La JPA lance sa campagne de solidarité 

Mercredi 19 janvier, les vrais voeux de l'éducation n'étaient pas au Grand Palais mais rue de Grenelle. Toute l'Ecole s'était retrouvée pour soutenir la campagne de la Jeunesse au Plein Air (JPA) en faveur des vacances des enfants défavorisés.


Ne boudons pas notre plaisir. Il est rare de voir les différents acteurs de l'Ecole réunis et solidaires pour une cause commune. Pourtant, mercredi 19 janvier, dans les salons du ministère, il y avait bien toute l'Ecole : Luc Chatel, Jean-Michel Blanquer, directeur général de l'enseignement scolaire, François Testu, président de la JPA, quelques syndicalistes, des inspecteurs d'académie, des enseignants, une CPE, et une cinquantaine d'élèves de l'école élémentaire d'Ory de Nancy et du collège Montabuzard d'Ingré (45). Tous sont venus participer au lancement de la campagne 2011 de la Jeunesse au Plein Air.


Luc Chatel a félicité la JPA pour son action et rappelé l'importance d'une démarche de solidarité qui permet à 20 000 enfants de partir en vacances. Jean-Michel Blanquer  rappelait l'importance des vacances pour se cultiver, lire et l'urgence de la solidarité. François Testu est intervenu dans le même esprit mais il a aussi souligné que la question des vacances était au coeur du débat sur les rythmes scolaires. La JPA a justement réussi à réunir les principaux acteurs et à réussi à faire émerger un compromis sur lequel le ministère s'est appuyé.


Pourquoi ce soutien à la campagne de la JPA ? D'après une enquête de l'Ovlej, 25% des 15-19 ans ne partent pas en vacances, soit 2,8 millions de personnes. Parmi eux, 2 millions ne se sont pas déplacés au moins deux nuits de suite dans l'année. Près de 900 000 enfants ont participé à une colonie. Mais la fréquentation des séjours collectifs est en baisse. Elle est très déterminée par le revenu des familles et par les aides au départ.


La campagne de la JPA, qui démarre ce 19 janvier, se déroulera jusqu'au 13 février avec un point d'orgue le 6 février , jour de collecte nationale. Le matériel de la campagne (affiche, vignettes autocollantes, appels, enveloppes) a été envoyé directement dans les écoles dans 53 départements. Ailleurs il est diffusé par les collectifs départementaux. L'enseignant qui le souhaite distribue dans sa classe ce matériel. Les enfants vendent des vignettes. Grâce à cet argent, la JPA récupère des fonds. Ils sont utilisés sous forme d'aides au départ en vacances de 50 à 300 euros. Elles incitent les familles à financer un séjour dans une classe de découverte, un centre de séjour collectif.


Pourquoi impliquer ses élèves ? La campagne permet aux enfants de saisir directement ce qu'est la solidarité et son importance. Elle s'accompagne de deux concours : l'opération BD Tcôlidaire qui propose aux enfants la rédaction d'un scénario de BD sur le thème de la solidarité et l'opération "Slam rend solidaire" qui invite à écrire des textes sur la solidarité et à les slamer. Des fiches pédagogiques sont disponibles sur le site de la JPA.


Des marins et des gamins. Justement la solidarité, le 19 janvier, avait pris un tour spectaculaire. Les navigateurs Roland Jourdain et Michel Desjoyeaux, parrains avec Vincent Riou de l'opération, ont expliqué pourquoi ils soutiennent la JPA. Michel Desjoyeaux l'a fait depuis l'océan atlantique sud puisqu'il est en mer, engagé dans la Barcelona World Race. Les collégiens d'Ingré ont présenté une animation sur le thème de la solidarité. Mais la vedette leur a été volée par les écoliers de Nancy qui ont chanté et dansé une chanson de leur composition. Et pour cela aussi ça valait la peine de venir rue de Grenelle !



Participez à la campagne de la JPA

http://www.jpa.asso.fr/index2.php?goto=zoom



Par fjarraud , le jeudi 20 janvier 2011.

Partenaires

Nos annonces