Un Appel pour une école de la réussite de tous 

Par François Jarraud


"Lorsque les parents découvrent que les enseignants ont peur d'eux c'est une surprise. Quand les enseignants découvrent que les parents qu'ils jugent les plus éloignés de l'école se sentent très concernés par la réussite scolaire de leur enfant, alors tout peut changer". Pierre-Yves Madignier, président d'ATD Quart Monde présentait mardi 13 mars, avec onze associations du monde de l'éducation, une plateforme commune pour "construire ensemble l'école de la réussite de tous".


"Comment arriver à faire société plutôt que sécession", interroge Sébastien Sihr, secrétaire général du Snuipp, un des partenaires d'ATD quart Monde. "L'école ne peut pas tout. Il faut aussi agir au niveau de l'environnement social. Mais l'école peut être bienveillante". Ces deux citations encadrent le projet un peu fou lancé par ATD quart Monde et son président, Pierre Yves Madignier, d'intéresser le monde de l'école aux enfants les plus démunis. Projet parfaitement abouti si l'on en juge par l'engagement de partenaires comme le Snuipp, le Sgen, le Snes, le Snpden, du coté des syndicats, la Fcpe, la Peep et l'Apel pour les parents et les principaux mouvements pédagogiques : Gfen, Icem, Association Montessori (AMF), Agsas.


Pourtant le fossé entre l'école  et les familles d'ATD quart Monde est bien réel. Des parents témoignent. "L'école c'est compliqué pour moi. Il faudrait qu'ils commencent par ne pas fermer la porte à clé" témoigne une maman. L'orientation est particulièrement soulignée par les parents et des jeunes. "L'école ne nous écoute pas et nous oriente sans nous demander notre avis. Ca m'a dégouté", affirme un jeune sans emploi. Sa camarade a connu les mêmes brisures mais elle a réussi à intégrer une école d'ingénieurs. "Le problème c'est aussi les politiques", lâche Oren Gostiaux, de la Peep. "Le dialogue est rompu entre les responsables politiques et les enseignants de terrain". Le ministère de l'éducation nationale n'est pas partenaire de la plateforme.


La plate-forme commune est issue d'un rassemblement tenu à Lyon en novembre 2011. Il a visiblement marqué les représentants des partenaires qui en parlent avec émotion. Elle comprend 4 orientations et 6 propositions. ATD et ses partenaires veulent d'abord instituer le dialogue entre parents, enfant et enseignants. Ils recommandent la création d'un espace parents dans les écoles et els collèges. Il serait ouvert et animé. Cela passe aussi par des rencontres individuelles sur le thème de la réussite de l'enfant, au lieu de convoquer les parents que pour les coups durs. La deuxième orientation c'est l'éducation à la coopération. Pour cela les devoirs devront être faits en classe. Les enseignants doivent aider aux enfants à travailler en coopération et eux-mêmes doivent l'appliquer avec leur environnement territorial. Cela suppose une profonde réforme de la formation continue et initiale des enseignants. Enfin les partenaires demandent une orientation réfléchie avec les parents.


Que peut faire un enseignant pour mettre en oeuvre ce manifeste ? Céline Truong, une jeune enseignante membre d'ATD  quart monde, estime que l'ignorance des conditions de vie réelles des familles défavorisées empêche les enseignants de faire progresser les élèves. "Il ne faut pas s'étonner que la remédiation ne fonctionne pas", ajoute-t-elle. "Il faut tendre le micro aux parents pour qu'ils parlent". Elle même a découvert grâce à ATD les capacités inattendus des enfants de milieu défavorisé. "J'ai animé des ateliers d'écriture et j'ai été sidéré de découvrir les capacités d'initiative de ces enfants". Aujourd'hui en poste, à sa demande, dans un collège ZEP de Noisy-le-Grand, elle a appris à prendre en compte la grande pauvreté. "Je fais cours en le sachant. C'est un autre regard que je jette sur les élèves. Je ne les réduis pas à ce statut. Je construis mon cours en prenant en compte leurs particularité". Quant aux devoirs à la maison, C. Truong est horrifiée à l'idée d'en donner. "Quelle injustice pour ceux qui n'ont pas de parents qui connaissent les codes de l'école !"


Soutenue par tous ses partenaires, la plate-forme commune arrivera-t-elle à percer les murailles de l'indifférence ? La persistance de 150 000 sorties sans qualification chaque année, la masterisation qui éloigne les futurs enseignants des classes populaires, la ségrégation urbaine, tout cela donne à penser qu'il y faudra beaucoup de foi. Mais le mot ne fait pas peur à ATD quart Monde.


François Jarraud

 

Liens

Le site de la plateforme

http://www.ecoledetous.org/

La plateforme

http://www.atd-quartmonde.fr/IMG/pdf/quelle-ecole-pour-quell[...]

Les enfants pauvre délaissés par la République

http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/leleve/Pages/2010/1[...]

La pauvreté se rappelle à l'école

http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/leleve/Pages/2010/[...]

GRande pauvreté et réussite scolaire

http://eduscol.education.fr/cid45929/grande-pauvrete-reussite[...]



Par fjarraud , le mercredi 14 mars 2012.

Partenaires

Nos annonces