Pussy Riot : Cas d’école 

Impossible de passer sous silence l’affaire Pusy Riot. Mais comment l’aborder en classe ? Voici des pistes pour le cours de russe, à adapter pour un cours d’éducation civique…

 

Pour comprendre l’action des Pussy Riot, écoutez d’abord l’émission « Le Monde sur un plateau » du 15 août, diffusée sur France Inter, au titre lui aussi provocateur, « Dieu est-il punk ? ». Les invités de Martin Quenehen, Galia Ackerman, journaliste et historienne, Olga Kokorina, comédienne et membre de l’association Russie-libertés et Elena Servettaz, journaliste à RFI, replacent la performance réprimée par le pouvoir en place (l’Église orthodoxe et le Kremlin) dans son contexte social et politique. Vous pourrez notamment y entendre la chanson objet du scandale (à 5’ d’émission) et sa traduction en français (à 5’40). Ensuite Galia Ackerman fait un historique des attaques menées contre la religion en Russie depuis Tolstoï et leurs conséquences, mettant en évidence la disproportion du procès actuel. Le thème de la collusion entre l’Église (celle du Patriarche Kirill) et l’État (et la justice), dénoncée par les jeunes féministes, est ensuite illustré par quelques exemples. Suit un état des lieux de la foi dans la population, le rôle de l’Église orthodoxe divisée entre celle du patriarche russe Kirill 1er  et celle de Constantinople.

France Inter le 15 août

Qui sont les Pussy Riot ?

Une biographie en français de ces jeunes féministes (et pas seulement) engagées .

La biographie

Un article en russe expliquant brièvement leur coup d’éclat et une courte biographie de chacune accessible pour les élèves.

L’article

 

Le procès en direct avec Russie-libertés

Le site de l’association Russie-libertés propose entre autres pétitions et appels à manifestations de soutien, des extraits en russe et en français du procès des Pussy Riot, à partir des tweets émis par Frédérick Lavoie, journaliste indépendant à Moscou,  depuis la salle d’audience en temps réel.

Le procès

Les différents articles du blog sont émaillés de liens qui vous renverront à une véritable revue de presse.

Le blog

 

Les recommandations de l’inspection

Espaces et échanges (cohésion de la nation russe : le substrat slave et orthodoxe ; la Russie actuelle : ouverture ou fermeture), lieux et formes de pouvoir (l’Église et le pouvoir, l’art au service du pouvoir, les formes actuelles de contre-pouvoir), arts, croyances et représentations, autant de thèmes du programme culturel de l’enseignement des langues au cycle terminal que l’on peut aborder à travers le procès des Pussy Riot. Cf. les recommandations de l’Inspection de russe sur le site interacadémique.

Les recommandations

 

Les vidéos et les textes

Sur le site du Huffingtonpost, vous pouvez voir la vidéo de l’action dans l’Église du Sauveur de Moscou (vidéo qui circule abondamment sur le Net). Cette vidéo est suivie de 11 autres autour de leur arrestation et des manifestations de soutien, dont des interviews des inculpées en russe, sous-titrées en anglais.

Article Huffington

Sur cet article qui condamne la performance des Pussy Riot, la vidéo est suivie des paroles en russe de la chanson « Sainte Mère de Dieu, Chasse Poutine », avec une explication de texte .

L’article

 

Le blog des Pussy Riot sur Livejournal (en russe), avec, entre autres vidéos, caricatures, slogans et extraits de textes de lois à étudier, leur dernière chanson avant leur condamnation : « Poutine allume les feux de la révolution (et les paroles). Certains articles renvoient à des articles en anglais.

Le blog

 

L’opinion publique

« 1/3 des Russes croient à un procès honnête ». Encore une fois, malgré la grande médiatisation de cette affaire à l’étranger, plus d’un tiers de la population sondée par le Centre Levada ne s’intéresse pas au scandale des Pussy Riot : la dernière ligne de chaque tableau correspond à l’option « je ne saurais répondre », que la question porte sur l’équité et la régularité du procès, sur ses instigateurs ou sur leur propre jugement moral des jeunes femmes. Seuls 18% déclarent avoir suivi le procès, et 12% prennent plutôt parti pour elles (il y a donc une très large condamnation morale). D’une façon générale, c’est la fatalité qui domine : c’est l’Église et la communauté orthodoxe qui sont à l’origine du procès, la condamnation sera basée autant sur les preuves de la culpabilité (36%), que sur une injonction venue d’en haut » (18%) ou d’un mélange des deux (15%), et ça ne changera rien à l’opinion que l’on se fait de la justice (55%).

Une enquête du 10-13 août, publiée le 17 août 2012 :

 

Le sondage du 31 juillet dernier montre que si la société est divisée quant au type de sanction qui devrait être réservé aux jeunes femmes et à l’indulgence dont elles devraient bénéficier de la part de l’Église, seulement 5% estime qu’elles ne méritent aucune sanction. Une très grande majorité estime que l’Église doit être garante de la morale et de la bonne conduite sociale, et que les églises ne doivent pas être un lieu de contestation.

Le sondage du 31 juillet

 

Béatrice Crabère

 

 

Par fjarraud , le lundi 20 août 2012.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces