L'Expresso du 14 Octobre 2011 

 

  Par François Jarraud

 

LE FAIT DU JOUR

Repérage en maternelle : Le ministère s'explique...…

ÉDITORIAL

Suppression des notes : Qu'en pensent élèves et parents ?

LE SYSTEME

Qui sont les parents délégués ? l Election des délégués parents : Comment le ministère accueille l'événement... l Election : Couacs en tous genres l Formation des enseignants : Relance de la mission Grosperrin l La scolarité obligatoire à 3 ans examinée par le nouveau Sénat l L'enseignement agricole privé laboratoire de la RGPP  l Les programmes de terminale au B.O. l Sénégal : Des locaux scolaires et de l'égalité des chances l Une semaine dans L'Expresso.

L’ÉLÈVE

Sortir : Exposition Maori l Les bacs pro.

LA CLASSE

Apprendre c'est vivre !  l Les conférences d'Educatice l 20 Octobre : Le retour de La Grande Lessive l Le lycée Liberté fête la science.

LA RECHERCHE

CEMEA : Regroupement national du 23 au 26 octobre l Stages Freinet du 24 au 27 octobre l Crise et/en éducation…

CITOYENNETE

L'accès aux soins des plus démunis en 2011.

LES DISCIPLINES

Science Factor  l Histoire-Géo : Séminaire de didactique l Bachibac : Programme et épreuves.

 

 

 

Repérage en maternelle : Le ministère s'explique

"Il n'y a aucune contrainte". Interrogé par le Café le 13 octobre, René Macron, chef du bureau des écoles au ministère éclaire pour nous les conditions de publication et le contenu de la fameuse évaluation exigée en grande section de maternelle. On l'a mal compris : le ministère n' envisage pas de rendre ses outils obligatoires, encore moins de ficher les  élèves. Mais il est certain de proposer la seule bonne méthode... Pour les adversaires de ce projet il s'agit d'un "premier recul". Ainsi, pour le SE-Unsa, les critiques vis-à-vis du dispositif restent valables... L’imposition d’une véritable « pression scolaire » dès 5 ans est insupportable".

 

Quelles sont les finalités de ce dispositif ?

 

 Il s'agit de prévenir les difficultés d'apprentissage de la lecture chez ces enfants d'école maternelle. Nous savons aujourd'hui que les élèves qui risquent d'avoir des difficultés d'apprentissage de la lecture sont les mêmes que ceux qui au début de la grande section ont des difficultés à apprendre et à maitriser la conscience phonologique. D'où l'idée, née de plusieurs études, que pour prévenir des difficultés il y a intérêt à apporter des aides grâce à une pédagogie particulière à des enfants de grande section qui ont du mal à maitriser la conscience phonologique. On propose de fournir aux enseignants deux outils : un outil de repérage et un outil d'aide à la conception de modules pédagogiques adaptés pour aider ces élèves.

Lisez la suite de l'entretien

 

 

N’hésitez pas à réagir sur les actualités qui vous interpellent, comme sur la plupart des articles du Café en vous rendant dans le forum correspondant (menu de droite).

Pour pouvoir réagir, il faut préalablement s’être inscrit sur le site et être identifié. À très vite !

 

L'Éditorial de Jean-Louis Auduc

 

Suppression des notes : Qu'en pensent élèves et parents ?

De plus en plus d’établissements expérimentent sur la base du volontariat des enseignants dans une ou plusieurs classes une évaluation des connaissances et des compétences des élèves sans notation chiffrée. C’est le  cas du collège lou Redounet à Uzès dans le Gard où l’équipe enseignante en charge d’une classe de 6e l’a mené en 2010-2011 et la poursuit en classe de 5e. A l’occasion d’une formation que j’effectuais dans cet établissement, j’ai pu rencontrer les enseignants concernés qui m’ont remis une enquête effectuée en juin 2011 auprès des élèves et des familles de la classe où avait eu lieu l’expérimentation. Cette enquête m’a paru assez intéressante et contrastée pour être partagée.

 

Elle révèle une certaine inquiétude des élèves lorsqu’ils ont appris en septembre 2010 qu’ils feraient leur 6eme dans une classe sans notes : Comment cela va se passer ? Le questionnement des élèves concernant leur travail montre que globalement, ils ont pu travailler avec moins de stress ; ils reconnaissent avoir fourni des efforts là où apparaissaient des faiblesses ; il leur apparaît qu’ils ont autant travaillé que les autres années et qu’ils n’ont pas relâché leur travail. Par contre la question « cela t’a gêné de ne pas savoir où tu te situais dans  la classe » a recueilli plus de oui que de non.

 

Le positionnement de l’élève par rapport à de telles expérimentations apparaît décisif. L’élève qui arrive au collège dans une société où les codes sociaux et médiatiques commandent d’être matures de plus en plus tôt, se sent au collège dans un espace qu’il ressent comme n’étant plus celui de l’enfance, même s’il ne sait pas toujours dans une société sans rite collectif de sortie de l’enfance, ce qu’il est lui-même.

 

Les notes peuvent revêtir un caractère initiatique qui confirme qu’on est entré dans l’adolescence. C’est ce que semble indiquer un élève dans l’enquête qui déclare « Les autres disent que c’est comme au CE2 »……..et qui exprime ainsi son souhait de se sentir vraiment au collège comme un adolescent et plus l’enfant de l’école. C’est sans doute une des raisons qui expliquent que 30% des élèves répondent "non" à la poursuite de l’expérience en 5e. Il y a là dans le domaine de la construction de la personnalité et de l’estime de soi un travail important à mener pour que ces classes n’apparaissent pas celles des « enfants prolongés ». Cela passe par des rites collectifs de passage assumés qui évitent les rituels de substitution comme peuvent l’être au collège la notation ou les sanctions comme l’a montré Sylvie Ayral « La Fabrique des garçons » 

 

Les élèves indiquent également qu’avec ce type d’évaluation les relations avec les enseignants, les autres élèves de la classe et les parents ont été plus détendues. L’ambiance  de la classe a été globalement jugée bonne. Cette enquête  montre que les élèves ne se sont donc pas sentis gênés par rapport à leur travail scolaire, qu’ils l’ont plutôt effectué plus détendu que d’habitude et avec de bons résultats. Les résultats sont donc extrêmement positifs concernant la quantité du travail scolaire effectué et la qualité des résultats obtenus. Les seuls problèmes apparus ressortent de ce que j’appellerai les représentations du métier d’élève à l’âge où le jeune s’interroge sur son identité. Pour une pleine réussite de cette démarche, cette donnée, certes minoritaire dans les réponses mais bien présente, est à prendre en compte.  

 

Du coté des parents... Si une majorité de parents étaient dans l’expectative lors de la rentrée 2010 de cette classe, il apparaît que pour une grande majorité de parents l’évaluation des compétences sans notation chiffrée leur a permis de se rendre compte clairement du travail de leur enfant et des résultats. Les parents jugent également cette démarche a été positive pour leur enfant qui « a travaillé et progressé ». Ils demandent cependant plus de réunions de bilan de la classe. Les parents sont quasi unanimes à demander que leur enfant poursuive l’expérience en 5eme. Les familles se sont donc senties en phase avec une démarche d’évaluation qui leur a permis « de mieux cerner le travail de leur enfant ».   

 

Cette enquête parallèle : élèves, familles avec ses différences et ses points communs montre que la question de l’évaluation peut être un sujet travaillé avec les familles pour donner du sens à l’école et qu’il n’est pas besoin de la notation chiffrée pour que les élèves apprennent à travailler et prennent conscience de leurs réussite et de leurs faiblesses.

 

Jean-Louis Auduc

 

 

Revenir au sommaire

 

 

Qui sont les parents délégués ?

C'est une des plus importantes élections et pourtant elle est annuelle. Le 14 ou le 15 octobre, près de 15 millions de parents d'élèves vont désigner leurs délégués dans une certaine discrétion : la campagne promotionnelle consacrée à cet événement est des plus modestes... Ces contradictions témoignent d'un fait bien connu : la difficulté qu'a l'école française à accepter les parents. Pourtant des milliers de parents se portent cette année encore candidats. Ils vont s'investir dans une mission qui demande des connaissances techniques et de sérieuses compétences humaines pour se faire accepter. Qui sont ces gens ? Quelles sont leurs motivations ? Comment s'organise le dialogue avec les enseignants et l'administration ? Agnès van Zanten, sociologue, auteur de "Choisir son école" et de "L'école de la périphérie" dénude leurs aspirations, leurs contradictions et les conflits qui font vivre les associations de parents.

 

Peut-on dessiner un profil type du militant des associations de parents d'élèves ?

 

Il y a une sur représentation des catégories sociales supérieures, avec un profil qui est différent d'une association à l'autre. Les militants Fcpe appartiennent plutôt à la classe supérieure du pôle intellectuel. Ils sont proches du monde de l'école et s'investissent à la fois sur un plan instrumental, pour améliorer al scolarité de leur enfant, mais aussi avec une visée de justice sociale. Il y aussi des catégories supérieures du pôle économique qui vont s'investir davantage avec des visées instrumentales plus individualistes. Enfin il y a des personnes des classes moyennes du pôle culturel, proches de l'école : enseignants, conjoints d'enseignants. Ils s'investissent avec des considérations sur le climat de l'école, et des visées de justice sociale. On a une petite fraction de classes populaires, plutôt des employés, en ascension sociale et proches de l'école.

Lisez la suite de l'entretien

 

Election des délégués parents : Comment le ministère accueille l'événement...

Dans un communiqué, Luc Chatel "rappelle l'importance qu'il accorde à la place et au rôle des parents d'élèves au sein du système éducatif". Mais cette année encore, la campagne promotionnelle des élections des délégués des parents d'élèves est au plus bas. Le ministère accompagne cette élection de publications qui éclairent un peu la position de l'Ecole sur la place des parents.

 

D'un coté la Dgesco met en ligne un guide sur "L'exercice de l'autorité parentale en milieu scolaire". Il s'agit d'un guide juridique destiné aux parents divorcés et séparés pour qu'ils respectent la réglementation en matière scolaire. Elle affirme que " de bonnes relations entre l’École et les parents constituent un enjeu important pour l’éducation nationale" mais évoquent davantage les devoirs des parents que ceux de l'institution. Pourtant on sait que la transmission des documents aux deux parents , par exemple, n'est pas encore un automatisme partout.

 

De l'autre,  la Dgesco présente l'expérience de la mallette des parents, un dispositif créé pour aider les parents à mieux connaître le collège. " En 2010-2011", écrit la Dgesco, "1300 collèges participaient au dispositif, avec les parents des élèves de sixième. Soit un collège sur quatre... Parmi les effets positifs de l'expérimentation, on relève l'amélioration du climat scolaire et l'augmentation du nombre des représentants des parents aux conseils de classe".

 

Cette avancée réelle ne doit pas occulter que , depuis 2006, année ou X Darcos a imposé deux rencontres parents - enseignants par an, aucun droit supplémentaire n'a été accordé aux parents dans l'institution scolaire. Par exemple, aucun ministre n'a redonné aux parents la représentation qu'ils avaient dans les conseils de discipline avant que F Fillion la diminue. Si depuis des instances nouvelles ont été crées, comme le conseil pédagogique, c'est toujours en ignorant les parents.

 

Luc Chatel n'aura pas été le ministre qui donne aux parents la place qu'ils ont chez nos voisins. Il est vvrai qu'une politique d'empowerment des parents ne serait pas sans risques. Plusieurs enquêtes montrent que les parents condamnent les suppressions de postes dans l'enseignement.

Brochure parents divorcés

La mallette

 

Election : Couacs en tous genres

Combien d'enseignants n'auront pas pu voter à l'occasion de ces premières élections électroniques ? Didier, enseignant en centre de détention, nous signale qu'il n'a pu obtenir son mot de passe. Patrick, lui, n'a pas réussi à voter parce qu'avec son Mac les boutons ne marchent pas... Pour les syndicats de "l'union républicaine pour l'école", " le phénomène est d’ampleur, puisque dans une académie au moins  une  catégorie entière d’électeurs est absente des listes". Dominique Thoby, du Se-Unsa, estime qu'environ un millier d'enseignants, souvent détachés, n'ont pu voter parce qu'ils étaient mal repérés par els rectorats et les inspections académiques.  

 

Formation des enseignants : Relance de la mission Grosperrin

Marie-Hélène Amiable, député communiste, signale la curieuse renaissance de la mission Grosperrin sur la formation des enseignants. " Cette mission avait pourtant terminé ses travaux le 29 juin dernier, peu avant que son rapport soit enterré par la commission des affaires culturelles et de l'éducation de l'Assemblée nationale. Avec l'opposition, j'avais en effet réussi à repousser ce texte inacceptable, qui tirait prétexte de l'échec de la masterisation décidée par Nicolas Sarkozy pour avancer une vingtaine de propositions destinées à parachever l'entreprise de démolition du service public d'éducation. Parmi celles-ci figuraient notamment la suppression du concours enseignant !", écrit-elle. Or le 20 octobre, la mission organise une audition pour 5 experts. POur MH Amiable, " cette opération politique (est) probablement destinée à relancer la campagne du président de la République et de l'UMP sur la question éducative".

Sur le rapport Grosperrin

 

La scolarité obligatoire à 3 ans examinée par le nouveau Sénat

La proposition de loi déposée par la sénatrice socialiste Françoise Cartron fixant la scolarité obligatoire à partir de 3 ans sera examiné epar le Sénat le 3 novembre. Elle établit que " l'école maternelle joue un rôle primordial dans la réduction des inégalités sociales dès lors qu'elle accueille les enfants dès le plus jeune âge, particulièrement dans les territoires ruraux ou urbains sensibles" et que " la scolarisation précoce a un impact déterminant sur l'ensemble du parcours de l'élève et constitue un moyen « préventif » de lutte contre l'échec scolaire". Déposée le 15 avril dernier, la proposition de loi avait peu de chances d'aboutir compte tenu d ela composition du Sénat à cette époque. Elle sera examinée par une assemblée qui , depuis, a basculé à gauche. Elle pourrait être adoptée par le Sénat. Resterait alors à affronter l'Assemblée nationale.

L aproposition

 

L'enseignement agricole privé laboratoire de la RGPP

Le 13 octobre, l'ensemble des syndicats d'enseignants u privé (Fep Cfdt, Cftc, Spelc, Cgt et Cgc) ont boycotté la réunion du CNEA. Ils dénoncent le manque de 600 postes alors que le gouvernement réclame la suppression de 112 postes à la rentrée 2012.

 

La protestation des syndicats est aussi l'occasion d'observer comment l'enseignement catholique et le ministère de l'agriculture gèrent la pénurie. Les syndicats craignent "la réduction des heures de cours dispensées aux élèves", comme le demande le secrétariat général de l'enseignement catholique. Ils soulignent que "l'annualisation des services (autre demande du SGEC) a été détournée de ses objectifs pour simplement demander toujours plus d'heures de travail à une majorité d' enseignants, trop souvent21 à 24h par semaine pour un temps plein.

L'enseignement catholique et al réforme structurelle

 

Les programmes de terminale au B.O.

Le B.O. spécial n°8 du 13 octobre publie les programmes de terminale d'ECJS, histoire-géo (en Es et L et en S), maths (en ES, L et S), SES, littérature, SVT et physique-chimie en S,. S'y ajoutent les programmes des enseignements de spécialité Droit et grands enjeux du monde contemporain et ISN. Le B.O. publie aussi plusieurs programmes des nouvelles séries STL et STI : maths en STL et STI, physique-chiie en STI et STL, chilie biochimie, biotechnologies, SPC en laboratoire et maths en série arts appliqués.

Le B.O. spécial

 

Sénégal : Des locaux scolaires et de l'égalité des chances

Dans le secteur de l'éducation de Sédhiou, au Sénégal, 61% des établissements scolaires sont constitués d'abris provisoires, relève le quotidien Wal Fadjri. C'est particulièrement vrai pour les collèges : la montée en puissance de l'enseignement secondaire s'accompagne de l'ouverture de locaux provisoires. " Ces abris provisoires, qui sont dépourvus d'électricité, d'eau courante et de toilettes, violent le principe de l'égalité des chances entre les élèves", écrit Wak Fadjri. "En effet, ces élèves ne peuvent pas profiter des ordinateurs et de certains matériels de reprographie, entre autres. En outre, ces élèves démarrent tardivement l'année scolaire et ferment avant tout le monde, ce qui grève beaucoup le quantum scolaire".

Article de Wal Fadjri

 

Une semaine dans L'Expresso

Retrouvez les articles les plus vus de la semaine du 7 au 13 octobre

Ces collèges qui ont supprimé les notes...

Recrutement d’enseignants : un niveau jamais atteint

Enseignement : Crise de recrutement confirmée

Des élections professionnelles à surprises ?

Un projet de fichage des écoliers de maternelle mobilise syndicats et parents

Formation des enseignants : Un nouveau rapport veut en finir avec la masterisation

une riche journée

Le Snuipp lance une campagne pour l'égalité des écoles

Denis Meuret : Evaluer le socle commun : Comparaison franco - américaine

Compétences, individualisation : les apprentissages de la formation pour adultes

Collège : Découvrez les métiers du numérique avec le concours Onisep - Syntec

Colloque sur le cahier de texte numérique : L'ENT rempart de l'Ecole ?

Olympiades des métiers : Chut, compétition en cours

Olympiades des métiers : Londres 2011 : la fin de l'épreuve

20 Octobre : Le retour de La Grande Lessive

La Peep décerne un avertissement à Luc Chatel

Emotions garanties au Musée Maillol qui présente "Pompéi, un art de vivre"

Qui enseignera en Droit et enjeux du monde contemporain et ISN en terminale ?

 

 

 

Revenir au sommaire

 

 

Sortir : Exposition Maori

Tatouage, haka, physique impressionnant. Les Maoris sont connus à travers quelques clichés d'actualité. L'exposition "Maori, leurs trésors ont une âme", présentée au musée du quai Branly à Paris jusqu'au 22 janvier 2012, offre un panorama de la vivacité de la culture et des traditions maories, à travers 250 oeuvres des collections du musée national Te Papa Tongarewa de Nouvelle Zélande.

Lisez l'article sur cette exposition

 

 

 

 

Les bacs pro

La rénovation du bac professionnel est sans doute le grand succès de Luc Chatel. Le bac professionnel est devenu une véritable voie vers l'enseignement supérieur. La session 2011 a montré un net accroissement des candidats. C'est une des raisons pour mieux connaître la voie professionnelle d'autant qu'elle éclate en un nombre impressionnant de bacs différents. L'Onisep publie une nouvelle brochure qui décrit précisément chaque diplôme : objectifs, débouchés en terme de métier et de poursuite d'études, accès à la formation, programmes des enseignements, examen. Un outil indispensable aux familles qui utilisent cette voie pour accéder directement à l'emploi ou comme un chemin pratique pour accéder à un BTS.

Les bacs pro. Collection Diplômes. Onisep.

Commander

 

 

Revenir au sommaire

 

 

Apprendre c'est vivre !

Sous ce titre, ce gros numéro du Nouvel Educateur regroupe à la fois des réflexions sur les apports des idées de Freinet aux processus d'apprentissage et de nombreuses contributions sur des pratiques de classe.     On retrouve Sylvain Connac pour un article sur la coopération et les apprentissages ou Claire Heber Suffrin, par exemple. Les pratiques couvrent l'enseignement primaire mais aussi le collège. A noter une réflexion sur le "copier coller". Plutôt que lutter frontalement contre, des enseignantes montrent comment l'utiliser à des fins éducatives. Cela passe par une réflexion sur le questionnement dans les recherches.

Le Nouvel Educateur n°204

Le sommaire

 

Les conférences d'Educatice

Le programmes des conférences d'Educatec - Educatice est publié. Du 23 au 25 novembre, le salon sera le grand rendez-vous des enseignants, cadres de l'éducation, chercheurs et entreprises intéressés par les TIC dans l'éducation. Le Café pédagogique, partenaire du salon, animera deux conférences : une sur les jeux sérieux le 23 novembre et une autre sur les mobiles le 24. Vous pouvez dès maintenant réserver votre invitation gratuite.

Le programme des conférences

Inscrivez vous

Les bonnes raisons de visiter Educatec Educatice

 

20 Octobre : Le retour de La Grande Lessive

Le 20 octobre 2011, La Grande Lessive® passera par l’école à Tahiti et ailleurs, par le collège, le lycée et l’IUFM, le centre social, l’hôpital, la maison de retraite,  un quartier ou une ville ici et là, des bibliothèques à Genève et Monaco, le Musée de l’Or de Bogota, et par des centaines d’autres lieux. Le Café vous invite à participer à ce projet totalement fou qui crée, par sa dimension artistique, du lien entre les hommes.

 

La Grande Lessive® est le titre d’une installation artistique éphémère qui se déploie, en France et  partout dans le monde où quelqu’un décide de l’initier en respectant ses principes. Depuis sa création, fin 2006 à l’initiative de Joëlle Gonthier, plasticienne, cette installation s’est déployée dans au moins 56 pays et a rassemblé plusieurs centaines de milliers de personnes, de tous âges et de toutes conditions. En 2010, le Musée de l’Or de Bogota en Bolivie et la Bibliothèque nationale de France l’ont organisée.  Cette année, le musée de l’Or l’organise à nouveau.

Lisez la suite de l'article

 

Le lycée Liberté fête la science

Du 12 au 15 octobre, le lycée Liberté à Romainville (93), lycée des métiers du laboratoire et de la santé, fête la science avec un programme d'activités très ambitieux et une question : "l'accès aux médicaments, quels enjeux scientifiques, sociaux, éthiques et culturels ?".

 

Deux tables rondes sont organisées le jeudi 13 octobre sur la prévention et le vendredi 14 sur l'innovation en santé en partenariat avec le parc scientifique Biocitech. Samedi 15 octobre, de 9 à 12 heures, le lycée vous accueille avec "Expériences sur tous". Elèves et professeurs vous feront fabriquer du paracétamol, réaliser des antibiogrammes, découvrir la vie sous le microscope. Un rendez-vous à ne pas manquer.

Le programme

 

Vous aussi, devenez établissement partenaire du Café pédagogique !

Le Café propose aux établissements de devenir partenaires du Café. Directeurs, chefs d'établissement, en devenant partenaire vous bénéficiez d'une lettre d'information exclusive et de la mise en valeur de vos événements. Documentalistes vous recevrez de nouveaux services pour votre CDI. Découvrez notre nouvelle offre strictement réservée aux établissements d'enseignement.

L'offre établissements

 

 

Revenir au sommaire

 

 

CEMEA : Regroupement national du 23 au 26 octobre

Les CEMEA organisent le regroupement national de leur secteur Ecole à Toulouse du 23 au 26 octobre. La journée du 24 sera consacrée au projet de l'école Calas Dupont de Toulouse avec les regards croisés de Daniel Amedro   et Bruno Fondeville . Le 25 une table ronde se situera dans la perspective des présidentielles avec une table ronde politique.

 

Stages Freinet du 24 au 27 octobre

Plusieurs stages sont au menu de cette rencontre qui aura lieu à La Côte Saint André (Isère) du 24 au 27 octobre. Ils concernent le démarrage en pédagogie Freinet de la maternelel au lycée, les maths, pratiques sonores et musicales, approfondissement en français ainsi que des stages de production.

Le programme

 

Crise et/en éducation

L’équipe « Crise, École, Terrains sensibles » du Centre de Recherche en Éducation et en Formation (CREF – EA 1589) et l’AECSE (Association des Enseignants et Chercheurs en Sciences de l’Education) s’associent pour organiser un colloque thématique autour de la question « Crise et/en éducation ». Ce colloque se tiendra à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense les vendredi 28 et samedi 29 octobre 2011.

 

" À l’école, c’est comme autant de manifestations ou de symptômes de la « crise » que sont représentés le quotidien des « incidents » dans des établissements, les difficultés accrues des enseignants dans l’exercice du métier, particulièrement sur les plans de l’autorité et de l’efficacité didactique, ou les nouvelles et multiples formes de « décrochage » des élèves", expliquent les organisateurs du colloque. "En secteur socio-éducatif, on parle de même spontanément en termes de « crise » pour dire les difficultés d’accueil des publics dans les structures, le décalage entre les objectifs politiques annoncés et les résultats constatés sur le terrain, et l’échec des dispositifs à enrayer les processus de ségrégation, voire de ghettoïsation sociale de certains territoires et populations. Enfin, la « crise » désigne les différends et les nouvelles formes d’incompréhension qui se produisent au sein de relations et des processus éducatifs intrafamiliaux et intergénérationnels. En cela, elle permet régulièrement de repérer et de penser des phénomènes inédits et des situations qui déconcertent l’intelligence et la compréhension collective".

 

Le colloque s'articule entre 3 grands conférences le vendredi 28 octobre : François Dubet, Jacques Pain et Michel Watin. Le samedi 29 deux tables rondes sur "la crise de la diffusion de la recherche auprès des professionnels de l'école" et "la crise de la diffusion auprès des partenaires de l'école"  réuniront des acteurs importants (P Meirieu, AS Benoit, P Goémé etc.) et des chercheurs (A Marchive etc.).

Inscrivez vous

 

 

Revenir au sommaire

 

 

L'accès aux soins des plus démunis en 2011

Dans la perspective de la Journée du refus de la misère, le 17 octobre, Médecins sans frontières fait un bilan alarmant de la situation médicale des plus pauvres. Pour MSF, " une étape supplémentaire a été franchie en 2010/2011 dans le rejet des plus vulnérables hors du système solidaire d’accès aux soins. A la crise économique qui se traduit par une recrudescence de la pauvreté s’ajoute une réponse publique plus sécuritaire que sociale".

Le document MSF

 

 

Revenir au sommaire

 

 

Science Factor

Le concours Science Factor a pour objectif d’enrayer la désaffectation des jeunes pour la science, et d’intéresser les filles aux filières scientifiques et techniques. Lancé sur Facebook, le concours est parrainé par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, le Ministère de l’Education nationale, Universcience, en partenariat avec Orange et le Syntec.  Les lycéens ont jusqu’au 15 décembre 2011 pour participer, en s’inscrivant sur la page Facebook de Science Factor, après s’être constitués en équipes de quatre. Ils doivent décrire le projet, la découverte ou la recherche qu’ils aimeraient entreprendre s’ils étaient déjà diplômés d’une filière scientifique.

Sur Facebook

 

Histoire-Géo : Séminaire de didactique

Caroline Leininger-Frézal, maitre de conférences à Paris 7, met en place un séminaire de didactique de l'histoire-géographie. La prochaine séance aura lieu le 19 octobre avec une intervention de S Genevois sur les outils géomatiques.

Contact

 

Bachibac : Programme et épreuves

Le B.O. du 13 octobre publie le programme de littérature espagnole au Bachibac 2012 et 2013. Le même numéro définit les épreuves d'histoire-géo et de littérature espagnole.

Au B.O.

Au B.O.

 

 

Revenir au sommaire

 

le Cafe

 

Les anciens Expresso ?

Voir L'Expresso précédent

Les archives complètes de L'Expresso

 

L'Expresso directement sur votre site !

Vous nous l'avez demandé par téléphone, par courriel, par fax : comment   afficher sur mon site personnel les informations quotidiennes de L'Expresso ? Le webmestre du Café vous propose deux solutions simples qui nécessitent juste le copier-coller de quelques lignes.

 

Vous pouvez ainsi faire bénéficier les visiteurs de votre site  d'une information quotidienne et leur permettre d'être les premiers informés dans leur établissement.

Les conseils du webmestre

 

RSS : Le retour

Le changement de plate-forme avait mis à mal les fils RSS du Café. Ils sont  maintenant pleinement rétablis. Vous pouvez vous abonner aux flux simplement en cliquant sur l'icône RSS en bas de page. Et cela pour chaque rubrique du Café.

 

Participer au Café ?

Il y a bien des façons d'aider le Café : lui manifester son soutien, lui apporter son obole, lui passer des informations. Il y a aussi écrire dans le Café. Si vous vous retrouvez dans les orientations du Café, si vous souhaitez participer à une aventure unique de mutualisation, contactez-nous !

 

Le Café en chiffres

Le Café pédagogique compte plus de 150 000 abonnés à ses différentes éditions. Au mois de mai 2007, nous avons reçu 611 728 visiteurs qui ont généré plus de 28 millions de hits.

 

Le Café à la carte

Si vous découvrez Le Café Pédagogique, sachez que vous pouvez recevoir chez vous, dès parution et gratuitement, "L'Expresso", le flash quotidien d'actualité pédagogique et toutes les éditions du Café pédagogique.

Pour s'abonner

 

Revenir au sommaire

 

Par fjarraud , le vendredi 14 octobre 2011.
En direct du forum
Brissiaud : La lecture et l'evidence based education
- De Rémi Brissiaud à Franck RamusLa conférence de Brian Butterworth est disponible (lien dans l'article) et l'on dispose même d'une traduction simultanée en français. Le sens général de son discours est sans aucune ambiguïté : il s'agit de...
7ème Forum des enseignants innovants : Dernier jours !
- L'innovation pédagogique est soutenu par l'éducation nationale!! quel blague, je suis enseignant de maths et je veux simplement ne plus faire de transmissif, de pivilégié le socio-constructivisme (et tous ce qui va avec),et bien en 1 an...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces