L'affaire Risso interroge le ministère 

Jacques Risso est-il victime de l'autoritarisme de sa hiérarchie ? Professeur des écoles dans le Vaucluse, Jacques Risso est surtout connu pour ses dessins publiés sur son blog et parfois dans des magazines. Il a été brutalement suspendu à la veille de la rentrée sans que les motifs soient très clairs. Est-ce l'enseignant ou le dessinateur que l'inspection veut mettre au pas ?

 

A la veille de la rentrée, le 30 août, Cet enseignant de 55 ans a  été brutalement suspendu par sa hiérarchie sans réunion de conseil de discipline et sans avoir pu se défendre. "Par cette pratique, l’administration refuse à ce collègue l’accompagnement qu’il est en droit d’obtenir de sa hiérarchie, elle se montre partisane et le condamne avant même d’avoir déterminé la hauteur de son éventuelle responsabilité. Le contenu des communications orales de l’administration à l’adresse des enseignants et des parents d’élèves a fait naître un climat de suspicion à l’encontre de l’intégrité du collègue qui est intolérable", estime le Snuipp du Vaucluse qui apporte son soutien à J Risso.

 

" Un enseignant, directeur d'école ou non, n'a-t-il pas le droit de publier des caricatures sur le système éducatif ? Ne peut-il pas s'exprimer, durant son temps personnel, librement ? Que l'on partage ou non les idées véhiculées par ces dessins, on ne peut accepter que l'auteur soit mis en cause pour cela", estime le Se Unsa local qui soutient également J. Risso. Pour ses défenseurs, le dossier de J Risso est à peu près vide à l'exception de quelques uns de ses dessins. Est ce l'enseignant ou le dessinateur que l'inspection veut punir ?

 

Se Unsa

Snuipp

 

Par fjarraud , le lundi 30 septembre 2013.

Commentaires

  • Azertyman, le 30/09/2013 à 21:37

  • Pyerch, le 30/09/2013 à 08:34
    L'ordre laïque s'est installé, non sans raison, encore que !
    Que l'ordre moral pointe le bout de son nez, on pourrait ne pas en être surpris, les hommes qui pilotent
    ou qui ont pour tâche de piloter le système ne sont pas exempts d'un conservatisme idéologique aigü.
    Ce qui est grave c'est que cela aboutisse à des décisions iniques qu'il va falloir déférer et l'institution
    ira vous accuser de "procédurier".
    Le Ministère de l'Education Nationale s'engage-t-il dans cet horrible chemin qu'est la fatwa contre la 
    liberté d'expression.
    Il est vrai aussi que dans ce ministère on n'aime pas les intellectuels qui ont un sens critique, qu'ils peuvent
    utiliser à l'endroit même de ce ministère. Le pouvoir bureaucratique s'exerce toujours aveuglément.
    On ne peut qu'espérer que le Ministre verra plus loin que le bout de son nez !!

    Tout cela mérite une petite caricature : merci à Jacques Risso d'y pourvoir...
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces