L'Expresso du 2 Décembre 2011 

 

  Par François Jarraud

 

LE FAIT DU JOUR

Handicap : Une Journée pour "sensibiliser" qui ?

Christel Prado (Unapei) : "Faire tomber les peurs"…

ÉDITORIAL

Relancer l’attractivité du métier enseignant

LE SYSTEME

Flash spécial : Le SGEN CFDT suspend son appel à la grève du 15 décembre

Le DIF au B.O. l ANDEV : Politique éducative locale : un collectif à construire l Sarkozy maintient la règle du un poste sur deux l Chatel éreinté au Sénat l Formation des enseignants : Les syndicats veulent une négociation l Le retour du rapport Grosperrin l Le Snuipp demande le renouvellement du Pass Education  l Le ministre vante la loi sur l'absentéisme l ERS : Bilan satisfaisant selon Chatel.

L’ÉLÈVE

Sortir : La Cité interdite au Louvre l Tout sur la cantine.

LA CLASSE

Sciences : Entre enseignement et vulgarisation l Du « stylo Bic » aux tableaux numériques, pour qui ? Pour quoi ?...

LA RECHERCHE

Regards sur l'enfance  l La professionnalisation en débat l Les Rencontres des acteurs de l'éducation en Seine-Saint-Denis …

LES DISCIPLINES

Prévenir la transmission du Sida l LEM : Langage en maternelle l Les spermatozoïdes passés au micro onde.

 

 

 

Handicap : Une Journée pour "sensibiliser" qui ?

Vendredi 2 décembre, l'Education nationale lance la première "Journée nationale de sensibilisation au handicap". Une bonne idée, vantée avec force par Luc Chatel. Mais où en est-on réellement dans l'application de la loi de 2005 sur la scolarisation des enfants handicapés ? Qui va réellement célébrer cette Journée ?

 

"Une journée bidule" ? "Les recteurs, les inspecteurs d'académie et tout l'encadrement se mobilisent pour que dans chaque école, chaque établissement scolaire, un temps soit consacré à ce sujet", affirme le ministère. Vendredi 2 décembre, si l'on en croit la rue de Grenelle, l'éducation nationale collaborera toute entière avec ce nouvel événement. Pour Luc Chatel, qui fêtera cette Journée à Chaumont,  il s'agit "de changer notre regard collectif sur le handicap, faire connaître les multiples actions au quotidien menées conjointement par la communauté éducative et les associations". Celles-ci, à coup sûr, attendent cette journée, comme en témoigne Christel Prado, présidente de l'Unapei. "On a tellement milité pour et depuis si longtemps", nous confie-t-elle.  Mais le ministère de l'éducation a oublié de l'inviter à Chaumont...  Les syndicats de l'éducation nationale  doutent fort de la mobilisation des établissements pour cette première Journée. "J'ai le sentiment que sur le terrain de la sensibilisation ce sera très ténu", nous avertit Christian Chevalier, secrétaire général du Se-Unsa. Le ministère ne donne d'ailleurs pas d'autre exemple que le collège de Chaumont.

 

Pourtant beaucoup a été fait depuis 2005. Le ministère aligne des chiffres impressionnants. 214 000 jeunes handicapés sont scolarisés, soit 60% de plus qu'en 2005. 146 000 le sont en classe ordinaire. On compte près de 11 000 auxiliaires de  vie scolaire (AVS) et 27 000 emplois vie scolaire. Le nombre d'accompagnateurs (AVS) a augmenté. Le ministère a aussi augmenté le nombre de classes primaires spécialisées (CLIS) et ouvert des ULIS dans le secondaire. "En terme de chiffres, il y a de vrais progrès qui ont été faits", nous dit C Chevalier. "La nation s'est mobilisée après 2005, l'Ecole aussi".

 

Mais des problèmes demeurent. "C'est justement dans la sensibilisation , dans ce qu'on fait concrètement dans les établissements qu'il y a de réelles difficultés. On a massifié. Maintenant il faudrait personnaliser", continue C. Chevalier. Le ministère a beau mettre en ligne des "guides" pour les enseignants, le premier point noir semble être la formation des enseignants. "Ils sont peu ou pas formés", dit-il. Un sondage réalisé par l'Unapei en 2008 montrait que près de 9 enseignants sur 10 se déclaraient insuffisamment formés. Pour des raisons budgétaires, le ministère n'a pas trouvé de solution viable au problème de l'accompagnement des enfants. "C'est un nouveau métier qui émerge dans les écoles", explique C CHevalier. "Il faut aller vers la pérennisation de ces emplois, et former le personnel à un niveau suffisamment décent pour qu'ils aient une rémunération convenable". Or les AVS ont dépendu de contrats aidés, souvent donnés sans formation. La formation de 60 heures qui est prévue actuellement semble insuffisante à C. CHevalier. "Il y a aussi l'incohérence du ministère qui affaiblit les Rased. Ils traitent certes de la difficulté scolaire mais celle-ci accompagne souvent le handicap".

 

En froid avec les associations, Luc CHatel fait miroiter de réels progrès en espérant occulter les limites des politiques suivies depuis 2005. "Ca s'appelle préparer une campagne électorale présidentielle", nous souffle C. Chevalier. Il reste à porter la sensibilisation dans les classes.

Communiqué ministériel

Des ressources pour la journée

Les guides destinés aux enseignants

 

Christel Prado (Unapei) : "Faire tomber les peurs"

L'Unapei est une des principales associations de parents d'enfants handicapés avec plus de 60 000 familles membres... et une présidente énergique. Christel Prado fait le point pour sur l'investissement de l'éducation nationale dans la scolarisation de ces enfants. Satisfaite de cette première journée de sensibilisation, elle dénonce le manque de moyens et d'entrain dans l'éducation nationale et les crispations sur le terrain.

 

Etes-vous satisfaite de cette journée de sensibilisation ?

 

 On a tellement milité pour et depuis longtemps pour ! La loi de 2005 précise que les programmes scolaires doivent prendre en compte la sensibilisation à) la différence qu'est el handicap. Or jusqu'à ce jour rien n'a été fait. Pour moi cette journée est un premier pas. Elle doit devenir systématique.

Lisez l'entretien avec C Prado

 

 

N’hésitez pas à réagir sur les actualités qui vous interpellent, comme sur la plupart des articles du Café en vous rendant dans le forum correspondant (menu de droite).

Pour pouvoir réagir, il faut préalablement s’être inscrit sur le site et être identifié. À très vite !

 

L'Éditorial de Jean-Louis Auduc

 

Relancer l’attractivité du métier enseignant

L’actuelle profonde  crise de recrutement du métier enseignant implique qu’en préalable de tout accroissement des recrutements dans l’éducation nationale soit relancée l’attractivité du métier enseignant. C’est un impératif décisif à un moment où dans les cinq années qui viennent plus de 35 000 enseignants du premier et du second degré vont partir en retraite.

 

Pour mettre en place dans les mois qui viennent une telle relance, quatre défis devront être relevés non pas de manière successive, mais de manière concomitante :

- Les salaires et la carrière enseignante ne sont plus aujourd’hui à la hauteur des qualifications requises. Les enseignants français sont parmi les plus mal payés des pays de l’OCDE. Une piste : Intégrer dans la salaire de base de tout enseignant les primes et indemnités correspondant aux tâches effectués dans l’établissement scolaire par tout enseignant dans le cadre du suivi des élèves.

 

- Formation initiale et continue. Pour rendre attractif le métier, l’enseignant doit se sentir préparé et rassuré. C’est le rôle de la formation initiale et continue. Une piste :  Indépendamment du rétablissement d’une véritable année de stage professionnalisante, l’enseignant doit avoir la garantie d’une formation continuée d’au moins une semaine d’adaptation au nouveau poste ( publics concernés, environnement, projets en cours,….) en cas de mutation et d’une formation-bilan de carrière tous les sept ans. 

 

- Conditions de travail. Les régions, les départements, les communes sont concernés par cet aspect essentiel du bien-vivre son travail dans un établissement adapté. Une piste : Mise en place d’un plan pluriannuel par les collectivités territoriales de mise en place de bureaux pour les enseignants, d’ordinateurs personnels dans l’établissement et de salles pour recevoir les élèves et les parents.

 

- Reconnaissance et sécurisation. Pour se sentir libre d’innover, il faut se sentir sécuriser et en confiance avec son institution. Des projets comme celui prévu pour l’évaluation par l’actuel ministre tournent le dos à cet impératif. Il faut également permettre à l’enseignant d’exercer des responsabilités dans son établissement. Une piste iconoclaste : Pourquoi ne pas supprimer l’emploi de principal adjoint et de proviseur adjoint et répartir les responsabilités afférentes entre trois ou quatre enseignants déchargés qui ainsi pourraient se sentir pleinement acteurs de leur établissement et pas seulement sujets ?

   

C’est dès juin 2012 que tout élu aux présidentielles devra se mettre au travail concernant ces défis, faute de quoi la crise de recrutement continuera  et avec elle, les difficultés pour compenser tous les départs en retraite des personnels et éventuellement créer de nouveaux postes pour assurer une meilleure réussite de tous les jeunes.

 

Jean-Louis Auduc

 

 

Revenir au sommaire

 

 

 

Flash spécial : Le Sgen Cfdt suspend son appel à la grève du 15 décembre

T Cadart, secretaire general sgen cfdtLe sgen annonce avoir obtenu "l'ouverture de négociations sur l'évaluation des personnels enseignants, d'éducation et d'orientation". Il a obtenu des "la certitude que les menaces sur le blocage de l'avancement jusqu'en 2015 sont levées". Un calendrier de négociations a été fixé avec Mme Théophile. Pour ces raisons, il suspend sa participation à la grève du 15 décembre mais "appelle les personnels à la vigilance. Il sera exigeant pendant ces négociations".

 

 

"On est entré dans le processus de négociation préalable prévu par le Service minimum (dans le primaire)" nous dit Thierry Cadart, secrétaire général du Sgen Cfdt. "On a demandé l'ouverture de négociations. Et dans un courrier, J. Théophile, DGRH du ministère, a donné son accord et fixé des étapes". Pour lui la mobilisation du 15 décembre "n'aurait pas été à la hauteur des efforts nécessaires pour faire plier le gouvernement".

 

"On veut en finir avec l'inspection individuelle notée", continue T Cadart, "et mettre en place un regard croisé pour l'évaluation des enseignants entre chef d'établissement et inspection qui soit un instrument intéressant pour les collègues. Pour cela il faut déconnecter au maximum l'avancement et l'évaluation."

 

Sur le modèle de gouvernance qui semble s'imposer dans le projet gouvernemental, basé sur le rapprochement de l'autorité des enseignants, T Cadart pense qu'il y a bien "un débat idéologique avec un modèle d'autonomie des établissements éloigné de ce que l'on souhaite. Ce débat aura lieu aussi à propos de l'autonomie des établissements".

 

 

Le DIF au B.O.

Le B.O. du 1er décembre publie une circulaire sur l'application du "droit individuel à la formation" (DIF) des enseignants. "Chaque agent travaillant à temps complet bénéficie d'un droit individuel à la formation d'une durée de vingt heures par année de service", précise le texte. "Le droit individuel à la formation doit prioritairement être utilisé pour des formations hors plan de formation, permettant à l'agent d'acquérir de nouvelles compétences dans la perspective notamment d'une mobilité professionnelle par une préparation et un accompagnement adéquats et personnalisés". Cette formation devra avoir lieu sur des plages libres moyennant une indemnisation. "Vous veillerez à accorder des formations qui se déroulent de préférence pendant les vacances scolaires... L'article 13 du décret de 2007 prévoit le versement d'une allocation de formation dès lors que la formation dispensée dans le cadre du Dif s'effectue pendant les vacances scolaires. Les modalités de calcul de cette indemnité correspondent à 50 % du traitement horaire d'un agent en prenant comme élément de référence la durée légale annuelle du travail telle qu'elle est fixée pour la fonction publique, c'est-à-dire 1 607 heures".

 

Ces formations peuvent être offertes "par des établissements publics (établissements d'enseignement supérieur, Cned, Cnam, réseau de formation continue des adultes de l'éducation nationale, etc.) voire des organismes privés."

La circulaire

 

ANDEV : Politique éducative locale : un collectif à construire 

Politique éducative locale, trois mots qui sonnent comme un slogan, trois mots cachant derrière leur évidence une forêt complexe. Penser au niveau local la politique éducative liant école, péri-scolaire, activités culturelles, sportives, en associant les acteurs qui poursuivent le même objectif de réussite éducative, s’affiche comme une nécessité mais ne se vit pas dans la simplicité. C'est cette réflexion qui est menée au colloque de l'Andev. Françoise Lorcerie, Anne-Marie Benhayoun expliquent la portée et les difficultés des partenariats nécessaires.

Lisez le reportage

 

Sarkozy maintient la règle du un poste sur deux

C'est un discours de campagne qu'a fait le président de la République  à Toulon le 1er décembre. IL a à la fois attaqué ses concurrents à la course à la présidentielle et présenté un programme qui est à la fois un bilan. " Nous devons diminuer nos dépenses courantes, en étant plus attentifs à l'utilité de la dépense publique. Nous devons continuer à réduire les effectifs de la fonction publique en maintenant la règle du non renouvellement de un départ sur deux à la retraite", a précisé N Sarkozy. "Nous devons le faire avec détermination. Mais aussi avec sang-froid, raisonnablement, sans nous laisser gagner par la fébrilité et les emballements des marchés".

 

Le président entend maintenir la politique suivie. "C'est pour cela que, dans le même temps que nous économisons, nous devons continuer d'encourager le travail et donc les heures supplémentaires, préserver les allègements de charge et nous devons continuer d'investir, car la clé de notre avenir est dans la productivité et dans la compétitivité". Avec une exception, le modèle social. "Quand l'économie mondiale est entrée en récession, le modèle social français s'est révélé efficace pour amortir le choc. Il a contribué à ce que l'économie recule moins en France qu'ailleurs. Mais qui peut penser le maintenir sans l'adapter aux conditions qui sont celles de notre époque ? On n'éduque pas, on ne soigne pas comme hier".

Le discours

 

Chatel éreinté au Sénat

L CHatel le 1erdecembre , retransmission Chaine SénatDure soirée pour Luc Chatel que celle du 1er décembre. Durant une heure il a du écouter l'analyse sénatoriale sur son projet de budget. Celui ci a trouvé quelques défenseurs, comme Jean-Claude Carle. Mais il a surtout été la cible des rapporteurs de la commission des finances.

 

Claude Haut a ouvert le tir en évoquant les "carences de gestion et de pilotage" du budget, par exemple quand les plafonds d'emploi ne correspondent pas à ceux de la mission. "Le ministère ne parvient pas à anticiper correctement les départs en retraite de ses agents et la gestion des postes offerts aux concours". C Haut a surtout critiqué les suppressions d eposte : 70 600 depuis 2008. "Pour les rapporteurs rétablir les postes est une priorité pour redonner au service public d'éducation les moyens de ses ambitions". C Haut a notamment critiqué les inégalités de traitement avec le privé soulignant que les suppressions de poste du privé ne représentaient que 10% du total alors qu'il accueille 20% des élèves. Il a aussi critiqué la montée des heures supplémentaires : elles représentent 1,3 milliard d'€ soit 40 000 emplois. "C'est beaucoup".

 

Thierry Foucaud estime que "le droit à l'éducation est remis en question après 5 années de dénaturation du service public d'éducation". Ainsi, "la réforme du lycée conduit à sa désorganisation et à la remise en cause du statut des enseignants". Le rapporteur a aussi critiqué la baisse des dépenses sociales (bourses - 6,8%) et le budget de l'enseignement agricole.

 

Pour la sénatrice Brigitte Gonthier-Morin, "la réforme brutale accroît les inégalités ; pour preuve, le nombre de sorties du système scolaire atteint désormais 15 %. Après autant d'annonces, elle risque de susciter beaucoup de frustrations au sein des élèves et des familles, en majorité populaires".

Les débats

 

Formation des enseignants : Les syndicats veulent une négociation

L'Unsa éducation et le Snuipp, notamment, ont rendu public leur demande de négociations après l'annulation par le Conseil d'Etat de deux articles de l'arrêté de 2010 sur la formation des enseignants. L'Unsa demande que la négociation parte du rapport Jolion.

Le Conseil d'Etat annule l'arrêté

 

Le retour du rapport Grosperrin

"Le rapport Grosperrin n'a visiblement été modifié qu'à la marge et conserve toute sa visée libérale d'affaiblissement de l'école publique", déclare Marie-Hélène Amiable, députée Gauche démocrate et républicaine. Après le rejet d'une première version par la commission des affaires culturelles et de l'éducation de l'Assemblée, la "Mission d'information sur la formation initiale et les modalités de recrutement des enseignants" a adopté le 30 novembre  une nouvelle version du rapport.

 

La première version recommandait la suppression de l'agrégation comme concours de recrutement ainsi que celle des concours actuels. Les enseignants titulaires d'un master se présenteraient devant des commissions régionales d'embauche. Le rapport va donc repasser en commission la semaine prochaine.

Sur le rapport Grosperrin

Sur le rapport Grosperrin

 

Le Snuipp demande le renouvellement du Pass Education

"Cette carte valable deux ans permettant l'accès gratuit aux enseignants aux musées et monuments nationaux est un outil professionnel largement apprécié", explique S Sihr dans une lettre adressée à Luc Chatel le 1er décembre. Or la carte arrive à expiration...

 

Le ministre vante la loi sur l'absentéisme

Luc Chatel et Eric Ciotti ont publié un bilan très positif de la loi sur l'absentéisme à l'école. Une loi qui n'a quand même pas fait baisser le décrochage... "On a résolu 99,5 % des cas uniquement en convoquant les parents", a déclaré Luc Chatel à l'AFP. "Cela veut dire que la menace d'une suspension des allocations familiales, qui a été très décriée, ça marche. Ca responsabilise les parents, ils se rendent compte qu'ils doivent s'impliquer dans la scolarité de leur enfant, et leur enfant revient à l'école et c'était ça l'objectif".

 

La loi Ciotti prévoit la suppression des allocations familiales en cas d'absentéisme répété. D'après le ministre "seules 160 familles ont fait l'objet d'une suspension des allocations familiales". Parmi les critiques nombreuses portées sur la loi, l'argument de l'inefficacité est-il llevé ? En Angleterre, où une loi identique existe depuis plus longtemps, avec des peines plus lourdes, l'absentéisme n'a cessé d'augmenter. En France aucun indicateur ne permet de dire s'il a baissé ou augmenté. Le seuil très bas d'absentéisme tel qu'il est inscrit dans la loi Ciotti suffit à la rendre inapplicable ou plutôt à l'appliquer au hasard des décisions locales. Le nombre de décrocheurs reste lui, au regard des chiffres ministériels, particulièrement important. Près de 180 000 jeunes sont perdus de vue et sans diplôme.

Quelle efficacité pour la loi Ciotti ?

Absentéisme, statistiques et tutti Ciotti

 

ERS : Bilan satisfaisant selon Chatel

" Sur 152 élèves, 92 ont intégré un collège, 35 sont en apprentissage et trois ont intégré un lycée" explique Luc Chatel dans un entretien accordé au Parisien. Il défend le bilan des ERS, des établissements destinés aux élèves les plus perturbateurs.

Dans Le Parisien

 

Une semaine dans L'Expresso

Retrouvez les articles les plus vus de la semaine du 25 novembre au 1er décembre.

Chatel : Revalorisation partielle pour les enseignants.

Rapport Fotinos : La Qualité de vie au travail doit être au coeur des projets d'établissement.…

Chatel enterre la réforme des rythmes scolaires

Le Conseil d'Etat annule l'arrêté sur la formation des enseignants

Compréhension de l'écrit : Les écarts se creusent

Les lauréats des Olympiades des métiers invités à l'Elysée

Avec moins peut-on encore faire bien ?.…

Parents : L'addition S.V.P. !

Orientation : "Les jeunes savent ce qu'ils veulent"

Alcool : Les futures élites trinquent..…

Politiques éducatives locales : Colloque Andev

Educatice : Quelles tendances ?

Internet, l'école et la liberté de parole des adolescents

Fourgous : Des écoles pilotes pour l'innovation éducative ?  

Lecture : L'éducation nationale expérimente

Salon du Livre jeunesse de Montreuil : Eveiller le désir de lire

Caroline d'Atabekian : " Exploiter les TICE pour développer une pédagogie active "...

RMN : Deux nouveaux sites pour l'Histoire des Arts

 

 

 

Revenir au sommaire

 

 

Sortir : La Cité interdite au Louvre

Pour la première fois, une centaine d'oeuvres d'art quittent le palais de Pékin pour être exposées en occident, à Paris, au Louvre. Parmi ces 130 oeuvres prêtées pour la première fois par la Chine on trouve de spectaculaires armures, des tenues d'apparat, des lettres secrètes, des manuscrits. Ils rivalisent d'éclat. Qui ne sera pas étonné par le portrait de l'empereur Yongzheng en perruque et costume occidental comme Louis XIV  ?  

Lisez l'article

 

 

Tout sur la cantine

Si vos enfants mangent à la cantine, peut-être sont ils revenus à la maison un soir avec cette plainte « on a même plus le droit de prendre du rab à la cantine et on va presque plus avoir de frites ». Exagération, certes mais la cantine change, poussée par les textes et recommandations nutritionnelles. Faire de la pause méridienne un véritable temps d’éducation nutritionnelle, la préoccupation s’étend à l’agencement des locaux. Pour qu’elle soit suivie d’effet, il faudra accompagner l’application des textes par un effort de formation à destination des personnels de cantine … qui dépendent des collectivités territoriales. Approvisionnement de proximité, aménagement des locaux, formation des personnels, l’Etat les réclame, les collectivités devront trouver les moyens de répondre à ces exigences.

Lisez l'article du Café mensuel

 

 

Revenir au sommaire

 

 

Sciences : Entre enseignement et vulgarisation

L'enseignement des sciences est devenu stratégique pour les pays développés. Tous tentent d'amener davantage d'élèves vers ces enseignements. Et cet effort passe obligatoirement par l'idée de rendre les disciplines scientifiques plus attractives. Ce qui passe parfois par l'emprunt des procédés de la vulgarisation scientifique.

 

C'est le rapport entre enseignement et vulgarisation qu'étudie un nouveau numéro de Spirale, la revue de recherche en éducation d el'université de Lille 3.

 

Albin Delalloy-Courdent et Philippe Colin étudient ainsi les procédés de l'enseignement et de la vulgarisation et les emprunts des uns aux autres.  Laurence Viennot montre comment l'enseignement réutilise le vécu des élèves par rapport à la vulgarisation en "explications-échos". A vrai dire la question de la vulgarisation en classe est ancienne. Philippe Rocher montre par exemple l'extraordinaire longévité des expériences de Jean-Henri Fabre à travers plus d'un siècle de manuels scolaires. Dès 1882, l'école de la République s'est appuyée sur le grand vulgarisateur pour encourager les sciences et la Raison dans l'enseignement.

Le sommaire

 

Du « stylo Bic » aux tableaux numériques, pour qui ? Pour quoi ?

"En fait d’innovation, on tend surtout à passer du tableau noir au tableau numérique dit interactif, des manuels pesant dans les cartables au cartable lui aussi numérique, des devoirs notés dans un cahier de texte aux devoirs affichés sur un site internet ". Pour Bernard Collot, la vraie innovation n'est pas dans l'ordinateur mais dans la correspondance qu'on peut lancer avec lui. Ce que Freinet faisait à une autre époque et d'autres moyens...

Lisez la tribune

 

Vous aussi, devenez établissement partenaire du Café pédagogique !

Le Café propose aux établissements de devenir partenaires du Café. Directeurs, chefs d'établissement, en devenant partenaire vous bénéficiez d'une lettre d'information exclusive et de la mise en valeur de vos événements. Documentalistes vous recevrez de nouveaux services pour votre CDI. Découvrez notre nouvelle offre strictement réservée aux établissements d'enseignement.

L'offre établissements

 

 

Revenir au sommaire

 

 

Regards sur l'enfance

"L’enfance mobilise les chercheurs et passionne les médias. Du côté de la recherche, la sociologie de l’enfance actuelle recouvre en partie le terme anglo-saxon de Childhood studies, né dans les années 1990. Du côté des médias, les centres d’intérêt sont variés : on s’intéresse à l’enfant roi ou à son avers, l’enfant victime ; on pense identifier un clivage entre les « pédagogues » centrés sur l’enfant et « républicains » privilégiant le savoir ; on se demande si, pour répondre à la crise éducative actuelle, il faut encourager la libération des enfants ou manifester l’autorité de l’adulte", explique Marie Musset en introduction à ce nouveau Dossier d'actualité de l'IFé.

 

Il revient sur l'enfance comme" construction sociale, historiquement datée, lue et interprétée par la société. " L’examen de ces quelques regards d’aujourd’hui sur l’enfance conduit ainsi à mettre en relief l’extrême dispersion des représentations de l’enfance et la vivacité des débats à son sujet (en matière juridique, philosophique, socioanthropologique, psychologique). La notion d’ « enfant-problème » (Le Débat, 2004) s’impose au croisement de ces représentations avec en son centre la question désormais fédératrice de la différence enfantine : sur fond d’une critique de l’adultocentrisme commune à la socio-anthropologie, à la sociologie et à la psychologie (Quentel, 2004 ; Turmel, 2008), resurgit la question de la différence enfant/adulte, les anciennes réponses fournies par le développementisme ne suffisant plus. La critique du paradigme piagétien menée conjointement dans la sociologie et dans la psychologie tient certes aux développements propres à ces disciplines, mais aussi, sur un plan plus général, à ce que ce paradigme ne paraît plus suffire en l’état à rendre pleinement compte de l’expérience des enfants, ni à englober la pluralité et la complexité des représentations le concernant".

Le dossier

 

La professionnalisation en débat

La journée d’étude intitulée "Du concept à l’action" organisée par la Faculté de sciences de l’éducation de l’Université de Strasbourg, le 17 novembre 2011, abordait la professionnalisation. A l’heure où les politiques l’encouragent ouvertement, des tensions émergent. A l’université, dans l’entreprise, dans les métiers du social, professionnaliser suscite des inquiétudes et des questionnements. Les conférences et tables rondes organisées à cette occasion ont rassemblé 92 participants parmi lesquels des chercheurs, des étudiants, des professionnels et des travailleurs sociaux, venus discuter de leurs visions et expériences sur le sujet.

Lisez le reportage

 

Les Rencontres des acteurs de l'éducation en Seine-Saint-Denis

Comment construire l'Ecole de demain ? Le Conseil général de Seine-Saint-Denis organise le 3 décembre les Rencontres des acteurs de l'éducation. Une journée entière pour échanger entre responsables associatifs, représentants locaux de l'éducation nationale, enseignants, parents, collectivités locales et pour penser l'Ecole de demain.  Dans le département qui compte le plus de jeunes, l'Ecole est bien l'outil de l'avenir et la réussite éducative au coeur des préoccupations du Conseil général.

 

Samedi 3 décembre, Pierre Frackowiak, Yves Fournel, André Antibi, Nathalie Montoya, de nombreux acteurs locaux, auront l'occasion de dessiner l'avenir du collège en Seine-Saint-Denis. Claude Bartolone, président du Conseil général, et Matthieu Hanotin, vice-président en charge de l'éducation, appelleront à "l'effervescence" pour la construction d'un nouveau pacte éducatif.

Le programme

 

 

Revenir au sommaire

 

 

Prévenir la transmission du Sida

L'Unicef met en ligne des animations et des vidéos pour comprendre la transmission du sida entre la mère et l'enfant. On découvre concrètement les étapes à suivre pour éviter cette transmission dans les 18 premiers mois.

Les animations

 

LEM : Langage en maternelle

Voilà un vrai site ressources créé par des enseignants de terrain dans le secteur de Soissons. LEM (Langage en maternelle) travaille sur le plaisir de lire condition nécessaire à l'apprentissage langagier. Il propose des outils au sens large : nouveau dispositif d'école, méthode SACLO, création d'albums échos, d'imagiers etc. A découvrir !

LEM

 

Les spermatozoïdes passés au micro onde

Selon un blog du MOnde c'est ce que génère le WiFi. Les radiations électromagnétiques émises par le wifi toucheraient la mobilité et le code génétique des spermatozoïdes.

Dans Le Monde

 

 

Revenir au sommaire

 

le Cafe

 

Les anciens Expresso ?

Voir L'Expresso précédent

Les archives complètes de L'Expresso

 

L'Expresso directement sur votre site !

Vous nous l'avez demandé par téléphone, par courriel, par fax : comment   afficher sur mon site personnel les informations quotidiennes de L'Expresso ? Le webmestre du Café vous propose deux solutions simples qui nécessitent juste le copier-coller de quelques lignes.

 

Vous pouvez ainsi faire bénéficier les visiteurs de votre site  d'une information quotidienne et leur permettre d'être les premiers informés dans leur établissement.

Les conseils du webmestre

 

RSS : Le retour

Le changement de plate-forme avait mis à mal les fils RSS du Café. Ils sont  maintenant pleinement rétablis. Vous pouvez vous abonner aux flux simplement en cliquant sur l'icône RSS en bas de page. Et cela pour chaque rubrique du Café.

 

Participer au Café ?

Il y a bien des façons d'aider le Café : lui manifester son soutien, lui apporter son obole, lui passer des informations. Il y a aussi écrire dans le Café. Si vous vous retrouvez dans les orientations du Café, si vous souhaitez participer à une aventure unique de mutualisation, contactez-nous !

 

Le Café en chiffres

Le Café pédagogique compte plus de 250 000 abonnés à ses différentes éditions. Au mois de mai 2007, nous avons reçu 611 728 visiteurs qui ont généré plus de 28 millions de hits.

 

Le Café à la carte

Si vous découvrez Le Café Pédagogique, sachez que vous pouvez recevoir chez vous, dès parution et gratuitement, "L'Expresso", le flash quotidien d'actualité pédagogique et toutes les éditions du Café pédagogique.

Pour s'abonner

 

Revenir au sommaire

 

Par fjarraud , le vendredi 02 décembre 2011.
En direct du forum
Education nationale, Terre d'inégalités...
- Des articles tjrs aussi pertinents dont je fais mon miel tous les matins... 2 ou 3 précisions ou réactions sur celui-ci cependant...- attention au sens des mots : dire qu'un salaire vaut 80 ou 100 ou 120% du PIB n'a aucun sens ! Le PIB français...
Cnesco : 30 mesures et un espoir pour l'Ecole
- Quelques bonnes choses notamment sur la formation continue des enseignants, pour le reste rien de bien singulier et parfois incantatoire, deux exemples d'une réflexion inaboutie : - le développement de lycées polyvalents, argument de mixité...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces