Numérique : Le triste bilan du plan Chatel 

Le rapport de l'Inspection générale sur le plan de développement des usages du numérique lancé par Luc Chatel en 2010 conclut à sa faillite sur la totalité de ses objectifs : formation des enseignants, mise à disposition de ressource, généralisation des ENT et relations avec les collectivités locales. Au moment où la concertation nationale travaille sur le numérique ce rapport apporte un éclairage important sur les échecs passés. Il reste à imaginer l'avenir...

 

Rappelons nous : 25 novembre 2010, dans le cadre du salon Educatice, Luc Chatel lance un nouveau "plan de développement des usages du numérique" (DUNE). Il veut "changer de braquet" et le plan est "une formidable opportunité d'élargir la possibilité d'enseigner et d'améliorer la personnalisation et le suivi des élèves". Mis en cage par les restrictions budgétaires, Luc Chatel semble vouloirs associer son nom à une véritable action en faveur du développement des TICE. Il annonce 60 millions de crédits dont 46 pour l'achat par les établissements de ressources numériques sur 3 ans. Il promet un accord avec les collectivités locales sur les ENT et la maintenance.

 

Echec sur toute la ligne

 

Deux ans plus tard, le rapport dirigé par les inspecteurs M Pérez et P Fortsmann dresse un bilan très négatif du plan DUNE. " Les conditions de pilotage national de ce plan n’ont pas permis que ces objectifs soient atteints", affirme le rapport qui incrimine "les contraintes financières, limitant le budget à 30 M€ pour les trois ans". Mais de fait les causes sont bien plus profondes puisque ce budget limité n'a même pas été dépensé !

 

Le premier facteur d'échec a été " la concertation trop tardive avec les représentants des collectivités territoriales". La formule laisse à entendre que la concertation s'est installée ce qui reste à démontrer. Dans au moins un tiers des académies les relations entre collectivités locales et rectorat sont mauvaises. L'accord sur la maintenance des matériels reste à faire. Les régions la revendiquent pour les lycées mais contre compensation financière. Le rapport signale que l'effort de formation des enseignants par l'Etat n'a pas suivi les investissements des collectivités.

 

Les ENT remis en question

 

Pour la première fois, un rapport officiel critique ce qui a été le fer de lance des politiques menées durant une décennie, les espaces numériques de travail (ENT). Lancée il y a plus de 10 ans, leur généralisation est toujours attendue. Malgré leur coût, pris en charge par les collectivités locales, les usages sont faibles. "Là où ils existent, les ENT sont en général peu utilisés par les enseignants, sauf pour la vie scolaire ; ils leur préfèrent d’autres services numériques", note le rapport. " Les débits sont en effet jugés le plus souvent insuffisants, les connexions aléatoires et les procédures d’identification dissuasives.. L’ENT, dans ses conditions de mise en oeuvre actuelle, ne favorise pas les pratiques pédagogiques innovantes". L'ENT "est perçu comme une contrainte"

 

Les ressources offertes délaissées

 

Plus surprenant peut-être pour le contribuable moyen, le rapport montre l'échec du catalogue de ressources proposées gratuitement aux établissement. Finalement le plan a été réduit à 8 millions soit 500 € pour les écoles et 1000 à 2500 € pour les établissements. Or fin juin 2012 seulement 3 millions d'euros ont été dépensés. " La perspective d’un chèque ressources de 1 500 € ne semble pas provoquer un grand enthousiasme", note le rapport. Il met en cause l'ergonomie de la plateforme et l'accompagnement insuffisant des établissements et le faible intérêt pour les manuels numériques.

 

Les référents TICE

 

La plan prévoyait le remplacement des personnes ressources par des "référents TICE" dans chaque établissement secondaire. " En février 2012, on ne trouvait dans aucune des six académies visitées un référent numérique dans chaque établissement. La liste est rarement complète et reste mouvante : dans une académie visitée, une proportion importante de démissions a été enregistrée quelques mois après les désignations", note le rapport. A cela une raison simple : le faible volume de la rémunération de la fonction.

 

Les préconisations sont-elles à la hauteur de l'échec ?

 

Au terme de ce tableau d'un échec global des politiques menées depuis plusieurs années, on aurait pu attendre que les préconisations rompent avec elles. Il n'en est rien. L'Inspection continue à proposer un plateforme d'achat unique mais avec un ergonomie améliorée : "un outil pérenne doté d’un dispositif d’infomédiation permettant aux utilisateurs de faire connaître leur appréciation sur chacun de produits proposés ; cet outil aurait vocation à englober tout type de ressource accessible, commerciale ou gratuite". Elle souhaite s'appuyer sur le réseau des CRDP " comme lieux de concertation et comme instruments de mutualisation, d'échange, de développement et d'appui logistique dans les plans numériques académiques". Enfin elle demande à "conduire en amont, avant toute annonce ministérielle, les concertations utiles avec les associations représentant les collectivités territoriales et conclure des conventions cadres dès le lancement du plan". Nous voilà à peu près revenus aux promesses du plan de 2010...

 

Démocratiser le numérique

 

Deux facteurs importants d'échec nous semblent sous estimés dans ce rapport. Le premier c'est l'absence de gouvernance sur le dossier du numérique. On peut toujours rêver d'un accord entre collectivités locales et Etat. Il n'y aura toujours au final aucun décideur identifié pour piloter la politique numérique mais des acteurs portés par leurs logiques d'organisation. La question du rapport entre culture scolaire et numérique n'est pas abordée. Pourtant voir que les enseignants, en permanence soumis à une pénurie de moyens, n'acceptent pas ce qui est donné est très éclairant. On peut penser comme le rapport que ça tient à l'ergonomie de la plateforme ou à la qualité des produits. Et si ça tenait à la démocratisation de la décision ? Ou à l'écart entre la pression pédagogique exercée sur les enseignants par l'image du métier véhiculée, les programmes, les horaires et les corps intermédiaires et l'offre numérique ?  Plutôt que penser que les enseignants sont passéistes peut-être faudrait-il s'intéresser aux raisons de ces refus d'achat. Alors que se prépare un nouveau plan, une des leçons de ce rapport c'est qu'il serait judicieux d'investir dans ce qui existe, de reconnaître les acteurs existants et reconnus par leurs pairs plutôt que lancer de nouvelles machines bureaucratiques. Pour développer le numérique il faut déjà que ceux qui sont censés le faire sur le terrain y trouvent leur compte  matériellement, professionnellement et intellectuellement dans l'exercice de leur métier. Dès que le numérique sera au service des enseignants, le paysage pourra changer. En attendant les intéressés bricolent leurs propres outils...

 

François Jarraud

 

Liens :

Le rapport

Le plan Chatel en 2010

 

Par fjarraud , le vendredi 07 septembre 2012.

Commentaires

  • loddfafnir, le 12/09/2012 à 21:01
    Je suis justement dans ce cas des démissionnaires de la charge.

    Le *gros* hic fût sans conteste l'amateurisme de la chaîne de transmission de l'information. Les correspondants TICE de mon district avons étés informés de ce plan lors d'une réunion pleinière.... en mars 2012 pour des demandes à formuler de la part des équipes pour début Juin. Entre charges professionnelles et le temps d'explorer les ressources disponibles.... force est de constater que mes chers collègue n'ont effectivement eu que 15 jours pour voir ce qu'ils pouvaient demander.

    C'est un peu du grand n'importe quoi.

    Quand aux référents TICE, vu le temps que nous octroyons à ce qui pour beaucoup est de la passion, ce n'est pas une prime qu'il faudrait, plus globalement, ce qu'il faudrait c'est un référent par établissement entièrement tournée vers cette tâche, autrement dit détaché de ses heures de cours.

    Je sais bien, l'utopie, l'utopie.....
  • OLRYK, le 12/09/2012 à 09:03
    Les bilans sont tristes au regard de leurs intentions. Le numérique est une modalité parmi d'autres pour faire apprendre. Les enseignants ne s'y trompent pas qui l'utilisent quand il sert leurs intentions, à partir de ressources libres tant pour enseigner que pour s'organiser. N'y a-t-il pas un décalage entre les volontés politiques, voire les incantations, au regard des usages et des pratiques "déjà là"?
    Mais au fait, que sait-on de ces usages? Que sait-on de la contribution du numérique à la qualité des apprentissages des élèves et des étudiants? Et si plutôt que de commander du matériel et des tuyaux numériques, on essayait d'en savoir plus là-dessus, pour beaucoup moins cher ? (c'est vrai, c'est moins vendeur politiquement parlant) 
    Cdlt
  • fjarraud, le 07/09/2012 à 13:39
    Postez ici votre commentaire en vous inscrivant au site (lien en haut de page)
    • pmaresch, le 09/09/2012 à 19:25
      Académie Orleans-tours : François Bonneau à mis en place un outil qui fonctionne pour les lycées, le GipRecia et depuis plusieurs années, cette structure fonctionne, progresse, innove et , malgré quelques bricolages, ça fonctionne correctement, les administrateurs d'établissements comme moi, bien que sous-payés pour la tâche, ayant un dialogue direct avec cette organisation par le moyen de plusieurs outils. (Depuis, les CFA, les écoles d'infirmières et plusieurs départements ont rejoint la structure.)
      Cette année, la DSI, direction de l'informatique du rectorat est venue foutre sa ...... après la rentrée. Ces gens prenant leurs vacances jusqu’au bout font leurs mises à jours non testées quand les établissements sont en production. Ce sont eux qui gèrent les annuaires des personnels avec plus de 8 jours de décalage. Pour résumer, il n'y a aucun dialogue avec cette institution. Ils n'ont aucun souci des besoins réels des usagers et souvent (voir systématiquement), leurs interventions se traduisent par une dégradation de la qualité de service.
      Donc, merci à François Bonneau et au Recia. Par contre la DSI....
    • Foucher95, le 07/09/2012 à 15:14
      Proposition : "Le plan Radépakerettes Numériques", coût estimé : 0,50 c d'euro. ;- )

      1. Inscrire dans les horaires des programmes pour l'école, une heure minimale par semaine d'enseignement intégrant les TUIC, quelle que soit la discipline.

      2. Au titre de la 8ème compétence du référentiel de compétences attendues pour un enseignant débutant, « Maîtriser les technologies de l'information et de la communication », l'enseignant devra maîtriser de façon professionnelle le logiciel de traitement de texte utilisé par les élèves de son école.

      3. Au titre de la 8ème compétence du référentiel de compétences attendues pour un enseignant débutant, « Maîtriser les technologies de l'information et de la communication », l'enseignant devra passer la compétence 1 du nouveau B2i : « Je sais me connecter au réseau de l'école» pour travailler en partage avec ses élèves.

      Cordialement.

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Brissiaud : La lecture et l'evidence based education
- De Rémi Brissiaud à Franck RamusLa conférence de Brian Butterworth est disponible (lien dans l'article) et l'on dispose même d'une traduction simultanée en français. Le sens général de son discours est sans aucune ambiguïté : il s'agit de...
7ème Forum des enseignants innovants : Dernier jours !
- L'innovation pédagogique est soutenu par l'éducation nationale!! quel blague, je suis enseignant de maths et je veux simplement ne plus faire de transmissif, de pivilégié le socio-constructivisme (et tous ce qui va avec),et bien en 1 an...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces