L'Expresso du 30 Mai 2011 

 

Par François Jarraud

 

LE FAIT DU JOUR

Rythmes scolaires : Les congés d'été dans la ligne de mire...

ÉDITORIAL

Le Café mensuel de mai : L'innovation peut-elle sauver l'Ecole ?

LE SYSTEME

Rythmes scolaires : Christian Chevalier : " Ca ne peut pas se faire au détriment des intérêts des collègues" l Rythmes scolaires : Jean-Jacques Hazan : "Notre priorité, comme association de parents, c'est la journée de l'enfant" l Chatel : Ce sera mieux en 2012...  l Nuit de l'école : Un millier de manifestants   l La journée d'action du 31 mai  l La FSU annonce une grève en septembre l Un enseignant dénoncé par le FN l Belgique : Les enseignants empochent 200 euros.

L’ÉLÈVE

L'Assemblée de Corse contre Base élèves  l Stages de remise à niveau.

LA CLASSE

De retour de forum l A quoi sert une bibliothèque ?.

LA RECHERCHE

50ème Congrès Freinet …

CITOYENNETE

L'étoile jaune.

LES DISCIPLINES

Maths : 12ème salon Culture et Jeux Mathématiques l Simulations en SVT l Antigone : Un nouveau site pour aborder le théâtre.

 

 

 

Rythmes scolaires : Les congés d'été dans la ligne de mire...

La réforme des rythmes scolaires va-t-elle emporter deux semaines des vacances d'été ? Vendredi 27 mai, l'AEF a publié une dépêche présentant "les pistes de travail" discutées au sein du comité de pilotage chargé de réfléchir à une réforme des rythmes scolaires. Selon ce document, le comité pencherait vers une réduction de deux semaines et un zonage des congés d'été ainsi qu'une généralisation de l'accompagnement éducatif. L'origine du document reste inconnue. Nous avons pu vérifier son exactitude et consulter les principaux acteurs de cette réorganisation de l'Ecole : syndicats, parents et associations complémentaires. Une certitude : les décisions auront un impact sur les enseignants de l'école au lycée.

 

Selon la dépêche AEF, le comité de pilotage proposerait de réduire de deux semaines les vacances d'été, l'année scolaire passant de 36 à 38 semaines. Les vacances intermédiaires seraient aussi modifiées, celles de la Toussaint passant à 2 semaines pleines (plus 2 jours) mais celles de printemps étant amputées de 3 jours. Le pont de l'Ascension serait donné à tous (moins 1 ou 2 jours). La question du zonage des congés resterait à trancher. " Parmi les arguments défavorables au zonage, le comité de pilotage relève le cas des familles recomposées dans des zones différentes, le problème des examens nationaux et, en l’absence de rotation, les mêmes élèves bénéficient de la neige ou de la rentrée à la mi-août. D’un autre côté, le zonage des vacances permet d’éviter que le tourisme ne souffre de la réduction des vacances d’été".

 

Un plafonnement du temps d'enseignement quotidien. La question des horaires scolaires, alourdis par la réforme Darcos du primaire, serait tranchée par la mise en place d'un horaire maximum d'enseignement quotidien fixé à 5 heures au primaire, en 5ème et en 6ème, et à 6 heures en 4ème et 3ème. Cela implique un passage à 9 ou 10 demi-journées au lieu de 8 au primaire.

 

Les établissements devraient respecter trois contraintes : "pas plus de cinq heures d’enseignement, deux heures d’accompagnement éducatif et une heure et demie de pause méridienne". Jusqu'en 5ème inclus, l'horaire comprendrait un "temps d'accompagnement éducatif obligatoire" de deux heures compris dans le temps de service des enseignants. Il serait consacré à la préparation des  devoirs.

 

L'aide personnalisée, qui a été mise en place au primaire à raison de 2 heures hebdomadaires, est jugée "positive" par le comité. Elle pourrait être confiée à " un éducateur diplômé « pris en charge de façon partagée par les collectivités locales et l’Éducation nationale »". Plus mystérieux, le comité envisagerait de rendre obligatoire un "temps non strictement d'enseignement" ouvert aux partenaires de l'école.  Au final, le comité proposerait fin juin plusieurs scénarios, laissant le ministre choisir.

 

Un ballon d'essai ? Pour vérifier l'exactitude ce document dont l'origine n'est pas indiquée, nous avons contacté François Testu, président de la JPA et membre du comité de pilotage. Selon lui, "la dépêche est conforme aux travaux du comité sauf sur plusieurs points, plusieurs fois abordés, mais sur lesquels le comité n'a pas pris de position arrêtée". Le comité a prévu encore deux réunions avant de fixer sa décision. "C'est le cas pour les grandes vacances", nous dit F Testu. " Pour le comité, la suppression de la semaine de 4 jours au primaire est acquise. L'allègement de la semaine de classe au primaire impose de réfléchir au raccourcissement des grandes vacances. Mais de combien faut-il raccourcir et comment répartir les temps de travail et les vacances : tout cela reste encore en débat. Si on réduit à 23 heures la semaine scolaire comment répartir les heures annuelles d'enseignement (864 h) sans réduire le nombre de jours de vacances ?" Un simple calcul arrive à 37 semaines et demi de cours.  En tous cas la mesure ne semble pas pouvoir être prise avant 2013. L'allongement des vacances de la Toussaint semble également acquis. Mais d'autres points restent à trancher. "Comment intégrer l'aide individualisée, l'aide aux devoirs, les activités complémentaires ? Sur tout cela il faut être prudent", nous dit-il. "L'aide personnalisée apparaît comme une idée généreuse mais on ne sait pas où la mettre". Le développement des activités complémentaires à l'école est une bonne idée mais "les associations complémentaires doivent être soutenues pour pouvoir faire cette prise en charge".

 

Les perspectives. Si l'on ignore qui est à l'origine de cette fuite d'informations vers l'AEF, elle constitue un appréciable ballon d'essai vers les syndicats d'enseignants et les parents. Le rapport qui sera remis fin juin posera la question des congés et de l'annualisation du temps de travail des enseignants. Or le ministère ne semble pas avoir de marge pour compenser, même partiellement, la perte de deux semaines de congés. Imposer l'annualisation pour tous les enseignants aurait aussi des conséquences sociales importantes, par exemple dans l'enseignement professionnel et technologique. Si la question des rythmes et des conditions de vie à l'école des élèves est légitime, celle des conditions de travail des enseignants s'avère déjà mal engagée par ces premières indiscrétions.

 

Lancé en juin 2010, le comité de pilotage chargé de réfléchir à une réforme des rythmes scolaires comprend 18 membres. Il est présidé par Christian Forestier, administrateur général du CNAM, et Odile Quintin, ancienne directrice générale de l’éducation à la commission européenne. Ils sont entourés de 16 membres,  parmi lesquels Roger Bambuck, inspecteur général, Eric Debarbieux, sociologue, Bernard Hugonnier, OCDE, Jean-Marc Roirant, Ligue de l’enseignement, Monique Sassier, médiateur de l’EN, et François Testu, JPA. Le 25 janvier 2011, le comité a remis un premier rapport qui faisait un état des lieux des consultations. "En dépit des préconisations des chronobiologistes", affirmait le rapport , "on note un attachement très fort au samedi libéré et donc au week-end de deux jours… La réduction de deux semaines des congés d’été est consentie "à la rigueur, à condition de permettre le 7/2".

La dépêche AEF publiée par Education & Devenir

La remise du rapport le 25 janvier 2011

Installation du comité

 

 

N’hésitez pas à réagir sur les actualités qui vous interpellent, comme sur la plupart des articles du Café en vous rendant dans le forum correspondant (menu de droite).

Pour pouvoir réagir, il faut préalablement s’être inscrit sur le site et être identifié. À très vite !

 

L'Éditorial de François Jarraud

 

Le Café mensuel de mai : L'innovation peut-elle sauver l'Ecole ?

L'innovation pédagogique est omni présente dans ce nouveau numéro du Café mensuel. Déjà parce que le 4ème Forum des enseignants innovants, qui s'est tenu à Lyon les 20 et 21 mai, nous a obligé à reporter d'une semaine sa publication. Ensuite parce que, dans l'enthousiasme de ce retour, chaque discipline a largement puisé dans les projets présentés au Forum pour montrer la vigueur des disciplines.

 

Le Forum a été un formidable tableau des initiatives qui colorent et animent le système éducatif. Quelque chose qui emprunte aux impressionnistes des couleurs, du désir, de nouvelles façons de voir et de transmettre. Qu'il s'agisse de twitter en primaire, de la philo en Segpa, de la danse en EPS, du projet Oulipo en français, par exemple, on retrouve  la grande richesse et l'inventivité des enseignants.

 

Mais toute cette énergie est à mettre en parallèle avec l'actualité du système éducatif, largement présentée dans ce numéro, qui est tout sauf rose. Une vague mauvaise s'abat sur les profs outre-Atlantique et finit par s'échouer en Angleterre avec une nouvelle législation qui facilite leur licenciement. En France, elle est perceptible dans les débats du Sénat où on voit se profiler une forme de privatisation de l'Ecole. C'est aussi la mise à mal (à mort ?) de l'enseignement prioritaire, ce fondement de l'école démocratique. Dans les classes c'est l'enterrement de l'approche par compétences, définitivement discréditée par l'application cauchemardesque qu'en fait l'institution scolaire, et la mise à mal d'un  socle de compétences sur lequel se penche décidément de drôles de fées.

 

Pas de synthèse dans cet univers scolaire. Alors que l'institution s'apprête à réunir, les 31 mai et 1er juin, ses premières Journées de l'innovation , dans la foulée du Forum des enseignants innovants, on a envie de croire que l'Ecole penche du coté de la pédagogie. Juste un moment oublier les frustrations et les menaces du quotidien. Ce n'est pas rien.

 

Si l'innovation ne peut effacer les restrictions budgétaires et les difficultés de toutes sortes qu'affronte l'Ecole, elle contribue fortement à maintenir son projet humain et citoyen. C'est ce que nous dit, par exemple, "Bubul", le nouveau projet de Monique Argoualc'h. Ses élèves de classe relais, rejetés par l'Ecole et qui le lui rendent bien, deviennent de vrais passeurs intergénérationnels. L'innovation vaut par ses résultats. Mais ceux-ci n'existent que par les valeurs qui la mettent en oeuvre.

Le sommaire du n° de mai du Café mensuel

Bubul :

 

 

Revenir au sommaire

 

 

Rythmes scolaires : Christian Chevalier : " Ca ne peut pas se faire au détriment des intérêts des collègues"

Interrogé par le Café, Christian Chevalier, secrétaire général du Se-Unsa, réagit aux "pistes de travail" du comité de pilotage.  Pour lui, cette pré-publication ne mènera qu'à des annonces démagogiques.

 

"La question du temps scolaire est complexe", nous dit C Chevalier. "Or l'expérience des "cours le matin, sport l'après-midi" montre que le ministère n'hésite pas à lancer des dispositifs sans véritable expérimentation et sans évaluation. Je crains que l'on ne se trouve au final face à une annonce très démagogique, avec un raccourcissement des vacances mais sans révision des programmes qui semblent totalement oubliés. Pourtant le Se-Unsa avait soulevé cette question lors de son audience devant le comité.

 

Sur la question de l'accompagnement éducatif et de l'aide individualisée, on est franchement dubitatif. On est pour l'aide durant le temps scolaire et hostile aux aides hors temps scolaire. Le comité ne semble pas sur cette logique. Mais on attend toujours un bilan de l'aide existante...

 

D'autre part, toute modification des rythmes impacte ce qui gravite dans et autour de l'école. Qu'est ce que ça donnerait pour les transports scolaires par exemple ? Mettra-t-on en perspective la question du service des enseignants ? Tout cela réclame des négociations. Il est probable que, pour des raisons politiques Chatel annonce des choses pour la rentrée 2013, histoire de dire qu'il fait quelque chose. D'ici là...

 

Pourtant ce débat a du sens. On voit bien dans PISA que pour sortir du déterminisme social il faut poser la question des rythmes, y compris celle de la présence des enseignants à l'école.  Mais ça ne peut pas se faire au détriment des intérêts des collègues. On ne participera pas à un "travailler plus pour gagner moins". Le Se-Unsa rencontre le ministre mercredi. Ce sera l'occasion de parler des rythmes scolaires."

 

Rythmes scolaires : Jean-Jacques Hazan : "Notre priorité, comme association de parents, c'est la journée de l'enfant"

Président de la première association de parents d'élèves, Jean-Jacques Hazan réagit à la publication de la dépêche de l'AEF. Avec une logique simple : la FCPE est là pour défendre la qualité de vie et d 'apprentissage des élèves.

 

Que pensez-vous de la proposition de 38 semaines de cours ?

 

On est demandeur d'une véritable alternance 7 semaines de cours / 2 semaines de vacances. Modifier la durée des grandes vacances semble le seul moyen pour installer l'alternance 7/2 et établir des journées plafonnées à 5 heures de cours par jour. Pour faire cela en gardant le même nombre d'heures de cours par an il faudra bien augmenter le nombre de semaines de classe.  Il est vrai aussi que les familles ont du mal à gérer ces deux mois avec leurs enfants. Donc réduire légèrement la durée des congés d'été ne pose pas de problème. On y est favorable. Par ailleurs, on est d'accord sur le fait qu'on règle une fois pour toute la question du pont de l'Ascension. Par contre donner des jours à la Toussaint pour les reprendre durant les vacances de printemps, nous semble sans intérêt.

Lisez la suite de l'entretien avec JJ Hazan

 

Chatel : Ce sera mieux en 2012...

Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, Luc Chatel annonce "un traitement spécifique" pour l'école primaire.. à la rentrée 2012.  Un engagement qui ne coûte pas cher d'autant que le ministre n'envisage pas de mieux en 2012, mais simplement que ce ne soit pas pire...

 

"Il est probable qu’en 2012, la règle du non-remplacement d’un enseignant sur deux aboutisse à moins de 16.000 suppressions de postes", a déclaré le ministre. "Mais nous n’avons plus beaucoup d’enseignants en surnombre dans le premier degré. J’ai donc proposé au Président qu’on ait, l’année prochaine, un traitement spécifique pour le primaire. Cette année, nous avons 1.500 classes en moins, ce qui représente 0,6% du total. Mon objectif, c’est qu’à la rentrée 2012, il y ait autant de classes qu’à la rentrée 2011."

 

Plus intéressant, le ministre a utilisé pour la première fois dans un média un argument déjà exprimé à l'Assemblée nationale. "On a l’impression que l’Éducation nationale est laissée pour compte. Mais regardons autour de nous. En Angleterre, en Grèce ou au Portugal, des professeurs sont licenciés, leurs rémunérations baissent". Une allusion souvent rappelée par les parlementaires UMP qui lorgnent vers le tsunami anti-prof qui frappe l'Europe. Ce qui laisse présager un autre horizon pour 2012...

L'entretien

Du séisme financier au tsunami anti-prof

 

Nuit de l'école : Un millier de manifestants  

Vendredi 27 mai, à l'appel de la FCPE, Paris faisait sa "Nuit de l'école" avec une semaine de retard sur d'autres départements. Près d'un millier de parents ont manifesté vendredi soir contre les suppressions de postes. Interrogé par le Café, JJ Hazan, président de la FCPE, est revenu sur l'efficacité de cette "Nuit". "Il y a suffisamment de parlementaires UMP qui ont dit que cela n'allait pas pour qu'ils interviennent en faveur d'un autre budget de l'éducation", nous dit-il. "Tous les maires voient ce qui se passe. Je ne vois pas comment en sortir sans remettre en cause la règle du non-remplacement d'un enseignant partant e retraite sur deux".

 

La journée d'action du 31 mai

A l'appel des fédérations CGC, CGT, CFDT, FSU, Solidaires, UNSA, la journée d'action du 31 mai, en faveur des salaires dans la fonction publique, sera marquée par des manifestations dans plus de 60 départements. Dans certains départements un appel àla grève a été lancé par l'inter-fédérations. Dans d'autres seule une manifestation symbolique est prévue. A Montauban c'est même un pique nique qui est à l'ordre du jour.

Les manifestations du 31 mai

 

La FSU annonce une grève en septembre

" Avec l’objectif d’obtenir un collectif budgétaire dès la prochaine rentrée permettant de revenir sur les suppressions de postes et une autre logique pour le prochain budget, le développement et une transformation démocratique du système éducatif autre que les réformes actuellement contestées, la FSU met en perspective le recours à la grève en septembre. En sus de la grève, la possibilité d’une manifestation nationale peut également être étudiée". La FSU a lancé le 27 mai un appel aux autres organisations en ce sens.

Communiqué

 

Un enseignant dénoncé par le FN

Dans une lettre adressée au proviseur du lycée Diderot de Narbonne, le Front National de la Jeunesse de l'Aude dénonce un professeur d'histoire-géographie, Xavier Verdejo. " J'ai été informé à plusieurs reprises que ce professeur tient des propos, durant ses cours, diffamant et insultants à l'égard du Front National, de ses représentants et de ses électeurs", écrit le FNJ dans une lettre ouverte publiée sur son blog. "Je vous demande donc d'intervenir pour que les convictions politiques de ce professeur restent à la porte de votre lycée, mais qu'il ne perde pas de vue que son travail est de transmettre des connaissances sans influencer ses élèves avec ses opinions politiques".

 

Les élèves de X Verdejo lui ont manifesté leur soutien et démenti un etl endoctrinement. Pour X Verdejo, contact épar le Café, "il s'agit d'une attaque antisyndicale, antidémocratique contre l'éducation, la liberté... Il s'agit aussi de l'intrusion d'un parti politique d'extrême droite dans le contenu même d'un cours d'histoire".  Pour ses collègues, X Verdejo "est attaqué pour avoir fait son métier, celui de faire accéder au raisonnement historique les élèves dont il a la charge". Militant CGT, X Verdejo est aussi un historien local. Il vient d'organiser, avec l'université Paris 13, un colloque sur la Commune de 1871 en France. X Verdejo envisage d eporter plainte pour dénonciation calomnieuse contre le FNJ. Bénéficiera-t-il du soutien de sa hiérarchie ?

Article du Midi libre

 

Belgique : Les enseignants empochent 200 euros

Suite à une grève suivie, les enseignants de Wallonie et de Bruxelles ont obtenu le versement d'une prime de fin d'année de 200 euros. Ils ont également sauvé leur dispositif d epré-retraite et al possibilité d epartir en pré retraite à partir de 53 ans sans avoir à suivre en tutorat leurs nouveaux collègues.

Article 7/7

 

 

 

Revenir au sommaire

 

 

L'Assemblée de Corse contre Base élèves

L'assemblée de Corse a adopté le 25 mai une motion condamnant Base élèves. L'Assemblée "s'oppose au fichage numérique des enfants et des jeunes, institué dans l'Education nationale, grâce à l'immatriculation de tous les élèves dans un registre national, parce que les données personnelles des élèves et de leurs familles doivent rester leur propriété et ne doivent pas sortir des établissements scolaires".

La motion

 

Stages de remise à niveau

Près de 2 000 écoliers de l'académie de Nantes ont suivi un stage de remise à niveau. Pour le site académique, "les élèves retirent un bénéfice important de ces stages. Au-delà des progrès tangibles dans l'acquisition des compétences, les enseignants soulignent le renforcement de la confiance et de l'estime de soi que développent les élèves dans ce contexte privilégié. Les élèves sont généralement motivés et assidus. Les parents se déclarent satisfaits du dispositif et suivent souvent les propositions des conseils des maitres pour inscrire leur enfant". L'efficacité de ces stages reste cependant à établir.

Communiqué

 

 

Revenir au sommaire

 

 

De retour de forum

Amandine Terrier et Bertrand Formet ont remporté le grand prix du forum des enseignants innovants de Lyon avec leur projet « twitter, un réseau social au cycle 3 ». Un empêchement de dernière minute avait consigné Amandine chez elle à Crotenay dans le Jura. Elle a suivi par le biais de Twitter et les messages de Bertrand le déroulement du forum. Quand l’annonce du prix s’est affichée sur son ordinateur, elle n’en a pas cru ses yeux. Ce n’était que le début d’une semaine folle.

Lisez l'article du Café

 

 

 

A quoi sert une bibliothèque ?

" A quoi sert une bibliothèque ? »... La question peut sembler à la fois évidente et provocante..., mais elle amène à explorer certaines dimensions rarement creusées concernant la place que tient une bibliothèque dans la cité : outil de communication, espace urbain structurant et pôle d'attractivité, lieu de sociabilité et porteur de valeurs sociales affirmées."

Dans le Café mensuel

 

 

 

 

Vous aussi, devenez établissement partenaire du Café pédagogique !

Le Café propose aux établissements de devenir partenaires du Café. Directeurs, chefs d'établissement, en devenant partenaire vous bénéficiez d'une lettre d'information exclusive et de la mise en valeur de vos événements. Documentalistes vous recevrez de nouveaux services pour votre CDI. Découvrez notre nouvelle offre strictement réservée aux établissements d'enseignement.

L'offre établissements

 

 

Revenir au sommaire

 

 

50ème Congrès Freinet

"Plus que jamais, ce congrès sera le congrès des groupes de travail du Mouvement Freinet : groupes départementaux, groupes de recherche et d'approfondissement des pratiques, secteurs et chantiers de production", annonce le programem du 50ème congrès international Freinet à Villeneuve d'Ascq du 23 au 26 août. Parmi les intervenants, signalons Philippe Meirieu, Nicolas Go, Laurent Ott.

Le programme

 

 

Revenir au sommaire

 

 

L'étoile jaune

L'USC Shoah Foundation Institute propose une leçon complète sur le port de l'étoile jaune en France durant la seconde guerre mondiale. La leçon, intégralement en français, s'appuie sur une vidéo facilement et légalement téléchargeable. Des documents pédagogiques accompagnent la vidéo. A voir !

La leçon

 

 

Revenir au sommaire

 

 

Maths : 12ème salon Culture et Jeux Mathématiques

"Mathématiques et chimie". C'est sous ce thème que, du 26 au 29 mai, le Centre universitaire Jussieu, à Paris, a accueilli le 12ème Salon Culture et Jeux Mathématiques. Placé sous le parrainage de Cédric Villani, médaillé Fields 2010, le salon "connaît un succès grandissant", nous a confié Marie-José Pestel, sa présidente. Il participe au festival « Sciences sur Seine 2011 », organisé par la Mairie de Paris, et piloté par la CIJM.

Lisez l'article du Café

 

Simulations en SVT

La revue du CNDP L'école numérique de juin publie un dossier dédié aux simulations en SVT. Scilab, jeux, plusieurs articles proposent des approches pédagogiques de la simulation dans une discipline scientifique.

Le sommaire

 

Antigone : Un nouveau site pour aborder le théâtre

Le site antigone-enligne propose sur internet, à destination des enseignants et des élèves,  des scènes importantes d'une même pièce dans trois ou quatre mises en scène différentes. L'interface du site permet de les comparer,  de les relier au texte de la pièce, d'accéder à des notes et documents complémentaires. Deux pièces, Tartuffe et L'Illusion comique, sont d'ores et déjà disponibles à travers sept mises en scène. D'autres pièces seront ultérieurement mises en ligne : Les Fourberies de Scapin, On ne badine pas avec l'amour, Hamlet, La Cantatrice chauve...  Le site prévoit à terme de présenter une vingtaine de pièces du répertoire classique, soit plus de 70 mises en scène et environ 400 documents.

 

"Chacun pourra (...) grâce à ce site novateur, s’affranchir des contraintes de l’espace et du temps pour assister, presque simultanément, à plusieurs représentations d’une même œuvre.Ainsi, comparés, les décors et les costumes, les mouvements scéniques et le jeu des acteurs voulus par Benno Besson, Eric Louis, Stéphane Braunschweig ou Brigitte Jaques pour leur Tartuffe feront découvrir aux élèves les éléments constitutifs du théâtre, leur donneront accès à l’esthétique de grands metteurs en scène et à différentes interprétations d’une même œuvre", écrivent Patrick Laudet et Denis Lejay en guise de présentation de ce site particulièrement stimulant. Les enseignants y trouveront des documents peu accessibles, les élèves y enrichiront leur réflexion sur la représentation théâtrale, tous y exploiteront avec bonheur, grâce à la démarche comparatiste adoptée, la capacité d'internet à donner du sens en faisant des liens.

Antigone

 

 

Revenir au sommaire

 

le Cafe

 

Les anciens Expresso ?

Voir L'Expresso précédent

Les archives complètes de L'Expresso

 

L'Expresso directement sur votre site !

Vous nous l'avez demandé par téléphone, par courriel, par fax : comment   afficher sur mon site personnel les informations quotidiennes de L'Expresso ? Le webmestre du Café vous propose deux solutions simples qui nécessitent juste le copier-coller de quelques lignes.

 

Vous pouvez ainsi faire bénéficier les visiteurs de votre site  d'une information quotidienne et leur permettre d'être les premiers informés dans leur établissement.

Les conseils du webmestre

 

RSS : Le retour

Le changement de plate-forme avait mis à mal les fils RSS du Café. Ils sont  maintenant pleinement rétablis. Vous pouvez vous abonner aux flux simplement en cliquant sur l'icône RSS en bas de page. Et cela pour chaque rubrique du Café.

 

Participer au Café ?

Il y a bien des façons d'aider le Café : lui manifester son soutien, lui apporter son obole, lui passer des informations. Il y a aussi écrire dans le Café. Si vous vous retrouvez dans les orientations du Café, si vous souhaitez participer à une aventure unique de mutualisation, contactez-nous !

 

Le Café en chiffres

Le Café pédagogique compte plus de 150 000 abonnés à ses différentes éditions. Au mois de mai 2007, nous avons reçu 611 728 visiteurs qui ont généré plus de 28 millions de hits.

 

Le Café à la carte

Si vous découvrez Le Café Pédagogique, sachez que vous pouvez recevoir chez vous, dès parution et gratuitement, "L'Expresso", le flash quotidien d'actualité pédagogique et toutes les éditions du Café pédagogique.

Pour s'abonner

 

Revenir au sommaire

 

Par fjarraud , le lundi 30 mai 2011.
En direct du forum
Entre 800 et 1250 euros pour les enseignants encadrant des professeurs stagiaires ou des étudiants
- Les enseignants du premier degré, tuteurs d'enseignants stagiaires du premier degré, ne touchaient rien... (ou presque selon les départements). Quel est le second terme de la devise inscrite au fronton des établissements scolaires, qu'ils...
Le Se-Unsa demande des perspectives de revalorisation
- Pour avoir comparé mon salaire net annuel (de professeur des écoles) à celui d’un ami professeur en Lycée Pro (donc pas agrégé), même échelon, même ancienneté, nous arrivons à une différence avoisinant les 10 000 euros à l’année (bulletin de paie à...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces