Evaluer les enseignants 

Rappelez-vous il y a deux ans la mobilisation contre le projet d'évaluation des professeurs du secondaire concocté par Luc Chatel. La question reste toujours vive coté enseignants. Dans la société de nombreuses voix se font entendre pour augmenter l'encadrement hiérarchique des enseignants.

 

C'est dans ce contexte que le SNES-FSU, le SNEP-FSU, le SNUEP-FSU, le SNPI-FSU, le SNUPDEN-FSU et le SIA organisent le 5 juin un important colloque. "Ce colloque est un moyen, avec la présence de médias et de nombreux invités lors des tables rondes, de pouvoir mettre en évidence les préoccupations des personnels sur ce dossier et d’exprimer nos exigences sur une évolution de l’évaluation des enseignants du second degré", affirment les syndicats.

 

Parmi les intervenants la nouvelle directrice des relations humaines du ministère, Catherine Gaudy, Yves Durand (député PS), Brigitte Doriath (IG), Xavier Albanel etc.

 

Inscription


Par fjarraud , le vendredi 17 mai 2013.

Commentaires

  • Viviane Micaud, le 19/05/2013 à 16:18
    Une évaluation systématique des enseignants est impossible à mettre en oeuvre. Il s'agit d'un problème classique  de management de compétences rares et complexes. 
    Le niveau de compétence nécessaire pour évaluer avec pertinence la compétence des enseignants est tellement rare que c'est impossible à mettre en oeuvre. N'oublions pas qu'un truc qui marche dans un contexte avec un prof ne marche pas forcément avec d'autres. 
    Il y a tellement de facteurs qui font qu'un groupe classe fonctionne ou pas, qu'un enfant se mette à s'investir dans les apprentissages ou non,  que le rôle de l'enseignant n'est pas mesurable. 
    Il est certain que les évaluations telles que Châtel les avait imaginées aurait conduit à une bureaucratisation : des enseignants focalisés sur les critères mesurées avec les indicateurs. Alors qu'il faut des enseignants focalisés sur le bon fonctionnement du groupe classe, et sur la manière de susciter l'intérêt de chaque enfant.
    Les Finlandais ont supprimé l'évaluation pour l'école fondamentale : il y a une bonne raison. Nous devrions faire pareil (sauf problème signalé) et reconvertir les inspecteurs aux soutiens des enseignants.
    Personnellement, j'ai fréquenté en temps que responsable local d'une fédération de parents d'élèves pendant 14 ans les établissements scolaires. Je suis formelle :  95% d'entre eux,  font ce qu'ils pensent être le mieux dans les contraintes qui sont les leur, par rapport à leur compréhension des causes des difficultés d'apprentissage. 
    Commençons par reconnaître que, à cause des programmes d'aujourd'hui, les enseignants ne peuvent pas faire un cours à partir de la 5ème où les jeunes qui ne maîtrisent pas la lecture et l'expression puissent progresser. C'est impossible.
    Commençons par les former à la diversité des fonctionnements cognitifs et les difficultés d'apprentissage que ceux-ci peuvent engendrer. 

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Hamon : Le ministre ne fera pas la rentrée
- Hamon n'a t-il pas eu raison de s'opposer à la politique de Valls ? l'Education n'est pas un sanctuaire, elle est touchée de plein fouet par la crise sociale et économique actuelle..et le reste en découle..il ne peut y avoir de bon...
Un nouveau statut pour les enseignants du secondaire
- Merci le SNES !!! Syndiquée au SNES, j'ai appelé son attention sur les méfaits de ce décret, notamment sur les temps partiels qui, mécaniquement, vont voir leur temps de travail augmenter. Je le remercie donc, par son abstention régulière, de...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces