L'Expresso du 14 Avril 2008 

 

Par François Jarraud

 

LE FAIT DU JOUR

Rendez-vous mardi 15

ÉDITORIAL

DIMA :La voie de la relégation

LE SYSTEME

Primaire : Le Snuipp dénonce l'absence de concertation l Enseignement prioritaire : L'OZP interpelle Darcos l Une centaine de lycéens sauvés de la marée l L'Expresso déplace ses vacances.

L’ÉLÈVE

L'Angleterre installera des caméras de surveillance dans les centres d'examen l Le droit à l'éducation des personnes handicapées garanti par une convention

LA CLASSE

Le gouvernement va-t-il remettre en question la mixité ?

CITOYENNETE

Le Grand Paris l Artistes solidaires

LES DISCIPLINES

Maths : Pythagore sur Culture Math l Français : Les B.I.P. interviennent à Brest l ST2S – EED : La santé des Européens et le changement climatique l SES : Un poste libre à Saint-Nazaire

 

 

Le fait du jour

 

Rendez-vous mardi 15

Alors que seules les académies d'Ile-de-France et de Bordeaux sont encore en activité (les autres sont en vacances de printemps), le mouvement de protestation contre les suppressions de postes pourrait prendre paradoxalement de l'ampleur mardi 15 avril. En effet ce jour verra les enseignants du Sgen-Cfdt rejoindre le mouvement en Ile-de-France aux cotés du Snes, de la Cgdt, de Sud et de FO. mais sur ses propres mots d'ordre.

 

Le Sgen Ile-de-France manifestera "pour faire vivre les projets innovants ou les dispositifs de remédiation qui permettent d’aborder autrement le travail scolaire" et estime que "nous pouvons venir à bout de ce terrible échec qu’est la sortie du système éducatif sans qualification de 150 000 jeunes chaque année. Mais l'Éducation nationale ne peut se transformer valablement sous une telle contrainte financière".

 

Le Snuipp appelle "les enseignants des écoles à participer massivement aux initiatives prises dans tous les départements". A coté des enseignants, le mouvement ralliera aussi les parents de la Fcpe Ile-de-France et les lycéens de l'Unl et de la Fidl.

 

Reçue par le ministre le 11, l'UNL note "une volonté d’ouverture du dialogue de la part du Ministre sur la réforme du Bac Pro et du Lycée général" mais estime que c'est insuffisant.

 

Enfin des mouvements locaux ont eu lieu vendredi et samedi. Par exemple 500 personnes ont manifesté samedi contre des suppressions de poste à Conflans. Vendredi des parents avaient installé une classe dans la rue devant l'inspection d'académie de Créteil.

Appel Sgen Ile-de-France

Communiqué AFP

Communiqué UNL

 

 

N’hésitez pas à réagir sur les actualités qui vous interpellent, comme sur la plupart des articles du Café en vous rendant dans le forum correspondant (menu de droite).

Pour pouvoir réagir, il faut préalablement s’être inscrit sur le site et être identifié. À très vite !

 

 

DIMA :La voie de la relégation

"Dès qu'on ouvre une filière, on crée une voie de relégation qu'on se dépêche de remplir". Cette réflexion de François Dubet vient immédiatement à l'esprit à l'annonce du déploiement à la rentrée 2008 du "dispositif d’initiation aux métiers en alternance" (DIMA)" destiné aux collégiens de 15 ans. Cette mesure, que l'on ne manquera pas de nous présenter comme une opportunité heureuse pour les enfants des milieux populaires, vise en fait leur relégation et marque l'obstination de la majorité à détruire la loi Fillon.

 

Selon la circulaire officielle qui le crée, le DIMA "permettra à des élèves de collège de découvrir un ou plusieurs métiers par une formation en alternance d’une année scolaire… tout en poursuivant l’acquisition du socle commun de connaissances et de compétences. Ce dispositif pourra être ouvert dans les lycées professionnels ou dans les centres de formation d’apprentis et se substituer ainsi à l’apprentissage junior abrogé". Présenté ainsi, le DIMA semble simplement répondre à un problème réel, celui de l'orientation.

 

Le DIMA remet en question le socle commun. Même si l'on ne connaît pas encore la réalité des horaires des classes DIMA, il est clair que l'alternance signifie que la moitié du temps scolaire sera utilisé pour travailler en entreprise. Cela veut dire que ces jeunes, qui auront 15 ans mais qui auraient du être en 4ème ou en 3ème, bénéficieront de deux fois moins d'heures de français, de maths, de langues que leurs camarades. Et puisque la circulaire  nous dit que le DIMA se substitue à l'apprentissage junior, rappelons que celui-ci offrait 15 heures hebdomadaires d'enseignement général, à peu près 60 heures annuelles de français, là où leurs camarades en ont plus du double.

 

Dans ces conditions, prétendre, comme le dit la circulaire, qu'ils poursuivront " l’acquisition du socle commun" n'est pas sérieux. On ne peut pas à la fois prétendre à un socle commun et proposer aux plus faibles, ceux-là même qui en ont le plus besoin, un enseignement allégé. On avait pu apprécier le cynisme de Robien qui annonçait l'apprentissage junior le jour même où il installait le HCE sensé garantir le socle commun. Cette circulaire Darcos ne fait guère mieux.

 

Le DIMA excluera de l'Ecole. Il n'offrira pas de possibilité de revenir en arrière. C'est une réalité dont les documents officiels s'étaient ouverts à propos de l'apprentissage junior. Le "guide pédagogique" de l'apprenti junior, publié par la Dgesco, explique que les apprentis ont un niveau trop bas pour intégrer une 3ème même pré-professionnelle (DP6) et trop de lacunes et de décalage dans le comportement pour revenir en 4ème. Le DIMA ne fera pas mieux et méritera pleinement son caractère de relégation.

 

Le DIMA ne formera pas davantage.  Car, comme l'apprentissage junior, il repose sur l'idée que certains jeunes ayant un bas niveau d'instruction, peuvent s'en sortir malgré tout grâce à l'apprentissage. Malheureusement  cette idée simple est rejetée par les analyses du Céreq. Pour eux, "l'apprentissage se compose en fait d'espaces divers... dont le plus dynamique actuellement n'est peut-être pas le mieux à même de répondre au principal enjeu des politiques de l'emploi : réduire le chômage des jeunes". L'étude révèle que "entre 1995 et 2003, les effectifs d'apprentis ont globalement augmenté mais ils ont diminué de 13 % dans les métiers de l'alimentation et de la cuisine, de 16 % dans l'hôtellerie-restauration. Ces métiers sont pour certains saturés, tel coiffeur ou employé de pharmacie". Résultat : pour les jeunes peu qualifiés l'apprentissage n'est pas, pour le Céreq, une réponse efficace. Le succès de l'apprentissage se fait ailleurs sur le territoire du « nouvel apprentissage » qui est investi massivement par l'enseignement supérieur. Entre les deux il existe bine une zone intermédiaire, celle du bâtiment ou de la mécanique, où les entreprises embauchent essentiellement au niveau du bac professionnel. Ce que montre l'étude du Céreq c'est que l'apprentissage s'est "scolarisé" et que les jeunes sans bagage scolaire solide ont peu de chances d'y réussir. Les orienter sur ce terrain c'est les induire en échec.

 

Le DIMA nie les droits. Une formation qui n'ouvre pas la voie à l'accès à l'emploi, qui empêche le retour à l'école et qui écarte du collège dès 15 ans, c'est tout simplement une voie de relégation qui remet de facto en question un héritage républicain, le droit individuel à l'éducation jusqu'à 16 ans. Elle "enfoncera" dans la relégation et l'échec les enfants des milieux populaires, ceux qui ont le plus à attendre de l'école de la République. Financièrement, elle fera financer par les plus démunis la formation des classes moyennes.

 

Alors que l'unité syndicale se cherche autour d'un refus du budget mais aussi des programmes Darcos, il nous semble que les organisations syndicales et pédagogiques peuvent se réunir contre une mesure qui ne peut pas se justifier par sa rentabilité budgétaire, qui même pour 10 000 élèves semble accessoire, mais qui reflète le mépris social pour ne pas dire la haine ethnique. Il s'agit aussi de défendre l'idée même du socle commun.

La circulaire

L'étude du Céreq sur l'apprentissage

Sur le Café, à propos de l'apprentissage junior

 

Revenir au sommaire

 

 

Primaire : Le Snuipp dénonce l'absence de concertation

"Xavier Darcos a bien annoncé que les synthèses des avis des enseignants, établies dans les circonscriptions, seraient rendues publiques dans les jours prochains, mais n?a annoncé aucun dispositif précis en matière de calendrier, de concertation et de modalités de prise en compte des remontées des écoles". Reçu le 10 avril par le ministre, le syndicat des enseignants du primaire estime n'avoir pas été entendu. Particulièrement sur la consultation lancée auprès des enseignants.  Le SNUipp demande au premier ministre d'intervenir et "appelle les enseignants des écoles à participer massivement aux initiatives prises dans tous les départements en faveur d'une autre politique éducative. Le projet de programmes doit être suspendu et faire l'objet d'une réécriture complète".

Le Snuipp

Dans le Café, sur la consultation

 

Enseignement prioritaire : L'OZP interpelle Darcos

N'ayant pas obtenu de réponses du nouveau gouvernement depuis un an, l'OZP, Observatoire des zones prioritaires, interpelle publiquement le ministre de l'éducation nationale sur 4 points précis  "Quel avenir pour les ZEP qui ne sont pas devenues Réseaux Ambition Réussite (RAR) ?" interroge l'association. En effet près de 800 Zep sont concernées et l'OZP déplore qu'elles soient " livrées à elles-mêmes. Au ministère, c’est le silence. Sur le terrain, le plus souvent, il n’y a plus de pilote".

 

L'OZP s'interroge aussi sur l'intégration des écoles maternelles et élémentaires dans l’éducation prioritaire ! "C’est dans les écoles et dans une continuité entre écoles et collèges que l’éducation prioritaire a du sens. Sur le terrain, dans les RAR, l’accent est mis sur les seuls collèges".

 

Enfin l'OZp demande un effort pour attirer en RAR des personnels qualifiés et pour réaffirmer le rôle des coordinateurs d'éducation prioritaire.

Communiqué

 

Une centaine de lycéens sauvés de la marée

Selon l'AFP, 94 lycéens de Fontainebleau et 8 accompagnateurs se sont retrouvés bloqués par la marée à Port-en-Bessin le 13 avril. La SNSM a réussi à les dégager avec le soutien d'hélicoptères.

Dépêche AFP

 

L'Expresso déplace ses vacances

Compte-tenu de l'actualité, L'Expresso restera quotidien cette semaine, contrairement à ce que nous avions annoncé. Il deviendra hebdomadaire du 21 avril au 4 mai, sauf urgences dans l'actualité.

 

Revenir au sommaire

 

 

L'Angleterre installera des caméras de surveillance dans les centres d'examen

Verra-t-on bientôt des caméras de surveillance au bac ? Selon BBC News, les premières caméras de surveillance seront introduites cet été à titre d'essai dans plusieurs centres d'examen de fin du secondaire en Angleterre. Les responsables du système anglais d'examen invoquent les progrès faits dans la triche grâce aux nouvelles technologies et Internet.

 

Mais la cause essentielle de l'arrivée de la vidéosurveillance tient à l'introduction cette année des nouveaux diplômes de fin du secondaire qui vont remplacer les anciens A Levels. Cela entraînera des changements importants dans l'organisation des épreuves : les élèves ne seront plus surveillés par leurs professeurs, les épreuves seront plus diverses générant des flux fréquents d'élèves, enfin les examens auront lieu dans des lieux nouveaux.  Tous ces changements sont autant de facteurs d'encouragement à la triche.

 

L'expérience anglaise sera suivie de près en France. En effet, la réorganisation du bac entreprise par le ministère de l'éducation nationale cet été dans certains départements, fait que les nouvelles conditions d'examen se rapprochent du système anglais : les élèves ne seront plus surveillés par des professeurs et les épreuves auront lieu dans des locaux nouveaux.

Selon BBC News

La reconquête du mois de juin

 

Le droit à l'éducation des personnes handicapées garanti par une convention

Le 3 avril, l'Equateur est devenu le 20ème Etat à signer la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées. Cela entraîne sa mise en vigueur. Or cette convention instaure dans son article 24 le droit à l'éducation des handicapés. " Les États Parties reconnaissent le droit des personnes handicapées à l’éducation. En vue d’assurer l’exercice de ce droit sans discrimination et sur la base de l’égalité des chances, les États Parties font en sorte que le système éducatif pourvoie à l’insertion scolaire à tous les niveaux et offre, tout au long de la vie, des possibilités d’éducation".

Communiqué Unesco

 

Revenir au sommaire

 

La classe

 

Le gouvernement va-t-il remettre en question la mixité ?

"Instruire les filles ? A quoi bon ? Il faut se méfier de cette engeance " (Fénelon) Après la laïcité, la suppression de la mixité va-t-elle (re)devenir un cheval de bataille de la droite ? On se rappelle à quel point celle-ci avait été hostile au développement de l'enseignement secondaire des filles sous la IIIème République. Libération rapporte que le Sénat a adopté le 9 avril un projet de loi sur les discriminations qui précise que n'est pas discriminatoire "l’organisation d’enseignements par regroupement des élèves en fonction de leur sexe".

 

La mesure a fait réagir la sénatrice PS Bariza Khiari mais le texte a été maintenu même sir le gouvernement s'est déclaré "très attaché à la mixité".

 

Episode sans  importance ? Ce n'est pas sûr. Car la mixité pose bien problème et son maintien est contesté dans la plupart des pays développés.

 

Ainsi, dans une tribune donnée au café, JL Auduc relevait un écart croissant entre filles et garçons face à l'échec scolaire. "Un garçon sur cinq se trouve dans cette situation de sortir du système éducatif sans CAP, ni BEP, ni Baccalauréat, alors que cela ne concerne qu’une fille sur sept" écrivait-il. "Toutes ces statistiques montrent que la « fracture sexuée » a atteint de tels écarts (entre 10 et 14 points) pour certains indicateurs (compétences en lecture, % d’une classe d’âge réussissant le baccalauréat) qu’elle apparaît pour ces items aussi, voire plus importante que la fracture sociale. Ainsi, les filles issues de catégories sociales classées comme défavorisées réussissent nationalement aussi bien ou mieux en lecture ou au baccalauréat que des garçons issus de catégories sociales caractérisées comme favorisées".

 

Mais, relevait JL Auduc, "toutes les études menées dans les pays anglo-saxons concernant les classes séparées garçons –filles pour l’ensemble des apprentissages scolaires montrent qu’elles n’améliorent en rien les résultats scolaires des garçons et ne diminue pas leur décrochage scolaire. Ces classes séparées renforcent les stéréotypes sexuels , encouragent l’ignorance et le préjudice envers l’autre sexe, accentuent les différences dans l’éducation… Gérer la mixité, ce n’est pas seulement mettre des garçons et des filles ensemble, mais réfléchir aux stratégies appropriées pour mieux faire réussir et vivre ensemble filles et garçons".

 

Devant cette difficulté et face à l'attirance pour l'école la plus rétrograde, la tentation pourrait croître sur les bancs de la majorité d'instaurer l'apartheid des genres dans le système éducatif, en même temps qu'il laisse les autres se développer.

Article de lIbération

Projet de loi

Tribune de JL Auduc

Article sur le livre de Fiévet sur l'éducation des filles

Bibliographie Esen sur le sujet

 

Revenir au sommaire

 

Citoyenneté

 

Le Grand Paris

Que penser du projet de "Grand Paris" ? Le Sénat a demandé à Philippe Dalier un rapport sur le Grand Paris. Le Conseil régional a fait travailler Jean-Paul Planchou un rapport sur l'Ile-de-France de demain.

Le rapport Dallier

Le rapport Planchou

 

Artistes solidaires

Du 11 au 17 avril, à La Main qui parle, à Paris 20ème; 10 artistes solidaires des sans papiers (Carole Achache, Mickaël Caruge, Delphine Dardare, Laurence Galand, Dominique Jaffré, Pascal Laloy, Matthieu Layeillon, Jeanne Lorach, Monique Luyton, Christine Mantoan) exposent peintures,n sculptures,photos, collages au profit de RESF.

L'Exposition

 

Revenir au sommaire

 

Les disciplines

 

Maths : Pythagore sur Culture Math

Sur Culture Math, le site national de ressources pour les enseignants de mathématiques, Bernard Vitrac montre comment le livre des éléments d'Euclide établit les fondements de la "propriété de Pythagore". Jérome Gärtner introduit aux notions des points rationnels et des courbes elliptiques. Marc Hindry parle de son travail de mathématicien.

Sur Culture Math

 

Français : Les B.I.P. interviennent à Brest

Elles passent pas inaperçues les Brigades d'intervention au lycée de l'Iroise. Je veux dire les Brigades d'intervention Poétiques (BIP !). Jean-Michel Le Baut montre comment elles mettent de l'animation dans un lycée et aussi soutiennent le travail des élèves. "Non non non à la récitation !"

Sur le Blog de l'Iroise

 

 

 

 

ST2S – EED : La santé des Européens et le changement climatique

Comment l'Europe peut-elle se préparer aux impacts sanitaires du changement climatique ? L'OMS réfléchit au problème et propose des pistes.

 

L'organisation nous invite à nous préparer à l'augmentation des jours de canicule, aux problèmes de chauffage, à la périodicité accrue des inondations, à l'introduction de nouvelles maladies subtropicales, à la croissance des problèmes allergiques etc.

 

Pour elle se préparer impose de bine définir les victimes potentiels et d'élargir la lutte sanitaire à tous les acteurs sociaux.

Etude OMS

 

SES : Un poste libre à Saint-Nazaire

Le lycée expérimental de Saint-Nazaire recherche un prof de SES. On attend du collègue intéressé qu'il puisse s'investir dans le type de fonctionnement particulier du lycée.

Le lycée

Contact : ce.0442286w@ac-nantes.fr

 

Revenir au sommaire

 

le Cafe

 

Les anciens Expresso ?

Voir L'Expresso précédent

Les archives complètes de L'Expresso

 

L'Expresso directement sur votre site !

Vous nous l'avez demandé par téléphone, par courriel, par fax : comment   afficher sur mon site personnel les informations quotidiennes de L'Expresso ? Le webmestre du Café vous propose deux solutions simples qui nécessitent juste le copier-coller de quelques lignes.

 

Vous pouvez ainsi faire bénéficier les visiteurs de votre site  d'une information quotidienne et leur permettre d'être les premiers informés dans leur établissement.

Les conseils du webmestre

 

RSS : Le retour

Le changement de plate-forme avait mis à mal les fils RSS du Café. Ils sont  maintenant pleinement rétablis. Vous pouvez vous abonner aux flux simplement en cliquant sur l'icône RSS en bas de page. Et cela pour chaque rubrique du Café.

 

Participer au Café ?

Il y a bien des façons d'aider le Café : lui manifester son soutien, lui apporter son obole, lui passer des informations. Il y a aussi écrire dans le Café. Si vous vous retrouvez dans les orientations du Café, si vous souhaitez participer à une aventure unique de mutualisation, contactez-nous !

 

Le Café en chiffres

Le Café pédagogique compte plus de 150 000 abonnés à ses différentes éditions. Au mois de mai 2007, nous avons reçu 611 728 visiteurs qui ont généré plus de 28 millions de hits.

 

Le Café à la carte

Si vous découvrez Le Café Pédagogique, sachez que vous pouvez recevoir chez vous, dès parution et gratuitement, "L'Expresso", le flash quotidien d'actualité pédagogique et toutes les éditions du Café pédagogique.

Pour s'abonner

 

Revenir au sommaire

 

Par fjarraud , le lundi 14 avril 2008.

Partenaires

Nos annonces