L'Expresso d'été du 4 Août 2008 

 

Par François Jarraud

 

LE FAIT DU JOUR

Le rapport Tabarot va-t-il achever la scolarisation à deux ans ?

ÉDITORIAL

Quel temps pour les vacances ?

LE SYSTEME

L'épreuve d'histoire des arts au brevet repoussée d'un an l A la veille des J.O. Pékin envoie un prof au goulag l Des portables pour les écoliers portugais  l Une circulaire demande un suivi des AVS l La liste des établissements Ambition réussite l Bernard Saint-Girons futur délégué à l'orientation l Concours direction et inspection l Les prix d'alphabétisation de l'Unesco l L'enseignement à distance chinois coté à New York l Ecole et religion.

L’ÉLÈVE

Les représentants  des parents élus les 17 et 18 octobre l Bourses de collège : relèvement des plafonds l Forte progression du chômage des jeunes l Une loi pour le droit aux vacances l Les "boissons énergisantes" interdites à l'Ecole l Alzheimer expliqué aux enfants l Nos enfants

LA CLASSE

Les coopératives scolaires instruments d'éducation à la citoyenneté l Le cahier de textes et vous

LA RECHERCHE

Les profs méfiants envers les évaluations externes

CITOYENNETE

Un français sur deux privé de vacances l Un programme Darcos - Hortefeux pour l'Ecole

LES DISCIPLINES

Sciences : Eucys 2009 l Pas de vacances pour la philo l Eduquer aux médias, éduquer les médias l Economie : Echec des négociations de l'OMC

LES TICE

Cuil, un concurrent pour Google ?

 

 

Le fait du jour

 

Le rapport Tabarot va-t-il achever la scolarisation à deux ans ?

"A l’heure où les travaux internationaux sur l’éveil et l’éducation des jeunes enfants montrent que le développement des structures qui associent garde et éducation est une nécessité, car il permet de lutter contre l’exclusion et d’enrichir la formation de capital humain dès le plus jeune âge, il me semble nécessaire de maintenir la possibilité pour les enfants âgés de deux ans d’entrer à l’école maternelle, si tel est leur intérêt, en fonction de leur capacités et si des places sont disponibles". Au moment où le gouvernement envisage d'instaurer un droit de garde,  de cette phrase, tirée du rapport  "sur le développement de l’offre d’accueil de la petite enfance" remis par la députée UMP Michèle Tabarot au premier ministre, il y a lieu sans doute de retenir d'abord les restrictions finales.

 

Car le rapport est d'abord écrit à charge contre l'école maternelle. Certes "le développement de tout autre mode d’accueil du jeune enfant, compte tenu des normes d’encadrement sera plus coûteux pour les finances publiques que le maintien de l’accueil à l’école maternelle" : l'école maternelle "coûte" 791 millions mais est le plus économique mode de garde avec une dépense de 4 660 euros par an par enfant, à comparer aux 25 488 euros d'une garde à domicile (dont plus de la moitié sont pris en charge par l'Etat et la CNAF). Au total l'école maternelle ne représente que 5% des dépenses de l'Etat, des collectivités locales et de la sécurité sociale pour l'accueil du jeune enfant.

 

Par contre, relève M. Tabarot, "la scolarisation précoce ne convient pas à tous les enfants de moins de 3 ans et ne peut être développée dans les écoles que lorsque les conditions d’accueil, les locaux, l’encadrement, la pédagogie sont adaptés". Or "si l’école propose davantage d’activités pédagogiques (graphisme, les activités logiques, le langage, les explications, les repères spatio-temporels), elle sait moins bien gérer les temps d’attente" et les enfants s'y ennuient.

 

Il est surtout  reproché à l'école maternelle son inadaptation à la vie des parents et des entreprises. "L’école maternelle n’est pas une panacée pour les parents actifs" estime M. Tabarot qui signale que les parents doivent dans ce cas l'accompagner d'autres modes de garde, par exemple le mercredi. "La scolarisation des enfants âgés de deux ans est un mode de garde qui, en ce qui concerne l’organisation, n’a pas les mêmes caractéristiques que les modes de garde habituels : nombre de jours dans la semaine, nombre de semaines (36, soit 140 jours) largement inférieur à la moyenne des modes d'accueil (224 jours en moyenne), taux d'encadrement sans commune mesure avec la crèche au même âge, fermeture à 17h." Enfin, "les taux d'absence des enfants scolarisés à 2 ans varient de 30% le matin à 70% l'après midi, allant jusqu'à 90 % le samedi matin. Seuls 14% des enfants sont présents toute la journée".

 

Le rapport confirme le déclin et le dévoiement de la scolarisation à deux ans, une réalité que le Café avait déjà soulignée.  De 2000 à 2007 le taux de scolarisation à 2 ans est passé de 35% à 20% des enfants (-8% l'année dernière). Et ce sont les ZEP qui sont les moins bien couvertes alors que l'on connaît les effets bénéfiques de la maternelle pour les enfants de milieu défavorisé.

 

C'est finalement une école maternelle sans maîtres que propose M. Tabarot. "Je propose de développer sur l’ensemble du territoire l’offre de garde destinée prioritairement aux enfants âgés de 2 à 3 ans, en créant des jardins d’éveil dans les structures existantes et les écoles maternelles… Le jardin d’éveil aura pour principale mission de préparer leur pré-scolarisation à l’école maternelle. Outre la stimulation des capacités linguistiques, les jardins d’éveil faciliteront la socialisation des enfants et la découverte de nouvelles expériences (mouvement, créativité, environnement, nombres, espaces, formes, etc).. Les professionnels de la petite enfance seront chargés de le faire fonctionner. Le matin, auront lieu les activités d'apprentissage et d’éveil. L’Education nationale sera chargée d’assurer la coordination entre enseignants de maternelle et éducateurs des jardins d’éveil quant aux objectifs et méthodes pédagogiques". Il sera ouvert de 7 heures à 19 heures et lors des congés scolaires. Sa mise en place impose de modifier la loi sur les taux d'encadrement puisque le taux prévu par M. Tabarot est de 12 enfants par adulte, c'est-à-dire sensiblement le même qu'à l'école maternelle (1 pour 15).  Ce sont les communes qui auraient à assumer la responsabilité de ce service qui serait payant, à la différence de l'école maternelle. Elle estime nécessaire la création de 300 000 à 500 000 places (ce dernier chiffre est envisagé en cas de suppression de la scolarisation à deux ans).

 

Le rapport contient d'autres propositions comme le développement de crèches d'entreprise et de maisons d'assistantes maternelles ou la création d'un nouveau congé parental raccourci. Il contient une analyse intéressante des différentes situations européennes. Alors que de nombreux pays européens se sont dotés d'une législation assurant des droits aux salariés parents de jeunes enfants, le rapport écarte toute contrainte vers les entreprises, si ce n'est celle d'un entretien obligatoire du salarié avec le chef d'entreprise. A lui de convaincre le patron !

 

Alors que la tendance universelle est la scolarisation des gardes d'enfants (voir en Europe la Suède et la Norvège), le rapport tranche en sens inverse. Il n'aborde même pas le débat sur la scolarisation à deux ans. On sait que se sont dressés contre elle des associations conservatrices, certains milieux psychiatriques, plus récemment le rapport Bentolila, des ministres (X. Darcos en 2003, F Fillon en 2004). Dans l'autre camp, plusieurs rapports montrent l'intérêt de la scolarisation au moins pour les enfants de milieu défavorisé. Ce sont ces enfants qui font les frais de la réduction de la scolarisation à deux ans.

 

Longtemps réputée et protégée, avec le rapport Tabarot, l'école maternelle entre dans une nouvelle ère. Sans oser attaquer ses principes, au nom de l'intérêt de certains parents, le rapport appelle à sa disparition.

Le rapport

Dans le Café, le débat sur la maternelle

Dans le Café, le débat continue

Dans le Café, de hauts fonctionnaires contre la scolarisation à 2 ans

Dans le Café, le débat

Dans le Café, Meirieu, maternelle l'école première

 

 

N’hésitez pas à réagir sur les actualités qui vous interpellent, comme sur la plupart des articles du Café en vous rendant dans le forum correspondant (menu de droite).

Pour pouvoir réagir, il faut préalablement s’être inscrit sur le site et être identifié. À très vite !

 

 

Quel temps pour les vacances ?

Bien calé au milieu des vacances, alors que la fatigue de l'année passée ne pèse plus et que la perspective de la prochaine rentrée est encore une ligne d'horizon toute en légèreté, le Café n'est pas le dernier à profiter du temps libre qui s'offre. L'édito d'été devrait se limiter, cette année encore, aux conseils sur la préparation de la (lointaine) rentrée, la conciliation entre l'huile solaire et les chances d'avenir.

 

C'est ce à quoi invite le "Sac de plage" du Café pédagogique qui offre, en attendant le Guide de la rentrée, les informations de base et les ressources pour aborder une préparation soft de la rentrée. Le Guide de la rentrée, versions parents et profs, sera en ligne le 1er septembre. C'est aussi ce à quoi nous invite "le Cahier de vacances Philo" évoqué plus bas.

 

Mais, premier souci, il nous rappelle aussi que le temps des vacances n'est pas scolairement neutre. En été les inégalités scolaires se creusent. Les travaux de Jean-Pierre Jarousse et Christine Leroy-Audoin ont montré que "pour certains enfants, ceux des milieux favorisés, (il) permet de bénéficier à temps plein de leur environnement plus favorable et d'activités, parfois en apparence peu scolaires, qui renforcent leurs compétences". Les autres multiplient les travaux scolaires, à travers par exemple les cahiers de vacances, dans l'espoir de garder le niveau. Enfin ceux qui ne font rien en terme de travail scolaire se laissent distancer. "Finalement le travail scolaire pendant les congés conduit à un renforcement des différences sociales, sexuelles et scolaires de réussite", affirment nos chercheurs. Il n'y a pas de trêve sociale en été…

 

Pire, la particularité de cette année ce sont les nuages qui s'accumulent dans le ciel d'été. C'est malheureusement frappant dans cet Expresso. On y trouve des sondages qui montrent une forte baisse des départs en vacances, de premiers chiffres sur la remontée brutale du chômage des jeunes, des perspectives de croissance économique qui s'envolent, de nouvelles menaces sur l'Ecole.  Même la mise en concurrence mondiale des systèmes éducatifs se rappellent à nous à travers l'exemple de cette école à distance chinoise cotée à New York ou le rappel des évaluations externes internationales.

 

Cette année, en ce mois d'août, le temps ne semble pas suspendu.

Le sac de plage

Le Guide de rentrée 2007 parents

Le Guide de rentrée 2007 profs

 

 

Revenir au sommaire

 

 

L'épreuve d'histoire des arts au brevet repoussée d'un an

"Erreur de calendrier" dit le B.O. L'épreuve d'histoire des arts au brevet annoncée au B.O. du 8 mai pour 2009 est repoussée à 2010. Le B.O. du 8 mai 2008 annonçait : "une épreuve obligatoire sera créée au diplôme national du brevet, à compter de la session 2009, visant à sanctionner les connaissances et les compétences acquises dans le domaine de l’histoire des arts. À cette occasion, les élèves pourront également valoriser une pratique artistique personnelle, développée dans ou en dehors de l’école".

 

L'épreuve est un des éléments du plan de "développement de l’éducation artistique et culturelle". Lancé au printemps dernier Celui-ci prévoit que "l’histoire des arts sera intégrée dans les programmes de l’école primaire à la rentrée 2008, ainsi que du collège et du lycée, à partir de la rentrée 2009, de façon à proposer aux élèves un parcours cohérent et à faire émerger une culture commune.  L’enseignement d’histoire des arts portera sur l’ensemble du champ artistique et culturel, y compris dans sa dimension scientifique et technologique. Il aura pour objectif l’acquisition par les élèves de repères historiques et méthodologiques indispensables à la compréhension des œuvres, et prendra appui sur le contact direct avec celles-ci. Au collège, en particulier, l’histoire des arts représentera un quart du programme d’histoire et la moitié des programmes d’éducation musicale et d’arts plastiques".

 

Mais voilà. L'arrêté sur "l'organisation de l'enseignement de l'histoire des arts à l'école primaire, au collège et au lycée" est paru au Journal Officiel du 27 juillet seulement et son annexe, qui contient les orientations précises, ne sera pas connue avant le B.O. du 28 août. Ca fait un peu court pour mettre en place un enseignement nouveau à la rentrée…

Au B.O.

Sur le Café, le plan de développement artistique

 

A la veille des J.O. Pékin envoie un prof au goulag

Professeur au collège Guanghan de Deyang, dans le Sichuan, Liu Shaokun ne verra pas les J.O. Arrêté dans son école le 25 juin, il vient d'être envoyé pour un an en "camp de rééducation par le travail". Il lui est reproché de "répandre des rumeurs et détruire l'ordre social". La décision d'emprisonnement est prise par la police, sans jugement, et ne peut faire l'objet d'aucun appel. Le système concentrationnaire des camps de rééducation internerait environ 300 000 personnes.

 

C'est qu'effectivement Liu Shaokun a perturbé l'ordre chinois. Après le violent tremblement de terre de mai dernier, il a photographié les écoles du Sichuan, aplaties sous le choc, écrasant sous leur poids des milliers d'élèves, encadrées très souvent de bâtiments intacts. Publiées sur Internet, ses photos illustrent la mauvaise qualité de ces constructions scolaires, c'est-à-dire la corruption des officiels.

Sur le site de la FIDH

 

Des portables pour les écoliers portugais

Dès l'année prochaine, les 500 000 écoliers portugais recevront des ordinateurs portables, a annoncé le 30 juillet le premier ministre portugais, J. Socrates. Le choix gouvernemental s'est arrêté sur le Classmate PC d'Intel, un ordinateur spécialement adapté à l'enseignement.

 

Cette décision fait suite au déploiement de portables auprès des élèves et enseignants du secondaire l'année dernière. On sait qu'en France seuls quelques départements ont doté les collégiens d'ordinateurs portables.

Le programme portugais

Le classmate PC

Dépêche Reuters

Dans le Café, l'expérience des Landes

 

Une circulaire demande un suivi des AVS

Les assistants d'éducation et les emplois vie scolaire exerçant les fonctions d'auxiliaires de vie scolaire devront être mieux suivis , demande une circulaire ministérielle. "Quatre mesures doivent être envisagées. La première porte sur un accompagnement individualisé pendant l’exercice de l’activité au sein de l’éducation nationale. Les trois autres mesures interviennent à la fin du contrat : délivrance d’une attestation de compétences, accès à la certification dans le cadre de la validation des acquis de l’expérience, accès à une formation qualifiante". Le texte vise à améliorer leur insertion après leur licenciement, un sujet particulièrement brûlant.

La circulaire

 

La liste des établissements Ambition réussite

Le B.O. du 31 juillet publie la liste des 254 collèges Ambition réussite. La liste des écoles sera fixée par chaque recteur.

Au B.O.

Sur le Café, le dossier enseignement prioritaire

 

Bernard Saint-Girons futur délégué à l'orientation

Directeur de l'enseignement supérieur, Bernard Saint-Girons serait nommé en septembre délégué interministériel à l'orientation, annoncent Les Echos. Il remplacerait Bernard Thomas. Celui-ci avait pris des positions tranchées sur l'enseignement des SES.

Article des Echos

Sur le Café, l'orientation

Sur le Café, Bernard Thomas

 

Concours direction et inspection

Trois arrêtés publiés au J.O. du 30 juillet fixent le calendrier d'inscription aux concours d'IEN, d'IPR et de personnels de direction. Date limite d'inscription le 21 octobre.

Au J.O. IEN

Au J.O. direction

Au J.O. IPR

 

Les prix d'alphabétisation de l'Unesco

Plusieurs associations sont récompensées pour leur action en Afrique et au Brésil. Un prix va à l'association éthiopienne ANFEAE "un modèle en matière d'innovation et d'autonomisation des individus". Deux pris récompensent des organisations qui agissent auprès des femmes dans la prévention du Sida en Zambie et Afrique du Sud. Un quatrième prix va à la ville de Curitiba au Brésil. La surprise c'est la "mention honorable" qu'obtient la BBC  pour son programme BBC RAW d'apprentissage de la lecture et de l'écriture.

Les prix

 

L'enseignement à distance chinois coté à New York

China Distance Education, une entreprise chinoise d'e-learning vient d'entrer au New York Stock Exchange.

Article PR Inside

Sur cette question le 1er Forum FTLV

 

Ecole et religion

Selon La Croix, l'enseignement de la religion orthodoxe ne sera plus obligatoire dans les écoles grecques. Les cours de catéchisme orthodoxe restent en place mais les parents n'ont plus à justifier d'une autre religion pour en être dispensés. C'est un pas significatif qui vient d'être accompli suite à une décision de la Cour européenne de justice. Rappelons que jusqu'en 2001, la religion figurait sur la carte d'identité des Grecs.

 

Au Royaume-Uni, la haute cour de justice a donné raison à une écolière qui exigeait de garder en cours son Kara, un bracelet signe d'appartenance à la religion sikh.

Article de La croix

Article du Guardian

Sur le Café, l'affaire du kara

 

Revenir au sommaire

 

 

Les représentants  des parents élus les 17 et 18 octobre

Une note fixa aux 17 et 18 octobre la date de l'élection des représentants de parents d'élèves. Elle rappelle l'importance de cette élection et demande que les parents en soient informés dès la réunion obligatoire de rentrée et par un courrier.

Au B.O.

 

Bourses de collège : relèvement des plafonds

Un décret publié au J.O. du 30 juillet, relève les plafonds de référence pour l'attribution de bourses de collège. Le premier taux passe de 7690 à 9 899 euros, le second de 4 157 à 5 351 et le troisième de 1 466 à 1 888 euros.

Au J.O.

Le décret de 2007

 

Forte progression du chômage des jeunes

Reparti en mai, le chômage a encore augmenté de 0,2% en juin. On compte 1 906 200 chômeurs. Pour les jeunes la situation est pire encore : le nombre de jeunes chômeurs a augmenté de 0,9% en juin. Il n'a cessé d'augmenter depuis janvier note un article du Figaro.

Article du Figaro

Insee : chômage et diplôme

 

Une loi pour le droit aux vacances

"Il est créé une aide au départ aux vacances attribuée aux familles pour rendre effectif le droit aux vacances des enfants et adolescents mineurs de quatre à dix-sept ans. Une aide est versée sous conditions de ressources à toutes les familles ayant des enfants compris dans cette tranche d’âge pour tout séjour de vacances effectué dans un centre de vacances déclaré et dont l’autorisation de fonctionnement a été donnée par l’État". Déposée par le député socialiste Régis Juaniuco, cette proposition de loi demande une aide de 200 euros pour aider les enfants pauvres à partir en vacances. Aujourd'hui près de 3 millions d'enfants sont exclus du droit aux loisirs prévu par la Convention internationale des droits de l'homme.

 

Cette proposition reprend un appel de 58 organisations philanthropiques, familiales, culturelles et syndicales (ATD Quart Monde, Restos du Coeur, JPA, Unaf, Afev, Cemea, Fcpe, Mgen, Occe, Fsu, Se-Unsa, Sgen Cfdt, etc.).

La proposition de loi

Communiqué des 58

 

Les "boissons énergisantes" interdites à l'Ecole

"Les boissons “énergisantes” ne doivent pas être consommées par les enfants et les adolescents" affirme une circulaire publiée au B.O. du 31 juillet. "Toute vente et tout usage de ces boissons sont donc interdits dans les établissements scolaires. Il appartient en conséquence aux chefs d’établissement de s’assurer qu’aucun de ces produits n’est mis à disposition des élèves (distributeur, cafétéria, foyer, restauration scolaire..), et de veiller à ce que ceux-ci n’en fassent aucune consommation dans l’établissement scolaire".

 

Le B.O. demande aussi "que cette interdiction s’accompagne d’une information précise des élèves et des personnels sur les dangers de ces produits".

 

Mais c'est là où les choses deviennent délicates. Qu'est ce qu'une "boisson énergisante" ? Elles ne sont ni définies, ni citées nommément dans le texte. Et pour cause : l'une d'entre elles, peut-être la plus nocive, vient d'être autorisée à la vente. Si les intentions de cette circulaire sont louables, sa légalité est-elle assurée ? Sur quel texte un chef d'établissement peut-il légalement s'appuyer pour faire appliquer cette circulaire ?

Au B.O.

 

Alzheimer expliqué aux enfants

Bonne idée de l'Adosen et de France-Alzheimer : expliquer aux enfants ce qu'est la maladie d'Alzheimer, ses troubles, ses effets sur les relations familiales. Parce que cette terrible maladie frappe de nombreuses familles, que ses effets peuvent culpabiliser les enfants, la brochure permettra de couper court aux interprétations erronées et favorisera les échanges entre parents et enfants. La brochure de 12 pages est diffusée par les deux associations.

Sur le site de l'Adosen

 

Nos enfants

"L'enfant est un être en devenir qui doit être éventuellement protégé, puni, ou les deux à la fois, contrôlé, mis aux normes. Et c'est un sujet, fragile, mais un sujet quand  même, un acteur de son existence. Reconnaître ce dilemme ne signifie pas la fin des institutions classiques mais,.. l'accélération de leur transformation". En présentant ainsi cet ouvrage, Michel Wieviorka montre d'emblée que nous sommes dans un moment très particulier pour l'enfance, celui où on passe de l'idée d'enfant objet (le fils de) à l'enfant sujet. Et tout ce livre se construit pour accompagner ce passage à travers des articles courts qui montrent l'évolution des valeurs, le passé, les nouveaux droits des enfants et enfin l'enfant dans la cité.

 

Ainsi sur l'évolution des représentations de l'enfant, F. de Singly explique ce qu'il a appelé "l'adonaissance". Dans cet univers des ados, les TIC sont un élément de construction de soi. C'est ce que développe Pascal Dibie en montrant comment elles permettent aux jeunes de développer de nouvelles solidarités, et aussi comment elles structurent leur façon de penser ("l'attention partielle continue"). Pour Monique Dagnaud elles amènent aussi à être "ici et ailleurs" en même temps qu'ici et maintenant.

 

Dans la cité, le jeune est à la fois un individu qui a des droits (et l'ouvrage évoque par exemple le droit aux origines ou la Convention internationale) et qui est l'objet de politiques, et le maire d'Auxerre ou JL Rosenczveig l'illustrent bien.

 

Organisé en petits chapitres, l'ouvrage nous offre ainsi un état des lieux des réflexions sur l'enfance dans une langue claire et facilement accessible. Il ouvre des portes sur des paysages différents et invite à les visiter de façon plus sérieuse. En ce sens c'est une lecture bien adaptée aux rythmes et aux découvertes des vacances.

M. Wieviorka (dir.), Nos enfants, Les entretiens d'Auxerre, Editions Sciences humaines, 2008, 292 pages.

 

Revenir au sommaire

 

La classe

 

Les coopératives scolaires instruments d'éducation à la citoyenneté

Une nouvelle circulaire, remplaçant des textes des années 50 ou 60, vient préciser le rôle et les modalités de fonctionnement des coopératives scolaires.

 

"Les projets développés au sein des coopératives scolaires, de classe, d’école ou d’établissement, visent à renforcer l’esprit d’initiative, de coopération et d’entraide. Ils sont un des supports pédagogiques les mieux adaptés à la poursuite des objectifs du socle commun des connaissances et compétences principalement dans le domaine des compétences sociales et civiques ainsi que dans celui de l’autonomie et de l’initiative". La coopérative est donc vue comme un outil d'éducation à la citoyenneté.

 

Coté fonctionnement, le texte demande que les parents soient associés aux décisions la concernant. Il précise également que "la coopérative scolaire ne doit en aucun cas se substituer aux obligations des collectivités territoriales concernant les charges d’entretien et de fonctionnement des écoles et des établissements publics, de même qu’elle ne peut gérer, pour le compte de la commune, du département ou de la région des crédits qui lui seraient délégués pour financer des dépenses de fonctionnement".

Au B.O.

Sur le Café, un exemple de coopérative scolaire

 

Le cahier de textes et vous

Vous utilisez un cahier de textes électroniques ? Ou vous en avez conçu un. Ou encore vous refusez d'utiliser un cahier de textes électroniques ? Votre expérience nous intéresse. Merci d'entrer en contact avec la rédaction.

Redaction (at) cafepedagogique.net

 

 

 

 

Revenir au sommaire

 

La recherche

 

Les profs méfiants envers les évaluations externes

"L’analyse des propos des enseignants interrogés laisse apparaître que les finalités des dispositifs d’évaluation externe des acquis des élèves sont rarement claires aux yeux des enseignants. Alors que pour certaines épreuves, les objectifs sont rappelés dans les courriers qui précèdent et dès la première page de l’épreuve (ce qui ne garantit pas que les enseignants sachent réellement à quoi servent les épreuves qu’on leur demande d’administrer), d’autres épreuves entretiennent, de manière délibérée ou fortuite, un certain flou autour de leurs objectifs. Ce flou entraîne inévitablement la discussion sur le terrain de la distinction entre objectifs officiels et objectifs cachés. Sur la base des entretiens analysés dans la présente étude, il y aurait en effet comme une méfiance de la part des enseignants ou, à tout le moins, une tendance à fantasmer autour de l’utilisation réelle des épreuves". Au moment où se mettent en place des politiques de pilotage du système éducatif par l'évaluation, et alors que les évaluations externes pèsent déjà lourds sur l'Ecole, Christophe Dierendonck est allé enquêter, pour l'IRDP suisse, sur les perceptions de ces évaluations externes par les enseignants de trois cantons francophones suisses.

 

Il en ressort de la méfiance mais aussi des erreurs d'interprétation par rapport aux messages que les décideurs souhaitent transmettre à travers ces évaluations. Ainsi, quand le feedback envoyé est une moyenne cantonale, " les enseignants dont la classe est en-dessous de la moyenne cantonale avancent des justifications liées aux caractéristiques du public scolaire accueilli ou au degré de difficulté des épreuves, les enseignants dont la classe est dans la moyenne cantonale sont rassurés en se disant qu’ils sont « dans la cible » et les enseignants dont la classe est au-dessus de la moyenne voient en ce feedback extérieur un signe qu’ils font du bon boulot". Trois représentations qui ne sont pas forcément conformes à la réalité et qui sont de peu d'aide.

 

" Dans la majorité des situations que nous avons étudiées, l’aboutissement de la démarche d’évaluation externe est de se situer par rapport aux autres classes du canton" continue C. Dierendonck. "Or, on s’aperçoit que les conditions de passation des épreuves semblent assez inégales d’une classe à l’autre, certains enseignants n’hésitant pas en effet à aider leurs élèves pour faire meilleure figure au niveau du canton".

L'étude

Sur le Café : pilotage la révolution

Sur le Café, le pilotage par l'évaluation est-il efficace ?

Sur le Café, le dossier Pisa Pirls

 

 

Revenir au sommaire

 

Citoyenneté

 

Un français sur deux privé de vacances

Selon un sondage Ifop pour L'Humanité, 42% des Français ne partent pas en vacances. C'est 10% de plus qu'en 2005 où c'était seulement un français sur trois.

 

Pour l'Ifop cette baisse reflète celle du pouvoir d'achat et la hiérarchie sociale. Ainsi deux fois plus d'ouvriers ne partent pas en vacances (20% en 2005, 41% en 2008). Pour les employés on est passé de 34 à 47%.

 

Outre son impact politique, cette brutale régression va frapper de plein fouet l'industrie touristique.

Article de L'Humanité

 

Un programme Darcos - Hortefeux pour l'Ecole

Le B.O. du 31 juillet annonce le lancement d'une "opération "Ouvrir l'école aux parents pour réussir l'intégration". Il s'agit de familiariser des parents volontaires avec la langue française et le système scolaire.

 

Mais les enseignants sont-ils prêts à collaborer à un programme co-piloté par le ministre de l'immigration et de l'identité nationale ? On peut en douter après l'annulation partielle de plusieurs enquêtes ministérielles (évaluation CM2, panel de 6ème), de Base élèves, qui montre une extrême sensibilité des enseignants à la politique migratoire gouvernementale. Quelque soit la finalité de ce dispositif, en co-signant avec Brice Hortefeux cette "opération" Xavier Darcos prend le risque du rejet.

Au B.O.

 

Revenir au sommaire

 

Les disciplines

 

Sciences : Eucys 2009

Pour la première fois, du 11 au 16 septembre 2009, Paris accueillera les candidats du concours européen des jeunes scientifiques EUCYS. Pendant une semaine, 130 jeunes de 14 à 20 ans, tous gagnants de concours scientifiques dans leur quarantaine de pays respectifs, pourront se découvrir et présenter à un jury de personnalités scientifiques, leur recherche dans tous les domaines de la science — mathématiques, physique, biologie, chimie, ingénierie, sciences de l’environnement

 

Vous pouvez participer avec vos élèves à cet événement, créé par la Commission européenne, avec le soutien du ministère de l'éducation nationale et de nombreux prix Nobel, et organisé par Sciences à l'Ecole, un dispositif ministériel.

 

Si vous animez un atelier scientifique ou des projets de recherche avec des élèves de 14 à 20 ans (TPE par exemple), n'hésitez pas à concourir. Attention au calendrier : la  préinscription doit être faite avant fin septembre. En France la sélection s'opère à travers le concours C Génial organisé par Sciences à l'école.

Les informations sur le concours

 

Pas de vacances pour la philo

Associer à un philosophe antique une image lui correspondant, imaginer les équipes de la partie de pétanque épicuriens versus stoïciens, retrouver dans une liste des problèmes philosophiques : voilà quelques uns des exercices que propose le Cahier de vacances Philo de Sophie Fromager et Patricia Laporte.

 

Ce n'est pas le cahier de vacances classique qui s'adresse aux seuls lycéens et vise la révision (impossible ici !) ou la préparation scolaire à un programme. A travers ces exercices, des pensées philosophiques et des informations sur les philosophes, le cahier initie à la réflexion philosophique et tente de nous apprendre à penser. Et même pire encore : il nous apprend à faire la bonne vieille dissertation.

 

Les lycéens y trouveront une approche originale et efficace de la philosophie. Les professeurs de bonnes idées d'exercices. Les parents, de sacrés casse tête. Trois bonnes raisons pour découvrir ce Cahier !

Sophie Fromager et Patricia Laporte, Cahier de vacances Philo, CNRS éditions.

 

Eduquer aux médias, éduquer les médias

" Continuons donc à éduquer aux médias… Mais exigeons des médias qu’ils prennent au sérieux la question de l’éducation". C'est ce que demande Philippe Meirieu dans une conférence donnée au congrès de la Fadben publiée sur son site.

 

"Tout en assumant nos missions, il nous faut nous donner le droit d’interpeller, en éducateurs et en citoyens, les médias, les industries de programme, mais aussi les politiques" écrit P. Meirieu. " Il faudrait d’abord, réfléchir à la manière dont les médias pourraient faciliter des apprentissages que l’on considère comme essentiels. Et si, par exemple, on imposait aux chaînes de télévision de diffuser les émissions et films étrangers en version originale sous-titrée, y compris aux heures de grande écoute ? Ne pourrait-on pas familiariser ainsi nos enfants aux langues étrangères et à l’écriture de leur langue maternelle ? J'ai eu l'occasion d'interpeller directement le ministre de l'Éducation nationale sur cette proposition tout à fait élémentaire à mes yeux… Il ne pouvait s’y déclarer défavorable, mais, malheureusement, rien n’a été fait ! Dans la même perspective, ne devrait-on pas imposer aux chaînes nationales des journaux télévisés pour enfants et adolescents ainsi que des émissions d’information sur l’actualité éducative ou la littérature de jeunesse ? Ne devrait-on pas interdire absolument la diffusion d’émissions de télévision pour enfants le matin, avant l’école ? Ne devrait-on revoir la signalétique et la compléter par quelques conseils en direction des familles ? Ne devrait-on pas proscrire la publicité, y compris sur les chaînes privées, quinze minutes avant et après toute émission en direction du jeune public ? Ne devrait-on pas légiférer clairement sur les chaînes-biberons destinées aux enfants de moins de trois ans et sortir de l’hypocrisie qui consiste à les laisser exister dès lors qu’elles sont diffusées de l’étranger ?"

Conférence de P. Meirieu

 

Economie : Echec des négociations de l'OMC

" Ce que les Membres ont laissé filer entre leurs doigts, c'est un paquet dont la valeur se chiffre à plus de 130 milliards de dollars de droits de douane économisés chaque année à la fin de la période de mise en œuvre, dont 35 milliards de dollars d'économies dans l'agriculture et 95 milliards de dollars d'économies dans le secteur des produits industriels. Puisque les pays en développement contribuent pour un tiers aux gains globaux et bénéficient de deux tiers de ces gains, [ce serait] un véritable cycle du développement ... avec un rééquilibrage des règles du système commercial en faveur de ces pays.” Pour Pascal Lamy, directeur général de l'Organisation mondiale du commerce, l'échec des négociations, le 29 juillet, en plein ralentissement  économique mondial, menace le système commercial multilatéral.

 

Alors que les 153 pays participant avaient pu se mettre d'accord sur 18 points (sur 20), le 19ème a fait sombrer plusieurs années de négociation. Ce sont les produits agricoles  qui ont bloqué la conférence. Plus précisément, alors que l'Europe et les Etats-Unis avaient accepté de réduire leurs subventions agricoles, l'Inde et la Chine ont voulu maintenir des seuils de protection de leurs producteurs agricoles jugés trop élevés par les occidentaux.

 

Pour Le Monde les gagnants sont les gros producteurs agricoles occidentaux qui pourront continuer à percevoir des aides à la production et à l'exportation, les industries automobiles des pays émergents qui vont pouvoir se développer à l'abri de tarifs douaniers, le président français qui avait tenté, en vain, d'empêcher l'Europe de baisser ses subventions agricoles.

 

Les perdants sont les industriels et les services des pays développés qui ne voient leurs capacités de développement diminuer. Les plus gros perdants restent les pays les moins avancés qui vont perdre la protection de l'OMC et devoir négocier de façon bilatérale avec les géants…

 

Pour Fabrice Mazerolle, professeur à l'université d'Aix, le calendrier jouait contre l'accord. "attente du résultat des élections présidentielles américaines du 4 novembre, attente du départ de Nicolas Sarkozy de la présidence de l'Union européenne dont il se sert comme d'une tribune pour s"opposer, sans expérience réelle des dossiers,à Peter Mendelson, le commissaire européen chargé du commerce extérieur… Le système multilatéral apparaît néanmoins fragilisé… dans l'indifférence générale".

Article du Monde

Sur le site d el'OMC tous les documents des négociations

Le cours de Fabrice Mazerolle

La position du gouvernement français

 

Revenir au sommaire

 

les tice

 

Cuil, un concurrent pour Google ?

Créé par deux anciens de Google, Cuil (prononcez Cool) est présenté comme un concurrent de Google. Il prétend connaître davantage de sites que Google. Surtout "Cuil analyse le web pas les internautes"" : il promet un secret absolu sur les consultations. On sait que Google avait rencontré des problèmes sur ce terrain là…

Cuil

 

Revenir au sommaire

 

le Cafe

 

Le Café en vacances

Pour le Café les vacances d'été débutent le 11 juillet pour se terminer fin août. A partir du 11 juillet et jusqu'à fin août, L'Expresso devient , sauf urgence, hebdomadaire puis quinzomadaire.

 

Les anciens Expresso ?

Voir L'Expresso précédent

Les archives complètes de L'Expresso

 

L'Expresso directement sur votre site !

Vous nous l'avez demandé par téléphone, par courriel, par fax : comment   afficher sur mon site personnel les informations quotidiennes de L'Expresso ? Le webmestre du Café vous propose deux solutions simples qui nécessitent juste le copier-coller de quelques lignes.

 

Vous pouvez ainsi faire bénéficier les visiteurs de votre site  d'une information quotidienne et leur permettre d'être les premiers informés dans leur établissement.

Les conseils du webmestre

 

RSS : Le retour

Le changement de plate-forme avait mis à mal les fils RSS du Café. Ils sont  maintenant pleinement rétablis. Vous pouvez vous abonner aux flux simplement en cliquant sur l'icône RSS en bas de page. Et cela pour chaque rubrique du Café.

 

Participer au Café ?

Il y a bien des façons d'aider le Café : lui manifester son soutien, lui apporter son obole, lui passer des informations. Il y a aussi écrire dans le Café. Si vous vous retrouvez dans les orientations du Café, si vous souhaitez participer à une aventure unique de mutualisation, contactez-nous !

 

Le Café en chiffres

Le Café pédagogique compte plus de 150 000 abonnés à ses différentes éditions. Au mois de mai 2007, nous avons reçu 611 728 visiteurs qui ont généré plus de 28 millions de hits.

 

Le Café à la carte

Si vous découvrez Le Café Pédagogique, sachez que vous pouvez recevoir chez vous, dès parution et gratuitement, "L'Expresso", le flash quotidien d'actualité pédagogique et toutes les éditions du Café pédagogique.

Pour s'abonner

 

Revenir au sommaire

 

Par fjarraud , le lundi 04 août 2008.
En direct du forum
E Gentaz - L Sprenger-Charolles : Evaluation de CP : Un outil invalide
- De : monique O Publié : jeudi 14 septembre 2017 08:05 Objet : E Gentaz - L Sprenger-Charolles : Evaluation de CP : Un outil invalide Savez-vous que dans les écoles , les évaluations diagnostiques cp ne sont pas nouvelles! Dans certaines...
Rémi Brissiaud : En maths une réforme hors de portée
- Monsieur Brissiaud, j'ai été très sensibilisée à votre pédagogie des mathématiques en IUFM, il y a 20 ans. Après avoir testé de nombreuses choses (dont Ermel), j'utilise depuis 3 ans votre fichier J'apprends les Maths en CE1 et CE2. Et mes...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces