Les syndicats réagissent aux propositions ministérielles 

"Où est passée l’ambitieuse réforme des rythmes scolaires et ses objectifs de réussite pour tous ?", demande le Snuipp. " Une journée pratiquement aussi longue, 5h30 au lieu de 6h, une demi-journée supplémentaire le mercredi matin, un deuxième trimestre toujours aussi déséquilibré, le premier scénario dévoilé hier par Vincent Peillon est très décevant... Pour les enseignants non plus, le compte n’y est pas. De quatre journées à l’école, 24 heures hebdomadaires devant la classe entière et 60 heures annuelles d’aide personnalisée à un petit groupe d’élèves, ils passeraient à 25 heures devant toute la classe et une demi-journée supplémentaire à l’école. Où est l’amélioration de leurs conditions de vie professionnelle et personnelle ?"  Le syndicat juge ces propositions "inacceptables" et appelle à la négociation.

 

Le Sgen Cfdt critique aussi ces mesures. " Le retour à une semaine de 9 demi journées revient sur une mesure emblématique du gouvernement précédent, dénoncée par tous à l'époque, organisations syndicales et parents d'élèves. Cette décision positive a néanmoins deux inconvénients : Elle accroît le temps de présence des enseignants face à la classe entière ; Elle supprime complètement l'aide personnalisée qui permettait un travail individualisé avec les élèves les plus fragiles. Le Sgen-CFDT n'acceptera pas que le retour à une semaine de 4,5 jours se traduise par une dégradation des conditions de travail des personnels. Il demande donc que cette réforme s'accompagne de contreparties réelles". Le Sgen demande du temps pour le travail en effectifs réduits mais aussi "une rémunération égale à celle de leurs collègues du second degré".

 

Le Snes dénonce le service territorialisé d'orientation. " Le ministre annonce la création du service public territorialisé d’orientation. Il prévoit de transférer les CIO aux Régions. Ceux-ci risqueraient d’être dilués dans « des espaces métiers polyvalents ». Or les CIO ne sont pas de simples lieux d’information. Que deviendrait leur rôle institutionnel dans l’Education nationale (observatoire du district, formation des enseignants, animation et information en direction des équipes d’établissement…) ?", écrit le syndicat.

 

Lien s:

Snuipp

Sgen

Snes

 

Par fjarraud , le jeudi 18 octobre 2012.

Commentaires

  • Yannickal, le 18/10/2012 à 21:23
    Je ne comprends pas la remarque "Le Sgen demande du temps pour le travail en effectifs réduits mais aussi "une rémunération égale à celle de leurs collègues du second degré".
    Les professeurs des écoles sont déjà payés comme les enseignants du second degré. Ou alors il faut 3 enseignant pour 2 classes comme le souhaite le SNUIpp
    • fjarraud, le 18/10/2012 à 22:58
      bonjour
      ils sont payes sur une grille indiciaire identique aux certifies. Mais ils n'ont pas le même systeme d'accès à la hors classe et n'ont pas l'ISO qui est generalisée dans le secondaire (en gros 1500 euros)
      cordialement
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces