L'éducation nationale croit-elle en elle-même ? 

"Sur les sujets les plus névralgiques, la "concertation" propose en effet la création (ou la recréation) d'instances extérieures au ministère de l'Education nationale. Il en faudrait pour les programmes, pour l'évaluation, pour l'innovation... Le non-dit est cinglant : les services du ministère de l'Education nationale ou les corps qui sont aujourd'hui chargés de ces missions sont donc réputés incapables de les penser, de les appliquer, de les évaluer", écrit Emmanuel Davidenkoff dans le Huffington Post. "L'Etat doute-t-il à ce point de lui-même pour qu'il envisage d'externaliser un projet aussi central que la "refondation de l'école républicaine", cette belle promesse faite par François Hollande et réitérée par Vincent Peillon ? Les Inspecteurs généraux et la direction générale de l'enseignement scolaire sont-ils incapables de réécrire des programmes scolaires ? La direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance a-t-elle besoin d'un alter ego "indépendant" pour produire de bonnes statistiques ? Si oui, alors osons la question que ne formule pas le rapport de la concertation : à quoi sert encore l'administration de l'Education nationale ?"

 

La tribune


Par fjarraud , le mercredi 10 octobre 2012.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces