Le guide du web pédagogique 2008 : Editorial 

Forces et faiblesses du web éducatif français

 

F JarraudUn guide ne sert pas qu'à se repérer. Comme une sorte de carte, en définissant des priorités, en hiérarchisant son territoire, il dessine également un nouvel espace qui lui est propre. Ce guide 2008 n'échappe pas à la règle.

"Guide du web pédagogique" est sans doute une appellation ambitieuse. Les sites éducatifs sont très nombreux or, justement, le parti pris de ce Guide est de s'en tenir à l'essentiel ou plutôt à l'indispensable.  Alors que chaque numéro du Café pédagogique mensuel propose plus d'un millier de liens, nous nous en sommes tenus dans ce Guide à un maximum de 13 sites par discipline. Même s'il couvre la quasi-totalité des disciplines du primaire au secondaire, ce Guide ne peut prétendre à l'exhaustivité ou même à la richesse que vous pouvez trouver, par exemple, en utilisant le moteur de recherche du Café pédagogique. Et d'avance nous demandons pardon aux innombrables sites qui ont mérité d'être mentionnés dans le mensuel et qui ont été écartés de ces pages.

Mais en faisant ce choix délibéré, le Guide dessine les contours de l'espace éducatif francophone sur Internet. Il en met en valeur les caractères.


Le premier c'est la force des associations et des sites personnels. Dans la plupart des disciplines, la rubrique s'organise autour d'un ou de deux sites développés par les nouvelles associations d'enseignants nées sur Internet. Qu'il s'agisse des Clionautes, de Cartables, de Weblettres, de Sésamath etc., toutes sont incontournables. C'est dire qu'elles sont aussi présentes sur le terrain, qu'elles travaillent en lien avec une nébuleuse de sites personnels parce qu'elles réunissent, dans leur champ d'activité, les enseignants les plus familiarisés avec un usage raisonné des tice et les plus innovants.

Cette omniprésence est à mettre en parallèle avec deux phénomènes bien connus. D'une part l'extraordinaire retard français à l'utilisation des tice en classe. Rappelons les chiffres de la précédente étude Pisa qui mettait la France au dernier rang européen pour les usages en classe des élèves de 15 ans. D'autre part l'extrême fragilité matérielle de ce tissu associatif. Ces deux faits sont évidemment parallèles. Il faut beaucoup d'aveuglement au ministère de l'éducation nationale,  ou beaucoup de volonté que rien ne change, pour pleurer ce retard et s'abstenir de tout soutien aux acteurs de terrain.

Un autre phénomène mérite réflexion c'est la quasi absence du monde commercial dans nos pages. Evidemment elle reflète les choix de l'équipe du Café. Nous mettons en avant les acteurs de terrain et refusons de brasser de la publicité. Mais il faut bien dire que ce n'est guère difficile ! Le nombre de sites et de produits éducatifs commerciaux est infime, le marché exsangue. Si le Café n'a pas vocation à défendre les intérêts des groupes privés, on peut quand même souligner que cette absence de l'édition privée est anormale et peut-être dangereuse. Rappelons que l'édition privée édite les manuels scolaires. C'est dire que c'est un acteur important de l'Ecole, apprécié au quotidien par les enseignants. La faiblesse de l'édition électronique éducative française est anormale pour un pays développé. Traversons simplement la Manche pour voir un marché  cent fois plus important, des produits distribués pratiquement comme les manuels scolaires ici. Cette faiblesse n'est-elle pas finalement le signe d'un certain retard culturel ? Ne prépare-t-elle pas au final la future domination de l'industrie culturelle étrangère ?

Mais nous voilà sans doute un peu éloignés des premiers objectifs de ce Guide. De l'école au lycée, vous y trouverez les meilleurs sites, ceux que l'équipe des enseignants du Café pédagogique visitent très régulièrement pour rédiger leur rubrique.

Bonne lecture !

François Jarraud

 


 

Sur le site du Café
Par fjarraud , le mardi 01 janvier 2008.

Partenaires

Nos annonces