L'Expresso du 12 Décembre 2007 

 

Par François Jarraud

 

LE FAIT DU JOUR

Darcos tire les leçons de Pirls et Pisa

ÉDITORIAL

Etre élève de LP aujourd’hui

LE SYSTEME

Service minimum : les syndicats hostiles l Lycées : Des heurts à Brest l Enseignement agricole : La Fcpe demande son intégration à l'éducation nationale l Formation tout au long de la vie : la France en queue

L’ÉLÈVE

L'Angleterre lance un nouveau programme pour sa jeunesse l Laporte veut créer un service civil l Les jeunes et la culture numérique : une révolution culturelle l Discrimination positive à Sciences Po Lille l Angoisse chronique : 4 ans et déjà en soutien scolaire

LA CLASSE

Diriger un établissement scolaire

LES DISCIPLINES

Primaire : L'anglais par visioconférence l Français : Baroque et classicisme

 

 

Le fait du jour

 

Darcos tire les leçons de Pirls et Pisa

Quel beau diagnostic ! Une semaine après la publication de l'enquête internationale Pisa, Xavier Darcos en a analysé pour la presse les résultats d'une voix ferme, en présentant son programme pour les 2ème et 3ème trimestre, dans une lecture qui a dû faire de la peine aux conservateurs. Pour le ministre,Pisa montre  "que notre système scolaire se trouve aujourd'hui à un tournant de son histoire. Il a été de tous les succès de notre société au cours des dernières décennies. Il ne doit pas devenir un symbole de ses échecs. L'école a réussi le pari de la massification, elle doit désormais relever le défi de la qualification des publics scolaires".

 

De ce "constat alarmant", Xavier Darcos tire 4 enseignements. La France recule d'année en année dans les enquêtes Pisa "à cause d'un nombre élevé d'élèves faibles". Ce n'est pas en rapport avec les financements, "c'est ailleurs que ça se passe". Le système français est "moins équitable" que d'autres. Or "les systèmes qui sélectionnent le moins sont les meilleurs" assène le ministre. Ni l'augmentation des heures de cours, ni les redoublements ne règleront le problème. "Je ne crois pas que la multiplication des heures de cours suffira à répondre aux difficultés" estime X Darcos, qui précise même que sur ce point il a changé d'avis. Alors que l'on pouvait craindre une remise en cause des enseignants et l'apologie des vieilles méthodes, le ministre a écarté nettement ces tentations, dénonçant les déclinologues.

 

Le diagnostic est sans doute bon, mais le docteur Darcos est-il capable de guérir le malade ? On attendait du ministre des mesures à la hauteur du problème. En fait il est revenu sur 5 points déjà annoncés précédemment.

 

Le ministre veut d'abord jouer sur le temps scolaire. Au primaire, il a rappelé qu'il avait dégagé 2 heures hebdomadaires de soutien scolaire (les heures du samedi matin). Au secondaire, il entend regagner le mois de juin sur les examens. 13 départements expérimentent une nouvelle organisation du bac. L'année prochaine le calendrier des examens devrait être légèrement retardé : début du bac les 20 (général) et 24 (technologique) juin (au lieu des 18 et 20). L'EAF passerait du 13 au 20 juin. Celui des conseils de classe sera repoussé à fin juin. Le bac se terminera le 11 juillet. Durant la seconde quinzaine de juin, les enseignants seront exemptés de surveillance. Ils feront cours et devront en même temps corriger les copies d'examen. Pour tenir compte de ce surcroît de travail les corrections seront mieux payées.  

 

Les activités extrascolaires devraient être étendues à tous les collèges à la rentrée 2008 ainsi qu'aux écoles volontaires.

 

Le développement du bac pro en 3 ans est défendu par le ministre qui y voit un moyen d'augmenter le nombre de bacheliers. Le ministre admet cependant que "dans certaine filières" on puisse garder le bac en 4 ans.

 

La carte scolaire sera totalement supprimée à la rentrée. Mais dans les établissements où il y aura trop de demandes, on donnera la priorité aux boursiers en premier lieu avant d'autres critères (rapprochement d'un frère ou d'une sœur). Ainsi cela lui semble conforme à l'équité. Dans les établissements qui perdront de 5 à 10% de leurs élèves, les moyens seront maintenus. Dans les 30 collèges qui perdront probablement plus de 10% de leur effectif, "j'augmenterai le nombre d'adultes, jusqu'à multiplier par deux le taux d'encadrement des élèves et j'inciterai ces équipes renforcées à s'appuyer sur un projet pédagogique innovant" affirme Darcos. Interrogé par le Café, il a mentionné par exemple les projets développés suite à l'appel de Gabriel Cohn-Bendit. C'est la première fois que le ministre témoigne publiquement de son soutien à cette initiative.

 

Enfin, le ministre veut rétablir l'autorité des professeurs. Pour cela il envisage de généraliser des procédures simplifiées de signalement au procureur de la république.

 

Ces mesures répondent-elles au diagnostic ?  Puisque le système éducatif français souffre d'un fort groupe d'élèves de plus en plus faibles, il est clair qu'une forte politique sociale, et plus précisément une politique d'intégration,  est indispensable. Mais cela dépasse le ministre. Sur le terrain de l'équité, la suppression de la carte scolaire devrait vider certains collèges et augmenter la ségrégation. On sait en effet, grâce à l'exemple anglais, que les familles défavorisées n'utilisent pas les possibilités dérogatoires.

 

Les dispositifs de soutien ne sont pas plus convaincants. Si le ministre sait que les redoublements sont de peu d'utilité, il ne propose rien d'autre. Il reste également dans la logique des heures de soutien, dont l'efficacité n'a jamais été totalement établie. Le plan Darcos semble modeste devant la qualité du diagnostic. Qui rendra l'école française plus efficace et plus équitable ?

Le discours

Dossier de presse

 

 

N’hésitez pas à réagir sur les actualités qui vous interpellent, comme sur la plupart des articles du Café en vous rendant dans le forum correspondant (menu de droite).

Pour pouvoir réagir, il faut préalablement s’être inscrit sur le site et être identifié. À très vite !

 

 

Etre élève de LP aujourd’hui

Que nous disent les élèves de lycées professionnels qui manifestent ? Tout d’abord, ils manifestent, s’expriment publiquement  – ce qui n’est pas si courant - et s’inquiètent pour leur avenir… individuel et collectif. Ces jeunes et leurs familles savent bien que ce n’est pas l’annonce d’un passage à 3 ans qui donnera au baccalauréat professionnel une égale dignité aux yeux de l’opinion publique. La vraie question est celle des débouchés et des passerelles : quelle(s) porte(s) ce baccalauréat ouvrira-t-il ? On pourrait poser la même question pour les bacs technologiques qui se voient fermer depuis longtemps la porte des IUT qui leur étaient destinés à l’origine. Cette question des passerelles vaut aussi pour le Bep, appelé selon la réforme à disparaître. Pour beaucoup de jeunes que l’on met en demeure de choisir plus tôt que les autres, le Bep, n’est pas seulement un diplôme, c’est aussi une étape intermédiaire (réparatrice ?) du parcours scolaire : deux ans, c’est toujours moins que trois. Après le Bep, il est à nouveau possible de choisir une première technologique. Avec la réforme, on enterre les premières d’adaptation en lycée technologique.

 

Ce qui caractérise les lycéens professionnels par rapport aux autres lycéens, c’est la forte proportion de jeunes qui travaillent déjà ! C’est à la fois un moyen de financement complémentaire des études ou de la vie familiale et un mode de socialisation. Ce n’est pas un phénomène nouveau. Mais le système éducatif peine à prendre la mesure des aménagements consentis par les jeunes pour aller « le plus loin possible » comme les adultes qui les entourent le leur demandent. Pour cela aussi la densification de l’enseignement leur paraît hors de portée.

 

Les familles, principal creuset où se dépose la mémoire des parcours scolaires, sont sensibles à l’évolution de la carte des formations. Reconfigurer les baccalauréats professionnels fait écho aux évolutions récentes qu’ont connu les établissements : des sections, des filières ont été supprimées pour des raisons fort diverses (filières à faibles débouchés, remplacement par l’apprentissage, baisse démographique) et des familles n’acceptent pas que des perspectives anciennes se bouchent. Enfin, les établissements se sont construit une identité qui est un repère pour les familles. De ce point de vue, la stabilité de la carte des formations et l’accès à la mobilité géographique sont des enjeux forts.

 

L’Education nationale devrait plutôt s’appuyer sur l’expérience construite par les lycées professionnels au moment où l’on se penche sur l’exigence d’un socle commun… La notion de compétence a déjà été travaillée par les enseignants à travers des référentiels de diplômes. La pratique de l’interdisciplinarité ne se réduit pas à la présence d’enseignants bivalents, mais correspond à des croisements de disciplines. Les projets pluridisciplinaires à caractère professionnel peuvent aussi en témoigner. L’expérience du contrôle en cours de formation devrait être regardée avec attention. Il conviendrait de regarder dans quelle mesure les périodes de formation en entreprise pourraient concourir à consolider les piliers 6 et 7 du socle commun.

 

Et si l’on profitait justement de ce moment où les élèves de lycées professionnels s’expriment pour regarder précisément ce qui s’y passe ? On ne peut honnêtement le faire en mettant les élèves et leurs enseignants dans une situation d’incertitude sur l’avenir.

 

Olivier Masson

Secteur Education de la Ligue de l’Enseignement..

 

 

Revenir au sommaire

 

 

Service minimum : les syndicats hostiles

"Je souhaite rendre possible, dès la rentrée prochaine, un service minimum d'accueil dans les écoles et j'engagerai, au cours des prochaines semaines, une discussion avec les représentants des collectivités locales, des familles et des partenaires sociaux pour en définir les modalités… Je souhaite que tout ou partie des retenues sur salaire opérées les jours de grève puissent être reversées aux communes volontaires pour mettre en place un service d'accueil minimum dans les écoles primaires". De la conférence de presse de X. Darcos, c'est surtout ce point que les médias ont retenu. 

 

Les syndicats ont en effet réagi négativement à cette proposition de gardiennage. Le Sgen Cfdt "n'est pas opposé par principe aux discussions sur la prise en charge des élèves dans les écoles primaires les jours de grève…. (Mais) regrette que les annonces médiatiques aient pris le pas sur la concertation". Le Se-Unsa parle de perversion. "Le SE-UNSA n’est pas hostile par principe à l’organisation de garderies. Mais, dès lors qu’en cas de grève, le principe d’un accueil obligatoire par des enseignants serait retenu, cela signifierait remettre en cause automatiquement leur droit de grève. L’idée d’un financement étatique des garderies municipales via le salaire non versé aux grévistes révèle une vision perverse. L’Etat employeur, contre lequel la grève s’exerce, se verrait ainsi confier le beau rôle. Il s’émanciperait à bon compte, aux yeux du public, de ses responsabilités dans le déclenchement du conflit. Le comble de la perversion serait que ce système ferait des grévistes les financeurs de cette posture !"

 

Le Snuipp évoque un détournement de fonds. "Le SNUipp s’opposera à toute remise en cause du droit de grève des enseignants des écoles. L’annonce du financement des dispositifs d’accueil municipaux par les retenues de salaire des enseignants grévistes constituerait un véritable détournement de fond!"

Communiqué Sgen

Communiqué Snuipp

Communiqué Se-Unsa

 

Lycées : Des heurts à Brest

Trois cents lycéens ont manifesté à Brest contre la réforme du bac professionnel. Des incidents avec les policiers ont eu lieu.

Dépêche AFP

 

Enseignement agricole : La Fcpe demande son intégration à l'éducation nationale

Alors que les syndicats de l'enseignement agricole organisent une semaine d'action, la Fcpe rappelle sa demande d'intégration dans l'éducation nationale. "La FCPE constate une fois de plus la dégradation continue et annoncée de l'enseignement agricole public. Avec l'annonce d'une réduction annuelle de 3 % des heures d’enseignement pour les 5 années à venir, le risque est avéré de disparition de filières professionnelles offertes aux jeunes et de détérioration des conditions de formation des lycéens notamment par la fusion ou la suppression d'options".

Communiqué

 

Formation tout au long de la vie : la France en queue

Selon le Note de veille du Centre d'analyse stratégique, la France st en dessous de la moyenne de l'Union européenne pour le pourcentage d'adultes en formation. Seuls l'Italie et la Pologne font moins bien. Les pratiques de formation sur le lieu de travail ou en e-learning sont moins répandues en France qu'ailleurs.

La note

 

Revenir au sommaire

 

 

L'Angleterre lance un nouveau programme pour sa jeunesse

"Nous voulons que notre pays soit le meilleur endroit au monde pour grandir". Ed Balls, le ministre des enfants et des écoles, a lancé le 11 décembre un nouveau programme d'un milliard de livres pour 10 ans en faveur des jeunes. En 2020 90% des jeunes devront avoir un bon niveau scolaire. La promesse vient à point quelques jours après la publication des résultats désastreux du pays dans l'enquête Pisa.

 

Ce qui frappe le lecteur français, c'est que pour atteindre ce résultat,l'essentiel des efforts portent sur le renforcement des liens entre l'école et les familles. Ainsi 34 millions serviront à embaucher ds conseillers parentaux qui pourront être dans les écoles. Celles-ci devront désigner un tuteur pour chaque élève et garderont trace de tous les progrès de l'enfant de la maternelle à la fin du primaire dans une sorte de "carnet de santé scolaire" qui sera communiqué aux parents. L'école veillera également à la qualité des informations données régulièrement aux parents.  De nouveaux diplômes seront créées pour encourager les jeunes à ne pas quitter l'école sans diplôme. Des micro structures tenteront de rattraper les décrocheurs. 144 millions seront investis dans des spéciaux d'apprentissage de la lecture et de l'écriture.

Le programme

L'avis de la BBC

 

Laporte veut créer un service civil

" Le service civil va être expérimenté dans les associations et les clubs de sport début 2008, sur la base du volontariat" a annoncé, selon 20 Minutes,  le ministère des sports.  Le secrétaire d'Etat souhaite rendre le service civil obligatoire.

Article 20 minutes

 

Les jeunes et la culture numérique : une révolution culturelle

"D’ici 2020, on assistera donc à un véritable bouleversement du champ des pratiques culturelles, lié à des mutations technologiques accélérées, associées à des nouveaux comportements dont on a montré la nature fondamentalement générationnelle". Dans la Lettre du BIPE d'octobre, T. Fabre et F. Pourbaix prédisent un bouleversement des pratiques culturelles.

 

On peut en retenir 5 traits : la montée de la culture numérique, la crise de la transmission intergénérationnelle et trois effets de la culture numérique : " en cassant la notion de « bien culturel », la culture numérique génère un certain détachement vis-à-vis du support physique. Elle provoque ainsi peut-être moins le recul des pratiques « pré-numériques » que leur migration vers de nouveaux supports ; en relation avec cette dématérialisation des objets culturels, la révolution numérique génère un esprit de gratuité ; elle a également favorisé l’apparition, auprès des jeunes générations, de nouvelles exigences de personnalisation des contenus culturels, d’une nouvelle attente de liberté portant aussi bien sur le lieu que sur le moment de la pratique".

Le Bipe

 

Discrimination positive à Sciences Po Lille

Ils sont 150 lycéens des établissements en zep à tenter l'intégration à Sciences Po Lille. Pour les aider à préparer le concours, Sciencs Po a mis au point un programme de soutien (via une plate forme d'enseignement à distance) et un stage intensif d'une semaine. Mercredi 19, l'établissement accueillera les lycéens sélectionnés.

Le programme

 

Angoisse chronique : 4 ans et déjà en soutien scolaire

Après les cahiers de devoirs de vacances de maternelle, voici que le géant du soutien scolaire se lance dans les cours à domicile pour les enfants de maternelle. Qui dira l'angoisse du Neuilléen ?

Article du Parisien

 

Revenir au sommaire

 

La classe

 

Diriger un établissement scolaire

"Comment éclairer ce que « diriger un établissement » signifie lorsqu’on cherche à promouvoir le « pédagogique » ? Comment mettre en oeuvre des modes de travail qui recueillent l’implication du plus grand nombre ? Quelles garanties de qualité du service public d’éducation pouvons-nous donner aux familles en construisant des dispositifs d’enseignement qui répondent au souci de démocratisation du système scolaire ? Entre un dispositif d’intérêt général et la singularité des acteurs, quels modes d’actions pour le chef d’établissement ? En effet, cette responsabilité relève de compétences très professionnelles qui ne s’inventent pas, elle s’inscrit dans des contextes sociopolitiques qui ne se négocient pas, elle dépend d’une dynamique locale qui ne se décrète pas, elle s’exerce dans le cadre d’une autonomie réelle mais réduite et engage la dignité de celui qui l’exerce au-delà du service à rendre au public" écrit Christian Frin en éditorial à ce numéro 458 des Cahiers pédagogiques.

 

Et pour illustrer ces contradictions, les Cahiers puisent largement dans les témoignages de directeurs, principaux et proviseurs. A titre d'exemple, citons l'article de JL Bourgognon, principal, qui montre les difficultés du chef d'établissement sommé de faire réussir ses élèves mais sans que l'institution ne donne ni les moyens ni les outils intellectuels du changement.

 

Mais les Cahiers interrogent également l'institution. Inspecteurs généraux (RF Gauthier, JP Obin, JP Delahaye, anciens recteurs (C Forestier), chercheurs (C Lelièvre, A Barrère) mettent en perspective la question du pilotage.

 

Reste ce qu'on ne trouve pas dans ce numéro. Le crédo officiel actuel tend au renforcement du rôle du chef d'établissement en lien avec l'affirmation de l'autonomie des établissements. Il y a là des choix politiques qui sont faits et qui méritent d'être interrogés. Est-on vraiment certain que les établissements aient besoin de chefs (alors qu'on a toujours pas réussi à créer des équipes) ? Peut-on démontrer que l'autonomie des établissements soit profitable (et si oui à quelles conditions d'équilibre entre le local et le national) ? De nombreux travaux ont été publiés sur ces sujets qui viennent sérieusement chahuter les représentations officielles.  

Diriger un établissement, Cahiers pédagogiques, n°458, décembre 2007.

Le sommaire

Sur ce sujet surle Café : article d'A Barrère

Sur le Café : L'école a-t-elle besoin de managers

Surle Café :La Cour des comptes et l'effet établissement

 

Revenir au sommaire

 

Les disciplines

 

Primaire : L'anglais par visioconférence

1000 écoles devraient bénéficier d'un équipement de visioconférence à la rentrée 2008. "Il s’agit de favoriser l’apprentissage de l’anglais en permettant aux élèves d’échanger en direct avec des interlocuteurs natifs de langue anglaise grâce aux solutions techniques de visioconférence" explique dans Fenêtres sur cours (FSC) le directeur des Tice au ministère.

 

Pour mieux comprendre le projet, FSC donne à voir l'expérience d'une école de Brest qui, avec le soutien financier du gouvernement britannique, utilise un équipement de visioconférence depuis 7 ans pour échanger avec des écoliers d'Exeter.

FSC n°306

Le projet sur Educnet

 

Français : Baroque et classicisme

Christian Perrier met en ligne des pages sur le Baroque et le Classicisme. A noter des exercices interactifs : le récit de Théramène dans Phèdre de Racine: une démarche interactive pour préparer une lecture méthodique du texte, un diaporama : quelques exemples du baroque en peinture, sculpture et architecture.

Les pages

 

Revenir au sommaire

 

le Cafe

 

Les anciens Expresso ?

Voir L'Expresso précédent

Les archives complètes de L'Expresso

 

L'Expresso directement sur votre site !

Vous nous l'avez demandé par téléphone, par courriel, par fax : comment   afficher sur mon site personnel les informations quotidiennes de L'Expresso ? Le webmestre du Café vous propose deux solutions simples qui nécessitent juste le copier-coller de quelques lignes.

 

Vous pouvez ainsi faire bénéficier les visiteurs de votre site  d'une information quotidienne et leur permettre d'être les premiers informés dans leur établissement.

Les conseils du webmestre

 

RSS : Le retour

Le changement de plate-forme avait mis à mal les fils RSS du Café. Ils sont  maintenant pleinement rétablis. Vous pouvez vous abonner aux flux simplement en cliquant sur l'icône RSS en bas de page. Et cela pour chaque rubrique du Café.

 

Participer au Café ?

Il y a bien des façons d'aider le Café : lui manifester son soutien, lui apporter son obole, lui passer des informations. Il y a aussi écrire dans le Café. Si vous vous retrouvez dans les orientations du Café, si vous souhaitez participer à une aventure unique de mutualisation, contactez-nous !

 

Le Café en chiffres

Le Café pédagogique compte plus de 150 000 abonnés à ses différentes éditions. Au mois de mai 2007, nous avons reçu 611 728 visiteurs qui ont généré plus de 28 millions de hits.

 

Le Café à la carte

Si vous découvrez Le Café Pédagogique, sachez que vous pouvez recevoir chez vous, dès parution et gratuitement, "L'Expresso", le flash quotidien d'actualité pédagogique et toutes les éditions du Café pédagogique.

Pour s'abonner

 

Revenir au sommaire

 

Par fjarraud , le mercredi 12 décembre 2007.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces