Formation : Les directeurs d'IUFM veulent des ESPE autonomes 

Les directeurs d'IUFM interviennent dans le débat de la concertation nationale sur la formation des enseignants en posant deux exigences. Les futures écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE) doivent avoir une autonomie de gestion que les IUFM ont perdu sous Sarkozy. Le concours de recrutement doit être placé à la fin du master 2.

 

Autonomie

 

" Il ne peut s’agir de refaire les IUFM dans un nouveau costume", promet la Conférence des directeurs d'IUFM (CDIUFM). "Pas plus que de laisser toutes les composantes universitaires se débrouiller dans une vaste pagaille pour se partager des morceaux de formation. Au moment de rédiger la loi d’orientation et de prendre des décisions structurantes, le gouvernement ne doit pas se tromper". Ne pas se tromper c'est évidemment suivre l'avis de la CDIUFM.

 

La première exigence de la CDIUFM porte sur l'autonomie des futures écoles. Elles doivent avoir " un statut qui identifie et garantit leurs missions avec la capacité de pilotage pour les mettre en œuvre au sein de l’université" et " des financements et à des ressources propres". N. Sarkozy avait dépouillé les IUFM de toute autonomie en confiant aux universités la formation des enseignants.

 

Le concours en fin de M2

 

La seconde porte sur le moment du concours. Pour que la formation soit effectivement de deux ans, la CDIUFM demande que le concours ait lieu en fin de master 2.  " La place et la nature des concours sont déterminantes pour articuler formation et recrutement", note la CDIUFM. "Ce serait une erreur manifeste de le placer à la fin de la première année de master : il impliquerait la reproduction d’un partage néfaste entre une approche disciplinaire académique et la dimension professionnelle de la formation ; il viderait les Écoles supérieures du professorat et de l’éducation de leur légitimité au moment même où elles sont créées ; il donnerait à la deuxième année de master un statut impossible puisqu’il faudrait diplômer des enseignants déjà recrutés", explique la Conférence. Et comme il est nécessaire de trier en amont les étudiants pour qu'ils ne perdent pas 1 année de formation en vain, elle envisage des épreuves intermédiaires.

 

Pourquoi ?

 

Ce communiqué est publié alors que la concertation n'est pas terminée. Cette publication s'explique par les avancées de la concertation. Selon le Sgen-Cfdt, un consensus serait intervenu dans les réunions de la concertation pour poser le concours de recrutement en fin de première année. C'est cette perspective que veut infléchir la CDIUFM. En rappelant publiquement que le consensus n'est pas encore fait.

 

François Jarraud

 

Liens :

Communiqué CDIUFM

Conférence de presse Sgen

Dossier masterisation

 

 

Par fjarraud , le jeudi 13 septembre 2012.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces