La Fadben veut une vraie formation documentaire pour les citoyens du 21ème siècle 

Par François Jarraud


Réunie en congrès à Paris du 22 au 24 mars, la Fadben veut faire entendre la voix des professeurs documentalistes. Elle publie un manifeste qui demande "la formalisation des contenus d'enseignement qui relèvent du domaine de spécialité du professeur documentaliste".


 Près de 300 professeurs documentalistes participent au congrès de la Fadben. Durant trois journées ils vont travailler sur "les objets documentaires numériques " et leur impact sur le métier de professeur documentaliste. La Fadben a fait appel aux meilleurs spécialistes pour aborder la question des pratiques numériques juvéniles mais aussi de l'éducation à la culture informationnelle numérique et des enjeux du web. O Le Deuff, H Le Crosnier, E Bruillard, D Cardon, C Fluckiger, A Tricot et bien d'autres encore vont étoffer la réflexion sur les enjeux professionnels et citoyens du numérique.


 Pour Martine Ernoult, sa présidente, le congrès doit permettre " de réfléchir à ce qui fait l'actualité du modèle informationnel et aux fondements du rôle du professeur documentaliste". C'est que, 20 ans après la mise en place du Capes, les professeurs documentalistes sont encore en mal de reconnaissance. Sans curriculum officiel, ils doivent tenter de faire passer leurs préoccupations auprès de leurs collègues. C'est ce que Thierry Adnot, vice-président de la Fadben, appelle "la mission invisible" : négocier avec les autres enseignants, une activité fortement chronophage.


 La seule façon d'en sortir, pour M Ernoult, c'est un curriculum imposé aux élèves de la 6èle à la terminale. "Internet a mis en évidence des besoins qui étaient auparavant peu perçus", nous dite Ivana Ballarini Sanonocito, autre vice présidente. "Mais il reste à les mettre en place dans l'éducation nationale". T Adnot donne en exemple l'éducation aux médias. "Tout le monde est d'accord pour reconnaître que c'est une nécessité pour le citoyen. Mais de fait on fait souvent dans l'éducation nationale , de l'éducation par les médias. On apprend peu de choses sur les médias, leur économie, leur droit". Voilà un domaine où les professeurs documentalistes souhaiteraient s'investir.


" Aujourd’hui, il faut maîtriser l’information pour participer à la « société du savoir ». Mais cette maîtrise ne peut pas être uniquement procédurale, elle doit intégrer des connaissances sur la place et le rôle de la documentation, de l’information et de la communication, pour permettre une acculturation informationnelle favorisant l’intégration sociale, culturelle et professionnelle des individus", note la Fadben dans son manifeste. Or " sur le terrain, la formation est encore trop souvent morcelée et dispensée de façon sporadique et aléatoire, creusant les inégalités... La FADBEN dénonce ainsi l’absence d’un véritable cadre institutionnel pour structurer cet enseignement et la non-reconnaissance d’un cadre didactique de référence pour penser les savoirs scolaires de l’information-documentation... La FADBEN revendique par conséquent la reconnaissance et la formalisation des contenus d’enseignement qui relèvent du domaine de spécialité du professeur documentaliste ".


L'occasion des présidentielles est trop belle. La Fadben a transmis son manifeste aux candidats. Quatre d'entre eux ont répondu, et ce ne sont pas les plus importants. Les autres sont attendus au CDI...


François Jarraud


Le congrès

http://congres2012.fadben.asso.fr/



Par fjarraud , le vendredi 23 mars 2012.

Partenaires

Nos annonces