Une circulaire organise le "plus de maîtres que de classes" 

Le ministère a publié le 15 janvier une circulaire sur les dispositifs "plus de maîtres que de classes". La promesse présidentielle faite à l'issue de la concertation, le 9 octobre 2012, est tenue. Il reste à la mettre en oeuvre. Et ce ne sera pas simple. "Ce dispositif nouveau repose sur l'affectation dans une école d'un maître supplémentaire" explique la circulaire. Mais le "plus que de maîtres que de classes" c'est plus que cela : "cette dotation doit permettre la mise en place de nouvelles organisations pédagogiques, en priorité au sein même de la classe". Et c'est là la difficulté.

 

 Le dispositif reprend une revendication syndicale et des expérimentations qui ont eu lieu du temps de Luc Ferry. Il s'agit de nommer dans une école un maître surnuméraire capable d'intervenir dans les classes. Ce dispositif vise à " mieux répondre aux difficultés rencontrées par les élèves" et "l'action sera prioritairement centrée sur l'acquisition des instruments fondamentaux de la connaissance (expression orale et écrite, mathématiques) et de la méthodologie du travail scolaire".

 

Le dispositif s'adresse aux écoles de l'éducation prioritaire " mais aussi des écoles repérées localement comme relevant de besoins similaires", ce qui laisse la porte ouvert à des écoles rurales par exemple. C'est le DASEN qui attribue les moyens.

 

Un outil pour une équipe et un projet. Le dispositif "plus de maîtres que de classes" doit s'intégrer dans un projet " rédigé par l'équipe pédagogique sous l'autorité du directeur d'école" et validé par l'IEN. "La détermination des modalités d'intervention est à définir en équipe, selon des contextes que les maîtres connaissent précisément, en fonction des besoins des élèves". Le maitre supplémentaire ne peut coordonner lui-même ses activités. "Diverses formes d'interventions pédagogiques peuvent être choisies dont la co-intervention dans la classe avec le maître titulaire ou la prise en charge de groupes d'élèves en fonction de leurs besoins", dit la circulaire. "L'organisation d' une école avec « plus de maîtres que de classes » peut également favoriser la mise en œuvre de modes d'organisation pédagogique en équipes qui diffèrent de l'organisation en classes, en cohérence avec l'esprit des cycles, et en veillant à assurer aux élèves un cadre d'apprentissage solide et sécurisant".

 

Un soutien. "Les équipes de circonscription et les maîtres formateurs sont mobilisés pour aider les équipes enseignantes ainsi constituées à concevoir les projets et les accompagner dans la durée grâce à un dispositif de formation continue associant la circonscription, le département et l'académie", promet la circulaire. "La direction générale de l'enseignement scolaire, en liaison avec le réseau du Scérén-CNDP, mettra à disposition des enseignants et des formateurs des ressources (modules de formation, documents pédagogiques, outils méthodologiques) prenant en compte la recherche et l'innovation."

 

Cela est-il suffisant ? "Ce peut être un levier efficace", nous dit Bruno Suchaut. "Mais si on ne pilote pas ça risque de ne pas marcher. Il faut que ce maître en plus soit un enseignant à part entière dans l'équipe. S'il n'y a pas de réflexion commune cela n'aura pas d'effets positifs.  Ces enseignants vont permettre de dédoubler les classes  et d'améliorer les conditions de travail des enseignants et donc des élèves. Le maître supplémentaire ne doit surtout pas être considéré comme un maitre en supplément mais bien comme un membre de l'équipe dans un projet commun. A cette condition il peut être efficace par exemple pour l'apprentissage de la lecture en petit groupe".

 

Bien accueillie par les syndicats, la mesure est pourtant risquée. Les tentatives précédentes en France sous Luc Ferry n'avaient pas fait la preuve de leur efficacité en ce qui concerne le niveau des élèves. Son accompagnement, la capacité du ministère à diffuser de la formation et à animer un réseau d'enseignants vont être déterminants. Accompagner un changement n'a pas jusque là été le point fort du ministère. Le dispositif matérialise la priorité donnée au primaire par François Hollande. Pour cette raison là aussi il y a une obligation de réussir.

 

François Jarraud

 

La circulaire

Le 9 octobre

 

 

Par fjarraud , le mercredi 16 janvier 2013.

Commentaires

  • ColdTrukey, le 16/01/2013 à 10:52
    48 139 écoles primaires en France en 2011-2012 (source INSEE).
    7 000 postes prévus.
    La grande majorité des écoles ne verra rien de cette organisation!
    Par contre, nous avons bien vu les augmentations d'effectifs dans les classes.
    Pendant un temps, les effectifs en CP devaient tendre vers une maximum de 20. Nous pouvons nous apercevoir aujourd'hui que certains dépassent les 25.
    Certains diront que le nombre importe peu.
    Qu'ils viennent dans les classes, pas pour parader mais pour nous montrer, juste une semaine complète dans une vraie classe. Ensuite, il sera temps de discuter.
    Je veux bien croire que l'éducation est une priorité et que l'enfant en est le centre. J'ai quelques doutes. 


Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
L'Etat honore la mémoire de l'institutrice d'Albi
- Merci à l'état Français d'avoir su par ces décisions soulager un peu cette famille et cette équipe pédagogique durement endeuillées. Cependant les relations délicates de l'enseignant face à des parents handicapés mentaux ou sous...
Le ministère décrète la fin du redoublement
- Proviseur en lycée, fermement opposé depuis l'origine aux redoublements au vu de leur inefficacité patente, je prends le temps chaque année d'évaluer individuellement le devenir de chacun de mes élèves de seconde en redoublement. Avec une...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces