Changer le métier reste à faire 

Dès sa première visite en tant que candidat socialiste, à Pierrefitte en janvier 2012, François Hollande a promis de réformer le métier enseignant. Depuis la question est au cœur des négociations avec les syndicats. C'est que l'écart est grand entre le métier officiel et le métier réel... Plus grandes encore les frustrations et les souffrances. Pourtant les nouveaux décrets présentés le 12 février par le ministère ne proposent qu'un lifting superficiel des métiers enseignants. La vraie refonte reste à faire.

 

Un métier réel décalé du métier officiel

 

Le temps de service des enseignants est presque intégralement défini officiellement par rapport au face à face avec les élèves. Un enseignant du second degré doit 18 ou 15 heures de cours selon qu'il est certifié ou agrégé. Un professeur des écoles doit 24 heures de cours et 108 heures annualisées réservées à l'aide aux élèves, à la formation et à diverses activités de coordination. Voilà pour le temps statutaire. Car le temps de travail réel du professeur est bien différent. Selon une étude de la DEPP (éducation nationale), il est estimé à 41h17 en moyenne dans le secondaire et 44h07 dans le primaire. A quoi tient ce décalage ? Aux heures rémunérées statutairement, l'enseignant doit ajouter de nombreuses heures qui ne sont pas payées mais liées au métier. Ainsi, le certifié moyen  passe près de 8 heures par semaine à préparer des cours. Il consacre 6 heures à la correction de devoirs.  Près de 2 heures sont réservées à la documentation professionnelle. Le reliquat correspond au travail avec d'autres enseignants, au suivi des élèves et aux rencontres avec des parents. Or la démocratisation de l'enseignement a rendu ces tâches indispensables. Elle a tendance à en créer de nouvelles qu'il s'agisse de tutorat ou de coordination. Les nouveaux textes reconnaissent que ces éléments font partie du métier. Mais le métier et la rémunération restent basés  sur le seul face à face pédagogique des heures d'enseignement. L'occasion de prendre en charge entièrement le métier n'est considérée que dans les établissements les plus prioritaires où une pondération devrait pour la première fois officialiser le travail d'équipe et al relation avec les familles.

 

Mais sous pression

 

Le rapport, publié fin juin 2012, par la sénatrice Brigitte Gonthier-Marin met en avant les pressions subies par les enseignants. Pour elle,  "l' Education nationale est touchée par des évolutions déjà bien avancées dans les entreprises, où les salariés sont soumis à des injonctions contradictoires : exigence de qualité et demande de rapidité, esprit d’initiative et respect des protocoles, engagement et recul. Soumis à une évaluation externe permanente, les travailleurs n’ont pourtant aucun contrôle sur les objectifs assignés. Leurs propres critères d’appréciation de ce qui constitue du « bon travail » sont niés et pourtant on leur demande d’être fiers de leur activité et de l’organisation à laquelle ils appartiennent. Ils perdent ainsi progressivement prise sur leur travail". Cette pression qui tend à déqualifier les enseignants alimente des positions de repli ou de rejet. Elle n'est  probablement pas pour rien dans la position du Snuipp d'aligner le métier de professeur des écoles sur celui de professeur du second degré dans les horaires d'enseignement. Cette dimension évaluatrice est totalement laissée de coté par le nouveau décret alors que c'est une problématique centrale pour l'avenir du métier.

 

Le drame des secondes carrières

 

A en croire Rémy Boyer, fondateur de l'association Aide aux profs, le nombre de professeurs cherchant un changement de carrière serait croissant. Dans son dernier livre, "Souffrir d'enseigner, faut-il rester ou partir ?", il donne une idée des frustrations subies par les enseignants.  Selon lui, outre le harcèlement au travail, "la pénibilité du métier au fil de l’âge avec 82 médecins du travail seulement pour 850 000 enseignants, le manque de valorisation au travail avec un salaire qui plafonne dès l’âge de 50-55 ans alors que la durée de carrière ne cesse de s’allonger, constituent d’autres facteurs importants de désespérance." Là aussi il aurait été souhaitable que le texte apporte des réponses.

 

Ainsi dans la réforme du métier se mêle des aspirations bien différentes. Il y a les attentes d'enseignants pour améliorer leur rémunération et leur conditions de travail. Il y a aussi la volonté de changer le management de l'éducation nationale. Il y a l'enjeu d'une requalification professionnelle dont on mesure mal au sommet la puissance de ses aspirations.

 

F. Jarraud

 

Livre d eR Boyer

Le rapport de l'inspection

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Documents/docsjoints/enquetecss.ppt

 

Par fjarraud , le jeudi 13 février 2014.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces