Georges Chaissac et Jean Dubuffet dialoguent au musée de la Poste 

Gaston Chaissac, Jean Dubuffet, deux peintres, deux écrivains, deux hommes liés par une correspondance de 448 lettres. Cette correspondance croisée pendant près de 20 ans est le fil conducteur de l'exposition du musée de la Poste, "Chaissac, Dubuffet, entre plume et pinceau". 80 oeuvres (tableaux, sculptures, objets) par artiste, et leurs lettres retracent leur personnalité, leur complicité artistique et littéraire, leurs véritables liens.

 

Le jeune public dispose pour découvrir l'exposition d'un parcours spécifique, guidé par les deux artistes en personne, et d'un copieux livret découverte d'une vingtaine de pages. Les groupes scolaires peuvent visiter librement et gratuitement l'exposition. Des visites commentées payantes sont proposées aux écoliers, collégiens et lycéens.

 

Rien de commun et pourtant une solide amitié

 

Tout semblait séparer Chaissac et Dubuffet, leur naisance, leur culture, leur mode de vie. Gaston Chaissac, qui vivait isolé modestement dans le bocage vendéen, composait des peintures colorées, à la figuration naïve,  Jean Dubuffet, membre de l'avant-garde parisienne, des toiles qualifiées d'art brut. Mais le peintre "rustique moderne" comme il se désignait, et l'ardent défenseur de l'art brut, tous deux animés du même esprit d'expérimentation, traquaient l'art au détour du chemin, et le saisissaient là où d'autres ne le voyaient pas. Jean Paulhan, éminence grise du monde des lettres et du tout Paris, les mit en contact et leur permit de se rencontrer en 1946. Dès lors débuta une correspondance entre les deux artistes, qui ne s'arrêtera qu'à la mort de Chaissac en 1964.

 

Un parcours chronologique

 

Durant dix huit ans, les deux hommes échangent au moins...448 lettres! Et c'est cette amitié, que retrace le musée de la Poste, mettant en parallèle, selon un parcours chronologique, leur correspondance et leurs oeuvres. Dans leurs lettres, ils se  faisaient part de leurs expériences, se prodiguaient des conseils, s'encourageant  à explorer des matériaux et des techniques insolites. L'exposition invite à la découverte de cet art neuf qu'ils pratiquaient en virtuoses de la récupération et de la métamorphose des matériaux dérisoires et sans noblesse. Leur correspondance est le fil directeur de l'exposition et une mine pour appréhender leur production. A travers 160 oeuvres, des documents et des lettres, l'exposition, divisée en trois sections, retrace chronologiquement l'itinéraire de ces deux créateurs iconoclastes: "1946-1950", "1951-1960", et "1961-1964".

 

Les visites en famille

 

Un parcours enfant est intégré dans l'exposition, où Chaissac et Dubuffet, eux-mêmes guident les jeunes visiteurs. Un copieux livret-découverte de 27 pages est également proposé aux enfants à partir de 8 ans, où à l'aide de questions, ceux-ci  découvrent l'univers singulier des deux artistes et la richesse de leur correspondance. Des visites guidées en famille sont aussi prévues jusqu'à la fin de l'exposition. Une visite-spectacle est particulièrement programmée le 5 septembre à 19h: le public est invité à déambuler dans l'exposition en suivant des comédiens qui lisent les lettres de Chaissac et de Dubuffet.

 

Les visites scolaires autonomes sont  gratuites

 

Les enseignants ont la possibilité de réserver des visites libres ou commentées. Les visites autonomes sont gratuites. Les visites guidées, "Entre plume et pinceau" sont payantes et adaptées au niveau des écoliers, des collégiens et des lycéens.

 

Béatrice Flammang

 

L'exposition "Chaissac-Dubuffet, entre plume et pinceau"


Par fjarraud , le lundi 02 septembre 2013.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Affectation des stagiaires : Le Sgen dénonce des incohérences
- Contractuel dans l'Académie de Rouen depuis le 26 septembre 2001, travailleur handicapé reconnu par la MDPH de l'Eure, en situation de surendettement, j'ai été admis au CAPES de documentation en juin 2014, CAPES dont la principale...
L'Etat honore la mémoire de l'institutrice d'Albi
- Merci à l'état Français d'avoir su par ces décisions soulager un peu cette famille et cette équipe pédagogique durement endeuillées. Cependant les relations délicates de l'enseignant face à des parents handicapés mentaux ou sous...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces