Tribune : Rythmes scolaires et réussite de tous, halte aux contre-sens et idées reçues ! 

Les travaux les plus récents de la recherche universitaire et pédagogique, les évaluations internationales montrent que l’école française creuse les écarts entre les élèves.  Elle participe à transformer les inégalités sociales en inégalités scolaires.  Tous les élèves, quel que soit leur milieu social d’origine sont capables d’apprendre, la responsabilité de leur réussite scolaire incombe à l’école. Les débats en cours sur la réforme des rythmes scolaires éludent cet objectif fondamental de démocratisation scolaire. C’est pourtant bien la seule question qui nécessite que soit mise en travail et en actes une réflexion sur les  contenus d’apprentissage, les pratiques pédagogiques, la formation professionnelle des enseignant-es, la réduction des effectifs

 

Le ministère affirme que la réforme des rythmes vise prioritairement les élèves des milieux populaires. Qu’en est-il six semaines après la rentrée ? Le Snuipp-FSU Paris a mené une enquête auprès des enseignants. Le constat est massif d’une perte de repères de tous ordres pour les élèves qui rencontrent le plus de difficultés : emploi du temps qui varie selon les jours, changement de statut des personnels, (l’ATSEM,  l’enseignant changent de fonction au cours de la journée) ... La confusion règne entre le scolaire, le péri-scolaire et l’extra-scolaire. Or on le sait, le flou du cadre scolaire a de lourdes conséquences, toujours pour les mêmes.

 

Au regard de ce constat largement partagé nous dénonçons la dégradation des conditions de scolarisation et d’apprentissage des élèves depuis la mise en place de la réforme des rythmes, dégradation dont les élèves les plus en difficultés sont les premières victimes, car ce sont eux qui ont le plus besoin de l’école et qui n’ont souvent que l’école pour permettre leur réussite. La situation actuelle se révèle un obstacle supplémentaire pour ceux qui doivent construire le sens de l’école et des apprentissages

 

Par ailleurs pour lutter contre les inégalités scolaires, le Ministre met en avant les activités culturelles mises en place pendant le temps périscolaire devant apporter aux élèves issus des classes populaires un « plus » dont ils ne bénéficieraient pas actuellement. Si le contexte extra-scolaire a des incidences sur le devenir élève c’est la mission spécifique de l’école que de le mettre en œuvre, par du plus sans doute mais surtout par du mieux et par du autrement. Les activités péri-scolaires ne se substituent pas à cette mission première de l’école. Par ailleurs, un véritable projet culturel s’impose pour qu’elles jouent pleinement leur rôle, et pas seulement dans les intentions. Le contenu de ces activités, leur encadrement relèvent d’un projet d’éducation populaire. Ce n’est pas le cas aujourd’hui.

 

Un projet ambitieux de transformation de l’école doit viser la réussite de tous les élèves. Le combat que nous menons actuellement n’a pas pour but de maintenir un statu quo pas plus sur les rythmes scolaires que sur les contenus d’apprentissage, la formation des enseignant-es … Au contraire, notre combat a pour but d’imposer une réelle transformation de l’école et de la société. Il est de notre devoir de mener cette lutte, l’ensemble de la communauté scolaire doit s’en saisir. C’est pourquoi l’organisation d’Etats généraux de l’école à Paris nous semble nécessaire.

 

Jérôme Lambert, secrétaire départemental du SNUipp-FSU

Christine Passerieux, militante du GFEN

 

 

Par fjarraud , le mercredi 06 novembre 2013.

Commentaires

  • PierreL, le 06/11/2013 à 18:48
    Que d'hypocrisie!

    La ville de Paris dépense beaucoup pour ses écoles.
    Il y a notamment les 657 PVP qui dispensent 3h30 de cours, pendant le temps scolaire, dans les matières culturelles et sportives,  et la décharge complète des directeurs d'école à partir de 5 classes (contre 14 dans le reste du pays!).
    http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20130319.OBS2390/ecoles-a-paris-les-chouchoutes-se-rebiffent.html

     Les élèves parisiens ont-ils des résultats meilleurs que les autres?
    Non. les enquêtes relèvent les mêmes défauts qu'en province, parfois avec des écarts plus marqués...
    Dans ce contexte où d'un côté les villes assure une compétence éducative, et d'un autre côté l'école perd en efficacité, il est naturel de chercher des cohérences et des synergies. 
    Personne ne peut nier le bénéfice que l'on peut retirer d'une matinée supplémentaire d'enseignement.
    La FSU a signé l'appel de Bobigny, le SNUipp a organisé des colloques sur les rythmes scolaires pour dénoncer la semaine de 4 jours et revenir à 4,5 jours, le SNUipp est un interlocuteur de la ville de Paris et du ministère.
    Il suffit de "discuter", de considérer l'autre comme un partenaire et pas ne se servir de la seule réforme sur le temps scolaire qui parte du besoin de l'enfant comme une arme politicienne dans la lutte que se livre la gauche à Paris pour les municipales.

    Comment être crédible quand on refuse une réforme qui faisait consensus sous prétexte qu'il en faut une autre plus ambitieuse... qui va dans le même sens et qui déclenchera d'autres blocages?

    En fait Lambert propose le sur place alors que le changement ne s'opère que dans le mouvement.

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Rythmes : Pour le Snuipp, la réforme est très massivement rejetée par les enseignants
- De : fjarraud Publié : jeudi 22 juin 2017 07:14 Objet : Rythmes : Pour le Snuipp, la réforme est très massivement rejetée par les enseignants Je pleure devant une aussi grande bêtise. j'ai connu le temps béni de la semaine de 4 jours et demi...
Les devoirs c'est vraiment efficace ?
- Êtes vous enseignant jean ? De : fjarraudPublié : mardi 27 juin 2017 08:07Objet : Les devoirs c'est vraiment efficace ?
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces