" Le jazz est un modèle d’apprentissage " Charles Calamel  

"Le jazz est un modèle  d’apprentissage pour les élèves en marge des cadres scolaires traditionnels. Théorisé, le jazz donne les moyens de comprendre à la fois le système de production de savoir et la manière dont les individus en jouent. Cette immersion les conduit inévitablement à une construction de soi ; une conscientisation de leur identité de « personne en devenir".   Jazzman professionnel et docteur en  sciences de l’éducation, Charles Calamel réfléchit à ce que le jazz peut apporter à l'éducation...

 

Né le 2 Octobre 1956 à Paris, Charles Calamel (1) est contrebassiste de jazz professionnel.  Tout en poursuivant sa carrière de musicien, il se consacre à la formation d’artistes et d’enseignants. Docteur en sciences de l’éducation, depuis 2007 il est rattaché au Centre de Recherche en Éducation et Formation de l’université Paris-Ouest Nanterre La Défense.  Charles Calamel publie en ce moment chez L’Harmattan un opus qui définit le jazz comme une école de la vie ... (2)

 

Le jazz peut contribuer à la construction de soi, pour des jeunes qui aurait des difficultés ?

 

Le Jazz conduit l’individu vers une construction de soi.  De par les conditions de jeu, le respect et la transgression des codes et des formats, le jazz renverse le système de guidance pédagogique traditionnel pour mettre en place un modèle d’autonomie : il n’est pas question de recevoir le savoir mais plutôt d’aller le chercher.

Apprendre sur soi-même en pratiquant le jazz ne relève pas d’un cadre de formation conjoncturelle mais d’un apprentissage fondamental et fondateur. Pour répondre aux situations de jeu sans cesse renouvelées, le jazzman se retrouve face aux imprévus, auxquels il répond en élaborant son discours musical et social. En cela le jazz est un modèle d’apprenance .(3)

 

La musique peut-elle adoucir les meurs scolaires ?

 

Après avoir été artiste intervenant musical, mes recherches en sciences de l’éducation m’ont amené à concevoir des programmes pédagogiques à destinations d’élèves en mal d’école. Les pratiques artistiques et les rencontres avec les artistes offrent une autre manière de voir le monde ; si la musique adoucit les mœurs, les œuvres d’art nous donnent à voir ce qui est estimable.

 

Le programme Diapason  que j’ai installé dans un collège  ambition réussite de Champigny sur Marne, vise l’intégration scolaire, culturelle et sociale d’une classe non francophone de primo-arrivants. Cette action  met en évidence les effets des pratiques artistiques sur la scolarité des élèves dans le cadre  d’une éducation partagée (partenaire) entre artistes et enseignants.

 

Que peut apporter  le Jazz  à l’enseignement  conventionnel ?

 

Le modèle du Jazz rappelle aux professeurs de toutes les matières  (français, maths etc.) que les potentialités de l’élève sont à questionner et sont une réalité avec laquelle il faut faire. « Faire avec pour aller contre » disait Giordan (4), finalement le modèle jazz permet de penser une lecture en positif des individus, et concevoir à partir de leurs capacités, des ingénieries pédagogiques adaptées à une construction de soi.

 

L’apport  du Jazz est une option pour les décrocheurs en marge des cadres scolaires traditionnels. Il  permet de concevoir une didactique pour les apprentissages autodirigés. Mais cette  auto-direction ne réussit pas à tout le monde. Pour les élèves en difficulté scolaire par exemple, il est force de proposition : soit il séduit parce qu’il répond aux attentes et aux envies de se construire en autonomie ; soit, il ne séduit pas, mais apprend du même coup à l’élève qu’il n’est pas fait pour cette approche pédagogique et que son salut est ailleurs, dans un autre système d’acquisition. 

 

Quelles sont les orientations actuelles de  vos travaux?

 

Le jazz m’a conduit à la didactique, m’a fait réfléchir aux conditions d’apprentissage en général, ainsi qu’à transformer le rapport au savoir... En partant des spécialités artistiques, je me suis intéressé aux fonctionnements des artistes avant tout. Ces derniers sont très enclins à la création d’œuvres ; en revanche, ils sont souvent hermétiques à l’innovation dans le domaine de la transmission pédagogique. Je travaille en ce moment au positionnement professionnel et social de tout professionnel souhaitant « prendre en mains »  son parcours de vie. Par une méthodologie de diagnostic objectivée, je développe plus de 200 projets par an. Le Jazz : un modèle pour apprendre est un livre sur les savoirs du jazz transférables dans les champs de l’éducation, de la formation et des enseignements.

 

Propos recueillis par Gilbert Longhi

 

Lire la chronique sur Guy Friadt, professeur d'enseignement technique

 

 

Notes :

1- Charles Calamel  Recherches en éducation et transitions professionnelles  06 80 15 66 41 - 01 49 62 80 07  passage du Grand Cerf  75002 Paris

2-  Éditions L’harmattan http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=auteurs&sr=2

3-  L'apprenance décrit un ensemble stable de dispositions affectives, cognitives et conatives, favorables à l'acte d'apprendre, dans toutes les situations formelles ou informelles, de façon expérientielle ou didactique, autodirigée ou non, intentionnelle ou fortuite. http://florencemeichel.blogspot.fr/2008/04/lapprenance-cest-quoi.html  

4-  http://www.ldes.unige.ch/info/membres/ag/andre.htm   André Giordan a conduit des recherches sur l’élaboration d’un savoir par une personne à l’école et hors de l’école. Il a proposé  un modèle d’apprentissage qui nuance l’approche constructiviste. Sur le plan pratique, il propose des outils et des ressources, notamment un environnement didactique en matière d’éducation, de médiation et de formation.

 

 

Par fjarraud , le jeudi 27 décembre 2012.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces