Plagiat et copier-coller : Que faire ? 

S'il a fait l'objet d'études universitaires dans l'enseignement supérieur, le plagiat est nettement moins connu dans l'enseignement scolaire. Dora Dussurgey, Crdp de Lyon, propose dans  Savoirs CDI, un site pour les professeurs documentalistes développé par le Cndp, un intéressant dossier qui met en évidence le phénomène et pose la question des réponses.  

 

"Force est de constater que le milieu universitaire n'est pas le seul à subir les conséquences de ces mauvaises pratiques : collégiens et lycéens s'adonnent également aux joies du copié-collé, prenant de ce fait de bien mauvaises habitudes dès leur entrée en 6ème", écrit Dora Dussurgey. En effet, quand on demande aux collégiens s'ils sont capables d'expliquer ce qu'est le copié-collé, 71,4% des élèves de 6ème et 80% des élèves de 4ème répondent par l'affirmative. En revanche, seulement 3,5% des élèves de 6ème (33,3% pour les élèves de 4ème) sont capables d'expliquer ce qu'est le plagiat. Lorsque ce sont des lycéens qui sont interrogés, 93,7% des élèves de seconde savent ce qu'est un copié-collé ainsi que 97% des élèves de terminale. Pour ce qui est du plagiat, 50% des élèves de seconde connaissent partiellement cette notion et 73,4% des élèves de terminale sont capables de l'expliquer. La proportion de devoirs déclarés copiés collés passe de 36% en 4ème à 3% en terminale.

 

Comment lutter contre le phénomène ? " Sensibiliser les élèves à la notion de plagiat devient une évidence, leur interdire purement et simplement le « copié-collé » n'est pas la solution", écrit-elle. " Plutôt que de jouer au gendarme à longueur de temps, sans doute est-il préférable de lutter en amont en sensibilisant nos élèves le plus tôt possible au problème. ... Que ce soit pour une recherche ponctuelle, ou  dans le cadre d' IDD,  de TPE, en ECJS, dans le cadre de la validation du B2i, les occasions de travailler autour des notions du droit d'auteur, des images libres de droit et donc de la notion de plagiat sont nombreuses". Elle plaide ainsi pour une formation documentaire des élèves (et aussi des enseignants) qui est sans doute bienvenue.

 

Est-elle suffisante ? Probablement pas. Si le copié-collé prend autant d'importance cela tient aussi au volume du travail donné à la maison, généralement sans coordination entre les disciplines, par rapport à son utilisation en classe. Autant de travaux simplement contrôlés mais pas réellement réinvestis en cours, ou alors simplement sous la forme de la correction collective, incite au copié collé sur Internet et aussi à la recopie des travaux des camarades. IL n'y a pas que la question de la formation aux usages d'Internet qui est posée, même si celle-ci est importante. Ce qui est en question ce sont aussi les pratiques d'évaluation, le fonctionnement du modèle scolaire, le contenu des examens. Encore une fois, Internet nous invite à réfléchir sur les routines scolaires.

 

François Jarraud

 

Article Savoirs CDI

Le copier coller est aussi un art

Par fjarraud , le mercredi 04 juillet 2012.

Commentaires

  • creymond, le 04/07/2012 à 13:18
    Je crois qu'il ne faut pas non plus tomber dans l'excès inverse, des étudiants qui pensent que si "tout est d'eux" ce sera mieux. En langue, cela n'aide pas l'élève à progresser et apprendre des formulations et du vocabulaire nouveau. Le "tout est de moi" est souvent un texte en français traduit au traducteur automatique: une catastrophe! Il est important que l'élève s'appuie sur des documents authentiques qui traitent du domaine dont il veut parler. C'est seulement ainsi qu'il pourra être sûr d'avoir le vocabulaire adéquate car un dictionnaire ne va pas assez loin dans la précision.
    Mais c'est au prof de montrer à l'élève comment il peut récupérer ces formulations pour se les approprier, les manipuler et éventuellement même dire le contraire. Ce qu'il faut éviter, c'est le copié-collé  "bête" qui s'arrête au milieu d'une phrase par exemple, mais si l'élève construit son texte avec des élèments de plusieurs sources, bien agencés et structurés, en citant ses sources, alors ces "emprunts"l'aident à progresser.
  • Jean-Michel Le Baut, le 04/07/2012 à 08:59
    Le copier-coller interroge le rapport de l'école à la connaissance : la connaissance est-elle un objet (un contenu, que l'on peut transmettre et donc aussi voler) ou une action (un processus d'élaboration des savoirs, que l'on peut transférer, mais pas voler) ? Chaque "copié-collé" d'élève est peut-être alors un nécessaire coup porté à nos représentations, à nos pratiques, à nos modes d'évaluation ...
  • JP Gallerand, le 04/07/2012 à 08:08
    "Elle plaide ainsi pour une formation documentaire des élèves (et aussi des enseignants) qui est sans doute bienvenue."
    Il reste encore un très gros travail de formation et d'information à faire auprès de nombreux enseignants sur ce sujet A quand un C2i2e pour tous les enseignants (sans doute pas sous la forme actuelle)?
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Le Socle commun version Se-Unsa
- Le projet de socle commun de connaissances est une excellente base de travail et de redéfinition des compétences. J'ajouterai cependant quelques points qui me semblent essentiels: les points concernant la consulatation: La gargouille, ou...
Temps scolaire : 38 jours de perdus pour indiscipline ?
- De : fjarraud Publié : vendredi 26 septembre 2014 07:46 Objet : Temps scolaire : 38 jours de perdus pour indiscipline ? C'est amusant, en lisant le titre, je pensais à l'indiscipline des enseignants. A t-on déjà mesuré le temps...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces