Le Prix littéraire des lycéens pour entrer en littérature 

"L'image classique c'est que les jeunes n'aiment pas lire. Ce prix est là pour dire que dès lors que la littérature est présentée comme une expérience vivante, les jeunes entrent en littérature". Henriette Zoughebi, vice-présidente de la région Ile de France en charge des lycées, a présenté le 24 octobre le Prix littéraire des lycéens 2013. Dans une quarantaine de lycées franciliens, c'est en rencontrant des auteurs et des acteurs du livre, que  les jeunes vont apprendre à parler littérature. Une révolution culturelle...

 

"Nous avons confiance dans les jeunes. Ce qui les intéresse dans la littérature c'est le rapport au monde. Cette initiation est proposée par le prix en leur donnant la possibilité de s'exprimer , de dirent ce qu'ils aiment en toute tranquillité, sans devoir à la clé. Cette révélation est essentielle pour qu'ils entrent en littérature". H Zoughebi était accompagnée de Julien Dray, vice président en charge de la culture qui a rappelé que ce prix "n'est pas un gadget".

 

Jusqu'en mars, dans quarante lycées franciliens, des élèves vont se transformer en critique littéraire. Ils auront à choisir un livre parmi 5 reçus. Ils recevront en visite au moins un auteur. Et ils décerneront en mars  2013 leur prix annuel. Voilà le prix en résumé. Mais la plupart des enseignants présents ont leur façon de décliner le prix pour en tirer plus de profit.

 

Professeure au lycée Sarcey de Dourdan, Mme Paris compte sur le concours a davantage d'ambition. Elle a choisi une classe de seconde pour participer au concours. "Il va nous aider à passer à la littérature classique", nous explique-t-elle. "Les élèves vont aussi découvrir les métiers du livre avec un libraire, la bibliothécaire,  des salariés de maisons d'édition. Je compte sur le concours pour fédérer la classe autour de rencontres avec des écrivains".

 

Pour obtenir ces résultats, la région Ile-de-France mobilise 40 auteurs en résidence et leur demande de visiter des établissements scolaires. Les rectorats s'impliquent aussi, par exemple avec un stage spécial à Versailles.

 

Pour Marc Ledoux, professeur de français au lycée Jacques Brel de La Courneuve (93), "le concours donne du sens a nos exigences en classe pour l'expression écrite et la lecture. C'est aussi l'occasion de les faire travailler en étant en phase avec l'actualité et les préoccupations des jeunes. Entre l'école, la littérature et la vie, on fait une convergence".

 

François Jarraud

 

Les prix 2012


Par fjarraud , le jeudi 25 octobre 2012.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Hamon : Le ministre ne fera pas la rentrée
- Hamon n'a t-il pas eu raison de s'opposer à la politique de Valls ? l'Education n'est pas un sanctuaire, elle est touchée de plein fouet par la crise sociale et économique actuelle..et le reste en découle..il ne peut y avoir de bon...
Un nouveau statut pour les enseignants du secondaire
- Merci le SNES !!! Syndiquée au SNES, j'ai appelé son attention sur les méfaits de ce décret, notamment sur les temps partiels qui, mécaniquement, vont voir leur temps de travail augmenter. Je le remercie donc, par son abstention régulière, de...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces