...Comment apprendre si on en reste au sensible?
L'Art n'est pas un supplément, l'Art permet de développer sa pensée.

gantContinuons la démonstration : dans le bain, toujours, 3 canards en plastique : la maman et ses petits, une suite en ordre décroissant, une famille...
Prenons une autre série d'objets : des entonnoirs classés du plus grand au plus petit,... ceci n'est pas une famille...

Ah... Pourtant ils sont en ordre, rangés, comment identifier ce que c'est ?
gantDevant les yeux, on a « un truc », dans la tête autre chose, il faut cohabiter avec toutes ces images. Comment identifier le désordre, la famille.. il faut construire des référents...

Un poisson rouge mécanique, qui tourne dans le bain, le concepteur a voulu restituer l'image du poisson en reproduisant sa taille, son apparence et son mouvement.
gantPassons à une autre catégorie d'objets : un poisson qui ressemble au premier (pour le bain) mais monté sur une grande tige portant une étiquette qui mentionne : « Ceci n'est pas un jouet, c'est un élément de décoration de jardin ».
« Un élément de décoration » ?...De même que le stylo-poisson, le canard porte-savon?, le canard tout doux muni du même système mécanique que le poisson mais qu'il ne faut surtout pas mettre dans le bain à cause de son duvet, de même que l'oiseau, énorme, objet de décoration « de table », objet de déco pour les grands, les adultes, de même que le canard qui s'allume (surtout à ne pas mettre dans le bain).
gantAu milieu de tous ces objets « de décoration » le canard à la mode, un canard acheté dans un magasin de déco en Belgique : tout noir, muni de têtes de morts, de croix rappelant vaguement l'Allemagne et la seconde guerre mondiale et du chiffre 8. Un canard à la mode tout simplement... Tout simplement? Pas si sûr, décryptons... 8 correspond à la 8ème lettre de l'alphabet, soit le H de « Hitler », c'est donc un canard loin d'être anodin, chargé de sens, un outil de propagande à peine déguisée...

Si je ne me laisse aller qu'au visuel, si je ne sais pas aller au-delà, je ne peux accéder à ce signifiant, il m'a fallu ici la béquille de quelqu'un qui m'a aidé à décrypter le message pour ne pas en rester à la simple sensibilisation visuelle, j'ai fait entrer en jeu des connaissances...De même qu'Andy Warhol en la reproduisant à l'infini nous a décrypté la canette de coca, la production en série et la consommation de masse...

Quelles perspectives ?Aujourd'hui les nouveaux programmes parlent de sensibilisation, mais quand on « sensibilise » on prévoit déjà qu'on n'atteindra pas le but, que l'Art, coco ce n'est pas pour toi, quand est-ce qu'on se posera la question d'apprendre ?
Il n'est pas proposé à l'enfant de comprendre les choses mais juste de regarder : « ça c'est ça !  »... Or, si on simplifie l'Art, on ne l'atteint pas. C'est un processus qui ne peut faire économie de la création.
L'Art n'est pas un supplément, il est notre humanité. L'Artiste est celui qui avance malgré les impasses, les questions, il ne s'interdit pas, il s'aventure, il s'autorise, parce qu'il ne sait pas.
Contrairement à ce que l'on nous dit, le savoir, l'échange, la transmission sont au cœur du rapport à l'Art.
Comment transmettre ce savoir ? On croit souvent que c'est frontal, que c'est par les yeux et les oreilles que ça s'acquiert. L'Art c'est ce que nous faisons, nos expériences individuelles telles celle que fait le petit enfant en soufflant de l'encre sur sa main posée sur une feuille. Cela a été fait maintes et maintes fois ? Oui mais pas par l'enfant en question. Lui, c'est la première fois qu'il fait cette expérience, il ne faut pas le priver de celle-ci qui le relie aux autres humains, à une expérience collective de l'humanité.
Alors quand on touche à l'Art, en le reléguant à l'écart des autres disciplines, ce n'est pas un jeu concurrentiel entre les disciplines qui s'exprime, c'est un choix de société, une réponse à la question : " Que faisons-nous de ce petit enfant en devenir ».


Consulter le blog de Joëlle Gonthier :
http://www.lartauquotidien.blogspot.com/
La grande lessive :http://www.lagrandelessive.net

Sur le site du Café
Par ppicard3 , le dimanche 15 juin 2008.
En direct du forum
Bac-Brevet 2013
- Publié : vendredi 10 mai 2013 09:13Objet : Bac-Brevet 2013Bonjour, Je suis enseignant en Sciences de l'Ingénieur. J'interviens principalement en Première et Terminale série S - Sciences de l'Ingénieur. Une fois de plus, je constate que...
Le guide du web 2013 du Café pédagogique : Maternelle
-
Le Forum "Les dossiers"

Partenaires

Nos annonces