Peillon annonce 40 000 postes aux concours 2013 

Le ministre de l'éducation nationale a annoncé le 20 septembre l'ouverture de 40 000 postes aux concours de recrutement des enseignants en 2013. C'est 18 000 de plus que ce qu'il avait lui-même indiqué fin août. Ce niveau de recrutement est-il possible ?

 

Deux concours en 2013 ?

 

Alors que certains se plaignent de la lenteur du changement, Vincent Peillon a donné un brutal coup d'accélérateur sur le dossier des postes. En trois semaines on est passé de l'idée du remplacements des départs en retraite (22 000 postes) au respect de la promesse de François Hollande de créer 60 000 nouveaux postes dans l'enseignement. Cette décision devrait se décliner dans la loi de finances 2013.

 

Se posera alors la question des concours. Comment intégrer cette hausse du nombre de postes alors que les concours 2013 sont déjà largement organisés. Dans le premier degré le concours des CRPE a lieu dans quelques jours et ceux du second degré au début 2013. Dans tous les cas les inscriptions sont closes. Faudra-t-il donc ouvrir de nouvelles sessions ? 2013 pourrait bien être l'année des deux concours.

 

Mission impossible ?

 

Reste qu’en 2011 comme en 2012 le ministère de l’éducation nationale n’a pas réussi à trouver un nombre suffisant d’enseignants pour des nombres de postes très inférieurs. Dans le second degré, en 2011, 826 postes n'ont pas été pourvus au capes externe et 706 encore en 2012.

 

Dans le premier degré des tensions existent dans plusieurs académies. Pour certaines, il semble impossible qu'elles puissent offrir suffisamment de candidats pour les 8 600 postes qui étaient prévus jusque là. C'est le cas par exemple en Guyane où 155 postes étaient offerts alors que l'année dernière seulement 137 candidats sont venus passer les épreuves. Aura-t-on plus de candidats présents en 2013 ? Et dans quelle proportion ? La situation est aussi tendue à Amiens où 320 postes étaient proposés alors que seulement 479 personnes ont composé en 2012. Créteil avait déjà le taux d'admission le plus élevé de France. Il pourrait encore progresser puisque 1120 postes étaient proposés mais en 2012 seulement 1550 personnes se sont présentées. La situation est à peine meilleure à Paris : 270 postes , 314 candidats présents en 2012. Le doublement prévisible du nombre de postes aux concours 2013 semble impossible au regard des données des années antérieures.

 

Rendre le métier attractif

 

L'attractivité du métier devient un dossier brulant pour le ministre. D. Robin, co-secrétaire général du Snes estime que sans revalorisation du métier l'objectif des 40 000 postes ne pourra pas être atteint. Mais comment à la fois financer de nouveaux postes et revaloriser le métier ? Le rapport Debarbieux montre que la revalorisation ne doit pas être que matériel. Pour recruter il faut sans doute aussi inventer de nouvelles relations humaines dans l'éducation nationale. Encore un chantier...

 

François Jarraud

 

Liens :

Sur les postes au primaire

Peillon promet 22 000 postes

Empowerment enseignant ?

 

Par fjarraud , le vendredi 21 septembre 2012.

Commentaires

  • vgrolleau, le 23/09/2012 à 19:16
    M. Jarraud,
    permettez moi de faire remarquer qu'il manque une information importante: effectivement certaines académies ont un nombre de candidats au concours trop faible par rapport au nombre de postes mais ce qui n'est pas dit c'est que pour les concours internes, le nombre de postes est lui dérisoire. Par exemple au Caer de mathématiques, il n'y avait que 45 postes pour 700 inscrits en 2012! Des profs qui connaissent déjà le terrain et qui ne demandent qu'à avoir ce maudit concours. 45 postes sur toute la France ( à titre personnel, je n'ai que bac+3 en mathématiques, je ne peux donc m'inscrire qu'au concours interne).
    Donc les gens qui se plaignent qu'il n'y a pas assez de candidats aux concours devrait aller recruter les remplaçants qui travaillent depuis de nombreuses années dans la précarité!

    Merci de votre écoute
    Cordialement
    Vincent
    • jop44, le 09/10/2012 à 13:44

      Vincent,
      Merci d'avoir lancer le sujet !
      Je dois dire effectivement que la situation est risible (jaune). Où se situe exactement le problème ? il me semble que la situation est tellement criante ! on a des personnes qui aiment leur métier, qui ont de l'expérience, des diplômes et qui sont dans la précarité. En regardant pour ma part (CAPET interne éco gestion)les statistiques des dernières années en matière de probabilité d'obtention de poste sont inférieures à 10 %... Ces chiffres  suffisament démotivant pour  freiner toute tentative d'inscription et de préparation  aux  concours prouvent également que le nombre de postes proposées est une goutte dans l'océan. Alors  volonté politique certe liée sans doute à des économies budgétaire "d'apparences" .
      Je voudrais bien faire un comparatif financier du poid budgétaire du personnel dis vacataire et/ou contractuel en face de l'équivalent de personnel en poste. On pourrait avoir des surprises.
      Aller, bon vent à chacun.
      Jop

  • fjarraud, le 21/09/2012 à 12:37
    Postez ici vos commentaires.
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces