Professeur : STI : Tirez au sort votre discipline et... assumez ! 

Vous êtes enseignant ? Changez de discipline ! Mais nous ne vous dirons rien sur son contenu et ce que votre choix implique. Et faites le en moins d'une semaine. Ces propositions vous semblent folles ? C'est pourtant ce que vivent les enseignants de STI à cette rentrée.

 

En France on peut changer de discipline d'enseignement simplement en cochant la case d'un formulaire. C'est du moins ce qui arrive aux professeurs de STI dans l'académie de Nancy-Metz. Une circulaire rectorale du 6 septembre leur impose d'avoir à choisir avant le 17 septembre entre "architecture et construction", "énergie", "informatique et numérique", "ingénierie mécanique", technologie au collège ou encore, sans rire, "reconversion dans une autre discipline à préciser".

 

Déqualification

 

Cette démarche résulte de la réforme de STI engagée en première l'année dernière, en terminale à cette rentrée. Les enseignants , appartenant à une trentaine de spécialités fort différentes, doivent se plier dans un moule où il n'y en a plus que quatre. "Il n'est pas prévu de table de correspondance entre les anciennes et les nouvelles disciplines", précise le document rectoral. Débrouillez vous donc !

 

Les enseignants de STI étaient souvent des "pointures" dans leur spécialité. C'est déjà leur identité qu'ils vivent dans cette mutation imposée. Mais c'est aussi leur avenir immédiat car l'évolution de la filière se traduit aussi en ouvertures et fermetures de sections et donc mutations. La fameuse croix mise un peu trop vite dans une case peut vous envoyer loin !

 

"Contre le mur"

 

"Comment vont être traitées les demandes, nous ne savons pas", nous confie Michel, un enseignant de cette académie. "Nous sommes tous contre le mur, le peloton d'exécution est en place, l'arme à l'épaule et il n'y a que des balles réelles". "L'opacité" du mécanisme est dénoncée.

 

Au rectorat on ne nie pas le problème. "On a des appels tous les jours", nous dit Laurent Brault, doyen des IPR de l'académie et inspecteur en STI. Mais l'académie doit se plier aux instructions officielles et les demandes sont boostées par le calendrier des mutations.

 

"On fera attention"

 

C'est justement cette perspective qui fait peur aux enseignants. "On ne va pas faire la carte scolaire avec ces demandes", promet L. Brault. "On fera en sorte de garder sur place le maximum d'enseignants". Une réunion avec les chefs d'établissement aurait préparé les décisions. "On connait nos troupes, on fait attention". Si dans de nombreuses spécialités le choix d'une nouvelle est facile à faire, L Brault reconnaît que ce n'est pas le cas pour toutes. "Il reste 5 à 10% de cas difficiles". Ceux là risquent de vivre en accéléré et la déqualification et l'immersion dans une autre discipline et la rupture avec leur établissement voire leur région. Dur à avaler !

 

Pour Laurent Brault la réforme a aussi du positif. "En simplifiant l'offre de formation on l'a rendu plus clair aux yeux des familles". Résultat : après une chute d'un tiers en 5 ans, les effectifs se sont stabilisés en STI dans l'académie. Cette année on enregistre 1% d'élèves supplémentaires.

 

François Jarraud

 

STI : Ca va péter !

STI : On a stoppé le mouvement de chute

 

Par fjarraud , le vendredi 14 septembre 2012.

Commentaires

  • papygibus, le 14/09/2012 à 14:35
    Petite précision concernant cet article.
    La circulaire du ministère donne les possibilités offertes suivant les spécialités d'origine.annexe 1 de la circulaire
    Il ne sera pas effectuer un tirage au sort mais les collègues doivent se positionner suivant leur compétence dans une ou deux disciplines possibles ou demander une autre discipline, l'avis de l'IPR sera dans ce cas obligatoire.
    Il conviendrait à l'auteur de l'article de se renseigner correctement avant de discréditer totalement les enseignants, la réforme étant suffisamment dure à accepter, évitons de raconter n’importe quoi.
    Un chef de travaux de LP et Lycée Polyvalent
    • fjarraud, le 15/09/2012 à 09:55
      Bonjour

      je ne cherche vraiment pas à discréditer les enseignants de STI. J'ai fait mon travail de journaliste : j'ai interrogé des profs cela depuis plus d'un an. J'ai la circulaire sous les yeux et elle est validée par l'emetteur. J'ai pris le soin de dialoguer aussi avec le rectorat comme le montre l'article. Vous verrez aussi dans les liens que j'ai donné la parole à L'inspection générale qui pilote ce dossier.

      Les professeurs en question doivent cocher une case (et non deux ou trois). Ils ont une semaine pour le faire.  Si j'en juge par le courrier que nous recevons, beaucoup ne savent pas quoi choisir car les disciplines nouvelles (4) peuvent etre tres eloignees des disciplines enseignées jusque là (une trentaine). C'est là qu'est le premier probleme.

      Le second probleme, encore plus opaque pour ces enseignants, c'est que selon leur choix leur poste va sauter ou pas. Et là aussi ils ne savent rien. Donc ils jouent leur avenir en aveugle total ou partiel. Et ça, je crois que ca merite d'etre dit parce que c'est tres violent. D'où l'image du tirage au sort par le professeur de la case a cocher.

      Pour en avoir rencontré plusieurs, je sais que de nombreux enseignants souffrent fortement d'un sentiment de devalorisation. Je sais aussi qu'il y aeu des suicides et d'autres problemes qu ej ene vais aps developper ici.

      La reforme a visiblement permis de stopper l'erosion du recrutement en STI probablement en changenat aussi partiellement le recrutement. Mais elle se fait dans la douleur.

      Peut etre est-elle moisn douloureuse pour un chef de travaux ?

      cordialement
      F Jarraud
  • JMSCC, le 14/09/2012 à 09:21
    Sinon, il reste aussi la possibilité de passer les concours de direction .... Non, je rigole ....
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces